André Soubiran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soubiran.
image illustrant un écrivain image illustrant français
image illustrant un médecin image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un écrivain français et un médecin français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

André Soubiran
Naissance
Paris
Décès (à 89 ans)
Paris
Activité principale
Médecin et écrivain
Distinctions
Prix Renaudot (1943)
Prix Larrey de l'Académie de médecine (1935)
Prix Jansen de l'Académie de médecine (1963)
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

André Soubiran, né le à Paris[1] et mort le à Paris[2], est un médecin et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Paris, André Soubiran vit enfant à Gimont (Gers), ville d'origine de sa mère, durant la première Guerre mondiale alors que son père officier participe à l'expédition de Salonique, où il meurt en 1918[1].

André Soubiran fait ses études à la faculté de médecine de Toulouse puis à Paris où il soutient en 1935 sa thèse de médecine intitulée Avicenne, prince des médecins, sa vie et sa doctrine[3].

Après sa participation à la bataille de France, il se réfugie en 1940 de nouveau à Gimont, où il écrit son journal de guerre J'étais médecin avec les chars. Il y commence également sa série Les Hommes en blanc, livre qui connaît un grand succès[1].

Il est également connu pour le Le Journal d'une femme en blanc qui pose la question de société de l'avortement dans les années 1960, en décrivant sa réalité.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est l'époux de Giselle Soubiran, kinésithérapeute de formation qui a contribué, avec Julian de Ajuriaguerra, à l'institutionnalisation de la psychomotricité en France. Mort à Paris, il est inhumé à Gimont[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Avicenne, prince des médecins (Prix Larrey de l'Académie de médecine, 1935)
  • J'étais médecin avec les chars, Prix Renaudot 1943
  • Les Hommes en blanc (1949-1958)
    • Tome 1 : Tu seras médecin
    • Tome 2 : La nuit de bal
    • Tome 3 : Le grand métier
    • Tome 4 : Un grand amour
    • Tome 5 : Le témoignage
    • Tome 6 : Au revoir, docteur Roch!
  • L'île aux fous (1955)
  • Le Journal d'une femme en blanc
    • Tome 1 (1963)
    • Tome 2 (1964)
  • Le baron Larrey chirurgien de Napoléon (Fayard 1966)
  • Napoléon et un million de morts (1969)
  • Des conseils pour l'auto (1963)
  • Lettre ouverte à une femme d'aujourd'hui
  • Ce bon docteur Guillotin
  • Le petit journal de la médecine (en collaboration avec Jean de Kearney)
  • Le journal de la médecine (Prix Jansen de l'Académie de Médecine, 1963, en collaboration avec J. de Kearney)
  • Un coup de grâce
  • La jeunesse à tout âge (1963)
  • 20 lettres, madame, pour sa santé
  • 20 lettres à une femme dans le vent (1970)
  • 10 minutes de gymnastique par jour (1970)
  • Le sommeil en 20 leçons (Dessins de Piem)
  • Histoires en blanc (1973)
  • Le stress vaincu (en collaboration avec Christian Yves 1981)
  • Mort de mon père ou du "prix" de quelques vies humaines dans une carrière d'officier (1997)

Adaptation de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Au cinéma

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]