Les Grosses Têtes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grosse tête.
Autre logo des Grosses Têtes.

Les Grosses Têtes est une émission vedette humoristique et culturelle, créée sur une idée de Roger Kreicher directeur des programmes de RTL en 1977[1]. L'émission est diffusée quotidiennement sur la radio RTL et sur Bel RTL de 16 h à 18 h (16 h 30 à 18 h 00 jusqu'en 2006), et en reprise à la télévision sur Paris Première. Après avoir été présentée pendant 37 ans par Philippe Bouvard (de 1977 à 2014), et par Christophe Dechavanne quelques mois entre fin août 2000 et février 2001, elle est présentée par Laurent Ruquier l'été 2014.

Les Grosses Têtes
Image illustrative de l'article Les Grosses Têtes
Logotype des Grosses Têtes sur RTL.

Présentation Laurent Ruquier
Pays Drapeau de la France France
Langue français
Diffusion
Station RTL, Bel RTL (depuis sa création en 1991)
Paris Première (télévision)
Création
Horaires Du lundi au vendredi de 16 h à 18 h (16 h 30 à 18 h 00 jusqu'en 2006).
Rediffusion Chaque nuit de 3 h à 4 h 30 et
samedi et dimanche de 16 h à 18h
Podcasting Oui
Site web rtl.fr/emission/les-grosses-tetes

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le plateau.
Philippe Bouvard.

L'émission Les Grosses Têtes provient d'une ancienne émission de radio d'avant et d'après-guerre appelée Les Incollables, animée par Robert Beauvais. Elle consiste à poser des questions de culture générale à un petit groupe d'invités, choisis pour leur humour et leur sens de la répartie. Les invités interrogent l'animateur pour s'orienter.

Le concept premier de l'émission contient des questions posées par les auditeurs parmi lesquels, Mme Leprieur d'Agon-Coutainville, M. Willy Latré de Sart-lez-Spa[2], l'abbé Pierlot de Méaulte, M. Mikolajek de Reims, ainsi que M. Schraen de Dunkerque qui envoient le plus de questions pouvant leur rapporter 300 € — d'abord 500 F puis 1 000 F pour finir par 2 000 F avant l'arrivée de l'euro — si la réponse n'est pas trouvée par les invités dans le temps imparti.

D'autres questions sont composées par des assistants de la radio et affublées d'un nom d'auteur fantaisiste, tels que Mme Bellepaire de Loches[2], M. Sapan d'Houilles, M. Legrand d'Angers, M. Givet de Spa, Mme Boileau d'Évian, M. Jules d'Orange, Mme Pleine de Grasse, Mme Lafille de Garches, Mme Touffu de Lamotte, Mme Mauri de Sète, Mme Lenvie de Béziers (qui déménage à Gagny depuis avant de revenir à Béziers à la rentrée 2009).

L'émission est enregistrée le matin en semaine et traite assez souvent des questions d'actualité. Elle est enregistrée par 2 émissions, les lundis, mardis, mercredis ou lundis, mercredis depuis 2006. De 2008 à 2014, l'émission de la veille est rediffusée de 3 h à 4 h du matin et en bonus, RTL ajoute une demi-heure de Grosses Têtes « Dans la nuit des temps » de 4 h à 4 h 30, rediffusions de la genèse de l'émission (depuis 1980). Pendant quelques années, les Grosses Têtes quittent Paris pour des émissions en région. Les enregistrements ont lieu dans les studios de RTL situés rue Bayard, puis en 1985 ils émigrent dans le salon Vendôme de l'Hôtel George-V et au Théâtre de la Porte-Saint-Martin.

Depuis 2001, les Grosses Têtes sont composées autour de quelques sociétaires et d'un invité d'honneur.

Diffusée de 16 h à 18 h, l'émission est depuis juillet 2006 divisée en un quart d'actualité chaude, un quart de questions culturelles ou assimilées (souvent difficiles), un quart d'éléments extérieurs avec des coups de téléphone et un quart d'invités d'honneur assaisonné de blagues grivoises.

L'émission commence et se termine par une citation dont il faut deviner l'auteur (Alphonse Allais, Tristan Bernard, Sacha Guitry, Woody Allen, Pierre Desproges, Jean Yanne, Michel Audiard, Oscar Wilde, etc.).

Depuis la rentrée 2010, jusqu'en 2014, l'émission du mercredi Les Grosses têtes en folie, est une émission sans invité d'honneur au cours de laquelle les sociétaires discutent librement autour d'un sujet donné tout en répondant aux questions de culture générale.

