Jean-Jacques Peroni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Jacques Peroni
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Jacques Peroni, sociétaire des Grosses têtes, à côté de Philippe Chevallier et d'Amanda Lear, 2009.
Naissance [1] (69 ans)
Nationalité Française
Profession Humoriste
Autres activités Dialoguiste, chansonnier
Entourage Victor Peroni

Jean-Jacques Peroni est un humoriste français né le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le selon ses propos[1] ou le 21 février 1955 selon plusieurs bases de données[a], Jean-Jacques Peroni est le fils du journaliste sportif Victor Peroni[2], exerçant dans L'Équipe, France Football et Football magazine. Il est marié et est père d'un fils appelé Jules. Il a suivi ses études au lycée Voltaire.

Dans les années 1970, il est un auteur prolifique au café-théâtre. Il écrit alors des pièces qu'il joue lui-même et quelquefois avec son complice Jean-Paul Sèvres (Couple moi l'souffle, 1979, Café d'Edgar, La Colombe), (Les blaireaux sont fatigués, 1982, Café d'Edgar), (J'aurais pu être votre fils, 1982, Café d'Edgar) ou Jean-Hugues Lime. Il fait partie du groupe « Jalons » à ses débuts et seconde Michel Lagueyrie pour son émission sur Europe 1 en 1983. Il est également un élève de l'école de Patrick Font et un émule revendiqué de Jean Yanne. Il est également l'un des principaux rédacteurs de Hara-Kiri (dans les années 1980), La Grosse Bertha (1991-1992) et de Hara-Kiri Hebdo (version 2 des années 1990). Il est coauteur de sketchs pour le duo Font et Val en 1990-91.[réf. nécessaire]

Au début des années 1980, il participe à l'émission de télévision Le Théâtre de Bouvard. Il apparaît dans Tête à tête (1994). Avec Philippe Chevallier, Régis Laspalès et Jean-Pierre Jackson, il coécrit le scénario et les dialogues du film Ça n'empêche pas les sentiments sorti en 1998, film dans lequel il joue le rôle d'un barman.

En 1997 et après sa séparation artistique avec Virginie Lemoine, Laurent Gerra entre à Europe 1, où il retrouve Jean-Jacques Peroni avec qui il a déjà collaboré. Ils travaillent pour l'émission En route vers l'an débile, la radio comptabilisera près de 1 300 000 auditeurs supplémentaires avec cette formule. Ils s'associent pour monter le premier one-man-show de l'imitateur en 1999. Ils réitèrent l'expérience pour de nombreux spectacles de Gerra. Deux ans plus tard, ils se retrouvent sur RTL, pour la chronique Élections matinales. L'imitateur effectue le son retour sur RTL avec son coauteur Peroni dans la chronique Le Grand Juron. Le , ils créent sur l'antenne de RTL une nouvelle chronique quotidienne intitulée Un doigt dans l'actu accompagnés de deux auteurs, Albert Algoud et Éric Laugérias. Il est auteur de trois CD commercialisés interprétés par Gerra : le single Ma cabane au fond du jardin et les compilations de RTL Élections matinales et Élections matinales volume 2. Précédemment, il est également auteur de sketchs parus sur le CD À Connard Land de Font et Val[3].

Il est principalement connu pour sa participation régulière à l'émission de radio Les Grosses Têtes entre et [4] sur RTL. Il gagne quatre fois Le Grand Concours des Grosses Têtes (2004, 2005, 2006, 2008), une émission diffusée sur TF1 et présentée par Carole Rousseau.

