Chaim Jacob Lipchitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Lipchitz né Chaim Jacob Lipchitz le 22 août 1891 à Druskininkai en Lituanie - mort le 26 mai 1973 à Capri, est un sculpteur naturalisé français puis américain.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Portrait de Jacques et Berthe Lipchitz par Amedeo Modigliani, 1916, Art Institute of Chicago

Il arrive à Paris en 1909 sans avoir suivi aucune formation artistique. Il suit les cours de l'École des Beaux-Arts un temps puis il fréquente l'Académie Julian à Montparnasse. Par ailleurs, il s'intéresse à l'avant-garde cubiste.

En 1913, il crée La femme au serpent et la danseuse qui sont ses véritables premières œuvres dégagées des traditions du XIXe siècle. La femme au serpent est un assemblage harmonieux d'éléments abstraits, où le sein par exemple est évoqué sans ambiguïté par un cône ; l'ensemble est dès le premier regard une œuvre cubiste. Pour la danseuse, Lipchitz utilise encore moins de surfaces courbes en privilégiant les plans qui se coupent à angle droit. Ces deux œuvres placent Lipchitz parmi les grands sculpteurs cubistes que furent Alexander Archipenko, Juan Gris ou Henri Laurens. La filiation avec d'autres sculpteurs majeurs de l'époque, comme Umberto Boccioni, Raymond Duchamp-Villon, Pablo Picasso ou Constantin Brâncuşi, est moins évidente bien qu'il ait connu leurs œuvres, voire fréquenté ces artistes.

En 1915, il signe son premier contrat avec un marchand d'art (Léonce Rosenberg). A 24 ans, il expose Homme à la guitare, qui fait sensation. Cette fois, Lipchitz a produit une œuvre très abstraite où le premier regard ne reconnaît pas nettement les parties qui constituent le corps de l'homme.

1920 : première exposition personnelle chez Rosenberg. Lipchitz réalise à cette époque le portrait de Gertrude Stein et aussi des statues d'un cubisme abstrait comme la série des baigneurs. Il rompt son contrat avec Rosenberg, qui lui assurait un bon revenu, afin de pouvoir produire ce qu'il veut et non pas ce qu'on lui impose. Il s'ensuivra des difficultés financières pendant plusieurs années.

1924-25 : il devient citoyen français et se marie avec Berthe Kirosser (qu'il connait depuis 1918). Il fait une ébauche pour le sacrifice qui préfigure les œuvres postérieures : abandon des plans qui se coupent à angle droit, surface non lisse, forme complexe qu'un seul regard ne peut saisir. Mais l'essentiel de sa production reste cubiste.

1930 : exposition de 100 œuvres à la galerie Jeanne Bucher. Les plans lisses se coupant à angle droit sont désormais abandonnés au profit de surface courbes et complexes (voir par exemple le harpiste Collection Marlborough à Vaduz).

1935 : première exposition importante à New York.

1938 : Certaines sculptures se gonflent d'excroissances - (l'enlèvement d'Europe à Vaduz ou Toward a new World Pepsi Cola Collection). La production d'œuvres plus lisses se poursuit cependant.

1941 : il émigre à New-York.

1946 : retour en France. Mais la France n'offre pas les mêmes possibilités pour la sculpture que les États-Unis ; sa femme préfère Paris à New York. Ils divorcent.

1948 : il épouse Yulla Halberstadt, sculpteur.

1952 : l'incendie de son atelier à New York détruit la majeure partie de son œuvre américaine.

1954 : grande rétrospective au MOMA à New-York.

1958 : il devient citoyen américain - grande exposition à Amsterdam. Cette année-là, il frôle la mort lorsqu'un cancer de l'estomac manque de l'emporter. Il guérira miraculeusement après avoir reçu une bénédiction du Rabbi de Loubavitch. Suite à cet épisode, il rencontrera le Rabbi l'été suivant. Celui-ci lui demandera deux choses: premièrement de renouer avec la pratique juive en portant les téfilines (phylactères) chaque jour ; deuxièmement de divorcer religieusement de sa première épouse afin d'épouser religieusement la seconde. Lipchitz mettra en pratique ces deux recommandations[1].