Parmi les rubriques récurrentes, il y a jusqu'en 2010 l'auditeur du bout du monde où P. Bouvard donne la parole à un auditeur installé dans un pays étranger, la honte de l'invité d'honneur, le premier baiser ou encore la visite médicale (à la rentrée 2011). L'interview de l'invité d'honneur se déroule lors de la garde à ouïe (jusqu'en 2009), la visite chez le dentiste (2009-2010), la partie de tennis (2010-2012), la visite médicale (2011) et à la rentrée 2012 ; les questions sont tirées au sort par les sociétaires dans la baraque foraine. De novembre 2012 à 2014 ces formules sont soumises au choix de l'invité. Une autre rubrique importante est l'invité surprise au cours de laquelle intervient une personnalité par téléphone ou sur le plateau.

En 2012-2013, chaque émission accueille un auditeur d'honneur qui se voit remettre un diplôme du même nom. L'année suivante apparaît la Grosse Tête d'honneur, ancien sociétaire ou invité d'honneur revenant dans l'émission pour une pige.

L'émission est en partenariat pendant quelques années avec le magazine Télé 7 jours, puis avec Télé Star (1993-1997).

Historique[modifier | modifier le code]

Première époque : 1977-2000[modifier | modifier le code]

L'émission naît le 1er avril 1977 d'un tête à tête entre Philippe Bouvard et Jacques Martin, dont le premier admire l'érudition du second, ses talents d'histrion et le sait capable de relever le défi d'une émission culturelle. À l'époque il avait été dit à Bouvard « Comme vous allez faire votre essai le 1er avril, si ça ne marche pas, on arrêtera le 2 et on dira que c'était un canular »[3]. Ces débuts épiques sont souvent racontés par les deux compères et entre autres par Philippe Bouvard pendant des décennies, lors des anniversaires de cette émission qui s'est inscrite dans la durée[4]. À la rentrée en septembre 1977, le dispositif change : l'émission se déplace dans le Grand Studio et l'enregistrement a lieu en public[5].

Par la suite, Jean Dutourd complète l'équipe (malgré le désaccord de l'Académie française[réf. souhaitée]), répondant à l'appel de son ami Philippe Bouvard. L'auteur de Au bon beurre méduse les participants et le public des Grosses Têtes par son érudition, donnant des réponses extraordinaires avec le plus grand naturel[6]. Jean Lefebvre ne trouve, quant à lui, que très peu de réponses, mais provoque l'hilarité[réf. souhaitée]. Aux questions suggestives, il répond par : « Est-ce que c'est sexuel ? ». Les deux autres « pères fondateurs » sont les comédiens Roger Pierre et Jacques Balutin, présents dès le début. Fin 1977 arrive Jean Yanne qui devient un pilier de l'émission, ainsi que l'imitateur Thierry Le Luron, sociétaire jusqu'à son décès[7]. La comédienne Sophie Desmarets est la première femme à participer à l'émission.

Au fil du temps, l'expert de service, en général contacté par téléphone, est Jean Dutourd, invité depuis toujours à l'émission. En 2008 il met un terme à sa participation à l'émission.

L'émission se construit dans les années 1980 autour d'un groupe de sociétaires récurrents, parmi lesquels on note en plus des invités originels Olivier de Kersauson, Gérard Jugnot, Patrick Sébastien, Sim, Carlos, Roger Carel, Jacques Chazot, Philippe Castelli, Alice Sapritch, Daniel Ceccaldi, André Gaillard et Léon Zitrone, puis Claude Sarraute, Jackie Sardou, Charles Level qui avec sa guitare improvise des chansons avec ou sans Jacques Martin, Josephine Chaplin, Christine Fabréga, Jean-Jacques, Gérard Klein, Jacques Veissid ou Macha Méril. Des improvisations et digressions loufoques du trio Yanne-Martin-Kersauson peuvent durer une émission entière. L'émission possède d'autres thèmes récurrents, tels que les moqueries à l'égard d'Alice Sapritch et de Philippe Castelli (surnommé « le débris ») ou encore les histoires salaces de ce même Castelli, racontées sur un ton monocorde d'être interrompu par ses camarades taquins.

À la fin des années 1980 s'ajoutent d'autres sociétaires marquants comme Jean-Pierre Coffe, célèbre pour ses coups de gueule culinaires, Isabelle Mergault, Évelyne Leclercq, rejoints dans les années 1990 par Francis Perrin, Guy Montagné, Thierry Roland, Vincent Perrot, Stéphane Bern, Pierre Bellemare, Vincent Lagaf' ou encore Amanda Lear. Robert Sabatier sert de caution culturelle en l'absence de Jean Dutourd. À la fin de cette décennie apparaissent notamment Isabelle Alonso, Olivier Lejeune, Jacques Mailhot et Christian Morin.

