Benjamin Thompson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thompson.
Comte Benjamin Thomson Rumford
Comte Benjamin Thomson Rumford

Benjamin Thompson, comte de Rumford ( - ) est un physicien américain, né à Woburn (Massachusetts).

Biographie[modifier | modifier le code]

Lors de la guerre d'indépendance américaine, il prit parti pour la métropole et fut chargé, en 1776, de porter à Londres la nouvelle de l'évacuation de Boston par les troupes britanniques. Il fut nommé en 1780 sous-secrétaire d'État en Grande-Bretagne et retourna en 1782 en Amérique avec le grade de colonel pour y combattre les insurgés.

Il quitta ce pays après la reconnaissance de son indépendance pour prendre du service auprès de l'électeur de Bavière Charles Théodore : il fut nommé par ce prince lieutenant général de ses armées, puis chargé du département de la guerre et de la direction de la police.

Il signala son administration par d'utiles réformes, supprima la mendicité, et appliqua la science au soulagement des malheureux : c'est lui qui forma le premier établissement des soupes populaires qui portèrent son nom. Charles-Théodore, en reconnaissance de ses services, le créa comte et le nomma ambassadeur en Grande-Bretagne, mais quelques défauts de forme l'empêchèrent d'être reconnu comme tel à Londres.

À la mort de l'électeur (1799), il quitta la Bavière pour venir se fixer en 1802 en France où il épousa en 1804 à Paris Marie-Anne Pierrette Paulze-Lavoisier, veuve en premières noces de Lavoisier.

En 1807 l'architecte Antoine Léon Thomas Vaudoyer (1756-1846) dessina pour sa maison de la rue d'Anjou une étude de serre chaude (n° 201 du catalogue de la vente de dessin anciens, Paris, Drouot-Richelieu, 6/12/1991 - arch.pers.).

Il mourut à Auteuil et sera inhumé dans le cimetière du même nom où sa tombe sera démolie en 1871 par un obus avant d'être restaurée par l'Université de Harvard[1].

Œuvre scientifique[modifier | modifier le code]

Il fit de nombreuses recherches sur la vertu nutritive de différentes substances et sur la chaleur.

La Royal Society lui décerna la médaille Copley en 1792.

En 1796, il contribua à la création de la Médaille Rumford de la Royal Society, dont il fut le premier lauréat, et du Prix Rumford de l'American Academy of Arts and Sciences (Académie américaine des arts et sciences).

Œuvre autre[modifier | modifier le code]

Le Jardin anglais (Englischer Garten), près de Munich, l’un des plus grands parcs urbains du monde (4,17 km2 et cinq km de long), fut aménagé en 1789, par l’architecte paysager Friedrich Ludwig von Sckell; mais l'idée revient à sir Benjamin Thompson. Il suggéra d’abord de faire un jardin militaire puis un jardin public. Le jardin est agrémenté d’une tour chinoise (Chinesischer Turm) de 1789, transformée en Biergarten, d’un temple grec (Monopteros) bâti entre 1832 et 1836 par Leo von Klenze et d’une maison de thé japonaise (Japanisches Teehaus), construite en 1972, par l’architecte japonais Mitsuo Nomara.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Quelques-unes de ses publications[modifier | modifier le code]

  • Recherches sur la chaleur (1804-1813),
  • Recherches sur les bois et charbons (1813).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Connaissez-vous Paris ?, Raymond Queneau, Folio, Question/ Réponse n˚207, p. 86
  2. Eugène Péclet, Traité de la chaleur, considérée dans ses applications. D. Avanzo et ce, 1844. en ligne