Le , invité de Non Stop People, il critique vivement Les Grosses Têtes et Laurent Ruquier, en déclarant : « Je n’ai plus personne avec qui boire un verre après l’émission. Ce sont les gens qui ne m’intéressent pas. Comme on est sous la botte à la kommandantur bien pensante, je m’emmerde. J’en ai marre de cette époque. Ce sont les gens, l'époque, leur façon de penser […] Je dis qu'on ne peut pas faire rire avec des bonnes pensées », ajoutant « Je n'en parle pas avec mes collègues des Grosses Têtes. J'arrive, je mets les pieds sous la table, je fais le con et je me tire tout de suite après. On est censuré par la bien-pensance. Je raconte une blague. Et Laurent Ruquier me dit « celle-là, on va la couper ». Comme je dis, on n'est pas à France Inter ! J'en ai marre de la censure ! Les autres de l'émission disent « ah oui, il faut le couper ». ». Il conclut ses propos par un doigt d'honneur[5],[6]. Le lendemain, Jean-Jacques Peroni confirme son départ d'RTL à PureMédias, déclarant « Je m'en fous d'avoir été viré. Complètement. Je n'ai aucun regret concernant mes propos », ajoutant qu'il n'est pas salarié de la station, mais payé au cachet : « Je suis un acteur. On me paye, je viens. On ne me paye pas, je ne viens pas ». Invitée à réagir, la direction d'RTL précise que l'humoriste n'est pas à proprement parler « viré », puisqu'il n'a jamais été salarié de la station[7].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Peroni fut l'un des soutiens officiels de La Manif pour tous, qui milite contre la « loi Taubira » d'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de personnes de même sexe[8],[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Participations aux ouvrages de Laurent Gerra
  • Faux et usage d'infos / Laurent Gerra ; préf. de Jean-Jacques Peroni. Paris : JC Lattès, 1999, 311 p. (ISBN 978-2-7096-2033-8)
  • Méfiez-vous des imitations ! : textes de scène, 1999-2003 / Laurent Gerra avec Jean-Jacques Peroni. Paris : Éd. Hors collection, 2003, 118 p. (ISBN 978-2-258-06323-5)
  • Tous mes amis sont là ! : textes de radio / Laurent Gerra, Jean-Jacques Peroni. Paris : Hors collection éd., 2006, 319 p. (ISBN 978-2-258-06768-4)
  • Le Grand Juron : liberté, méchanceté, crudités par Laurent Gerra et Jean-Jacques Peroni, Fetjaine, 2007 (ISBN 978-2354250270)
Bibliographie solo
  • Les Carnets d'un malfaisant par Jean-Jacques Peroni, préface de Laurent Gerra, éditions Jean-Cyrille Godefroy, 2004 (ISBN 978-2865531646)
  • Remettez-nous ça de Jean-Jacques Peroni, préface de Jean Dutourd, éditions Jean-Cyrille Godefroy, 2008 (ISBN 978-2865531875)
  • Les Statistiques du professeur Peroni de Jean-Jacques Peroni, éditions du Cherche Midi, 2015 (ISBN 978-2749141350)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Paul El Kharrat rencontre Jean-Jacques Peroni et Chantal Ladesou », sur YouTube, RTL, (consulté le ).
  2. Laurent Gerra et Jean-Jacques Peroni, Le grand juron : liberté, méchanceté, crudités : textes de radio, Paris, Le Grand Livre du mois, (ISBN 978-2286035037 et 2286035032, OCLC 470999238, présentation en ligne).
  3. « Jean-Jacques Peroni discographie », sur Discogs (consulté le ).
  4. Les Grosses têtes du 28 mai 1998.
  5. « Exclu - Jean-Jacques Peroni des Grosses Têtes de RTL s’en prend à Laurent Ruquier : « J’en ai marre de la censure. On est sous la botte à la kommandantur bien pensante, je m’emmerde » », sur jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  6. Christophe Gazzano, « Les grosses têtes : Jean-Jacques Peroni tacle Laurent Ruquier et dénonce la censure de la « bien-pensance » sur RTL », sur ozap.com, (consulté le ).
  7. Florian Guadalupe, « Jean-Jacques Peroni : « Je me tire de RTL, j'en ai rien à foutre » », sur ozap.com, (consulté le ).
  8. Giuseppe Di Bella, « Jean-Jacques Peroni soutient la « Manif Pour Tous » contre l’égalité des droits » (sur l'Internet Archive), sur giuseppedibella-auteur.overblog.com, .
  9. « Les partisans de la Manif Pour Tous » (sur l'Internet Archive), sur lamanifpourtous.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :