Yann Moix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moix.
Yann Moix
Yann Moix 2019.jpg
Yann Moix en 2019.
Biographie
Naissance
(51 ans)
Nevers
Nationalité
Formation
Activité
Fratrie
Autres informations
Membre de
Genre artistique
Distinctions
Œuvres principales

Yann Moix /jan mwaks/[1], né le à Nevers (Nièvre), est un écrivain et réalisateur français, également chroniqueur à la télévision et dans la presse.

Il obtient le prix Goncourt du premier roman pour Jubilations vers le ciel en 1996, puis le prix Renaudot pour Naissance en 2013. Son premier long-métrage, Podium, adapté de son propre roman, remporte un important succès en 2004.

De 2015 à 2018, il est chroniqueur dans l'émission à succès On n'est pas couché diffusée le samedi soir, en deuxième partie de soirée sur France 2, animée par Laurent Ruquier, en duo avec Léa Salamé, puis Vanessa Burggraf et enfin Christine Angot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Cousin des écrivains catalans Terenci Moix[2] et Ana María Moix dont la famille est liée au syndicaliste Josep Moix et au juge anti-corruption Manuel Moix (en)[3], Yann Moix est le fils d'un masseur-kinésithérapeute et d'une secrétaire[4].

En 2019, il raconte, dans son roman Orléans (2019) et en interview, avoir été un enfant battu, victime de diverses maltraitances de la part de ses parents[5],[6], ce que réfutent à la fois son père et son frère Alexandre[7],[8]. Dans une lettre ouverte[9], ce dernier accuse Yann, son « bourreau », de lui avoir infligé les sévices que Yann décrit dans son livre Orléans en les prêtant à ses parents[7]. Dans une interview filmée[10], la grand-mère de Yann et d'Alexandre soutient les déclarations de Yann, ainsi que le contenu de son livre Orléans, déclarant que « ses parents ne l'ont jamais aimé ». Elle affirme également qu'Alexandre a été pensionnaire d'un hôpital psychiatrique et très actif dans un mouvement d’extrême droite[Lequel ?],[pertinence contestée],[10].

Formation[modifier | modifier le code]

Il fait ses études primaires, puis secondaires, à Orléans[11], où il obtient un baccalauréat scientifique[12].

Yann Moix poursuit ses études à l'École supérieure de commerce de Reims, et obtient son diplôme en 1992[13]. Il fait en parallèle des études de philosophie, à l'université de Reims[12]. Il est également diplômé de Sciences Po Paris en 1995[14] : son mémoire, sous la direction de Jean-Noël Jeanneney, est consacré à la ville de Vienne (Autriche).

Révélation littéraire[modifier | modifier le code]

En classe de quatrième, il s'abonne au Bulletin des amis d'André Gide[15].

Yann Moix est « découvert » en 1994 par Bernard-Henri Lévy[16] ; Yann Moix contacte le littérateur, qui ne l'accepta qu'après un test : écrire en une demi-journée trois textes, l'un sur le fascisme en Italie, l'autre sur Federico Fellini et le troisième sur Germinal de Claude Berri[17],[18]. Ensuite, Moix se rapproche également de Philippe Sollers[19] et de Pierre Assouline[20].

Son premier roman, Jubilations vers le ciel, reçoit le prix Goncourt du premier roman (1996)[21], le prix François-Mauriac[22] de l'Académie française et le prix Air-Inter Europe du premier roman[23]. Il s'agit du premier volet de la Trilogie de l'amour fou[24], dont font aussi partie Les cimetières sont des champs de fleurs (1997), qui a reçu la bourse de la Fondation Hachette, et Anissa Corto (2000).

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Il collabore chaque semaine aux pages Culture du magazine Marianne, de 1998 à 2002. Il tient aussi une chronique littéraire dans le magazine Elle entre 2000 et 2003.

En 2004, il collabore à l'éphémère journal de l'écrivain Marc-Édouard Nabe, La Vérité[25],[26]. Yann Moix, qui n'est plus ami avec Nabe à partir de 2007, déclare en 2015 que ce dernier devenait de plus en plus « un combattant contre Israël »[27],[28].

Entre 2008 et 2013, chaque jeudi, Yann Moix tient le feuilleton (chronique) du Figaro littéraire[29]. De janvier 2011 à juillet 2012, il réalise aussi chaque semaine une bande dessinée satirique dans Le Point. Il publie par ailleurs régulièrement depuis 2013 des grands reportages dans Paris Match[30].

Télévision et radio[modifier | modifier le code]

Yann Moix fait partie de 2010 à 2014 des chroniqueurs de l'émission On va s'gêner animée par Laurent Ruquier sur Europe 1[31],[32]. De à , il participe à L'Émission pour tous sur France 2[33]. Il participe aussi entre 2014 et 2015 à l'émission de radio Les Grosses Têtes, suivant ainsi Laurent Ruquier à RTL.

De juin 2014 jusqu'en mai 2015, il participe au Duel d'Olivier Galzi, confronté à François Reynaert, sur I-Télé, chaque mardi, en direct, à 23 h 30.

À la rentrée 2015, il succède à Aymeric Caron comme chroniqueur polémiste dans l'émission On n'est pas couché, d'abord aux côtés de Léa Salamé sur France 2[34], puis de Christine Angot. Il annonce en février 2018 que la saison en cours (sa troisième) sera sa dernière dans l'émission.

Depuis octobre 2018, il anime Chez Moix sur Paris Première, une émission où des invités « de tous bords » discutent de la société contemporaine[35]. La programmation de la deuxième saison est annulée après la controverse sur les publications antisémites en septembre 2019[36].

Divers[modifier | modifier le code]

Entre 2011 et 2015, Yann Moix anime le premier dimanche de chaque mois un séminaire au cinéma Saint-Germain, à Saint-Germain-des-Prés, pour la revue La Règle du jeu (fondée par Bernard-Henri Lévy) à laquelle il collabore depuis 1994. En 2011-2012, le séminaire était consacré à Kafka. En 2012-2013, à Francis Ponge. En 2013-2014, à Georges Bataille[37]. En 2014-2015, à Charles Péguy. Et en 2015-2016, à Aragon.

Depuis novembre 2011, Yann Moix est membre du comité d'honneur de l'Institut d'études lévinassiennes (fondé par Benny Lévy, Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy)[38].

Il est membre du Collège de 'Pataphysique[39], inspiré de l'œuvre d'Alfred Jarry, et il est décoré le 1er phalle 139 de l'ordre de la Grande Gidouille.

Moix a en outre écrit des chansons, notamment pour Arielle Dombasle et Diane Tell[40].

Littérature[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

Jubilations vers le ciel raconte comment un écolier de douze ans, Nestor, foudroyé à l'école communale par la beauté d'une certaine Hélène, poursuit celle-ci de son amour éperdu jusqu'à l'âge de quatre-vingts ans. Pour tenter de la séduire, il fera en sorte que, chaque jour de sa vie, Hélène soit étonnée par lui.

Les Cimetières sont des champs de fleurs, sélectionné pour le prix Renaudot, est un roman beaucoup plus noir. À la suite de la mort accidentelle de ses enfants sur l'autoroute, un homme de quarante ans, Gilbert Dandieu, resté ce jour-là à la maison, fait vivre un calvaire à sa femme, survivante du drame, à qui il fait endosser la responsabilité de leur mort.

