Lycée Pothier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pothier.
Lycée Pothier
Image illustrative de l'article Lycée Pothier
Arrière du bâtiment D, accueillant l'internat des filles.
Généralités
Création 1803
Pays France
Académie Orléans-Tours
Coordonnées 47° 54′ 29″ nord, 1° 54′ 31″ est
Adresse 2 bis, rue Marcel-Proust,
45 044 Orléans
Site internet http://www.lycee-pothier.com
Cadre éducatif
Type École publique
Pouvoir organisateur Région Centre Val de Loire
Proviseur Bernard Plasse
Matricule 0450049J
Population scolaire 1 881 élèves (2011/2012)[1]
Niveau Bac, post-Bac
Formation Bac ES, L, S ; CPGE
Options cinéma-audiovisuel, théâtre, arts plastiques, latin, grec,
Langues étudiées allemand, anglais, arabe, espagnol, grec ancien et moderne, italien, latin, russe
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Loiret

(Voir situation sur carte : Loiret)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Orléans

(Voir situation sur carte : Orléans)
Point carte.svg

Le lycée Pothier est un établissement d'enseignement secondaire et supérieur français de l'académie d'Orléans-Tours situé dans le centre-ville d'Orléans dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

L'établissement est l'un des seize lycées de la Métropole d'Orléans.

Les effectifs du lycée se partagent entre les classes de préparation au baccalauréat et les classes préparatoires aux grandes écoles.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ancien lycée de garçons de la rue Jeanne d'Arc vers 1910

L'origine du lycée se trouve dans le collège d’Orléans fondé par les Jésuites en 1617 à la suite des lettres patentes que les Jésuites obtinrent du roi de France Henri IV en 1609.

À la suite de l’arrêt royal de 1761, les Jésuites n’eurent plus le droit d’enseigner. De ce fait, les maîtres deviennent séculiers. Il prend alors le nom de collège national puis d'école Centrale.

Sous le Premier Empire, à la suite du décret du 16 Floréal an XI (6 mai 1803), l'établissement devient un lycée impérial destiné aux garçons.

En 1924, le lycée de garçons est baptisé du nom de Robert-Joseph Pothier, un grand juriste orléanais du XVIIIe siècle.

En 1962, le lycée est lycée d’État, il déménage de ses locaux de la rue Jeanne-d'Arc, vers son emplacement actuel rue Marcel-Proust et rue Émile-Zola.

En 1997, deux élèves de la section sport-judo furent exclus de l'établissement pour actes de bizutage à caractère sexuel[2], et provoqua la visite de la ministre Ségolène Royal qui condamna ces faits[3]. Le proviseur du lycée fût auditionné par la Commission des lois du Sénat dans les débats concernant la loi anti-bizutage du 17 juin 1998[4].

Le 31 août 2010, Gérard Devis prend sa retraite et cède sa place de proviseur à Bernard Plasse[5].

En 2013, le lycée a dû faire face à de nombreuses crises. À la rentrée, une professeure de français était suspendue pour avoir tenu des propos racistes et avoir refusé de donner cours à des filières technologiques, provoquant une enquête de l'inspection académique[6]. Début janvier, un professeur était agressé à l'extincteur par un élève extérieur à l'établissement ; les professeurs ont refusé de faire cours en faisant valoir leur droit de retrait[7]. Les mesures de sécurité mises en place à la suite de cet incident provoquèrent une menace de blocus du lycée par les élèves[8], nécessitant l'intervention du rectorat auprès du personnel enseignant pour résoudre la crise[9].

Liste des proviseurs successifs[modifier | modifier le code]

Période Proviseur Période Proviseurs Adjoints Période Proviseurs Adjoints Secondaires
1985 - 1995 Jacques Bonnin
1995 - 2010 Gérard Devis
2010 - en cours Bernard Plasse

Évolution des effectifs[modifier | modifier le code]

Le nombre d'élèves scolarisés dans l'établissement est supérieur à 1900 depuis 2004. Après un pic observé en 2007 (2 083 élèves), l'effectif est en constante diminution. Il s'élève à la rentrée 2011 à 1 881 élèves[1].

Installations[modifier | modifier le code]

Les bâtiments constituant le lycée sont la propriété de la région Centre[10].

La récente reconstruction du bâtiment S abritant le pôle scientifique et les salles dédiées aux classes préparatoires aux grandes écoles a coûté 18,6 millions d'euros[11], et a été financée par le conseil régional du Centre.

