Nikolaï Milioutine (architecte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nikolaï Milioutine et Milioutine.

Nikolaï Alexandrovitch Milioutine (en russe : Николай Александрович Милютин ; 21 décembre 1899 - 4 octobre 1942) est un bolchevik russe, membre du Narkomfin (commissariat du peuple chargé des Finances soviétique), qui s'est distingué par ses théories en architecture et en urbanisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le projet de Sotsgorod[modifier | modifier le code]

En 1930 paraît son œuvre Sotsgorod qui le rendra célèbre dans le milieu des architectes. Milioutine y expose ses théories du développement de la ville soviétique (Sots(ialitcheski)Gorod). Il reprend à un urbaniste français lui-même influencé par Arturo Soria y Mata[Qui ?] l'idée d'une ville linéaire bâtie le long de voies de transport et juxtaposant 1o une ligne de bâtiments industriels puis 2o une ligne de zone verte et 3o une ligne d'habitation. Il insiste particulièrement sur la nécessité d'une distance courte entre habitation et lieu de travail (20 minutes à pied, contre l'idée d'une ville régie par l'automobile), sur le placement des bandes par rapports aux vents dominants, pour éviter que l'industrie ne pollue les zones résidentielles.

Bâtiments du Narkomfin (commissariat du peuple chargé des Finances) conçus par Milioutine

La ville qu'il dessine est déconcentrée et modulable, extensible à l'infini, horizontale, sans concentration verticale (gratte-ciel), centrée sur les besoins du peuple et de l'industrie : avec pour le peuple une réduction au maximum des parties privées par la création de cantines du déjeuner et du dîner, et la présence de paysages arborés aux fenêtres des résidences, l'industrie bénéficie, elle, d'une ville fondée sur les principes fonctionnalistes d'un Henry Ford : les zones d'une ville doivent être organisées comme les zones de production, à l'image d'une chaîne de montage dans une usine.

Son architecture récuse la partition des villes en zones écartées les unes des autres (industrie-commerce-résidence) et préfère à cela des bandes aux fonctions nettement délimitées mais installées à proximité. Il insiste pourtant sur le caractère progressif de son architecture : sa ville n'est pas une ville utopiste qui correspondrait au stade du socialisme achevé ; elle n'est qu'une réorganisation de l'espace destinée justement à achever plus rapidement ce socialisme. Il applique donc ses méthodes à plusieurs projets d'urbanisme de Nijni Novgorod, Stalingrad et Magnitogorsk.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Соцгород. Проблемы строительства социалистических городов ("Sotsgorod. Problemy stroïtelstva sotsialitcheskikh gorodov"), Moscou-Léningrad, GIZ, 1930, traduit en français par Élisabeth Essaïan sous le titre Sotsgorod, Le problème de la construction des villes socialistes, Éditions de l'Imprimeur, 2002 (ISBN 2910735699)
  • Основные вопросы теории советской архитектуры ("Osnovye voprossi teori sovietskoï arkhitektoury", Nouvelles questions de la théorie de l'architecture soviétique), Sovietskaya arkhitektoura, 1933, no 5

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Iouri Bocharov, Selim Khan-Magomedov, Nikolaï Milioutine, Fond Roussky Avangard / Arkhiterkura-S, 2007 (en russe) (ISBN 9785964701316)

Liens externes[modifier | modifier le code]