Anissa Corto, sélectionné pour le prix Goncourt, est un hommage proustien à la femme inaccessible. Le narrateur, dont le métier est d'endosser le costume de Donald Duck au Parc Disneyland, se fait croire pendant trois cents pages qu'il est en couple avec une Algérienne de son quartier de la Porte de Clignancourt, à Paris, quand cette dernière ignore jusqu'à son existence.

Moix passe ensuite à une Trilogie du monde moderne. Le premier roman de cette trilogie, Podium, sélectionné pour le prix Goncourt, narre les mésaventures d'un sosie de Claude François, Bernard Frédéric, pour qui la star est un nouveau Christ. Ce livre dénonce la célébrité facile et la perte d'identité.

Partouz, roman de Yann Moix le plus controversé, établit un lien entre les terroristes islamistes d'Al-Qaïda lors des attentats du 11 septembre 2001 et la peur du plaisir sexuel chez ces mêmes terroristes. Yann Moix a également publié en 2004 un recueil de poèmes, Transfusion, dont les thèmes récurrents sont le terrorisme, les femmes, le sexe et la mort.

Panthéon, enfin, est à la fois un hymne à François Mitterrand et un ouvrage autobiographique, dans lequel Yann Moix raconte son enfance maltraitée.

Son ouvrage Mort et vie d'Edith Stein pose lui entre autres la question des rapports entre judaïsme et christianisme.

En 2007, Moix a publié hors-commerce un hommage personnel au judaïsme intitulé Apprenti-juif, d'abord paru dans la revue La Règle du jeu, dirigée par Bernard-Henri Lévy. C'est déjà dans cette même revue que Moix avait publié ses premiers textes, consacrés à Gombrowicz, Fellini, Pasolini, ainsi que ses premiers pamphlets, dirigés notamment contre Alexandre Jardin, Marc-Édouard Nabe, Amélie Nothomb et Bernard Tapie.

À la mort de Michael Jackson, il écrit Cinquante ans dans la peau de Michael Jackson, un essai qui affirme, entre autres, que Michael Jackson a vécu sa vie à l'envers.

En 2010, il publie La Meute[41], un essai sur la violence exercée mécaniquement, notamment via les réseaux sociaux, contre un seul individu. Il y étudie l'exemple de Roman Polanski.

Son roman, Naissance, reçoit le prix Renaudot[42] après avoir figuré sur les premières sélections des prix Goncourt, Renaudot, Médicis et Décembre[43]. Ouvrage de près de 1150 pages, celui-ci commence par la naissance de l'auteur, mais, en réalité, « manie et entremêle des récits et des types d'écriture multiples »[44].

Yann Moix publie en 2015 Une simple lettre d'amour, roman déchiré dans lequel il affirme que « les hommes ne savent pas aimer ».

L'essai qu'il sort en 2017, Terreur, se donne pour but de penser les attentats. Le livre interroge les effets du terrorisme sur notre psychologie collective, et tente de comprendre comment le processus de radicalisation peut être défini et expliqué.

En juin 2018, Moix publie Dehors, lettre ouverte qui s'adresse au président de la République Emmanuel Macron et qui soulève la façon dont sont traités les migrants à Calais.

Rompre, publié en 2019, est un roman dans lequel Moix s'interroge sur son passé amoureux et sur les ruptures qu'il a connues.

Les trois meilleures ventes de Yann Moix sont Naissance en 2013, avec 38 000 exemplaires vendus, Podium en 2002, avec 30 000 exemplaires vendus, et Partouz en 2004, avec 23 000 exemplaires vendus[45].

Écriture[modifier | modifier le code]

Selon Patrick Grainville, « chez Moix, le tragique est indissociablement lié au burlesque »[46], pendant que Les Inrocks considère que Moix a « trouvé sa voie » dans « le burlesque et l’absurde »[47].

Yann Moix revendique lui-même ce registre. Il déclare en effet au sujet de Dostoïevski : « Il y a tout chez lui : la théorie, le burlesque, la théologie, le suspense, l'action, des dialogues irréels, de l'humour… Il a le génie du hors sujet comme Proust, Céline ou Joyce… C'est ce que je veux faire[48] ! »

Selon Pierre Assouline, Yann Moix est « né sous le signe de l’excès. […] Moix ne se refuse rien, et si une digression doit courir sur vingt pages, qu’elle courre ! Rien n’est hors-sujet puisque le sujet est partout. Enfin un auteur qui s’autorise ! ». Il ajoute toutefois, au sujet de Naissance, que « l'on dira que son auteur en fait trop, ce qui est vrai »[49].

Bernard Pivot dit de lui qu'il est un « écrivain surdoué […] De cruelles métaphores jaillissent de sa plume. Le lyrisme ne lui fait pas peur. Il n'appartient pas à l'école des écrivains au style raplapla. C'est un provocateur qui jubile quand ses mots font mouche, y compris et surtout contre lui-même »[50].

David Caviglioli ajoute cependant dans L'Obs qu'en « une phrase, on passe du poignant au ridicule, du prodige au médiocre. C’est aussi répétitif que bondissant. Ça irrite autant que ça épate. C’est à la fois humble et prétentieux. On y retrouve tout Moix. Ses obsessions: l’enfance maltraitée, la mystique juive, Péguy, la persécution. Son talent fatigant (il écrirait: «fatigant talent», lui qui aime tout renverser), duquel il ne se méfie pas assez »[51].

Pour Le Temps, Yann Moix est « un auteur entier, vivant, écrivain par nécessité, anxieux et paradoxal […] Des fois, Yann Moix, quand il est écrivain, se dissimule dans des biographies dont il déborde, raconte d’autres vies que la sienne, tout en parlant de lui aussi. Quand il ne prend pas le prétexte d’un autre sujet que lui-même, il déborde quand même, écrit comme une fontaine, abonde, surabonde »[52].

Réception[modifier | modifier le code]

Le travail de Yann Moix partage régulièrement les critiques. Parmi les critiques favorables, François Busnel a écrit dans L'Express que Jubilations vers le ciel était « un des plus grands premiers romans du vingtième siècle ». Pour le magazine Lire, Mort et vie d'Edith Stein a « révolutionné un genre aussi suranné que l'hagiographie »[53]. Pour Le Figaro Magazine, Cinquante ans dans la peau de Michael Jackson est un livre « zébré d'intuitions parfois réellement géniales »[54]. Quant à Panthéon, il a été élu par Paris Match parmi les dix romans (avec notamment Plateforme et les Bienveillantes) qui ont « donné une empreinte française au nouveau siècle »[55]. Mais Aurélien Ferenczi de Télérama le considère comme un « écrivain médiocre et mauvais cinéaste »[56], La Voix du Nord évoque un « écrivain qui parle beaucoup pour ne rien dire et manque cruellement de classe »[57] et Les Inrockuptibles ne voit en lui qu'un « arnaqueur » avec « ces articles vains, écrits en cinq minutes, mais qui paraissent déguisés en livres »[58]. Son film Cinéman reçoit un accueil critique particulièrement sévère et a été primé deux fois (sur trois nominations) lors des Gérard du cinéma 2010.

Naissance, a été qualifié de « trop long, trop complaisant, trop hystérique, trop tout » par Le Monde pendant que Patrick Grainville (le Figaro)[46] y voit un « roman époustouflant ». Ce roman est qualifié de « livre hors-norme qui viole toutes les conventions romanesques » mais aussi « aussi répétitif que bondissant » par Le Nouvel Observateur[51], de « roman monumental » « roman interminable» par Les Échos[59] dont « On en sort épuisé, satisfait de l'avoir terminé », et de « burlesque, excessif, polymorphe » par Le Temps[52]. Pour Joseph Macé-Scaron, dans Le Magazine littéraire, « un tel livre est nécessairement plus grand que son auteur »[60]. Pierre Assouline affirme que « des pages éblouissantes qui forcent vraiment l’admiration y côtoient en permanence des tunnels où un chaos syntaxique s’accumule et s’agrège à faire fuir. Il faut alors passer son chemin pour se perdre plus loin et retrouver une densité aussi étourdissante »[49].

