Lac Michigan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac Michigan
Image illustrative de l'article Lac Michigan
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Géographie
Coordonnées 44° N 87° O / 44, -8744° Nord 87° Ouest / 44, -87  
Type Lac d'eau douce
Superficie 57 750 km2
Longueur 494 km
Largeur 190 km
Altitude 176 m
Profondeur
 · Maximale
 · Moyenne
 
281 m
85 m
Volume 4 918 km3
Hydrographie
Alimentation rivière Père Marquette
Émissaire(s) détroit de MackinacLac HuronRivière Sainte-Claire
Durée de rétention 99 ans[1]
Îles
Île(s) principale(s) Beaver, Manitou du Nord, Manitou du Sud, Washington, Rock
Coucher du soleil sur le lac Michigan.
Chicago, depuis le lac Michigan.

Le lac Michigan (Ojibwé : Mishi-gamiing) est l'un des cinq Grands Lacs d'Amérique du Nord, et c'est le seul entièrement situé aux États-Unis, les autres étant partagés avec le Canada. Le terme « Michigan » a initialement été utilisé pour désigner le lac lui-même, et s'il est bien originaire de l'Ojibwé, il signifie « grandes eaux ». C'est le deuxième des Grands Lacs en volume et le troisième plus grand Grands Lacs par sa superficie derrière le lac Supérieur et le lac Huron. Il est bordé, d'ouest en est, par les états du Wisconsin, de l'Illinois, de l'Indiana et du Michigan. Le lac est légèrement plus petit que l'État américain de Virginie-Occidentale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces humaines autour du lac sont de Culture Hopewell. Les traces laissées par cette cultures ont diminué après l'an 800 et ont laissé place à celle de la période sylvicole. Il est probable que le premier aventurier européen dans la région soit le Français Jean Nicolet entre 1634 et 1638. Les tribus indiennes Ojibwés, Menominee, Sauks, Outagamis, Winnebagos, Miamis, Outaouais et Potawatomis, descendant de la culture des tribus du Sylvicole, y vivaient. Louis Jolliet, Jacques Marquette et Robert de La Salle remontent jusqu'à cette région en remontant du golfe du Mexique, par le Mississippi puis le Saint-Laurent. Les coureurs des bois et les premiers colons établissent des petites communautés villageoises commerciales et des ports comme Green Bay, dès la fin du XVIIe siècle et au . La première colonie permanente sur les rives du lac Michigan est fondée par Jean Baptiste Pointe du Sable en 1779 sur le site de l'actuelle Chicago.

La première personne à atteindre le fond du lac Michigan est Jeffrey Val Klump, un scientifique de l'University of Wisconsin-Milwaukee. Klump atteint le fond grâce à un submersible dans le cadre d'une expédition scientifique en 1985.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il occupe une superficie de 57 750 km², ce qui en fait la plus grande étendue d’eau douce des États-Unis, et le cinquième plus grand lac au monde. Sa plus grande profondeur atteint 281 m, et sa surface se situe à environ 200 m d’altitude[2], au même niveau que le Lac Huron, avec lequel il est relié par le détroit de Mackinac. Géologiquement, les lacs Michigan et Huron forment un seul plan d’eau.

Le lac Michigan reçoit les eaux de la rivière Père Marquette.

Il reçut également jusqu'au XIXe siècle les eaux de la rivière Chicago avant que celles-ci ne soient détournées vers le bassin hydrographique du Mississippi par le biais du canal Illinois et Michigan. Un projet datant de 2005 prévoit de rétablir son cours initial vers le lac Michigan.

Les plus grandes villes situées sur ses rives sont Chicago (Illinois), Milwaukee (Wisconsin) et Gary (Indiana). L’extrémité sud du lac est très industrialisée. Environ 13 millions de personnes vivent le long de ses rives, principalement dans l'agglomération de Chicago.

Environnement[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Le lac Michigan abrite une grande variété d'espèces dulçaquicoles. On y trouve les poissons Omble du Canada, Perchaude, Achigan à grande bouche, Achigan à petite bouche, Poisson-castor, des carpes, ainsi que certaines espèces de poissons-chats. Ces dernières années, la surpêche a entraîné une baisse de la population d'omble du Canada, entrainant finalement une augmentation des populations de Gaspareau. Les salmonidés Oncorhynchus kisutch et Oncorhynchus tshawytscha ont été introduits comme un prédateur du gaspareau dans le cadre d'une lutte biologique. Les populations de ces deux poissons sont très suivies[3]. Ce programme a été un succès, et en outre la population de saumons a explosé ce qui a rendu le site très attractif pour les amateurs de pêche sportive. Cette pratique est devenue illégale dans tous les États des Grands Lacs à l'exception dans l'Illinois durant une saison limitée. D'autres espèces devenues invasives ont été introduites, comme la lamproie marine et la Moule zébrée. Ces espèces menacent les populations de poissons.

Pollution[modifier | modifier le code]

La pollution des Grands Lacs est très importante, celle du lac Michigan est une des plus importantes[4]. La pollution est principalement causée par la quantité excessive d'éléments nutritifs et de contaminants toxiques.

Bassin[modifier | modifier le code]

Le niveau d'eau du lac Michigan a constamment baissé depuis le milieu des années 1960, jusqu'en 2009 au moins.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En comparaison, la période de rétention du lac Érié s'étend sur 2,6 années, période au moins deux fois plus courte que celle du lac Ontario (6 ans) et très en deçà des 22 ans du lac Huron, des 99 ans du lac Michigan et des 191 ans du lac Supérieur, permettant au lac Érié de renouveler relativement plus rapidement son volume d'eau. Ceci lui confère un net avantage dans sa lutte contre les contaminants.
  2. Bathymétrie
  3. http://rparticle.web-p.cisti.nrc.ca/rparticle/AbstractTemplateServlet?journal=cjfas&volume=52&year=1995&issue=52&msno=f95-750&calyLang=eng
  4. http://www.ledevoir.com/environnement/9074/pollution-des-grands-lacs-la-sante-de-cinq-millions-de-personnes-est-en-danger