Georges Candilis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Candilis
Image illustrative de l'article Georges Candilis
Présentation
Nom de naissance Γεώργιος Κανδύλης
Naissance
Bakou Drapeau de la Russie Impériale Empire russe (actuel Drapeau de l’Azerbaïdjan Azerbaïdjan)
Décès
Paris
Nationalité Drapeau de la Grèce Grèce
Activité(s) Architecte, urbaniste, enseignant
Diplôme 1936
Formation Université polytechnique nationale d'Athènes
Œuvre
Agence ATBAT, Agence Candilis-Josic-Woods, Team 10
Réalisations Extension de Bagnols-sur-Cèze
Le Mirail
Port-Leucate et Port-Barcarès

Georges Candilis (en grec : Γεώργιος Κανδύλης/Yeóryos Kandýlis, Bakou, - Paris, ) est un architecte et urbaniste grec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il effectue des études d'architecture à l'école polytechnique d'Athènes de 1931 à 1936. Il rencontre Le Corbusier durant ses études, alors qu'il assiste au quatrième Congrès international d'architecture moderne qui se tient à Athènes en 1933. En 1943, Le Corbusier lui confie la direction de l'ASCORAL (Assemblée de COnstructeurs pour une Rénovation Architecturale). Candilis s'installe en France en 1945 et y rejoint l'atelier de Le Corbusier, devenant un de ses principaux collaborateurs. Il endosse notamment la responsabilité de la programmation du chantier de l'Unité d’habitation de Marseille jusqu'en 1952.

Candilis se rend à Tanger au début des années 1950, où il rejoint l'antenne africaine de l'ATBAT (ATelier des BÂTisseurs) fondé par Le Corbusier, Jacques Lefebvre, Vladimir Bodiansky, André Wogenscky et Marcel Py en 1947 dans le cadre de la construction de l'Unité d'habitation de Marseille. Shadrach Woods, l'ingénieur Henri Piot et Candilis dirigent cette structure, conçue à mi-chemin entre centre de recherche et lieu de travail interdisciplinaire où collaborent architectes, ingénieurs et techniciens[1]. En raison du climat politique local alors tendu, l'atelier tangerois est fermé en 1952, ce qui conduit Candilis et Woods à devenir les directeurs du siège situé à Casablanca jusqu'en 1954, moment de l'arrêt définitif des activités africaines de l'ATBAT. L'ATBAT continue cependant au siège parisien de la rue Saint-Augustin à Paris.

Membre fondateur du collectif Team 10 en 1953, Candilis apporte comme contribution principale son idée de "l'habitat du plus grand nombre". Cette idée lui est venue de Michel Écochard, avec qui Woods et Candilis ont présenté en 1953 leur travaux marocains lors du neuvième CIAM. Ces travaux, ainsi que ceux effectués dans le cadre des projets de l'ATBAT, ont été suivis avec attention et ont reçu des critiques élogieuses. Vers la fin des années 1950, Candilis développe déjà avec Woods l'idée d'un habitat évolutif, intégrant la problématique de la croissance et du changement à l'échelle de la maison individuelle. Au sein de la Team 10, Candilis constitue un lien de continuité entre le CIAM, où il s'est investi de longue date, et Le Corbusier, de par la relation privilégiée qu'ils entretiennent.

Après la fin de l'ATBAT, Candilis et Woods s'installent en 1954 à Paris, où ils créent leur propre agence, en partenariat avec l'architecte yougoslave Alexis Josic. Ils s'associent également aux ingénieurs Paul Dony et Henri Piot. L'agence, à peine ouverte, gagne le concours « Opération Million », dont l'objectif est de réduire des deux tiers le coût de construction d'un appartement trois pièces, en le faisant descendre en dessous du million de francs. Jusqu'en 1964, l'agence Candilis-Josic-Woods travaille sur des dizaines de milliers de logements, en France métropolitaine comme dans les DOM-TOM. Entre autres réalisations remarquables, on peut citer l'extension de Bagnols-sur-Cèze avec la collaboration de Nadir Afonso entre 1956 et 1961 ou la conception du quartier du Mirail à Toulouse de 1961 à 1971. Au sein de l'équipe, Candilis a pour rôle la représentation officielle de l'agence et la négociation, en étant constamment en contact d'un côté avec les entrepreneurs et de l'autre avec les politiques.

En 1965, il ouvre un atelier extérieur à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris à la demande de ses étudiants, le groupe C. Il continue d'enseigner après les évènements de mai 1968, à l'Unité Pédagogique NR 6. Il assure également, de manière ponctuelle, des interventions dans d'autres écoles en France et à l'étranger où il est invité.

Lorsque le CIAM cesse d'exister, Candilis continue à organiser certaines réunions de la Team 10 : celles de Bagnols-sur-Cèze en 1960 et de Toulouse en 1971. La dernière réunion du collectif, informelle, se tient en 1977 à Bonnieux, dans sa propre maison de vacances.

En 1969, le partenariat avec Josic et Woods est rompu. Candilis poursuit alors seul son activité en tant qu'architecte et urbaniste. Il travaille sur l'aménagement de sites touristiques (dont Port-Barcarès), ainsi que sur plusieurs projets de logements et d'écoles au Moyen-Orient. Il est appelé par ailleurs en Grèce après la chute des colonels en 1974 pour des conseils dans des projets d'aménagement et d'urbanisme.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Cabinet Candilis-Josic-Woods

Vue générale actuelle du quartier du Mirail à Toulouse

Architecte indépendant

Publications[modifier | modifier le code]

  • Recherches sur l'architecture des loisirs, éd. Eyrolles, 1973, 144 p.
  • Bâtir la Vie, éd. Stock, 1977, 311 p. ; réédition Infolio, coll. Archigraphy Poche, Gollion, 2012 (auto-rétrospective de son travail)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sur les études de l'AtBat Afrique, cf. Letizia Capannini, "Habitat collectif méditerranéen et dynamique des espaces ouverts", dans Le logement et l'habitat comme objet de recherche, Actes de la Journée d'étude Jeunes chercheurs 20 mai 2005 [lire en ligne]
  2. Fiche inventaire sur le site de l'Atlas du patrimoine de Seine-Saint-Denis
  3. Fiche no 33 : Lotissement les Mûriers, sur le site du label « Patrimoine du XXe siècle » en Provence-Alpes-Côte d'Azur.
  4. cf. article "École primaire française" AMC, avril 1986, no 11, p. 42

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jürgen Joedicke, Candilis, Josic, Woods, une décennie d'architecture et d'urbanisme, éd. Eyrolles, 1968, 224 p.
  • Pierre Granveaud, « Georges Candilis » in Dictionnaire des architectes, éd. Encyclopædia Universalis-Albin Michel, 1999, p. 166-168
  • Bénédicte Chaljub, Georges Candilis, Alexis Josic, Shadrach Woods. Paris : Monum, In Folio, 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]