Il reçoit le prix Renaudot en 2013, en étant élu dès le premier tour[42].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Après son film court Grand Oral (2000), Yann Moix débute dans le long-métrage en 2004 avec la réalisation du film Podium, tiré de son livre du même nom, et dans lequel on retrouve dans le rôle principal l'acteur belge Benoît Poelvoorde, qui interprète un sosie de Claude François, aux côtés de Jean-Paul Rouve, qui interprète Couscous, un sosie de Michel Polnareff. Le film qui a rassemblé 3,4 millions de spectateurs en France[61], a été nommé cinq fois aux César en 2005 et a obtenu en 2004 le prix Robert Enrico de la mise en scène et le trophée de la première œuvre française du Film français. Depuis plusieurs années, il est question d'une suite, centrée sur Polnareff, le scénario étant écrit[62], mais que Moix abandonna à la suite du manque d'entrain des producteurs[63].

Son deuxième long-métrage, Cinéman, sorti en 2009 avec Franck Dubosc et Pierre-François Martin-Laval, est un film dans un film, où le personnage est physiquement transposé dans plusieurs longs-métrages de tout genre et de toute époque, un canevas proche de Last Action Hero ou La Rose pourpre du Caire[64]. Cependant, la conception du film fut très douloureuse, en raison de problèmes de casting, la mésentente globale de l'équipe technique, les difficultés du tournage et du fait qu'après la mauvaise réception des producteurs, la plupart des répliques furent réécrites et le film fut redoublé en post-production[65],[66]. Cinéman a été un échec sur le plan commercial et critique. Il a reçu le Gérard du plus mauvais film[67], et fait l'objet d'une critique particulièrement sarcastique sur le site spécialisé dans les pires films du 7e art, Nanarland[65].

Yann Moix sort en 2018 Re-Calais, un film documentaire diffusé par Arte sur la situation des migrants à Calais[68].

Depuis 2012, Yann Moix tourne et monte Korea, film documentaire sur la Corée du Sud et la Corée du Nord[69]. Parallèlement, il réalise depuis septembre 2018 un film avec Gérard Depardieu intitulé 70 sur les tribulations de celui ci à Pyongyang[70],[71].

Moix avait eu en tête une adaptation de Voyage au bout de la nuit de Céline, transposé à l'époque contemporaine, aux attentats du 11 septembre 2001[72].

Yann Moix a aussi été acteur pour Jean-Pierre Mocky dans Le Bénévole[73].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Cinéma Utopia[modifier | modifier le code]

Dans Le Figaro du [74], Yann Moix s'indigne d'un tract des cinémas Utopia présentant le film Le Temps qu'il reste. Il reproche notamment à ce tract de débuter par : « Les tragédies de l'histoire sont souvent grotesques. Les Palestiniens vivent depuis 1948 un cauchemar kafkaïen », puis il relève ceci : « Quelques massacres plus tard, perpétrés par les milices juives » et s'indigne de la formule « milices juives » qui, selon lui, « évacue Auschwitz d'un coup d'adjectif non seulement mal placé mais déplacé, un concept qui donnerait aussitôt vie, dans la foulée, à de jolis avatars, comme des nazis juifs, des fascistes juifs, des hitlériens juifs ». Il est aussi particulièrement frappé par cet autre extrait du tract : « Elia Suleiman revient sur son enfance dans une école juive où la lobotomisation sioniste des élèves filait bon train… » Il compare l'auteur du tract à Robert Brasillach et avance que les gérants des cinémas Utopia ont « la haine des juifs » et seraient « le visage nouveau de l'antisémitisme contemporain »[75], comparant leur gazette à Je suis partout, journal collaborationniste pendant la Seconde Guerre mondiale[76]. La revue La Règle du jeu (fondée en 1990 par Bernard-Henri Lévy) lui apporte son soutien[77].

Les cinémas d'art et d'essai du réseau Utopia portent plainte pour injure, et Yann Moix, ainsi que Le Figaro, défendu par Patrick Klugman, sont condamnés en 2010 pour « délit d’injure envers particuliers »[78] le [79]. David Caviglioli, journaliste de L'Obs, relève que le jugement précise que le tract a été écrit avec « une tonalité militante et abrupte », et lui-même soupçonne un antisémitisme sous-jacent à ce tract, relevant par exemple que le sionisme y est décrit comme le « rêve fou d'un état religieux juif »[76].

Diatribes contre la police nationale[modifier | modifier le code]

Le samedi 22 septembre 2018, durant l’émission de Thierry Ardisson Les terriens du samedi diffusée sur la chaîne C8, Yann Moix interpelle des policiers venus sur le plateau à l'occasion du livre du journaliste Frédéric Ploquin La peur a changé de camp : « La police française est une des plus violentes d'Europe […] vos cibles préférées, ce sont les pauvres et les milieux défavorisés », et ajoute : « vous n'avez pas les couilles d'aller dans des endroits dangereux »[80].

Ses propos vont déclencher une polémique et de nombreuses réactions. Les syndicats UNSA Police et Alternative Police CFDT déposent tous les deux plainte contre Yann Moix et dénoncent des « propos diffamatoires »[81]. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a réagi en affirmant son soutien aux policiers et en fustigeant les « mots grossiers et indécents » de Yann Moix. Le CSA a reçu près de 2 000 saisines, dont celle du syndicat de policiers Unité-SGP qui demande que des poursuites soient engagées par le ministère de l'Intérieur contre Yann Moix[82],[83],[84]. Le ministre de l'Intérieur annonce le qu'il décide de porter plainte[85].

À la suite de cette polémique, le chroniqueur va, dans un premier temps, répondre au ministre de l’Intérieur que « les policiers sont souvent abandonnés par les politiques […] la police travaille dans des conditions difficiles et précaires », tout en ajoutant que « en banlieue, on se carapate, à Calais ou dans les manifs on se défoule, on dégaine la matraque, on gaze des mineurs[86]… » Il s'excuse finalement le lendemain pour ses propos, affirmant qu’il a « manqué d’intelligence » dans sa manière de s’exprimer et qu’il y est « allé un peu trop fort »[87],[88],[89].

Accueil des migrants[modifier | modifier le code]

Yann Moix accuse le les CRS d'exactions vis-à-vis des migrants de la Jungle de Calais[90]. La préfecture du Pas-de-Calais dénonce, quant à elle, des informations erronées[91]. Libération publie le en une du journal une lettre ouverte de Yann Moix à l'intention du président Emmanuel Macron qui dénonce les traitements infligés à ces migrants, et accuse Emmanuel Macron d'être le premier responsable de cette situation[92]. En s'appuyant sur ce qu'il a observé à Calais et sur des rapports de l'IGPN et du Défenseur des droits, Yann Moix écrit que « des fonctionnaires de la République française frappent, gazent, caillassent, briment, humilient des adolescents, des jeunes femmes et des jeunes hommes dans la détresse et le dénuement. […] Ces actes de barbarie, soit vous [Emmanuel Macron] les connaissiez et vous êtes indigne de votre fonction ; soit vous les ignoriez et vous êtes indigne de votre fonction ».

Julien Pouyet, un journaliste de Nord Littoral, qui avait assisté à l'entrevue entre Yann Moix et les syndicats de police à Calais le 16 janvier et l'avait filmée, accuse Yann Moix de tenir un double discours dans cette tribune et de ne pas évoquer une partie de la réalité notamment celle concernant « la violence des migrants, les barrages réguliers sur les routes, les caillassages. » Il lui reproche également de ne pas mentionner la détresse des habitants de Calais « face à la jungle et ses 10 000 migrants, face à une pression migratoire sans précédent, sans réponse de l’État »[93],[94],[95].

Le 1er février 2018, la maire LR de Calais, Natacha Bouchart, répond au chroniqueur dans une tribune publiée dans le Figaro et qualifie Yann Moix de « honte du service public audiovisuel ». Elle lui reproche de ne pas avoir parlé de « l'humanité » des Calaisiens et de la municipalité, et invoque le « financement des aires de repas, des douches, des sanitaires ainsi [que] la mise à disposition du centre Jules-Ferry qui a permis, sur ma proposition, d'accueillir les femmes et les enfants »[96]. Le 20 février 2018, la cérémonie des Bobards d'or (d'extrême droite) distingue Yann Moix du plus haut prix du Bobard d'Or[97] pour avoir, selon eux, manipulé des images et accusé à tort le travail des forces de l'ordre. D'autre part, le préfet du Pas-de-Calais Fabien Sudry dénonce les propos « outranciers » de Yann Moix dans une lettre ouverte publiée sur Twitter[98]. Yann Moix lui répond dans Marianne en lui « [demandant] de [l]'attaquer en diffamation […] vous prétendez que les faits me donnent tort. Je vous somme de demander aux tribunaux de vous donner raison »[99].

L'écrivain publie en juin 2018 un livre en forme de lettre ouverte au président de la République, Dehors, sur la question des migrants. Il sort en même temps un documentaire (nommé Re-Calais) diffusé sur Arte, avec lequel il dit avoir espéré rendre compte de « l'absurdité » et de la « complexité » de la situation à Calais[100].

Le 6 juin 2018, Yann Moix déclare sur Europe 1 que « la chose la plus grave que j'aborde dans ce livre c'est l'évaluation de minorité par des institutionnels, la Croix-Rouge notamment, qui essaie de tout faire pour qu'un jeune ne soit pas considéré comme mineur, car s'il est mineur, nous sommes obligés de l'héberger. Il y a un test osseux qui date des années 1930, dont la marge d'erreur est de deux ans, ça tombe très mal »[101]. La Croix-Rouge annonce le lendemain le dépôt d’une plainte pour diffamation, et qualifie ces affirmations d'« entièrement fausses », « insultantes » et « odieuses »[102].

Loi Gayssot[modifier | modifier le code]

Fin 2010, il apparaît comme un des signataires d'une pétition pour l'abrogation de la loi Gayssot aux côtés de Robert Faurisson, Dieudonné et de militants d'extrême droite, initiative également soutenue par Noam Chomsky[103]. Opposé à cette loi mémorielle, il se rétracte cependant après avoir découvert qu'un des signataires n'était pas Robert Badinter comme il le croyait, mais Robert Faurisson, et il refuse que son nom soit associé à ce dernier[104],[105]. Paul-Éric Blanrue, initiateur de la pétition, et Yann Moix, amis jusqu'ici et qui n'avaient « jamais parlé des Juifs ensemble », d'après Yann Moix, se perdent de vue à cette occasion[104]. Le blog du Monde.fr des droites extrêmes[106] émet des doutes sur l'explication de Yann Moix, ayant relevé que l'explication initiale de Yann Moix quant à son soutien, comportait la mention suivante, effacée par la suite : « J’ai signé une pétition en ce sens, sur laquelle figurent évidemment, figurent logiquement, mes pires ennemis et les ordures les plus avérées ».

En 2007, Yann Moix avait préfacé le livre de Paul-Éric Blanrue Le Monde contre soi : anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme. Yann Moix déclarait à ce propos « important de montrer que même les plus grands penseurs se sont trompés »[réf. souhaitée], et, dans cette préface, il se présentait comme descendant de marranes, mais sans en apporter la preuve[107]. Selon Elisabeth Roudinesco, personne ne sait si Yann Moix a lu le contenu de ce livre, et il a retiré son nom de la réédition du livre[107].

Selon le journaliste Nicolas d'Estienne d'Orves, Yann Moix est « un philosémite exacerbé, il a même appris l’hébreu »[104].

Engagements[modifier | modifier le code]

Il soutient la candidature de François Bayrou à l'élection présidentielle française de 2012[108]. Le 8 janvier 2015, à la suite de l'attentat islamiste contre Charlie Hebdo, il lance une pétition pour la panthéonisation de Wolinski, Cabu, Charb et les autres victimes de la tuerie.

Controverses[modifier | modifier le code]

Polanski et la Suisse[modifier | modifier le code]

Yann Moix crée la polémique le en publiant un extrait de son prochain livre La Meute dans La Règle du jeu sous le titre « J’aime Polanski et je hais la Suisse »[109]. Selon Le Parisien, Yann Moix prend « prétexte » de l'assignation à résidence du cinéaste juif Roman Polanski par la Suisse[110], pour attaquer cette dernière en la traitant de « pute », de « Gestapoland » et de « pays inutile », « nul » et « fondamentalement antisémite », puis un jour plus tard dans le journal Le Matin ses citoyens de « mous salauds[111] ». En date du , le texte est retiré du site à la demande de l'auteur[112]. La presse francophone de Belgique[113] et de France[110] commence à relater l'information et l'ambassade de France en Suisse diffuse un communiqué de presse se désolidarisant de l'auteur en estimant à propos de l'ouvrage : « on peut à bon droit penser qu’il eût mieux valu qu’il ne parût point[114] ».

Renaud Camus[modifier | modifier le code]

L'écrivain Renaud Camus a porté plainte pour diffamation en mars 2018 contre Yann Moix en raison des propos tenus en juin 2017 par le chroniqueur dans l'émission On n'est pas couché. Yann Moix y présentait Camus comme un auteur « un petit peu misanthrope et assez antisémite, en tout cas raciste »[115]. Le 13 mars 2019, la cour d'appel de Paris a condamné Moix à 1 000 euros de dommages et intérêts et à 2 000 euros de frais de procédure[116].

Femmes[modifier | modifier le code]

Début janvier 2019, il déclenche une polémique après avoir déclaré au magazine Marie-Claire être « incapable d'aimer une femme de 50 ans »[6] trouvant « ça trop vieux. […] Le corps d'une femme de 50 ans n'est pas extraordinaire du tout », et ne vouloir avoir des relations amoureuses qu'avec des femmes asiatiques. À cette occasion, plusieurs personnalités, dont Valérie Damidot[117], Mona Chollet[118], Colombe Schneck[119],[120] et Helena Noguerra[121] lui répondent. Marlène Schiappa l'a elle défendu en déclarant que « ce n’est pas la faute de Yann Moix » si les femmes de plus de 50 ans étaient discriminées dans la société[122].

