Porte Maillot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maillot et Porte de Neuilly (homonymie).
Porte Maillot
Illustration de la Porte Maillot
Précédent Sens anti-horaire
Porte Dauphine
(enceinte de Thiers)
Porte des Sablons
(limite extérieure de
la ville de Paris)
Porte Maillot Sens horaire
Porte des Ternes
Suivant
Géographie
Boulevard (s) Boulevard de l'Amiral-Bruix
Boulevard Gouvion-Saint-Cyr
Arrondissement (s) 16e, 17e
Commune limitrophe Neuilly-sur-Seine
Coordonnées 48° 52′ 40″ N 2° 16′ 56″ E / 48.8778, 2.28222 ()48° 52′ 40″ Nord 2° 16′ 56″ Est / 48.8778, 2.28222 ()  
Transports en commun
Petite Ceinture Neuilly - Porte Maillot
Petite ceinture RATP PC1

PC3

RER (RER)(C)
Gare de Neuilly - Porte Maillot
Métro (M)(1)
Porte Maillot
Bus (BUS) RATP 73 82 244 balabus
Routes
Route nationale 13

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Point carte.svg
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La porte Maillot ou porte de Neuilly[1] est un des accès de Paris sur son tracé de 1860 et l’une des portes de l’ancienne enceinte de Thiers.

Elle est située à la limite des 16e et 17e arrondissements, au croisement de l'avenue de la Grande-Armée avec le boulevard de l’Amiral-Bruix et le boulevard Gouvion-Saint-Cyr.

Cette porte Maillot, qui fut également baptisée « Porte de Neuilly », ne doit pas être confondue avec la porte de Neuilly qui marque l'entrée nord-ouest du bois de Boulogne.

Il importe aussi de ne pas confondre cette porte Maillot ni la porte de Neuilly avec la barrière de Neuilly (voir au n° 23 de la liste sous « Barrière de l'Étoile ») du mur des Fermiers généraux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La porte Maillot était la principale des huit portes que comptait l'enceinte du Bois de Boulogne réalisée sous le règne d'Henri II, et dont le véritable nom était en fait « porte Mahiaulx », « Mahiot » en 1668, puis « Mailhau », peut-être à cause de l'ancien jeu de mail situé au-delà dans le bois[2], ou en souvenir de la révolte des Maillotins en 1382, où les paysans des Ternes et de Clichy se joignent aux Parisiens lors du rétablissement des taxes sur les denrées de première nécessité[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La porte Maillot était une porte du bois de Boulogne et non une porte de Paris ; elle a toujours été parallèle à l'avenue de Neuilly.[réf. nécessaire]

En 1715, une arche de cette porte fut détruite afin que le char funèbre de Louis XIV puisse passer afin de rejoindre la nécropole royale de la basilique de Saint-Denis. En 1774, la porte Maillot vit passer le char funèbre de Louis XV.

Venant de l'allée royale dans le bois de Boulogne, la route de la Révolte passait par la porte Maillot et se prolongeait en ligne droite jusqu'à l'actuelle Porte de Paris à Saint Denis en passant par le carrefour Pleyel.

Lors de la guerre franco-prussienne de 1870 et 1871, les immeubles de la Porte Maillot furent détruits au moment du siège de Paris.

Au XXe siècle, la Porte Maillot fit l'objet de plusieurs projets d'aménagement, notamment dans les années 1930, du fait de la récente démolition des fortifications de Paris.

  • En 1931, le projet d’aménagement de la Porte Maillot, rebaptisée Place de la Victoire, prévoyait l'installation d'une statue équestre du maréchal Foch. Ce projet fut conçu par le Service de l’Extension de Paris, sous la direction de Louis Bonnier. Un concours privé fut alors lancé auprès de douze architectes, par Léonard et Pierre Rosenthal, auquel participa notamment Henri Sauvage. Celui-ci proposa deux « pylones » d’habitations à gradins dominant une place délimitée par des immeubles conventionnels, et conçue suivant les règles de composition baroques.
  • À la même époque, Henri Prost proposait un plan d’extension de Paris, prévoyant une « Voie triomphale » de Paris vers la Croix de Noailles en forêt de Saint-Germain, axée sur la grande perspective du Louvre à l’Arc de triomphe de l’Étoile, et dont la Place de la Victoire (l’actuelle Porte Maillot) constituait, à l’entrée de Paris, un jalon majeur.
  • En 1937, les deux architectes Émile-Louis Viret et Gabriel Marmorat proposèrent un projet d'aménagement de la porte Maillot marqué par l'influence d'Auguste Perret : goût pour les grandes compositions monumentales et pour la symétrie, rigueur systématique avec un certain triomphalisme. Les deux auteurs avaient imaginé deux niveaux avec des passages souterrains réservés à la circulation automobile, et des jardins à l'anglaise à l'entrée du Bois de Boulogne, avec deux tours géantes encadrant la perspective de l'Arc de Triomphe de l'Étoile tout en la respectant[4].

Description[modifier | modifier le code]

La porte Maillot

La porte Maillot franchit le périphérique au sud de la place de la porte Maillot.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Fierro, Histoire et dictionnaire de Paris, Robert Laffont, 1580 pages, 1996 (ISBN 2221078624) ; page 848 : « [...] la porte de Neuilly dite aussi porte Maillot [...] ».
  2. Collectif, Le patrimoine de la RATP, p. 393
  3. Mairie du 17e arrondissement - Étoile, Grande-Armée, Porte Maillot, un axe historique majeur
  4. Yvan Christ, Paris des Utopies, éd. Balland, Paris, 1977, p. 113.

Annexes[modifier | modifier le code]