Colombe Schneck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schneck et Colombe (homonymie).
Colombe Schneck
Colombe Schneck à la foire du livre 2010 de Brive la Gaillarde.JPG
Colombe Schneck Grasset 2016
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Prix Murat 2007

Grand prix de l'héroïne Madame Figaro 2008

Prix Anna de Noailles de l'Académie Française 2010

Prix Thyde Monnier de la SGDL 2012

Prix Marcel Pagnol 2018

Colombe Schneck, née à Paris le [1], est une journaliste française de radio, écrivain et une réalisatrice de documentaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

La grand-mère maternelle de Colombe Schneck, Ginda, est originaire de Lituanie venue faire ses études en France en 1924. Elle y épouse un médecin juif d'origine russe, Simkha Apatchevesky, dont elle a deux enfants : une fille, Hélène, la mère de Colombe Schneck (décédée en 2001), et un garçon, Pierre, son oncle, qui allait devenir l'écrivain Pierre Pachet (1937-2016). La nièce de Ginda, Salomé Bernstein, est décédée à Auschwitz en 1943[2].

Le père de Colombe, Gilbert Schneck, est mort en 1990 à l'âge de 58 ans[3]. Juif, il fut caché pendant la guerre par, entre autres, Charles Schmitt, un instituteur de Nautron et par Thérèse Moreau, une couturière de Périgueux[4]. L'assassinat de son père, Max, en 1949 à Strasbourg a été l'objet d'un fait divers national. [5]. Gilbert fut également médecin sur le front lors de la guerre d’Algérie, notamment à Sétif[6].

Colombe Schneck est la sœur du photographe Antoine Schneck, la cousine du scientifique François Pachet, de l'écrivain Yaël Pachet, et la cousine par alliance de l'écrivain Pierre Michon.

Elle a deux enfants : Balthasar (né en 1999) et Salomé (née en 2003)[7].

Formation[modifier | modifier le code]

Elle est diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris[8] et titulaire d'une maîtrise de Droit public de l'université Paris 2[réf. souhaitée].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle a été journaliste à Arrêt sur images du [9],[10] au [11],[12], l'émission de décryptage des médias de Daniel Schneidermann, avant de rejoindre en 2000[réf. souhaitée] le groupe Canal+ (NPA Midi et Soir, L'Appartement[13], etc.) et plus particulièrement i>Télé, la chaîne d'information en continu du groupe, où elle a animé i>media de 2001 à 2007[10].

De septembre 2006 à juin 2009[10], elle produit et présente également J'ai mes sources, une émission quotidienne consacrée aux médias diffusée sur France Inter du lundi au vendredi de h 35 à 10 h.

De septembre 2009 à juin 2012[réf. souhaitée], elle produit et présente l'émission littéraire Les Liaisons heureuses le samedi après-midi sur France Inter en partenariat avec Le Monde des livres, après avoir été chroniqueuse dans l'émission Le Fou du roi sur cette même radio[14]. Depuis septembre 2012, elle écrit une chronique littéraire quotidienne diffusée sur France Inter.

Dans son roman, La Réparation (2012), elle restitue une partie de l'histoire de sa famille disparue à Auschwitz[15],[16]. Ce livre est traduit en italien, polonais, allemand, hollandais et chinois.

En 2013, elle obtient une résidence d'écriture à la Villa Médicis à Rome et une bourse mission Stendhal[17], décernée par l'Institut français et effectuée à Santa Cruz de la Sierra en Bolivie.

En janvier 2015 sort son livre Dix-sept ans, dans lequel elle revient sur l'IVG qu'elle a subie à cet âge[18], narration déclenchée à la suite de l'influence d'une autre romancière, Annie Ernaux[18], qui avait elle aussi raconté plusieurs décennies plus tard son avortement, dans son ouvrage publié en 2000 L'Événement.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Nucléaire, un si long silence, Riff production, diffusion la Cinquième, janvier 1999
  • Quand je suis tombé dans la télévision, Riff productions, diffusion La Cinquième juin 1999
  • Femmes suspectes, Elzevir productions, diffusion sur Arte en novembre 2014
  • Les vieux amoureux, une coproduction Elzevir et Arte, diffusion sur Arte en septembre 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Schneck, Colombe », notice d'autorité personne no FRBNF12851097, catalogue général, Bibliothèque nationale de France, créée le 26 mars 1991, mise à jour le 6 avril 2006
  2. « La Réparation, de Colombe Schneck: réussite ou ratage? », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  3. La-Croix.com, « « Les Guerres de mon père », l’insubmersible M. Schneck », sur La Croix, (consulté le 29 septembre 2018)
  4. Pèlerin, « Colombe Schneck : « Jésus est un homme aimant » », Pelerin,‎ (lire en ligne)
  5. « Une journée avec Colombe Schneck », Elle,‎ (lire en ligne)
  6. Les guerres de mon père, Colombe Schneck (lire en ligne)
  7. « Colombe Schneck. Pilule passée », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  8. Yves Harté, « Colombe, le moineau du PAF », Médias, no 14,‎ (lire en ligne).
  9. « La Cinquième 15/04/1995 18:01:00 00:52:00:00 La campagne électorale Arrêt sur images », sur ina.fr
  10. a, b, c et d « Colombe Schneck, productrice / réalisatrice », France Inter.
  11. « La Cinquième 19/12/1999 12:32:24 00:53:00:00 Arrêt sur images : [émission du 19 décembre 1999] », sur ina.fr
  12. Yoanna Sultan-R'bibo, « Les médias dans l'œil... des médias », Stratégies, no 1482,‎ , p. 22 (lire en ligne).
  13. Sébastien Homer, « Canal+ prône le cocooning », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  14. Archives 2006 du Fou du roi sur le site officiel de France Inter.
  15. Pascale Frey, « Colombe Schneck, lettres aimées », Elle, no 3490,‎ 16 novembre année=2012, p. 4 (chapitre Elle Paris).
  16. Alexandre Fillon et Baptiste Liger, « La Réparation, de Colombe Schneck : Réussite ou ratage ? », L'Express,‎ (lire en ligne).
  17. Maison des Ecrivains et de la Littérature-Hors les murs Stendhal
  18. a et b Luc Le Vaillant, « Colombe Schneck : Pilule passée », Libération,‎ (lire en ligne).
  19. Stéphanie O'Brien, « Deux Femmes Deux destins », sur Madame Figaro,
  20. Lauréats, site officiel de l'Académie Française.
  21. http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/?page=emission&id_rubrique=1590
  22. Lauréats, sur le site officiel de la SGDL.
  23. Prix Messardière 2014.
  24. Article journal Libération, du 24 mai 2014.