Paul-Éric Blanrue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul-Éric Blanrue
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
MetzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Paul-Éric-Alfred BlanrueVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web

Paul-Éric Blanrue, né le à Metz, dans la Moselle[1], est un essayiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière (1992-2009)[modifier | modifier le code]

Paul-Éric Blanrue obtient en 1992 un diplôme d'études approfondies en histoire[2].

Après son cursus universitaire, il devient professeur dans l'enseignement secondaire privé (Nancy, Verdun et Forbach).

Il est en 1989 directeur de publication du Bulletin lorrain d'information légitimiste, une feuille d’information royaliste. Il fonde en 1993 le Cercle zététique, association sceptique à but non lucratif se proposant d'enquêter avec méthode sur tous les sujets relevant de l'extraordinaire, tant en science qu'en histoire. Il a été directeur de publication des Cahiers zététiques[3].

En 2004, il dévoile certains des « trucs » de l'illusionniste canadien Gary Kurtz. Il quitte la présidence du Cercle zététique cette même année.

En 2005, pour démontrer que le suaire de Turin pouvait être un faux réalisé au Moyen Âge, il en réalise une réplique avec les seuls moyens de l'époque[4],[5].

Il est invité, le , à participer, aux côtés d'une centaine d'autres auteurs, au Salon des écrivains du B'nai B'rith pour présenter et dédicacer son anthologie de l'antisémitisme[6], puis, à l'occasion de la sortie de son ouvrage Sarkozy, Israël et les juifs, au pot des Amis de Rivarol en novembre 2009[7]. Il célèbre en février 2010 le 31e anniversaire de la Révolution islamique à l'occasion de la réception organisée par l'Ambassade d'Iran à Paris[8].

Il a écrit dans Le Nouvel Observateur hors-série, Le Crapouillot, Science extrême, Historia ou encore dans Bordel.

Sarkozy, Israël et les juifs (2009)[modifier | modifier le code]

Dans son livre Sarkozy, Israël et les Juifs — dont le titre est un clin d'œil à De Gaulle, Israël et les Juifs de Raymond Aron —, Paul-Éric Blanrue établit une synthèse des rapports entre Nicolas Sarkozy et Israël, y compris les données biographiques et psychologiques[9]. Il compare son travail pour la France au livre Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine outre-Atlantique : « Leur ambition est au fond la même[9]. » Son objectif avec ce livre est de participer à la prise de conscience du danger que représente la nouvelle politique étrangère française à l'égard d'Israël.

Les éditeurs habituels des ouvrages de Blanrue, ainsi que le diffuseur en France de l'éditeur belge Marco Pietteur, n'ont pas voulu de cet ouvrage. Un diffuseur français (DG diffusion), qui en a lu le premier chapitre, a refusé de le diffuser[10],[9],[11]. Le livre a donc été diffusé en France pendant six mois exclusivement par correspondance jusqu'à ce que l'auteur finisse par trouver un diffuseur pour ce pays[12].

Alain Gresh a fait une recension de l'ouvrage dans le blog du Monde diplomatique dont la conclusion est : « Un livre qui mérite le débat, et non un interdit de fait »[13]. Son livre reçoit le soutien de divers personnalités, tels le journaliste Michel Collon[14], Jean Bricmont[15] et Jean-Guy Allard, chroniqueur au quotidien castriste Granma[16].

Le 19 février 2010, la chaîne Al Jazeera a consacré un débat d'une heure à la question du « lobby juif en France, entre réalité et fiction », s'appuyant sur un entretien antérieur avec l'auteur. Les invités, Éric Rouleau et Alain Gresh, contestent les thèses de l'auteur, faisant remonter le rapprochement de la France avec Israël à 2005, avant même l'élection de Nicolas Sarkozy.[réf. nécessaire]

Engagement dans le négationnisme (depuis 2009)[modifier | modifier le code]

À la suite de la parution de Sarkozy, Israël et les Juifs et d'un procès visant Dieudonné et Robert Faurisson, le site REFLEXes, « site d'informations antifascistes », publie un article sur les liens qui uniraient Paul-Éric Blanrue à certains milieux d'extrême droite ou négationnistes, justifiant cela[17], notamment :

  • par son appartenance au Front national en Moselle, dans les années 1980[18] ;
  • par sa participation à la fête des 80 ans du négationniste Robert Faurisson, donnée au théâtre de la Main d'Or de Dieudonné[19],[20] ;
  • par sa présence au procès de ces deux derniers, le 22 septembre 2009, devant la 17e chambre du Tribunal correctionnel de Paris.