À la rentrée 1998, répondant aux sollicitations de Philippe Labro, Jean Yanne fait son retour dans l'émission à laquelle il n'a pas participé depuis 1990. Devenu un sociétaire régulier, il excelle dans l'improvisation comique[8].

En 1999 l'émission dimininue la part des questions au profit des commentaires humoristiques de l'actualité[9].

À la fin de cette époque, les participants réguliers sont Jean Yanne, Isabelle Mergault, Olivier de Kersauson, Carlos, Jean-Jacques Peroni, Jacques Mailhot, Jean-Pierre Coffe, Thierry Roland, Stéphane Bern, Amanda Lear, Jean-Claude Brialy, Patrick Sébastien, Darie Boutboul, Jacques Balutin, Pierre Bellemare, Macha Méril, Guy Montagné, Vincent Perrot, Michel Galabru, Pierre Bénichou et Marianne James.

L'épisode Dechavanne (à la fin de l'année 2000)[modifier | modifier le code]

Philippe Bouvard, animateur tutélaire, est jugé trop âgé et il est remercié. Il est remplacé par Christophe Dechavanne. La dernière édition a lieu le 30 juin 2000, regroupant douze sociétaires pour l'occasion[10].

En trois mois, l'audience baissant d'au moins 600 000 auditeurs, la direction de la station décide d'arrêter définitivement l'émission dont la dernière aura lieu le 29 décembre[11]. Un des ex-complices de Philippe Bouvard commente à l'époque : « Avec Bouvard, on mélangeait blagues de cabinet et citations de Marcel Proust. Le problème de Dechavanne, c'est que non seulement ses invités séchaient sur les questions, mais que lui aussi ignorait les réponses. Quant à Duhamel, il lui aurait suffi de prendre le taxi deux fois dans Paris pour connaître la réaction de l'auditeur-type »[12]. L'échec de Dechavanne profite à la concurrence, notamment à l'émission de Laurent Ruquier ''On va s'gêner'' sur Europe 1 (où Philippe Bouvard fait un passage éclair[13]). Finalement, après un mois de rétrospective des meilleurs moments parmi 10 000 séquences de l'émission[14], Philippe Bouvard fait son retour à l'antenne dès le 29 janvier 2001.

L'émission avec Dechavanne n'est jamais programmée en Belgique : la station belge Bel RTL rediffuse pendant cette période d'anciennes émissions. Philippe Bouvard ne l'a jamais oublié et entretient depuis lors des rapports privilégiés avec ses auditeurs belges[15].

Deuxième époque : 2001-2014[modifier | modifier le code]

Après la parenthèse Dechavanne, l'émission de Philippe Bouvard se transforme sensiblement dans les années 2000. La part des questions des auditeurs diminue au profit de la promotion d'un invité d'honneur et de la discussion autour de l'actualité. L'équipe habituelle évolue également, par la grande présence des chansonniers Bernard Mabille, Jean Amadou et Jacques Mailhot, du comédien Éric Laugérias, et d'anciens membres du Petit Théâtre de Bouvard tels que Jean-Jacques Peroni et Philippe Chevallier. Ceux-ci côtoient des intervenants anciens tels que Carlos, Jean-Pierre Coffe, Thierry Roland, Pierre Bellemare, Macha Méril, Jacques Balutin ou Amanda Lear. En revanche Jean Yanne qui a rejoint Europe 1 avec Philippe Bouvard au début de la saison 2000-2001 demeure sur cette station[16]. D'autres se font plus rares comme Olivier de Kersauson, qui finalement rejoint à l'été 2009 l'émission concurrente On va s'gêner sur Europe 1, ou Sim qui a pris sa retraite de comédien. D'autres personnalités, anciens sociétaires ou non, sont des invités d'honneur réguliers chaque saison[N 1].

Les dernières années sont marquées par les disparitions de grands noms de l'émission : Daniel Ceccaldi et Jean Yanne en 2003, Philippe Castelli en 2006, Jacques Martin et Jean-Claude Brialy en 2007, Carlos en 2008, Sim en 2009, Roger Pierre en 2010, Jean Dutourd et Jean Amadou en 2011, Thierry Roland, Sophie Desmarets et Robert Sabatier en 2012.

Le 22 novembre 2004, Les Grosses Têtes célèbrent leur dix-millième émission lors d'un enregistrement spécial depuis l'Opéra-Comique[17].

À la rentrée 2006, l'émission gagne une demi-heure et commence à 16 h 00, au lieu de 16 h 30.

En 2007, pour les 30 ans de l'émission, une semaine exceptionnelle est organisée ; l'émission réunit des sociétaires actuels et ses invités d'honneur. Le couronnement a lieu le 5 avril 2007 où sont fêtés les 30 ans de l'émission en direct de la Tour Eiffel sur RTL de 21 h à 23 h. Deux cents invités sont réunis.

