Gérard du cinéma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (juin 2014).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gérard.
Gérard du cinéma
Image associée à la récompense
Le parpaing, symbole du prix remis aux récipiendaires.

Prix remis Gérard du cinéma
Description Distingue les pires réalisations du cinéma français
Organisateur Frédéric Royer
Pays Drapeau de la France France
Date de création 2006
Date de suppression 2012

Les Gérard du cinéma est une cérémonie satirique qui récompense les plus mauvais films et les pires acteurs du cinéma français. Parodiant les codes des cérémonies du type César, elle se déroule généralement un ou deux jours avant les véritables cérémonies des César ou du Festival de Cannes. Les prix remis lors des Gérard sont représentés par un parpaing doré.

La première remise de prix a eu lieu le à la discothèque « Le Baron » à Paris. Elle est diffusée depuis 2008 sur Paris Première (en direct depuis 2009). La dernière édition date de 2012.

Historique[modifier | modifier le code]

Le fondateur[modifier | modifier le code]

Le créateur et animateur principal des Gérard du cinéma comme des Gérard de la télévision est le journaliste Frédéric Royer[1]. S’inspirant des Razzie Awards américains, il a imaginé le concept des Gérard.

Frédéric Royer a fait appel au fil des ans à plusieurs personnes pour l’entourer à l’animation, à l’écriture ou à la production de la cérémonie : Stéphane Rose depuis 2006, Arnaud Demanche de 2006 à 2012, Juliette Arnaud depuis 2013, David Koubbi depuis 2007, Alexandre Pesle, de 2007 à 2009[2]. Le Big Gérard’s Band, composé de Benjamin Fau, Manu Chehab et Nicolas Monhardt, était durant les premières années le groupe musical accompagnant les animateurs sur scène. Ses membres, ainsi que Ludoris Mouanga, Emilie Arthapignet et Anne Bouillon, sont ensuite devenus les figurants des sketches.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de « Gérard » a été choisi par Frédéric Royer pour son assonance avec les César et parce que c'est un prénom fréquent dans le monde du cinéma français, comme Gérard Depardieu, Gérard Oury, Gérard Lanvin, Gérard Jugnot, Gérard Philipe, Gérard Darmon, Gérard Mordillat, Gérard Krawczyk, Gérard Pirès, Gérard Corbiau, Gérard Jourd'hui et Gérard Rinaldi.

Les nommés sont appelés « lauréables ».

Cérémonies[modifier | modifier le code]

2006[modifier | modifier le code]

La première cérémonie a eu lieu le à la discothèque « Le Baron » à Paris.

Article détaillé : Gérard du cinéma 2006.

2007[modifier | modifier le code]

La seconde cérémonie a eu lieu le au « Réservoir » à Paris.

Article détaillé : Gérard du cinéma 2007.

2008[modifier | modifier le code]

La troisième cérémonie a eu lieu le (la veille de l'ouverture du Festival de Cannes) au cinéma parisien « Le Club Marbeuf » et a été diffusée le 23 mai sur Paris Première.

Article détaillé : Gérard du cinéma 2008.

2009[modifier | modifier le code]

La quatrième cérémonie a eu lieu le au Club Marbeuf (et en direct sur Paris Première).

Article détaillé : Gérard du cinéma 2009.

2010[modifier | modifier le code]

La cinquième cérémonie a eu lieu le au théâtre Michel (et en direct sur Paris Première).

Article détaillé : Gérard du cinéma 2010.

2011[modifier | modifier le code]

La sixième cérémonie a eu lieu le au théâtre Michel (et en direct sur Paris Première).

Article détaillé : Gérard du cinéma 2011.

2012[modifier | modifier le code]

La septième cérémonie a eu lieu le au théâtre Michel (et en direct sur Paris Première).

Article détaillé : Gérard du cinéma 2012.

Arnaud Demanche annonce son départ des Gérard en 2012, expliquant ceci par « l'absence de perspectives » pour l'émission, et son propre manque de temps[3].

Aucune cérémonie des Gérard du Cinéma n'a eu lieu depuis.

Évolution et signification des prix[modifier | modifier le code]

Créée en 2006, la cérémonie était initialement (2006 et 2007) une parodie pure et simple des codes des cérémonies du type César, en inversant les catégories (pire acteur, pire actrice, pire film, etc.). Depuis 2008, les catégories ont toutes des noms originaux, souvent cocasses, uniques, assez longs et relevant de la plaisanterie.

De même que pour les Razzie Awards dont ils sont inspirés, les prix remis à l’occasion des Gérard du Cinéma peuvent être sujets à polémique. En effet, la notion de mauvais film ou acteur est assez équivoque et hétérogène. En général, elle correspond à un jugement subjectif mais relativement proche de l'exercice de la critique de film, le côté satirique et savoureux en plus, comme dans les catégories suivantes :

Films ou prestations dont la qualité n'a pas été à la hauteur du battage publicitaire ou du prestige de la personne (réalisateur, acteur) :

  • Gérard de l'acteur dont on espère qu’il aura jamais jamais de premier rôle quand on voit comment il se débrouille avec les seconds (2010)
  • Gérard du réalisateur qui continue à faire des films en toute impunité malgré un CV déjà passablement chargé (2010)
  • Gérard du réalisateur ou de l'acteur qui parle de son film comme si c'était le dernier Fellini alors que même toi tu fais mieux avec ton Nokia et trois copains bourrés (2009)
  • Gérard de l’acteur qui aurait vraiment mieux fait de continuer à faire des sketches (2008)