Début 2011, il signe une pétition de Jean Robin en faveur de la liberté d'expression totale et l'abrogation de la loi Gayssot[21]. En mars 2011, il déclare à un média algérien qu’il s’est converti à l’islam en décembre 2009[15]. Au même moment, il dénonce les propos du pape Benoît XVI selon lesquels les Juifs ne sont pas responsables de la mort du Christ : d'après Meïr Waintrater, il « exhibe en réponse des textes sortis des fonds de tiroir de la propagande antijuive, censés prouver que les Juifs sont bien un peuple déicide[15]. »

Il réalise une interview filmée de Robert Faurisson[22] qui est diffusée sur le Web le 28 septembre 2011 et dont la promotion est faite sur le site de Dieudonné. Cette vidéo suscite un article de décryptage publié par L'Histoire en avril 2012, « Les mensonges de Robert Faurisson », par Valérie Igounet :

« Son titre, Un homme. Robert Faurisson répond aux questions de Paul-Éric Blanrue, fait ouvertement référence à l'ouvrage de Primo Levi Si c'est un homme. L'intention première du réalisateur est bien de provoquer. Le choix du sujet le confirme. Ce documentaire est tout à la gloire de Robert Faurisson. L'auteur de cette entreprise, Paul-Éric Blanrue, répond à une de ses obsessions : la défense du négationniste français[23]. »

Paul-Éric Blanrue explique que ses apparitions publiques aux côtés de Robert Faurisson sont justifiées par une étude préparatoire à l'écriture d'un livre sur ce dernier, dont il annonce la sortie pour 2011[24]. Il donne le numéro d'une carte au Parti communiste français, auquel il prétend appartenir depuis 2006 et rappelle s'être très vivement affronté avec les représentants du CIELT, organisme proche des milieux frontistes et catholiques intégristes[25],[26]. Par ailleurs, il reçoit le soutien de l'universitaire belge Jean Bricmont[27],[28].

Le 6 août 2010, il lance avec Jean Bricmont[15] une pétition[29] contre la loi Gayssot, à laquelle il joint comme revendication la libération du négationniste Vincent Reynouard. Le 5 septembre 2010, l'intellectuel américain Noam Chomsky apporte un soutien de principe à sa pétition[30]. Paul-Éric Blanrue est également partisan de l'abrogation de toutes les lois limitant la liberté d'expression en France, comme l'indique sa signature de la pétition lancée par le site Enquête & Débat[21].

L'historienne Valérie Igounet conclut que « Paul-Éric Blanrue est proche de l'extrême droite […] Bien qu'il ne contredise pas cet engagement politique, [il] préfère mettre en valeur un autre engagement[18]. » Elle ajoute :

« En France, l'homme est en train de prendre progressivement les traits d'un négationniste convaincu, d'un idéologue de la nouvelle vague. On le voit, de plus en plus, en compagnie de Robert Faurisson. On le dit d'ailleurs très proche du négationnisme. Il ne dément pas[31]. »

En novembre 2013, la diffusion de son livre Le Monde contre soi : anthologie des propos contre les Juifs, le judaïsme et le sionisme par les éditions d'Alain Soral est interdite en France aux motifs « d'injure envers un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une religion déterminée », de « négation de crime contre l'humanité » et de « provocation à la haine raciale »[32],[33]. Le 2 décembre 2014, le livre est de nouveau autorisé, le tribunal de grande instance de Bobigny jugeant que, sur le fond, la LICRA devait être déboutée sur le fondement de l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui protège la liberté d’expression[34]. Il est remis en vente sur le site des éditions Kontre Kulture le 17 février 2015[35],[36]. Ce livre est préfacé par Yann Moix.

