Paul Schultze-Naumburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Schultze-Naumburg

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie de Schultze-Naumburg

Naissance 10 juin 1869
Naumburg
Décès 19 mai 1949 (à 79 ans)
Iéna
Nationalité Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Profession
Architecte

Paul Schultze-Naumburg (10 juin 186919 mai 1949) est un architecte allemand qui fut estimé par l'Allemagne wilhelminienne. Il fut par la suite critique et adversaire de l'architecture moderne de l'Allemagne nazie, en tant que défenseur de l'architecture néogermanique (Heimatschutzstil) méprisée par les architectes officiels. Pourtant, de même qu'Alexander von Senger, Eugen Honig (en), Konrad Nonn (en) ou German Bestelmeyer, Schultze-Naumburg fut un membre de l'organisation appelée Kampfbund deutscher Architekten und Ingenieure (KDAI), unité de propagande para-gouvernementale du parti national-socialiste. Il figure sur la Sonderliste de la Gottbegnadeten-Liste.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Schultze-Naumburg est né à Almrich (aujourd'hui intégré à Naumburg) en Saxe prussienne, et au début du XXe siècle s'est fait connaître comme peintre et architecte, notamment en concevant Cecilienhof pour la Maison Hohenzollern. Avant la Première Guerre mondiale, il écrit des articles et des livres condamnant l'art et l'architecture moderne en termes racistes, il fournit ainsi à Adolf Hitler les bases de ses théories dans lesquels la Grèce classique et le Moyen Âge sont les vraies sources de l'art aryen[1]. Schultze-Naumburg écrit des livres comme Die Kunst der Deutschen. Ihr Wesen und ihre Werke (L'Art des Allemands. Son caractère et ses productions) ou Kunst und Rasse (Art et race), ce dernier publié en 1928 dans lequel il avance que seuls les artistes « racialement purs » peuvent produire un art sain qui maintient les idéaux intemporels de la beauté classique, tandis que les artistes modernes racialement « métissés » font la preuve de leur infériorité et de corruption en produisant des œuvres difformes. Pour preuve il y reproduit des exemples d'art moderne à côté de photographies de personnes avec des difformités et des maladies, renforçant graphiquement l'idée de modernité en tant que maladie[2].

Schultze-Naumburg meurt à Iéna en 1949.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Manoir de Grabow (1912-1914) dans le Brandebourg

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) José Roig, Tres arquitectos del periodo guillermino : Hermann Muthesius, Paul Schultze-Naumburg, Paul Mebes, Valladolid, Universidad de Valladolid, Secretariado de Publicaciones e Intercambio Editorial,‎ 2006 (ISBN 978-8-484-48370-0)
  • (en) Peter Adam, Art of the Third Reich, New York, H.N Abrams,‎ 1992 (ISBN 0-810-91912-5)
  • (en) Stephanie Barron, Degenerate art : the fate of the avant-garde in Nazi Germany, Los Angeles, Calif. New York, Los Angeles County Museum of Art H.N. Abrams,‎ 1991 (ISBN 0-810-93653-4)
  • (en) Henry Grosshans, Hitler and the artists, New York, Holmes & Meier,‎ 1983 (ISBN 0-841-90746-3)

Source[modifier | modifier le code]