Anatole de Baudot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anatole de Baudot
Présentation
Naissance 14 octobre 1834
Sarrebourg
Décès 28 février 1915
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activité(s)
  • Premier et seul titulaire de la chaire d'architecture française créée en 1887 au Trocadéro
  • Inspecteur général des édifices diocésains en 1875
  • Architecte diocésain
  • Membre de la commission des monuments historiques le 27 mars 1879
  • Inspecteur général des monuments historiques en 1907
Ses élèves
Œuvre
Réalisations
Publications
  • L'Architecture et le ciment armé (1904)

Anatole de Baudot (Sarrebourg, 14 octobre 1834 - Paris, 28 février 1915) est un architecte français.

Vie et réalisations[modifier | modifier le code]

Anatole de Baudot parvient à concilier l'école des beaux-arts et la commission des monuments historiques : élève du Grand Prix de Rome Henri Labrouste et de Eugène Viollet-le-Duc, en 1887 il ouvre le premier cours d'architecture médiévale aux Beaux-Arts, après avoir, en 1865, figuré parmi les 137 premiers actionnaires de l'école spéciale d'architecture aux côtés de Ferdinand de Lesseps, Émile Pereire, Eugène Flachat, Jacques Charles Dupont de l'Eure, Jean-Baptiste André Godin, Eugène Viollet-le-Duc ou Émile Muller.

Sa carrière suit cependant deux directions :

  • La restauration, à la suite de son professeur Eugène Viollet-le-Duc. Il est nommé vice-président de la commission des monuments historiques en 1880, Il est le premier et seul titulaire de la chaire d'architecture française créée en 1887 au Trocadéro.
  • La construction neuve, dans la lignée rationaliste de Henri Labrouste (dont il a suivi l'enseignement). Il associe différents matériaux (parfois à la pointe du progrès) pour leur qualité structurale : ossature métallique, briques, pierre de taille, ciment armé système Cottancin, etc.

Il prend sa retraite en 1915.

Restaurations[modifier | modifier le code]

Anatole de Baudot suit, avec Eugène Viollet-le-Duc, le chantier de château de Vincennes avant de le diriger seul pendant 40 ans. À Toulouse et au château de Blois il prend la suite de Félix Duban.

Constructions[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative à l'église Saint-Jean-de-Montmartre.

Postérité[modifier | modifier le code]

Emmanuel Chaîne, François Lecœur et Léon Benouville ont été ses élèves.

Publications[modifier | modifier le code]

  • s.d.[3] (vers 1890-1900) : Archives de la Commission des Monuments Historiques publiés par les soins de A. de Baudot et A. Perrault-Dabot[4]
  • 1904 : L'Architecture et le ciment armé, Office général d'éditions artistiques, 47 p.
  • 1916 (publ. posthume) : L'Architecture, le passé, le présent, Henri Laurens, Paris

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Système consistant en une sorte de toile métallique dont la trame et la chaîne sont formées par le même fil de fer ; les parois sont constituées de briques empilées.
  2. Voir Histoire du béton.
  3. Voir liste des notices du catalogue général de la BNF.
  4. Notice bibliographique du catalogue général de la BNF.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]