Selon Stéphane François, Paul-Éric Blanrue est, avec Alain Soral, une figure du « nouvel anti-maçonnisme » qui « [intègre] au vieil anti-judéo-maçonnisme d’avant-guerre des considérations antisionistes qui se nourrissent d’un anti-maçonnisme musulman », mais qui « se nourrit encore des textes « classiques » parus au début du XXe siècle »[37].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Lumières sur le comte de Chambord : le témoignage inédit du P. Bole, confesseur du prince en exil (préf. Hervé Pinoteau), Communication et Tradition, Paris, 247 p., 1995 (ISBN 2-911029-00-3)
  • Le « Mystère du Temple » : la vraie mort de Louis XVII, Claire Vigne, coll. « Aux sources de l'Histoire », Paris, 364 p., 1996, (ISBN 2-84193-028-9)
  • Éd. de Marie-Thérèse de France, Souvenirs de Marie-Thérèse de France, duchesse d'Angoulême : 5 octobre 1789-8 juin 1795, Communication et Tradition, coll. « Archives des Bourbons » no 6, 120 p., Paris, 1997 (ISBN 2-911029-11-9)
  • Miracle ou imposture ? : l'histoire interdite du suaire de Turin, coédition EPO (Bruxelles) et Golias (Lyon), 271 p. + 8 p. de planches illustrées, 1999 (ISBN 2-87262-152-0) (EPO) et (ISBN 2-911453-53-0) (Golias)
  • L'Histoire dans tous ses états : idées fausses, erreurs et mensonges d'Abraham à Kennedy, Book-e-book.com, coll. « Zététique », Valbonne, 274 p., 2003 (ISBN 2-915312-03-6)
  • Les Dessous du surnaturel : dix ans d'enquêtes zététiques, Book-e-book.com, coll. « Zététique », Valbonne, 171 p., 2004 (ISBN 2-915312-04-4)
  • Le Secret du Suaire : autopsie d'une escroquerie, Pygmalion, Paris, 235 p. + 4 p. de planches illustrées, 2006 (ISBN 978-2-7564-0063-1)
  • Les Malveillantes : enquête sur le cas Jonathan Littell, Scali, Paris, 2006, 124 p. (ISBN 978-2-35012-105-5)
  • Le Monde contre soi : anthologie des propos contre les Juifs, le judaïsme et le sionisme (préf. Yann Moix), Blanche, Paris, 318 p., 2007 (ISBN 978-2-7556-0156-5)
  • Avec Minko Balkanski, Sofia-Paris, un aller simple (av.-propos Julu Jelev, préf. Dimitri Panitza), Scali, Paris, 223 p., 2007, (ISBN 978-2-35012-121-5)
  • Avec Chris Laffaille, Diana : l'enquête jamais publiée, Scali, Paris, 274 p., 2007 (ISBN 978-2-35012-163-5)
  • Avec Chris Laffaille, Aux portes de l'enfer : l'inavouable vérité sur le juge Borrel, Scali, Paris, 334 p., 2008 (ISBN 978-2-35012-203-8)
  • Avec Chris Laffaille, Carla et Nicolas : chronique d'une liaison dangereuse, Scali, Paris, 155 p., 2008, (ISBN 978-2-35012-234-2).
  • Avec Chris Laffaille, Le Joueur : Jérôme Kerviel, seul contre tous, Scali, Paris, 150 p., 2008, (ISBN 978-2-35012-247-2).
  • Sarkozy, Israël et les juifs, Oser dire (Marco Pietteur), Embourg, 207 p., 2009 (ISBN 2-919937-12-X)
  • Jean-Marie, Marine et les juifs, Oser dire (Marco Pietteur), Embourg, 191 p., 2014 (ISBN 2-919937-15-4)
  • Le Livre noir des manipulations historiques, Fiat lux, 2017 (ISBN 979-1-0911-5718-6).
  • Nietzsche et Venise - Guide initiatique, Fiat Lux, 2017[38].