Du 6 au 10 juillet 2009, le plateau des Grosses Têtes quitte le grand studio de la rue Bayard pour s'installer à Cannes, au bord de la piscine de la villa de Philippe Bouvard. Ce dernier est accompagné de Bernard Mabille, Jacques Mailhot, Vincent Perrot, Éric Laugérias, Jacques Balutin, Amanda Lear, Laurent Gerra et Sim. Durant ces cinq journées, passent Mylène Demongeot, Georges Lautner, Bernard Brochand, Dominique Desseigne et Noëlle Perna. En plus du déménagement vers la Côte d'Azur, ces émissions exceptionnelles sont réalisées en direct pour la première fois[N 2].

À partir de 2011 l'émission se recentre sur Bernard Mabille, Jean-Jacques Peroni, Philippe Chevallier, Jacques Ballutin et Jacques Mailhot.

Le , l'année des trente-cinq ans de l'émission, l'invité d'honneur est Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, lui-même ancien sociétaire. La même année, RTL annonce la reconduction de l'émission jusqu'en 2013[18]

Le , les Grosses Têtes fêtent le trente-cinquième anniversaire lors d'une émission spéciale, et reçoivent pour l'occasion les félicitations du président de la république Nicolas Sarkozy[19].

Le est célébrée la 15 000e émission. Le 1er avril 2013, Alain Delon est pour la première fois invité à l'occasion du trente-sixième anniversaire des Grosses Têtes.

Fin de l'époque Philippe Bouvard (2014)[modifier | modifier le code]

Pendant la saison 2013-2014 l'émission perd Pierre Bellemare, l'un des sociétaires historiques qui rejoint la station Europe 1[20] et accueille ou réaccueille Laurent Baffie, Jacques Pradel, Mylène Demongeot et Philippe Candeloro.

Fin juin 2014, Philippe Bouvard quitte l'émission. Il est remplacé en septembre par Laurent Ruquier[21].

Dans son livre Radiographie[22], Laurent Ruquier annonce que trois collaborateurs d’On va s'gêner sur Europe 1, François Renucci, réalisateur, Anthony Bloch, programmateur, et Arnaud Crampon, auteur, l'accompagnent pour Les Grosses Têtes. Ils remplacent les personnes qui entouraient Philippe Bouvard. Certains le suivront sur sa nouvelle émission Allô Bouvard, d'autres quittent RTL après de nombreuses années[23].

Le , le journaliste Pierre Antilogus est le dernier invité d'honneur de Philippe Bouvard. Le lendemain, ce dernier anime sa dernière émission des Grosses Têtes entouré de tous ses sociétaires : Jean-Jacques Peroni, Bernard Mabille, Philippe Chevallier, Vincent Perrot, Jacques Mailhot, Jacques Balutin, Philippe Candeloro, Mylène Demongeot, Jacques Pradel, Chantal Ladesou, Laurent Baffie et Princess Erika[N 3].

Début de l'époque Laurent Ruquier[modifier | modifier le code]

À partir du lundi , Laurent Ruquier prend les commandes de la présentation des nouvelles Grosses Têtes.

L'animateur venu d’Europe 1 indique dans Radiographie[22] le nom de ses futurs complices qui sont en majorité ceux de la « Bande à Ruquier » issue d'On va s'gêner, auxquels s'ajoutent d'anciens transfuges des Grosses Têtes, (Pierre Bénichou, Jean-Pierre Coffe, Isabelle Mergault), et quelques anciens de Philippe Bouvard (Jean-Jacques Peroni, Bernard Mabille, Chantal Ladesou, Laurent Baffie)[24]. L'émission se trouve en concurrence avec celle animée à la même heure par Cyril Hanouna sur Europe 1.

Pour Laurent Ruquier l'enjeu est de récupérer une émission en perte de vitesse alors que sa quotidienne sur Europe 1, On va s'gêner, ne cessait de voir ses audiences grimper (moins 6% pour Les Grosses Têtes sur un an en 2013 contre une hausse de 13% pour sa concurrente sur la même période)[25]. Cette migration correspond à « un rêve d'adolescent » de Laurent Ruquier[26] qui se trouve confronté à la fois aux anciens auditeurs fidèles de Philippe Bouvard et aux anciens auditeurs fidèles d'On va s'gêner.