1961-62 : il s'installe près de Carrare en Italie.

1963 : première visite en Israël.

1970-71 : grande exposition rétrospective à Berlin et autres villes d'Europe, ainsi que Tel Aviv et Jérusalem.

1972 : grande exposition au Metropolitan Museum à New York. Publication de son autobiographie, Ma vie en sculpture.

26 mai 1973 : décès à Capri. Le 29 mai, il est inhumé à Jérusalem.

La joie de vivre (1927), Musée d'Israël à Jérusalem
Le cri (1928-1929), Parc de sculptures du Musée Kröller-Müller d'Otterlo, Pays-Bas
Le Chant des voyelles (1931-1932), Parc de sculptures du Musée Kröller-Müller d'Otterlo, Pays-Bas

Où voir les œuvres de Jacques Lipchitz ?[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Sur le net

  • baigneur (1923-25)
  • sacrifice (1948-58)
  • Prométhée étranglant le vautour (1949), Minneapolis (le même que celui de Philadelphie)

et aussi sur [1]

en France

aux Pays-Bas

en Grande-Bretagne

  • Notre Dame de Liesse (1953), The Abbey, the Iona Community, Argil, Scotland

au Liechtenstein

Très nombreuses œuvres à la Collection Marlborough à Vaduz, dont :

  • L'ultime étreinte (1971).

aux États-Unis

  • tête (1915), Hirschhorn Museum à Washington
  • figure détachable (1915), Cleveland Museum of Art
  • homme à la guitare (1916), MOMA, New York
  • baigneur (1917), Barnes Fondation
  • drapée (1919, fondue après 1946), Indiana University Museum of Art, Bloomington
  • mère et enfant (1929), Cleveland Museum of Art
  • le retour de l'enfant, (1941) Guggenheim Museum, New York
  • blossoming (1941), MOMA, New York
  • Prométhée étranglant le vautour (1949), Philadelphia Museum of Art
  • Daniel Greysolon, sieur du Luth (1965), Université du Minnesota, Duluth[3]
  • peace on earth (1967), Los Angeles County Music Center
  • une dizaine d’œuvres, sculptures et dessins, Institut d'art de Chicago, Chicago

au Canada

en Israël

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. How Jacques Lipchitz Found G-d, article de Chabad.org.
  2. Jean Cocteau lui avait amené le jeune poète en lui suggérant de faire son portrait. Radiguet avait alors 17 ans et travaillait au Diable au Corps, dont il lisait les pages pendant les séances de pose.
  3. Photo, site de l'université

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Mother and Child, 1930, Honolulu Museum of Art
  • Hammacher, Abraham Marie, “Jacques Lipchitz, His Sculpture”, New York, Harry N. Abrams, 1961.
  • Hope, Henry Radford, “The Sculpture of Jacques Lipchitz”, New York, Plantin press, printed for the trustees of the Museum of Modern Art, 1954.
  • Van Bork, Bert, “Jacques Lipchitz, The Artist at Work”, New York, Crown Publishers, 1966.
  • Lipchitz, Jacques, “My Life in Sculpture”, New York, Viking Press, 1972.
  • Barbier, Nicole “Lipchitz : Œuvres de Jacques Lipchiz” (1891-1973), Centre Georges Pompidou, Musée d'art moderne, 1978.
  • Stott, Deborah A., “Jacques Lipchitz and Cubism”, Ne w York, Garland Pub., 1978.
  • Van Bork, Bert, “Jacques Lipchitz, The Artist at Work”, New York, Crown Publishers, 1966.
  • Wilkinson, Alan G., “Jacques Lipchitz, A Life in Sculpture", Toronto, Canada, Art Gallery of Ontario, 1989.