Michael Jackson[modifier | modifier le code]

A l'occasion d'un billet qu'il présente lors de l'émission Salut les Terriens diffusée le 10 mars 2019 sur C8, Yann Moix revient sur le documentaire Leaving Neverland qui traite de la sexualité qu'aurait eue Michael Jackson avec des mineurs. « C’est ne rien comprendre à Michael Jackson. Car Michael Jackson était un enfant. Or, un enfant, ça ne couche pas avec les autres enfants. Un enfant, ça ne couche qu’avec les adultes qui forcent les enfants à coucher. » Yann Moix ajoute enfin : « J’ai donc décidé d’intenter un procès à toutes les femmes adultes ayant couché avec Michael Jackson[123]. » Jusqu'à aujourd'hui, cette affirmation reste une provocation rhétorique et n'a pas été suivie d'effet.

Orléans[modifier | modifier le code]

Dans Orléans, publié le 21 août 2019, roman qui ressemble ostensiblement à un récit autobiographique, il raconte avoir été un enfant battu et martyr, victime de maltraitances de la part de ses parents[124]. Ces derniers réfutent en bloc les faits décrits dans le roman et son père déclare : « Comment peut-il inventer de telles choses, aussi odieuses ? » Il ajoute : « S'il avait vraiment été martyrisé enfant, vu qu'on habitait dans un immeuble, ne pensez-vous pas que le voisinage et nos amis de l'étage du dessus s'en seraient rendu compte ? Tout comme sa maîtresse d'école, son médecin traitant ou son pédiatre... Vous pouvez d'ailleurs les contacter, pour vous en convaincre... Ils vous confirmeront que je ne suis pas un bourreau. » Il affirme aussi que lui et sa femme ont payé les études puis le loyer de l'appartement de leur fils jusqu'à ses 30 ans[8]. Il décrit son fils comme un « ado dur » qui a tenté de « défenestrer son frère du premier étage » ou ayant « mis la tête d'Alexandre (son frère) dans les WC et a tiré la chasse d'eau. » Son père reconnaît que ces jours-là, il a donné une fessée à Yann ou « une bonne paire de claques »[8]. Quelques jours après, il déclare dans L'Obs qu'il a « probablement mal agi » même si les sanctions n'arrivaient pas sans raison, et que « Yann est probablement une victime [même s'il] en oublie une autre, son frère ». Il estime que Yann n'a jamais pu accepter la naissance de son frère, de 4 ans son cadet[125].

Son frère, le journaliste et écrivain Alexandre Moix, qui n'apparaît pas dans le roman Orléans, réfute également ces accusations quelques jours plus tard dans une lettre ouverte publiée par Le Parisien, et affirme que Yann Moix était son bourreau et lui faisait subir les sévices qu'il décrit dans son livre en les prêtant à leurs parents[126],[9]. Alexandre relate des épisodes où, adulte, son frère Yann l'aurait appelé jusque tard la nuit pour le harceler au téléphone et aurait hurlé : « Il n'y a qu'un Moix sur Terre ! Et il n'y aura qu'un Moix dans la littérature ! […] Moix, c'est MOI[127] ! » Selon Alexandre Moix, un éditeur lui a fait la confidence que Yann Moix avait empêché la parution de son premier roman[128]. Il affirme aussi avoir appris qu'en privé son frère se vantait d'avoir « tout exagéré » dans Orléans[129].

Deux amis d'enfance de Yann Moix témoignent eux à Paris Match des sévices que l'écrivain a pu subir. L'un d'entre eux, sous couvert d'anonymat, explique que « Yann l’ignorait, mais inquiet pour lui, je collais l’oreille à leur porte et j’entendais ses cris, ses hurlements déchirants, les coups et les insultes de son père qui pleuvaient » et que le lendemain, il repérait « immanquablement » sur le corps de Yann Moix des « marques violacées sur ses bras, ses cuisses, son dos, des traces de lacération, parfois des bleus sur son visage. Ou des résidus de sang séchés, mal nettoyés »[130]. Selon lui, Yann Moix en veut à son jeune frère Alexandre « de l'avoir souvent dénoncé à son père, provoquant sa colère et les coups »[131].

L'ancienne femme de Yann Moix, Marie-Pierre Lamouroux, prend ensuite sa défense dans une interview[132], affirmant qu'il est incapable de violence et souffre de devoir justifier son statut de victime[133].

La grand-mère d'Alexandre et de Yann a de son côté affirmé lors d'un entretien que ce dernier « a toujours été rabaissé, humilié. Il était toujours puni alors qu'il ne le méritait pas. Et son frère, étant tout petit, l'embêtait tout le temps. (…) Ce que je reproche toujours un peu à ma fille, c'est qu'elle écoutait trop ce qu'Alexandre racontait (...) Ma fille m'a téléphoné et prévenue : « De toute façon, on va le démolir. » J'ai trouvé ça abusif de la part des parents. Même si on a des préférences, on ne doit pas arriver à ce point-là. Ça va trop loin. »[10]

Publications antisémites, négationnistes et racistes[modifier | modifier le code]

Un article de L'Express du révèle au grand public[a], documents à l'appui, que Yann Moix a participé en 1989 et 1990, lorsqu'il était étudiant, à 21 ans, à trois numéros de Ushoahia, un « magazine de fabrication artisanale » négationniste et véhiculant un antisémitisme ainsi qu'un racisme à l'encontre des noirs virulent[134]. Pour Valérie Igounet, ces écrits et dessins s'inscrivent dans le courant « post-négationniste », incarné notamment par Alain Guionnet[135]. Moix reconnaît être l'auteur des dessins des magazines mais affirme que tous les textes (signés « Auschwitz Man ») ont été réalisés par deux ou trois camarades de Sup de Co Reims. Selon L'Express, son écriture peut être identifiée « sans peine » notamment sur une très longue tirade manuscrite antisémite et négationniste. Yann Moix affirme dans un premier temps n'avoir fait que la recopier, arguant du fait que son écriture était la plus lisible de l'équipe du magazine. Mais le 27 août 2019, L'Express révèle avoir trouvé un épais document avec des textes manuscrits contenant des propos négationnistes et antisémites virulents signés par Yann Moix, qui ont été publiés dans la revue Ushoahia. Yann Moix y avait notamment qualifié le philosophe Bernard-Henri Lévy de « youppin dont le crâne n'a hélas pas été rasé par les amis d'Adolf », ou encore affirmé « Chacun sait, ô Marie, que les camps de concentration n'ont jamais existé. » Il a également publié dans Ushoahia un conte dans lequel un Juif tente de négocier une ristourne sur les tarifs de train pour Buchenwald[136]. Dans le second numéro de Ushoahia, consacré à l'Ethiopie, Yann Moix y nie la réalité de la famine y sévissant à l'époque et y publie de nombreux dessins et textes racistes, y écrivant notamment « Un noir qui chie, c'est la figure emblématique de la génération spontanée. » et « une bouille béate de nègre pâteux ». Interrogé par Libération[137], Yann Moix reconnaît finalement avoir commis ces écrits, déclare tout assumer et tout endosser, se dit « [l]ibéré de cette épée de Damoclès avec laquelle [il] vivai[t] depuis trente ans » et ajoute : « Aujourd’hui, l’homme que je suis en a honte. Tout le parcours que j’ai fait depuis, tout mon parcours d’homme, c’est l’histoire de quelqu’un qui a essayé de s’arracher à cette géographie toxique, m’extraire de cette nasse[138]. »

Selon Amaury Brelet, il aurait également approché Dieudonné, considéré comme antisémite, par l'entremise de Paul-Éric Blanrue[139]. Selon ce journaliste, il fréquente également Alain Soral jusqu'en 2009[139].

