Néoplasticisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Néo-plasticisme)
Aller à : navigation, rechercher

Le terme néoplasticisme fut employé par les peintres néerlandais Piet Mondrian et Theo van Doesburg pour décrire leur art, abstrait, austère et géométrique.

Définition[modifier | modifier le code]

Mondrian explique le néoplasticisme comme un principe esthétique défini par deux lois:

  1. il n'y a ni courbes ni obliques mais que des traits verticaux ou horizontaux
  2. les couleurs sont des couleurs pures uniquement : bleu, rouge et jaune (Mondrian ne parle pas de couleurs primaires : bleu différent du cyan, et rouge différent du magenta), et les non-couleurs : le gris, le noir et le blanc.

Le noir étant l'absence de couleur, et le blanc toutes les couleurs ensemble. Pour Mondrian, le noir, le gris et le blanc sont l'immuable, le "spirituel", et les couleurs pures sont le variable. La première œuvre vraiment néo-plastique est la Composition avec jaune, rouge, noir, bleu et gris (1920, Stedelijk Museum, Amsterdam, Pays-Bas), signée par Mondrian. Une des plus célèbres œuvres est la chaise Rouge et bleue réalisée de 1917 à 1918.

Composition d'un tableau[modifier | modifier le code]

Ces deux peintres sous-entendent que leurs tableaux sont constitués d'éléments purement formels, ou plastiques, tels que couleurs, formes, lignes et plans. Toute référence au monde matériel est bannie de leurs toiles, comme dans Composition avec gris, rouge, jaune, et bleu de Mondrian et Composition de Van Doesburg, toutes deux peintes peu après la fin de la Première Guerre mondiale. Ces œuvres sont des exemples de création du mouvement néerlandais De Stijl (Le style), groupe informel de peintres fondé en 1917 et dirigé par Van Doesburg et Mondrian. Le langage visuel dépouillé de ces tableaux en a fait des icônes de l'ère moderne.

"Composition avec, rouge, gris, bleu et jaune" de Piet Mondrian[modifier | modifier le code]

Ce tableau de Mondrian apparaît comme une configuration relativement simple d'éléments. Des lignes noires traversent le tableau horizontalement et verticalement, précisément parallèles aux bords de la toile. Elles forment une grille irrégulière contenant des zones de couleurs plates et rectangulaires: noires, plusieurs nuances de gris, et rouge et jaune mêlés de gris. La disposition est asymétrique, mais la manière dont ces blocs de couleur sont associés dans tout le tableau maintient une impression d'équilibre ou d'unité visuelle. Mondrian dira lui-même de ces tableaux: "Vous devez d'abord tenter de voir composition, couleur et ligne et non la représentation comme représentation." Mondrian développe alors une forme d'art doué d'une réalité propre, distincte du reste de l'existence. Les néoplasticistes réduisirent le dessin à sa forme la plus basique et n'employèrent que trois couleurs pures : bleu, rouge et jaune.

Art harmonieux[modifier | modifier le code]

Mondrian déclara à plusieurs reprises qu'il recherchait un art équilibré et harmonieux. Ce n'est pas seulement une préoccupation picturale, puisqu'il considérait l'équilibre dans ses œuvres comme équivalents d'une harmonie cosmique. Mondrian fut influencé par le peintre russe Kandinsky,ainsi que le mathématicien néerlandais Matthieu Schoenmaekers qui en 1915 écrivit: "Les deux contraires absolus fondamentaux qui façonnent notre terre sont: la ligne horizontale de pouvoir, c'est-à-dire la course de la terre autour du soleil, et le mouvement vertical, profondément spatial des rayons originaires du centre du soleil."

La structure géometrique de la peinture de Mondrian est très différente du monde subjectif et gestuel de l'art de Kandinsky avant la guerre. Si l'art néoplastique était un art idéaliste qui ne visa jamais à être "intemporel", ses formes utopiques n'en demeurent pas moins le produit d'une époque particulière. L'ordre et la stabilité avaient une grande importance après le traumatisme de la Première Guerre mondiale, et pour Mondrian et Van Doesburg l'art avait un rôle fondamental à jouer pour reconstruire la civilisation occidentale. Les œuvres de ces deux artistes peuvent en conséquence être considérés comme des exemples, ouvrant la voie moralement et esthétiquement tandis que l'Europe entrait dans une nouvelle phase de son histoire.

En 1942, Mondrian vivait à New-York. Ayant passé plusieurs années à explorer les différentes combinaisons de ses éléments picturaux de base - couleurs primaires, grille noire et fond blanc -, il changea radicalement de direction. Comme son œuvre "Broadway Boogie-Woogie". Le titre suggère qu'il a été directement inspiré par la ville, ainsi que par le rythme du Jazz. Son langage visuel et son ouverture à des références matérielles révèlent un artiste qui tourne le dos aux restrictions qu'il s'était volontairement imposé avec le néoplasticisme.

Sources[modifier | modifier le code]