Jean Freustié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Freustié
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 68 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Nom de naissance
Jean Pierre Teurlay
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions
Œuvres principales

Jean Freustié, de son vrai nom Jean Pierre Teurlay[1], né le à Libourne (Gironde), mort le à Paris, est un écrivain et critique littéraire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Freustié est élevé dans une famille aisée dont le père est négociant en vin. Après des études secondaires à l’Institution Montesquieu de Libourne, il suit des études de médecine à la Faculté de médecine de Bordeaux, puis d’Alger. D’abord interne aux Hôpitaux de Bordeaux (1936), il va à Paris où il devient médecin du travail en 1950.

Avec son premier roman, Ne délivrer que sur ordonnance (éditions de la Table ronde, 1952), il intègre le milieu des lettres. Il fréquente alors le café Le Procope, salon d’écrivains créé par Jacques Brenner et Claude Perdriel, ainsi que leur revue littéraire, Le Cahier des saisons. Y croisant Françoise Sagan, Bernard Frank, Jean-Louis Curtis ou François Nourissier, il entre en contact avec de grands écrivains comme Jacques Chardonne, Paul Morand, Jean Cocteau ou Eugène Ionesco.

Entré à France Observateur comme critique littéraire en 1961, il est consacré deux ans plus tard par le prix Roger-Nimier pour son roman La Passerelle (Grasset, 1963). Conservant son poste de critique littéraire au Nouvel Observateur (1964), il est aussi conseiller littéraire pour les éditions Denoël. Il reçoit le prix du roman de la Société des gens de lettres en 1969, le prix Renaudot en 1970 pour Isabelle ou l'Arrière-saison, et contribue l’année suivante au Dictionnaire des œuvres érotiques (Mercure de France, 1971).

Auteur, entre autres, de L'Héritage du vent (1979), il meurt un an après L'Entracte algérien (1982).

En 1987, sa seconde épouse Christiane Teurlay-Freustié crée en souvenir de son époux le prix littéraire annuel prix Jean-Freustié.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Information donnée par le catalogue de la Bibliothèque nationale de France.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Salim Jay, Jean Freustié, romancier de la sincérité, éditions du Rocher, 1998.
  • Alain Chaume, Itinéraire d'un écrivain girondin (Libourne-Bordeaux-Paris), éditions Fédération historique du Sud-Ouest, 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]