Pour concilier l'ensemble des auditeurs, Laurent Ruquier invite à dose équitable lors de sa première semaine à l'antenne à la fois les anciens sociétaires des Grosses Têtes et ses compagnons d'Europe 1. Il ouvre les portes du Grand Studio à de nouvelles personnalités telles que la romancière Amanda Sthers, l'animateur Thierry Ardisson et le journaliste et écrivain Franz-Olivier Giesbert. Le format de l'émission est un mélange des deux concepts concurrents : aux seules questions d'actualité que posait Laurent Ruquier sur Europe 1 subsistent dans cette nouvelle mouture celles de culture générale consubstantielles aux Grosses Têtes. Les chroniqueurs conservent un temps défini pour y répondre et tenter de battre un auditeur qui n'est plus qu'associé à une question sans participer à sa rédaction. Les citations qui ponctuent le début et la fin de l'émission sont conservées, tandis que l'invité d'honneur n'intervient désormais que dans la dernière demi-heure après que les chroniqueurs ont découvert son identité, comme c'était déjà le cas dans On va s'gêner. Cette formule marque le retour de la célèbre « valise RTL » dans laquelle s'accumulent non seulement la traditionnelle somme d'argent mais aussi des places de spectacles, des livres et toutes sortes de cadeaux.

À terme, l'équipe de Laurent Ruquier s'élargit : elle comprend la quasi-totalité de ses anciens camarades présents sur Europe 1 ː Christophe Beaugrand, Steevy Boulay, Christine Bravo, Mustapha El Atrassi, Danièle Évenou, Yann Moix, Christine Ockrent, Paul Wermus etc.) et d'anciens compères de Philippe Bouvard qui finissent par réintégrer l'émission ː Jacques Balutin, Fabrice, Gérard Jugnot, Anne Roumanoff. Le programme accueille des contributeurs inédits, qu'il s'agisse de jeunes humoristes (Arnaud Ducret, Bérengère Krief, Baptiste Lecaplain, Norbert Tarayre) ou des professionnels de l'audiovisuel (Cristina Cordula, Michel Drucker, Karine Le Marchand) et du monde du spectacle (Gérard Louvin, Jean-Luc Moreau). L'arrivée la plus symbolique intervient en janvier 2015, avec le retour aux Grosses Têtes de l'éphémère Christophe Dechavanne, animateur de l'émission en 2000. Il avait déjà collaboré avec Laurent Ruquier lors de la dernière saison de celui-ci sur Europe 1 en 2013-2014 en intégrant deux fois par semaine la bande d'On va s'gêner.

Interrogé fin août 2014 par Le Parisien à propos de sa 49e rentrée sur RTL, Philippe Bouvard répond : « Pourquoi voulez-vous que je lui parle, je ne suis pas dans ses émissions. J'aurais pu lui faire un petit coucou, mais on aurait pris ce mot pour une référence à l'oiseau qui ne fait son nid que dans celui des autres… » ajoutant qu'il pourrait reprendre l'émission au cas où les audiences de Laurent Ruquier ne seraient pas au rendez-vous « Je ne souhaite pas qu'il se plante, je ne souhaite pas reprendre l'émission, mais s'il y avait un coup de Trafalgar, je ne suis pas loin, on saura où me trouver. »[27].

Les premières audiences publiées à la mi-novembre créditent Laurent Ruquier de résultats supérieurs à ceux de Philippe Bouvard avec une progression de 7% sur un an, 78 000 auditeurs gagnés et 1 170 000 auditeurs en moyenne [28]. Une réussite confirmée dès janvier 2015 et l'arrivée de 42 000 fidèles supplémentaires[29].

L'enregistrement de l'émission du 7 janvier 2015 a commencé peu de temps avant les attentats de Charlie Hebdo. Elle est déprogrammée l'après-midi même pour être finalement proposée sur les ondes le samedi 10 janvier. Le lendemain des attentats, l'émission se termine par la rediffusion d'une séquence où l'invité-mystère était Cabu.

D'avril à juin 2015, l'émission est toujours en tête, avec 1,28 million d'auditeurs, soit 223 000 auditeurs de plus par rapport à la dernière vague de Philippe Bouvard, mais avec une légère baisse de 84 000 fidèles par rapport à la période de janvier à mars 2015.

La deuxième saison de l'émission (2015-2016) est marquée par l'arrivée de fortes personnalités médiatiques telles que l'ancienne ministre Roselyne Bachelot, la comédienne Arielle Dombasle, les humoristes Elie Semoun et François Rollin ou encore l'animateur Benjamin Castaldi, ainsi que par le retour de la Grosse Tête historique Patrick Sébastien. L'équipe des Grosses Têtes est endeuillée par le décès de Jean-Pierre Coffe le 29 mars 2016, qui avait participé à l'émission pour la première fois en 1986. Il aura enregistré son ultime émission le 23 mars, soit moins d'une semaine avant sa disparition et après 39 participations aux côtés de Laurent Ruquier. Deux émissions hommages lui sont consacrées le 30 et le 31 mars. Cette dernière est intitulée « le Best-Coffe » et rassemble les plu belles envolées du critique gastronomique tout au long de ses trente ans de participation aux Grosses Têtes.

Après une première saison réussie, le début de la deuxième est contrasté : pour la période septembre-octobre, bien qu'arrivant en tête avec 1,21 million d'auditeurs en moyenne en gagnant 41 000 auditeurs sur un an, l'émission en égare 68 000 sur une vague. Pour la période novembre-décembre, avec 1,3 million d'auditeurs en moyenne, l'émission gagne encore des fidèles, 74 000 sur un an et 75 000 sur une vague. Mais pour le premier trimestre 2016, bien que toujours en tête, l'audience de l'émission est en baisse : 1,25 millions d'auditeurs en moyenne avec 107 000 auditeurs de moins sur un an et 30 000 perdus sur une vague.

Les sociétaires[modifier | modifier le code]

Ligne du temps des sociétaires actuels et présentateurs[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

*L'astérisque représente les présentateurs de l'émission.

Les anciens sociétaires (hors invités d'honneur) de l'époque Philippe Bouvard[modifier | modifier le code]

Depuis 1977, de nombreux invités dans les grosses têtes de Philippe Bouvard avec (534 début 2013) ont participé à l'émission radio (les noms soulignés indiquent les sociétaires réguliers, les autres n'étant pas restés longtemps ou n'ayant fait que de rares apparitions).

Les sociétaires à partir de 2014 (nouvelle équipe autour de Laurent Ruquier)[modifier | modifier le code]

Les noms suivis d'un astérisque désignent les personnalités n'intervenant que de manière épisodique. Les noms soulignés sont ceux des Grosses Têtes présentes de manière régulière dans l'émission.

Anne Roumanoff, Jacques Mailhot et Bernard Mabille.

Sociétaires présents sous l'ère Philippe Bouvard[modifier | modifier le code]

Retour d'anciens sociétaires[modifier | modifier le code]

Les nouveaux sociétaires depuis la saison 2014-2015[modifier | modifier le code]

Les nouveaux sociétaires depuis la saison 2015-2016[modifier | modifier le code]

Les nouveaux sociétaires depuis la saison 2016-2017[modifier | modifier le code]

Générique[modifier | modifier le code]

Le générique de l'émission est un arrangement par Gaya Bécaud du morceau Gonna Fly Now, thème musical du film Rocky composé par Bill Conti[30]. Il existe de nombreuses versions parfois thématiques de ce générique qui, dans les années 1990, change à chaque saison. Puis la même mouture est utilisée pendant treize ans à partir de 1998[31]. À la rentrée 2011, une nouvelle version est présentée.

Télévision[modifier | modifier le code]

En 1985, l'émission passe pour la première fois à la télévision sur Antenne 2, pour fêter l'émission La 2500e fois des Grosses Têtes.

En 1992, l'émission La 5000e fois des Grosses Têtes passe sur TF1.

De 1992 à 1997, l'émission est diffusée sur TF1 généralement le samedi soir ; toutefois, elle peut aussi l'être le lundi, mercredi ou vendredi soir. On y voit régulièrement Guy Montagné, Sim, Amanda Lear, Évelyne Leclercq, Isabelle Mergault, Stéphane Bern, Francis Perrin, Jacques Pradel, Carlos et Pierre Bellemare. Souvent associés, Sim et Francis Perrin s'y distinguent. Le principe est le même que celui de l'émission de radio, agrémenté de nombreux sketchs. Le programme réunit jusqu'à 11 200 000 téléspectateurs[32]. Une autre émission sur TF1 intitulée les Grosses Têtes en fête est diffusée en décembre 1994, et janvier et décembre 1996.

En avril 2002, TF1 propose une émission consacrée au 25e anniversaire des Grosses têtes présentée par Jean-Pierre Foucault où celui-ci reçoit Philippe Bouvard, des animateurs de TF1 et les sociétaires habituels[33] réunissant près de 8 millions de téléspectateurs et 38,7 % de parts d'audience[32]. Une autre édition des Grosses Têtes ayant pour titre Histoires extraordinaires est également diffusée en juin 2002 sur TF1 avec les sociétaires de l'époque comme Anne Roumanoff ou Laurence Boccolini.

De 2004 à 2008 a lieu sur TF1 Le Grand Concours des Grosses Têtes où la plupart des sociétaires doivent briller face aux questions de Carole Rousseau. Les vainqueurs du Grand Concours sont Jean-Jacques Peroni (en 2004, 2005, 2006, 2008) et Carlos en 2007.

Depuis juin 2006, il est de nouveau possible de suivre les Grosses Têtes à la télévision : Paris Première diffuse une capture hebdomadaire des enregistrements radio.

Le vendredi 27 juin 2014, l'émission Grosses Têtes : Nos 37 ans de bonheur sur France 2, consacre la dernière présentation de Philippe Bouvard, entouré de ses sociétaires habituels, des participants de toutes époques ainsi que des personnalités comme Jean d'Ormesson, Erik Orsenna ou Jean-Louis Debré. Les adieux de Philippe Bouvard sont un succès : France 2 arrive en tête avec plus de 4,5 millions de téléspectateurs et 20,8 % du public[34].

Le samedi 6 juin 2015, l'émission Grosses Têtes est de retour sur France 2, présentée pour la première fois par Laurent Ruquier. Celui-ci déclare que ː « sur France 2, ça sera l'occasion, une fois par trimestre, de s'amuser en réunissant, peut-être, toutes les Grosses Têtes, en préparant un prime où il y aura à la fois de l'improvisation, parce que c'est le principe et là peut-être, exceptionnellement, parce que ça serait de la télévision, des petites séquences préparées » [35]. Mais c'est un échec pour France 2, qui arrive ce soir-là en 3e position des audiences avec moins de 3,2 millions de téléspectateurs et 16,2 % du public. La chaîne est battue par TF1 (qui diffusait la finale de la Ligue des Champions) et France 3[36].

Un deuxième numéro diffusé le samedi 7 novembre 2015, face aux NRJ Music Awards diffusés sur TF1, est un succès pour France 2 puisqu'il rassemble 3 513 000 téléspectateurs, soit un peu plus de 300 000 téléspectateurs supplémentaires par rapport au précédent numéro du mois de juin. La chaîne est en 2e position[37].

Un troisième numéro diffusé le samedi 9 janvier 2016 est de nouveau un échec pour France 2 : avec 3,322 millions de téléspectateurs, soit 15,2% du public, la chaîne arrive troisième derrière TF1 (Génération Balavoine) et France 3 (avec un épisode de la série Le Sang de la Vigne avec Pierre Arditi)[38].

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Almanachs[modifier | modifier le code]

De 2009 à 2015, l'émission publie chaque année un almanach édité chez Michel Lafon. Ces volumes regroupent des questions de culture générale, des citations, des échanges entre sociétaires, des histoires drôles et des chroniques. Ils sont conçus en grande partie par l'équipe de production de l'émission (notamment Eric Laverdin, le réalisateur, et Sébastien Gouillard, l'un des assistants de Philippe Bouvard).

Jeux de société[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, les Jeux Nathan sortent un jeu de société. Le but du jeu est de gagner le plus de jetons en répondant au questions du meneur de jeu.

Dans les années 1990, Mattel sort un jeu dont le but est de raconter des histoires et de trouver des réponses incroyables à des questions inimaginables.

Depuis octobre 2015 un nouveau jeu édité par PlayBac reprend les catégories de l'émission : « C'est dans quoi ? », « Tu le sais ! », « Pourquoi ça », « Qui a dit ? », « Casse ta tête ! », « C Combien ? », « Le défi de Philippe Geluck ». Il peut se jouer à 3 joueurs à partir de 14 ans.

Justice[modifier | modifier le code]

Le 27 mars 1996, Philippe Bouvard, Patrick Le Lay et Vincent Perrot sont condamnés à des amendes pour provocation à la haine raciale. Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) et la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) s'étant portés partie civile après une devinette assimilant les musulmanes à des voleuses[réf. nécessaire].

L'émission constitue un alibi dans l'affaire Grégory. En effet, un suspect important écoute les Grosses Têtes lorsque Grégory Villemin est enlevé. Il doit d'ailleurs indiquer aux enquêteurs qui participe ce jour-là à l'émission[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Parmi eux on trouve Stéphane Bern, Laurent Gerra, Jean d'Ormesson ou Guy Gilbert.
  2. C'est également dans ces émissions que Sim intervient pour la dernière fois en tant que sociétaire, quelques semaines avant sa mort.
  3. Parmi les sociétaires de la saison 2013-2014, seule manque à l'appel Amanda Lear.
  4. Lors de la rentrée 2013, il anime brièvement une chronique humoristique appelée Le Plat du jour.
  5. Invitation qui donne lieu à un esclandre entre Olivier de Kersauson et Marie Laforêt, celle-ci finissant par quitter le plateau de l'émission. (Cf. Émission On va s'gêner (Europe 1) du 9 février 2010)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Laurent Ruquier répond à Philippe Bouvard sur France 5 », sur meltyBuzz,‎ (consulté le 2 septembre 2014)
  2. a et b http://www.dhnet.be/cine-tele/television/article/292803/les-grosses-tetes-mme-bellepaire-de-loches-c-est-lui.html
  3. « "Les Grosses Têtes" soufflent leurs 35 bougies », sur Direct Matin,‎
  4. Émission du 24 septembre 1989, rediffusée sur RTL le 22 janvier 2011, podcast « Les Grosses Têtes dans la nuit des temps »
  5. Laurent Delahousse, « Philippe Bouvard, ambitions inachevées », émission Un jour, un destin sur France 2, 7 décembre 2014, 49 min 20 s.
  6. Émission hommage diffusée sur RTL le 18 janvier 2011 de 16 h à 18 h
  7. Denis Maréchal, RTL, histoire d'une radio populaire, Nouveau Monde Éditions, 2010
  8. Bertrand Dicale, Jean Yanne à rebrousse-poil, Paris, First, 2012, p. 469-478.
  9. P. Bouvard dans Tout le monde en parle du , [1]
  10. Le Parisien du 01-07-2000: Les adieux de Bouvard : formels...
  11. http://www.leparisien.fr/une/rtl-guillotine-ses-grosses-tetes-06-12-2000-2001808761.php
  12. Dans Le Canard enchaîné du 13 décembre 2000
  13. http://www.youtube.com/watch?v=dJg2xrgAm5w
  14. http://web.archive.org/web/20010203215700/http://www.rtl.fr/rtljeux/grossestetes.asp
  15. « Le meilleur des Grosses Têtes sur Bel-RTL ! », sur www.tuner.be (consulté le 10 mai 2010)[]
  16. B. Dicale, op. cit.
  17. http://fr.radioactu.eu/actualites-radio/36078/bel-rtl-la-10-000eme-des-grosses-tetes/
  18. « Bouvard rempile pour deux ans sur RTL », sur tvmag.lefigaro.fr, Le Figaro,‎
  19. Émission du 30-03-2012
  20. Pierre Bellemare aux côtés de Cyril Hanouna sur Europe 1, http://www.lamontagne.fr, 23 août 2013.
  21. Laurent Ruquier reprend "Les Grosses Têtes", annonce le président de RTL Christopher Baldelli
  22. a et b Laurent Ruquier, Radiographie, Paris, Cherche-Midi, , 192 p. (ISBN 9782749120607, [9782749120706 lire en ligne])
  23. http://www.ozap.com/actu/-les-grosses-tetes-laurent-ruquier-presente-la-bande-qui-l-accompagnera-sur-rtl/453755
  24. http://www.lepoint.fr/medias/les-nouvelles-grosses-tetes-de-rtl-devoilees-par-laurent-ruquier-14-06-2014-1836203_260.php
  25. « Laurent Ruquier prend "Les Grosses têtes" », sur Libération, ecrans.liberation.fr/,‎
  26. « Ruquier : "Il est question qu'on reprenne le jeu de la valise dans Les Grosses têtes" », sur RTL, rtl.fr,‎
  27. Sylvain Merle, « Philippe Bouvard : «Je ne souhaite pas que Ruquier se plante» », Le Parisien,‎ (consulté le 12 septembre 2014)
  28. « Audiences radio : pari gagné pour Ruquier sur RTL ; Hanouna s'effondre sur Europe 1 », sur Ozap, ozap.fr,‎
  29. « Audiences radio : Ruquier au top, Hanouna devancé par Charline Vanhoenacker sur France Inter », sur Ozap, ozap.fr,‎
  30. Référence à Bill Conti et Gaya Bécaud sur le site des fans des Grosses Têtes
  31. La Mémoire de la FM: génériques de RTL
  32. a et b http://www.ozap.com/actu/grosses-tetes-retour-grande-chaine-bouvard-rtl/258586
  33. [2] Inathèque: 25 ans de Grosses têtes
  34. http://www.ozap.com/actu/audiences-france-2-bat-tf1-avec-les-grosses-tetes-d8-tres-en-forme-pour-la-speciale-de-touche-pas-a-mon-poste/454017
  35. « Les Grosses Têtes en prime time sur France 2 », sur Le Figaro, tvmag.leifgaro.fr,‎
  36. http://www.ozap.com/actu/audiences-la-finale-de-la-ligue-des-champions-en-tete-les-grosses-tetes-battues-par-france-3/469451
  37. http://www.ozap.com/actu/audiences-les-nrj-music-awards-leaders-en-hausse-les-grosses-tetes-progressent-france-5-en-forme/482110
  38. http://www.ozap.com/actu/audiences-generation-balavoine-30-ans-deja-en-tete-devant-la-fiction-de-france-3-et-les-grosses-tetes/487376

Annexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Sociétaire des Grosses Têtes.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]