Cas flagrants d'exploitation (d'un filon, d'une mode, d'un fait de société, d'un groupe social, etc.) :

  • Girard di film halal (2012)
  • Gérard du film français sorti avec un titre en anglais parce qu’on sait jamais, sur un malentendu, on peut croire qu’il est américain (2011)
  • Gérard de Madame la Grande Actrice qui va s'encanailler dans une comédie de ploucs pour casser son image de vieille bourgeoise coincée du cul (2010)
  • Gérard du film que quand tu vas le voir, dans la salle, t'as l'impression d'être dans un wagon du RER D un samedi soir à Villiers-le-Bel (2010)
  • Gérard de la feignasse tellement décontractée du gland qu'elle recycle un de ses vieux sketchs en film d'une heure et demie (2009)

Évolution, jugée décevante, de la carrière d'un acteur ou d'un réalisateur :

  • Gérard de l'acteur culte qui tournait dans des bons films. Et puis, un jour visiblement, ça l'a fait chier (2012)
  • Gérard de l’acteur qui, avant, nous faisait bien rire et qui, maintenant, nous fait bien chier (2011)
  • Gérard du réalisateur qui fait toujours le même film, mais en un peu moins bien à chaque fois (2009)

Toutefois, d'autres catégories plus polémiques évoluent entre le mauvais goût, la moquerie mesquine, le machisme et le manque de respect, par exemple :

Physique des actrices et commentaires crus sur leur sex-appeal :

  • Gérard du film que tu vois parce qu’il te fait espérer des lolitas qui se roulent des pelles et se mettent des doigts dans leurs petits abricots rasés, mais en fait, même pas (2012)
  • Gérard du petit cul (2011)
  • Gérard du gros cul (2011)
  • Gérard du film avec des petits chiens ou des grosses chiennes (2010)
  • Gérard du film qui parle d'une meuf qui fait moyennement envie, et du coup le film, bah, c'est pareil (2010)
  • Gérard de l'actrice pas très douée mais qu'on se mettrait bien sur le zguègue, pas vrai les gars ? (2009)
  • Gérard de l’actrice que les journalistes s’obstinent à appeler « mademoiselle » alors qu’elle a plutôt une tête à ce qu’on l’appelle « mémé » (2008)

Problèmes de carrière de certains acteurs :

  • Gérard du membre de duo qui l'a dans le cul (2012)
  • Gérard du plus mauvais animal dans un rôle animal (2008)
  • Gérard de la compromission alimentaire (2008)

Nom de famille, origines étrangères :

  • Gérard de l'acteur qui a un prénom africain (2012)
  • Gérard de l'acteur qui a un nom de maladie (2010)
  • Gérard de l'acteur qui vient manger le pain des Français (2010)

Plaisanteries sur les maladies, la vieillesse ou les décès récents :

  • Gérard de l'acteur qu'on croyait mort depuis 1985, et qui en fait, tourne encore (2011)
  • Gérard du mauvais timing (2008)

Enfin, chaque année, Arielle Dombasle reçoit le Gérard de l'actrice, ou l'artiste, ou la réalisatrice qui « bénéficie le mieux des réseaux de son mari », Bernard-Henri Lévy, récompense qui joue sur le comique de répétition. Elle a toujours été la seule nominée, sauf en 2012.

Les réactions[modifier | modifier le code]

Dès le surlendemain du palmarès de l'édition 2006, Michaël Youn postait un texte sur son site[4] :

« Pour la première fois, les Gérard du cinéma, nouvelles distinctions saluant les pires productions du cinéma français, ont été remis cette année. Ainsi, le titre du plus mauvais acteur a été décerné à l'humoriste Michael Youn pour Iznogoud. Le réalisateur de ce long-métrage, Patrick Braoudé, a lui mérité les prix du plus mauvais réalisateur et du plus mauvais film.

Trop fort ! Le carton plein ! Je ne sais pas quoi dire tellement je suis ému… Vous ne vous en rendez pas compte, mais là, derrière mon écran d'ordinateur, je pleure… si, si je pleure d'émotion ! 3 récompenses pour Iznogoud ! Jamais je n'aurais pensé qu'un si mauvais film serait autant couronné, même pour sa médiocrité. (...) »

A contrario, le réalisateur David Charhon est venu chercher son trophée du plus mauvais film 2009 pour Cyprien. En 2011, le comédien Henri Guybet s'est déplacé pour recevoir le « Gérard de l'acteur qu'on croyait mort depuis 1985 et qui en fait tourne encore ». L'équipe du film L'Absence s'est également déplacée pour recevoir le « Gérard du film que tu vas voir alors que ta meuf t’a largué… t’as perdu ton boulot… t’as appris que t’avais le cancer… mais bon, tu t’es dit “la vie continue, je vais aller au ciné pour retrouver un peu de joie de vivre”, et puis, t’arrive devant ton UGC, et là, au menu... »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Gérard : ce que leur fondateur pense de Cyril Hanouna, Nabilla et les autres » ; Charlotte Pudlowski pour Slate, sur le site www.slate.fr - 13 janvier 2014.
  2. « Gérard du cinéma 2012: et les lauréats malgré eux sont… » ; Gabriel Siméon pour Les Inrockuptibles, sur le site www.lesinrocks.com - 15 mai 2012.
  3. « Arnaud Demanche arrête les Gérard : « Une décision un peu douloureuse » »,‎ (consulté le 22 avril 2015)
  4. Michael Youn, « Je suis le plus mauvais acteur de l'année ! Yeaaaah... » (version du 28 septembre 2007 sur l'Internet Archive), sur michaelyoun.com, 25 février 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]