Formations/Sections spécifiques[modifier | modifier le code]

Le lycée prépare à quatre séries du baccalauréat : économique et social (ES), littéraire (L), scientifique (S) et sciences et technologies du management et de la gestion (STMG)[12].

À la rentrée scolaire 2011, le lycée comptait respectivement 356, 361 et 384 élèves en classes de seconde, première et terminale[1].

Le lycée abrite des CPGE littéraires (Khâgnes A/L, B/L, et LSH), économiques et commerciales (ECS), et scientifiques (MP, PC, PSI, BCPST).

Le lycée Pothier permet également aux élèves de participer à deux sections européennes :

  • Une où la langue vivante étrangère est l'anglais et la Discipline Non Linguistique (DNL) est la SVT.
  • Une autre où la langue vivante étrangère est l'espagnol et la Discipline Non Linguistique est l'histoire.

La section européenne s'adresse à des élèves motivés et qui ont un bon niveau en langue. Ils doivent faire preuve de curiosité intellectuelle, l’esprit d’initiative et l’efficacité sont un avantage. Les élèves ont alors deux heures de cours supplémentaires dans leur emploi du temps : une heure de langue supplémentaire (anglais ou espagnol) et une heure de DNL. Cette section organise des voyages scolaires.

De plus, depuis plusieurs années, un projet scientifique a été créé : le programme ÉDIFICE. Depuis la seconde jusqu'à la terminale S, les élèves participent activement, en petit groupe, au travail de thèse d'un doctorant du campus universitaire d'Orléans. En classe de seconde, c'est grâce à l'enseignement d'exploration Méthodes et Pratiques Scientifiques (MPS) qu'ils réalisent des travaux par quinzaine, dans un laboratoire de recherche. En première Scientifique (S), leur travail est approfondi en Travaux Personnels Encadrés (TPE). En Terminale, ils réalisent un stage en immersion d'une semaine dans leur laboratoire de recherche.

Enfin, le lycée offre aux élèves une large possibilité d'options : option cinéma-audio visuel, option italien, option russe, option art visuels, option latin, option grec, option théâtre.

Classements[modifier | modifier le code]

Classement du Lycée[modifier | modifier le code]

En 2015, le lycée se classe 7e sur 18 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 1424e au niveau national selon le classement de l'hebdomadaire français L'Express[13]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[14].

Classements des CPGE[modifier | modifier le code]

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles.

En 2015, le magazine mensuel français L'Étudiant établit le classement suivant pour les concours de 2014 :

Filière Élèves admis dans
une grande école*
Taux
d'admission*
Taux moyen
sur 5 ans
Classement
national
Évolution
sur un an
ECS [15] 0 / 24 élèves 0 % 0 % 95eex-æquo
sur 95
=
Khâgne A/L [16] 0 / 19 élèves 0 % 2 % 41eex-æquo
sur 41
=
Khâgne B/L [17] 1 / 26 élèves 4 % 2 % 12e
sur 22
en diminution 2
Khâgne LSH [18] 0 / 48 élèves 0 % 1 % 73eex-æquo
sur 73
en diminution 37
MP / MP* [19] 10 / 118 élèves 9 % 10 % 35e
sur 114
en diminution 5
PC / PC* [20] 1 / 61 élèves 2 % 3 % 55eex-æquo
sur 110
en diminution 11
PSI / PSI* [21] 3 / 75 élèves 4 % 6 % 66eex-æquo
sur 120
en diminution 10
BCPST [22] 17 / 41 élèves 42 % 34 % 22e
sur 53
en augmentation 8
Source : Classement 2015 des prépas - L'Étudiant (Concours de 2014).
* le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. En filières ECE et ECS,
ce sont HEC, ESSEC, et l'ESCP. Pour les khâgnes, ce sont l'ENSAE, l'ENC, les 3 ENS, et 5 écoles
de commerce (HEC, ESSEC, ESCP, EM Lyon et EDHEC). En filières scientifiques, ce sont un panier
de 11 à 17 écoles d'ingénieurs qui ont été retenus selon la filière (MP, PC, PSI, PT ou BCPST).