Vidéos[modifier | modifier le code]

  • Un homme : Robert Faurisson répond aux questions de Paul-Éric Blanrue, 1 h 30 min, diffusé sur internet le 28 septembre 2011 La Licra a porté plainte devant la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris contre Paul-Éric Blanrue, Robert Faurisson et Marc George pour la diffusion ce film. La procédure a été annulée en première instance, le 15 septembre 2015 ; le parquet ayant fait appel, la Cour a confirmé, le 19 mai 2016, le jugement annulant citations et poursuites[39]. L'historienne Valérie Igounet écrit à ce propos : « Paul-Éric Blanrue s'impose également comme l'héritier idéologique du négationniste et vient de réaliser ce film à sa gloire, « Un Homme », mis en ligne fin septembre 2011 et traduit rapidement dans plusieurs langues. Cette sorte de documentaire hagiographique d'une heure et demie — qui devait être projeté à Téhéran — occulte bien des informations pouvant nuire à l'image imposée de Robert Faurisson dans ce film, celle d'« un homme à la fois simple et héroïque, qui parle de ses découvertes sans haine ni violence, avec sérénité et humour, en n'insultant personne »[40] » ; « ce documentaire est tout à la gloire de Robert Faurisson. L'auteur de cette entreprise, Paul-Éric Blanrue, répond à une de ses obsessions : la défense du négationniste français [...] n'espérez pas trouver ici des éclairages sur la manière dont on devient Faurisson. Rien sur ses premières provocations […] Rien sur les propos antisémites[41]. »
  • Avec Julien Teil, Rwanda, 20 ans après : l'histoire truquée Documentaire qui reprend les thèses controversées de Pierre Péan et diffusé en primeur sur de nombreux sites web conspirationnistes[42].
  • Avec Julien Teil, La France maçonnique, Apocalypse France, 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance no 1576, état civil de la mairie de Metz,  : « Le dix huit avril mil neuf cent soixante sept à huit heures quarante minutes est né en notre commune Paul-Eric Alfred BLANRUE du sexe masculin. »
  2. « Le Père Bole, confesseur du comte de Chambord », université de Metz, (mémoire de DEA en histoire), 1992.
  3. Notice bibliographique « Les Cahiers zététiques », dans le catalogue général de la Bibliothèque nationale de France : premier numéro paru à l'hiver 1994-1995, dernier numéro déposé à la BNF en mars-mai 1996.
  4. Isabelle Bourdial, « Saint suaire : la science aveuglée par la passion », Science & Vie, n° 1054, juillet 2005 (résumé).
  5. H. Morin, « La recette du suaire de Turin livrée par les "zététiciens" », Le Monde, 24 juin 2005 (copie de l'article).
  6. Page « Le B'nai B'rith Europe & le B'nai B'rith France organisent le Salon des Écrivains », site du B'nai B'rith Europe, 11 novembre 2007 ; consultée le 14 août 2010.
  7. Jacques Langlois, « Au rendez-vous de la France et de l’Europe réelles », Rivarol, 27 novembre 2009, p. 2. Lire en ligne sur le site web des Archives de Rivarol.
  8. « Interview de Paul-Éric Blanrue : Iran et sionisme », blog de Paul-Éric Blanrue, 11 février 2010.
  9. a, b et c « Entrevue avec Paul-Éric Blanrue : “Sarkozy a renversé les valeurs de notre République” », entrevue avec Paul-Éric Blanrue par Thierry Meyssan.
  10. Marco Pietteur, l'éditeur belge.
  11. « La censure par le vide », par l'avocat de Blanrue, dans mondialisation.ca.
  12. « Livre censuré : comment nous avons fini par gagner ! », blog de Paul-Éric Blanrue, 1er décembre 2009.