L'Express note que Yann Moix est devenu depuis cette époque un « auteur célébrant en permanence le peuple juif et rêvant même de se convertir » et qu'il bénéficie aujourd'hui de la protection de Bernard-Henri Lévy alors que ce dernier se fait attaquer par lui avec « une violence inouïe » dans l'un des magazines. L'Express a également publié une interview de Yann Moix où ce dernier explique qu'il « rêvait » dans sa jeunesse de surpasser le dessinateur Vuillemin « dans la subversion ». Moix dit aussi qu'il désirait simplement « choquer les gens » qui le liraient : « Ça se voulait une provocation : celle-ci s'est soldée par un ratage total… » Il affirme aujourd'hui aussi que ses dessins de l'époque lui donnent « envie de vomir »[140].

Le Monde rapporte que dans la maison d'édition de Yann Moix, Grasset, trois personnes étaient au courant des publications incriminées : Bernard-Henri Lévy, Jean-Paul Enthoven et le PDG Olivier Nora. Yann Moix s'était confié à ce dernier en 2007, en lui demandant s'il lui renouvelait sa confiance[141]. Le journal rapporte aussi qu'une défense de l'écrivain s'est organisée autour de l’Union des étudiants juifs de France, avec un projet de pétition, abandonné après que son éditeur Grasset a estimé que cela pouvait relancer la polémique. Le Monde estime que peu de critiques sont portées contre Yann Moix, ce dernier bénéficiant de nombreux soutiens qui ne veulent pas l'accabler[141]. Mais Georges-Marc Benamou affirme qu'il est « à vomir »[142], et la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme, qui estime qu'il s'est « vautré dans la boue de la haine des juifs », s'interroge sur la sincérité de son mea culpa, car « bien après ses jeunes années, Yann Moix a entretenu un compagnonnage avec des personnalités controversées proches des complotistes, des antisémites et des négationnistes telles que Blanrue ou Nabe ». Le Monde affirme en effet que « l’écrivain a fréquenté des négationnistes jusqu’en 2013, à 45 ans »[141]. Eric Naulleau déclare que l'on reproche à Yann Moix « au contraire parfois son philosémitisme »[143].

Le 31 août 2019, Yann Moix demande pardon pour ses dessins et textes antisémites, présentant notamment des excuses à Bernard-Henri Lévy[144]. Son mea-culpa suscite des réactions mitigées[145],[146],[147],[148],[149]. Bernard-Henri Lévy lui apporte son soutien le 1er septembre 2019[150], au nom du repentir : « Un homme qui a, jadis, commis pareilles bassesses peut-il réellement changer ? La réponse est oui. Pour peu – et je sais que c’est son cas – que ce changement soit le fruit d’un authentique travail sur soi, d’un effort de pensée et de connaissance honnête. » Cette position suscite des remous au sein de la rédaction de La Règle du jeu[151].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma
Télévision

Acteur[modifier | modifier le code]

Chanson[modifier | modifier le code]

  • Souviens-toi (Yann Moix / Diane Tell) sur l'album Popeline - Tuta Music/Sony BMG, 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce fait avait déjà été évoqué dans Les Porcs 1 de Marc-Édouard Nabe (2017) et Sécession de Paul-Éric Blanrue (2018).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en français de France retranscrite selon la norme API. Source Télé Loisirs.
  2. « Yann Moix, écorché à vie », sur L'Express.fr, (consulté le 30 août 2019).
  3. La nissaga dels Moix.
  4. Luc Le Vaillant, « Coup pour coups », Libération,‎ (lire en ligne).
  5. « Yann Moix, enfant battu : "Je me faisais frapper avec des rallonges électriques" », sur parents.fr, (consulté le 10 janvier 2019).
  6. a et b « Yann Moix : "Même quand on rompt, on ment" », sur Marie Claire, (consulté le 10 janvier 2019).
  7. a et b « Comment la sortie du roman "Orléans" a conduit la famille de Yann Moix à se déchirer en public », sur Franceinfo, (consulté le 27 août 2019).
  8. a b et c David Creff, « Sortie du roman choc, "Orléans" : le père de Yann Moix livre sa version de l'histoire familiale », sur La République du Centre,
  9. a et b Pierre Vavasseur, « “Mon frère ce bourreau”. La lettre d'Alexandre à son frère Yann Moix » », sur leparisien.fr, 24 août 2019..
  10. a b et c Eric Naulleau, « La grand-mère de Yann s'inquiète : "ça va trop loin". », sur LePoint.fr (consulté le 21 octobre 2019)
  11. « C'est […] ce que j’avais appris petit, à la communale, bien sagement, à Orléans ». Cf « Gestapédia » sur son blog Suivez-Moix (La Règle du jeu).
  12. a et b Canal+, « Biographie de Yann Moix », sur Canalplus.fr.
  13. « Annuaire des alumni de l'ESC Reims - Yann Moix », sur neoma-alumni.com.
  14. Annuaire des alumni de l'IEP de Paris.
  15. https://www.lexpress.fr/culture/livre/antisemitisme-les-petits-arrangements-avec-la-verite-de-yann-moix-a-onpc_2096150.html.
  16. La Règle du jeu, septembre 1994
  17. « Mais qui est Yann Moix, le nouveau chroniqueur d'On n'est pas couché ? », sur Les Inrocks, .
  18. Les thématiques choisies ne le sont pas au hasard : BHL est un grand admirateur de Federico Fellini et lorsqu'il était président de la commission d'avance sur recettes, il refusa d'accorder l'aide financière à Germinal (Autoportrait de Berri) ; il éreinta violemment le film à sa sortie dans La règle du jeu (« la larme à gauche », « film démagogique », « Passage à tabac d'un chef-d'œuvre »)[réf. nécessaire].
  19. « Revue L'Infini (n° 54) », sur gallimard.fr, .
  20. Chloé Delaporte, « Transtextualité et Cinéphilie : Étude de Cinéman (Yann Moix, 2009), Cahiers des Charges no 8-9, L'Harmattan, [lire en ligne].
  21. « Lauréats du Goncourt du Premier Roman », sur academie-goncourt.fr.
  22. « Lauréats du Prix François Mauriac », sur académie-française.fr.
  23. « Un recteur poltron. », Libération,‎ (lire en ligne)
  24. Biographie de Yann Moix par le Nouvel Obs.
  25. Patrick Besson, « Quel "Bordel" ! », Le Point,‎ , p. 103
  26. Yann Moix, « Mort par la France », La Vérité, no 3,‎ , p. 6.
  27. Fanny Marlier, « Mais qui est Yann Moix, le nouveau chroniqueur d’“On n’est pas couché” ? », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  28. « Yann Moix : “Politiquement, je suis une vraie girouette” », TeleObs,‎ (lire en ligne).
  29. Étienne de Montety, « Yann Moix au «Littéraire» », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  30. Closermag.fr, « Yann Moix : ses propos polémiques sur les femmes de 50 ans », sur Closermag.fr (consulté le 4 février 2019).
  31. « On va s'gêner : Laurent Ruquier et ses chroniqueurs présentent l'émission à bord d'un A380 », Gentside,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2017).
  32. « Yann Moix pour remplacer Aymeric Caron dans "On n'est pas couché" », Teleobs,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2017).
  33. « L'Émission pour tous avec Ruquier : aperçu du plateau et de l'équipe », leblogtvnews.com, 9 janvier 2014.
  34. « Yann Moix s'en prend à Aymeric Caron », parismatch.com, 27 avril 2015.
  35. « "Chez Moix" sur Paris Première: l'écrivain rêve d'un nouveau "Droit de réponse" », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne).
  36. « La chaîne Paris Première met fin à l'émission de Yann Moix », (consulté le 6 septembre 2019).
  37. « Premier séminaire littéraire de Yann Moix consacré à Georges Bataille ».
  38. Comité d'honneur de l'Institut d'études lévinassiennes.
  39. « Indispensable: Le Correspondancier du Collège de ‘Pataphysique (no 23), autre arrabalesque ».
  40. « Rencontre. Arielle Dombasle mène de front cinéma et passion pour la musique. Soprano divine », sur humanite.fr, .
  41. « La meute : l'affaire Polanski par Yann Moix », sur Tête de lecture, (consulté le 3 septembre 2016).
  42. a et b « Yann Moix, prix Renaudot », Le Figaro.
  43. « Prix Renaudot, Médicis et Décembre ».
  44. « Rentrée littéraire 2013 - Yann Moix : autoportrait façon puzzle ».
  45. « On n'est pas couché : Yann Moix ou Christine Angot... Qui a vendu le plus de livres ? », Télé-Loisirs.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 février 2018).
  46. a et b Patrick Grainville, « Yann Moix : la littérature sans bornes », lefigaro.fr, 4 septembre 2013.
  47. « Prix Renaudot : et Moix et Moix et Moix ! », lesinrocks.com, 4 novembre 2013.
  48. Prix Renaudot : Yann Moix, enfant battu sauvé par la littérature, Ouest France, 4 novembre 2013.
  49. a et b « Pardonnez Moix, sauvez Sureau ! », larepubliquedeslivres.com, 8 septembre 2013.
  50. « Yann Moix, l'infidélité avouée », lejdd.fr, 26 avril 2015.
  51. a et b Et Moix et Moix et Moix, bibliobs.nouvelobs.com, 22 septembre 2013.
  52. a et b « Yann Moix sort un livre énorme. Est-ce bien raisonnable ? », letemps.ch, 7 septembre 2013.
  53. Lire no 361, décembre 2007-janvier 2008, p. 82.
  54. Le Figaro magazine no 905, 5 septembre 2009, p. 72.
  55. Paris-Match no 3162, 23-30 décembre 2009, p. 18.
  56. Aurélien Ferenczi, « Les aventures de BHL critique de ciné », Télérama, 30 octobre 2009.
  57. « Yann Moix tombe du podium : un ringard en terre de septième art ! », La Voix du Nord, 28 octobre 2009.
  58. « Antisélection des bests de l'été ».
  59. « Le pavé de Yann Moix : 1,3 kilo à la Naissance », lesechos.fr, 10 septembre 2013.
  60. Joseph Macé-Scaron, « Parlez-moi de Moix », Le Magazine litteraire, no 535, septembre 2013.
  61. AlloCine, « Box Office du film Podium » (consulté le 6 août 2017).
  62. « Yann Moix prépare "Podium 2" », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le 4 février 2018).
  63. « Il n'y aura pas de Podium 2 ! », sur Le Point, .
  64. Cinémoins.
  65. a et b « La Rose pourrie du Caire », sur Nanarland, .
  66. « Yann Moix : les dessous de la catastrophe Cinéman », sur Tecknikart à partir de Wayback Machine, .
  67. « Deux Gérard pour Yann Moix ».
  68. TV – Yann Moix et les « enfermés dehors » de Calais, lemonde.fr, 9 juin 2018
  69. Yann Moix : « La Corée m'a écartelé, scindé, puis unifié », technikart.com, 16 juin 2015.
  70. C'est Yann Moix qui a emmené Gérard Depardieu à Pyongyang, culturebox.francetvinfo.fr, 21 septembre 2018.
  71. « Yann Moix : « D'Ormesson a dû prendre beaucoup de sérotonine ! » », sur Technikart, .
  72. « Yann Moix veut adapter Voyage au bout de la nuit », sur Première, .
  73. Casting du film Le Bénévole sur Allociné.
  74. Dossier de La Règle du jeu sur l'affaire Utopia.
  75. Le contenu du tract reprenait l'introduction de cet article, jusqu'à « ne sera jamais respectée par Israël »
  76. a et b « Yann Moix condamné pour injures », Bibliobs,‎ (lire en ligne, consulté le 6 août 2017).
  77. « Acte V ».
  78. Alain Gresh, « Yann Moix et Le Figaro condamnés », blog.mondediplo.net, .
  79. Diane Heurtaut, « Yann Moix condamné pour avoir injurié les cinémas Utopia », lci.tf1.fr, .
  80. Yann Moix s'en prend violemment aux policiers : le CSA saisi, voici.fr, 23 septembre 2018.
  81. Propos "anti-flics" : Yann Moix visé par plusieurs plaintes de syndicats policiers, lci.fr, 2 octobre 2018]
  82. «Les Terriens du Samedi»: Collomb condamne les propos de Yann Moix, «grossier» et «indécent», sur www.20minutes.fr (consulté le 27 septembre 2018).
  83. BFMTV, « Propos de Yann Moix sur la police: le CSA a été saisi », sur BFMTV (consulté le 27 septembre 2018).
  84. « Un syndicat de police saisit le CSA et va porter plainte pour des propos "anti-flic" de Yann Moix », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  85. Gérard Collomb porte plainte contre Yann Moix Valeurs actuelles, .
  86. "Flics qui chient dans leur froc": Dans un message à TPMP, Yann Moix s'explique mais ne s'excuse pas, huffingtonpost.fr', 24 septembre 2018].
  87. « Propos sur les policiers : Yann Moix répond à Gérard Collomb et enfonce le clou », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  88. « "J'y suis allé un peu fort" dit Yann Moix, regrettant ses propos contre la police », RTL.fr,‎ (lire en ligne).
  89. Yann Moix «regrette ces mots grossiers», lefigaro.fr, 25 septembre 2018.
  90. Migrants : vive passe d'armes entre Yann Moix et Benjamin Griveaux.
  91. ONPC: la préfecture du Pas-de-Calais répond en direct à Yann Moix sur le traitement des migrants.
  92. Yann Moix, « «Monsieur le Président, vous avez instauré à Calais un protocole de la bavure» », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2018).
  93. Julien Pouyet, Calais : Yann Moix oublie une partie de la réalité, liberation.fr, 26 janvier 2018.
  94. Une journaliste de "Nord Littoral" accuse Yann Moix de double discours sur Calais, nouvelobs.com, 31 janvier 2018.
  95. Migrants à Calais : un journaliste de Nord Littoral répond aux accusations de Yann Moix, france3-regions.francetvinfo.fr, 27 janvier 2018.
  96. « La maire de Calais répond aux critiques de Yann Moix sur les migrants », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2018).
  97. « « Bobard Yann Mhoax » : Moix invente des preuves pour défendre les migrants de Calais - Les Bobards d’Or », sur bobards-dor.fr (consulté le 16 juin 2018).
  98. Sarah Moreau, « Yann Moix accusé de double discours par le préfet du Pas-de-Calais », Closer,‎ (lire en ligne, consulté le 16 juin 2018)
  99. Yann Moix : "Monsieur le Préfet, je vous demande de m'attaquer en diffamation", marianne.net, 1er février 2018.
  100. « Yann Moix : "A Calais, tout le monde a raison" », teleobs.nouvelobs.com, 9 juin 2018.
  101. Migrants : Calais est « un pays qui n'est situé ni en France, ni en Érythrée, ni en Afghanistan », explique Yann Moix, Europe 1, 6 juin 2018].
  102. « Migrants. La Croix-Rouge porte plainte contre l’écrivain Yann Moix pour diffamation », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2018).
  103. « L’écrivain Yann Moix, la pétition et les négationnistes », lemonde.fr, (consulté le 1er novembre 2010).
  104. a b et c Fanny Marlier, « Mais qui est Yann Moix, le nouveau chroniqueur d’On n’est pas couché ? », sur lesinrocks.com, (consulté le 30 janvier 2016).
  105. « Petition contre la loi Gayssot : Mise au point (Yann Moix) », La Règle du jeu, (consulté le 2 novembre 2010).
  106. « Yann Moix, la pétition et les négationnistes: qui croire ? », 2 novembre 2010.
  107. a et b « Elisabeth Roudinesco : « Se poser en victime d’un complot de l’extrême droite, le tour de force de Yann Moix » », sur Le Monde.fr, (consulté le 8 septembre 2019).
  108. « Peguy Président », laregledujeu.org, 2 février 2012.
  109. Yann Moix, « Je hais la Suisse », lewesternculturel.blogs.courrierinternational.com, 13 février 2010.
  110. a et b « Les propos virulents de Yann Moix bouleversent la Suisse », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2017).
  111. « Yann Moix : “Les Suisses sont des mous salauds” ».
  112. « Je hais la Suisse, deuxième volet ».
  113. « Yann Moix enrage la Suisse en l'insultant: "C'est Gestapoland" », 7s7,‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2017).
  114. « L’ambassade de France condamne les propos de Yann Moix », sur 20 Minutes, (consulté le 26 août 2019).
  115. ONPC: Renaud Camus attaque Yann Moix en justice, lexpress.fr, 16 mars 2018.
  116. « Après avoir qualifié Renaud Camus d'«antisémite», Yann Moix condamné en appel pour «diffamation» », sur 20minutes.fr (consulté le 14 mars 2019).
  117. Valérie Damidot, « Wesh, gros, nous les quinquas on a pas non plus envie de ton micro kiki,la bonne année à toi », sur @DamidotValerie, (consulté le 10 janvier 2019).
  118. Mona Chollet, « Yann Moix est un triste sire, confirmation dans "Marie Claire" », sur @monachollet, (consulté le 10 janvier 2019).
  119. « Des personnalités répondent à Yann Moix après ses propos sur les femmes de 50 ans », europe1.fr, 7 janvier 2019.
  120. Marion Sacuto, « Yann Moix affirme "être incapable d’aimer une femme de 50 ans" », 20minutes.fr, 7 janvier 2019.
  121. « Helena Noguerra tacle les "propos assassins" de Yann Moix sur les femmes de 50 ans », Télé loisirs.
  122. « Marlène Schiappa défend Yann Moix sur ses propos sur les femmes de 50 ans », bfmtv.com, 6 mars 2019.
  123. « Pour Yann Moix, Michael Jackson n’était pas pédophile car il était lui-même "un enfant" », sur leparisien.fr, 2019-03-09cet22:24:47+01:00 (consulté le 10 mars 2019).
  124. Par Chloé Ronchin, « On a lu «Orléans», le nouveau roman de Yann Moix », sur CNews, (consulté le 26 août 2019).
  125. Yann Moix "enfant battu" : son père reconnaît avoir "probablement mal agi", sur closermag.fr du 22 août 2019.
  126. « "Des sévices et des humiliations d’une rare violence" : Alexandre Moix, le frère de Yann, l'accuse d'être son "bourreau" », sur LCI, (consulté le 27 août 2019).
  127. « Yann Moix : les violentes accusations de son frère Alexandre », sur Le Point, (consulté le 27 août 2019).
  128. « Le frère de Yann Moix l’accuse d’avoir été un «bourreau» et non une victime », sur www.20minutes.fr, (consulté le 27 août 2019)
  129. « "Il était mon tortionnaire": le frère de Yann Moix l'accuse de “mensonge outrancier” avec son dernier livre », sur Le Huffington Post, (consulté le 27 août 2019).
  130. Caroline Mangez, « Deux amis d'enfance de Yann Moix prennent sa défense », sur parismatch.com, (consulté le 26 août 2019).
  131. « Yann Moix "tortionnaire" ? Ses amis d'enfance prennent sa défense - Closer », sur www.closermag.fr, (consulté le 27 août 2019).
  132. « Yann Moix tortionnaire avec son frère Alexandre ? Son ex-femme s'exprime », sur www.purepeople.com, (consulté le 27 août 2019).
  133. « Yann Moix est incapable de la moindre violence », sur Le Point, (consulté le 27 août 2019).
  134. Jérôme Dupuis, « Quand Yann Moix publiait dans un journal antisémite », sur lexpress.fr, (consulté le 27 août 2019)
  135. https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/09/04/valerie-igounet-la-ligne-de-conduite-de-yann-moix-prete-plus-qu-a-confusion_5506182_3232.html.
  136. « Négationnisme : le mensonge de Yann Moix », L'Express, 27 août 2019.
  137. « Yann Moix : «Ces textes et dessins sont antisémites, mais je ne suis pas antisémite» », sur next.liberation.fr, (consulté le 27 août 2019).
  138. BFMTV, « Yann Moix reconnaît avoir écrit des textes antisémites », sur BFMTV (consulté le 27 août 2019).
  139. a et b https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/yann-moix-aux-sources-dune-imposture-110425.
  140. Christophe Israël, « Yann Moix: ses anciens dessins publiés dans une revue antisémite refont surface, il s'explique », sur BFMTV, (consulté le 26 août 2019).
  141. a b et c Ariane Chemin et Laurent Telo, Ces heures où Yann Moix a tenté de rester fréquentable, lemonde.fr, 31 août 2019.
  142. De Gaulle, Mai 68, Gilets jaunes, Nabe, Moix… L’interview coup de poing de Georges-Marc Benamou, jewpop.com.
  143. Accusation d'antisémitisme : Eric Naulleau trouve "injuste qu'on essaye de juger le Yann Moix d'aujourd'hui à partir de celui d'il y a 30 ans", europe1.fr, 28 août 2019].
  144. Paris Match, « "On n’est pas couché" : Yann Moix demande pardon pour ses dessins et textes antisémites », (consulté le 9 septembre 2019)
  145. « "Malaise", "complaisance"... Les excuses de Yann Moix dans "ONPC" n’ont pas convaincu », sur LCI, (consulté le 9 septembre 2019).
  146. « "J'ai été une ordure": dans "ONPC", Moix fait son mea culpa (mais peine à convaincre) », sur Le Huffington Post, (consulté le 9 septembre 2019)
  147. « Antisémitisme : les petits arrangements de Yann Moix avec la vérité à "ONPC" », sur LExpress.fr, (consulté le 9 septembre 2019).
  148. Tony Le Pennec, « Malgré des écrits antisémites, Yann Moix "blanchi" par France 2 et BHL », sur Arrêt sur images, (consulté le 9 septembre 2019)
  149. Marc Weitzmann : « Pour qui s’intéresse au fond rance de ce pays, l’affaire Moix est passionnante », lemonde.fr, 1er septembre 2019].
  150. Bernard-Henri Lévy, « Bernard-Henri Lévy - Ce que je sais de Yann Moix », sur Le Point, (consulté le 1er septembre 2019).
  151. Alexis Gourret, « Yann Moix: le pardon de Bernard-Henri Lévy passe mal dans la revue du philosophe, La règle du jeu », sur lefigaro.fr, (consulté le 6 septembre 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]