Personnalités[modifier | modifier le code]

Charles Péguy

Parmi les anciens élèves, on peut citer :

Parmi les enseignants, on peut citer :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « PILOT - Effectifs lycée Pothier », sur dep.ac-orleans-tours.fr, Académie d'Orléans-Tours, (consulté le 11 janvier 2012)
  2. « Des séances de bizutage ont mal tourné à Marseille et à Orléans », sur www.la-croix.com, La Croix, Groupe Bayard, (consulté le 23 décembre 2014)
  3. Paul Quinio, « Un bizutage à Orléans relance la croisade ministérielle », sur www.liberation.fr, Libération, (consulté le 23 décembre 2014)
  4. Rapport n°265 - Sénat
  5. « Distinction : M. Devis, proviseur honoraire, reçoit la Légion d'Honneur », sur www.lycee-pothier.com, Lycée Pothier, (consulté le 27 janvier 2010)
  6. Aurore Malval, « Propos discriminatoires : enquête dans un lycée d'Orléans », sur www.lamontagne.fr, La Montagne, Centre-France, (consulté le 23 décembre 2014)
  7. David Creff, « Lycée Pothier : Droit de retrait pour les enseignants », sur www.larep.fr, La République du Centre, Centre-France, (consulté le 23 décembre 2014)
  8. David Creff et Aurore Malval, « Pothier serait-il tombé sur la tête ? », sur www.larep.fr, La République du Centre, Centre-France, (consulté le 23 décembre 2014)
  9. Aurore Malval, « Annus horribilis au lycée Pothier », sur www.larep.fr, La République du Centre, Centre-France, (consulté le 23 décembre 2014)
  10. Matthieu Noli, « Patrimoine - A qui appartient Orléans ? », sur www.lepoint.fr, Le Point, (consulté le 27 janvier 2010)
  11. « Programme prévisionnel d'investissement 2008-2013 et bilan de la période 2001-2007 », sur www.regioncentre.fr, Conseil régional de la région Centre
  12. « PILOT - Pilotage Orléans-Tours. Fiche de l'établissement », sur dep.ac-orleans-tours.fr, Académie d'Orléans-Tours, (consulté le 11 janvier 2012)
  13. Classement départemental et national du lycée selon L'Express sur www.lexpress.fr
  14. Méthodologie du classement national des lycées français de L'Express sur www.lexpress.fr
  15. Classement 2015 des prépas ECS
  16. Classement 2015 des prépas A/L
  17. Classement 2015 des prépas B/L
  18. Classement 2015 des prépas LSH
  19. Classement 2015 des prépas MP
  20. Classement 2015 des prépas PC
  21. Classement 2015 des prépas PSI
  22. Classement 2015 des prépas BCPST
  23. Imbault JP, Orléans, Saint-Marceau, tome 2, 2015, Editions Sutton, p 70
  24. « Secrets de tournage à propos du film Bernard ni dieu ni chaussettes », sur www.allocine.fr, Allociné (consulté le 27 janvier 2010)
  25. Imbault JP, Orléans Saint-marceau, Éditions Sutton, 2013, p. 122-126
  26. Evene, « Jean Zay », sur www.evene.fr, Socpresse (consulté le 27 janvier 2010)
  27. Evene, « Jean-Marie Lustiger », sur www.evene.fr, Socpresse (consulté le 27 janvier 2010)
  28. Saïd Mahrane, « Je garde un souvenir enchanté », sur www.lepoint.fr, Le Point, (consulté le 27 janvier 2010)
  29. Delorme ML, De bons élèves, Stock, 2015, p80
  30. Jean-Pierre Béjot, « Avec la mort du professeur Joseph Ki-Zerbo, c’est une page de l’histoire de la Haute-Volta que tourne aujourd’hui le Burkina Faso », sur www.lefaso.net, (consulté le 27 janvier 2010).
  31. « Fini le lycée Pothier, la première sup à Orléans, les élèves qui font les malins [...] Larguée par-dessus bord la médiocrité souffreteuse d'un prof de lycée en province. » Serge Doubrovsky, Laissé pour compte, Grasset, 1999, chap. 1er. (Lire en ligne. Consulté le 23 mai 2011.)
  32. Mémoires, t. 2, Éditions du Seuil, Collection « Essais », 1998 ; La Découvete, 2007, pp. 13-19.
  33. Christophe Prochasson et Anne Rasmussen (dir.), Vrai et faux dans la Grande Guerre, La Découverte, 2004 (ISBN 2-7071-4211-5) (Compte rendu en ligne par Patrick Clastres sur www.parutions.com. Consulté le 27 octobre 2011.)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]