  13. Alain Gresh, « Sarkozy, Israël et les Juifs », blog Nouvelles d'Orient, 27 juillet 2009 ; hébergé par le site web du Monde diplomatique.
  14. « Sarkozy, Israël et les Juifs », Investig'action, site de Michel Collon.
  15. a, b, c et d Meïr Waintrater, « Paul-Eric Blanrue, un antisémite très ordinaire », L'Arche, no 634,‎ , p. 89 (lire en ligne)
  16. « Soutien de Jean-Guy Allard », blog de Paul-Éric Blanrue, 17 juin 2009.
  17. « Procès Dieudonné - Faurisson : la Cour des Miracles négationnistes !! », REFLEXes, 30 septembre 2009.
  18. a et b Valérie Igounet, Robert Faurisson. Portrait d'un Négationniste, Éd. Denoël, 2012, p.  380.
  19. Site web REFLEXes Paul-Eric Blanrue avec Faurisson et Dieudonné
  20. « Paul-Éric Blanrue peut se vanter au moins d'une chose : il est à l'origine de la résurrection française de Robert Faurisson. Il n'a pas simplement préparé la soirée d'aniversaire du négationniste à la Main d'Or. Il est également l'initiateur de la rencontre entre DieuDonné M'bala M'bala et Robert Faurisson. »Valérie Igounet, Robert Faurisson. Portrait d'un Négationniste, Éd. Denoël, 2012, p.  379.
  21. a et b Jean Robin, « Déjà 500 signataires pour notre pétition “Liberté d’expression totale en France” », 2 mars 2011.
  22. Un homme : Robert Faurisson répond aux questions de Paul-Éric Blanrue, film vidéo d'environ 1 h 30 min.
  23. Valérie Igounet, « Un homme. Robert Faurisson », L'Histoire, n°375, avril 2012, p. 30.
  24. « De l'antisémitisme, encore et toujours ! », blog de Paul-Éric Blanrue, 7 octobre 2009
  25. Communiqué de Paul-Éric Blanrue, « Censure : Une émission sceptique retirée sauvagement de l'antenne de la chaîne catholique KTO », atheisme.free.fr, 21 mars 2007.
  26. « Censure : Une émission sceptique retirée sauvagement de l'antenne de la chaîne catholique KTO », lemague.net, 21 mars 2007.
  27. Jean Bricmont, « “Sarkozy Israël et les Juifs”, de Paul-Eric Blanrue - Commentaires de Jean Bricmont », ism-france.org, 9 juin 2009.
  28. Jean Bricmont, « Antifascistes encore un effort… si vous voulez l'être vraiment ! », ism-france.org, 21 octobre 2009.
  29. Communiqué du Pr. Jean Bricmont et de Paul-Éric Blanrue.
  30. « Je ne connais rien à propos de M. Reynouard, mais je considère la loi Gayssot complètement illégitime et contredisant les principes d'une société libre, tels qu'ils ont été compris depuis les Lumières. […] Par conséquent, je souhaite exprimer mon soutien à la pétition contre l'application de cette loi dans le cas de M. Reynouard (ou dans tout autre cas). » Cité par Valérie Igounet, Robert Faurisson. Portrait d'un Négationniste, Éd. Denoël, 2012, p.  383.
  31. Valérie Igounet, Robert Faurisson. Portrait d'un Négationniste, Éd. Denoël, 2012, p.  384.
  32. Cinq livres édités par Alain Soral interdits ou censurés pour antisémitisme, Le Monde.fr avec AFP, 13 novembre 2013.
  33. Frédéric Haziza, Vol au-dessus d'un nid de fachos : Dieudonné, Soral, Ayoub et les autres, Fayard, 2014.
  34. Voir le jugement sur le site « Les éditions Kontre Kulture remportent une première victoire juridique contre la LICRA »
  35. « Liste des procès en cours impliquant Alain Soral et Egalite Reconciliation », sur egaliteetreconciliation.fr,
  36. « Mise au pilon de "L'Anthologie des propos contre les juifs" de Blanrue ? La LICRA perd son procès ! Le livre est de nouveau autorisé ! », sur blanrue.blogspot.fr, .
  37. Stéphane François, « Les Relations entre francs-maçonneries et extrêmes droites », sur tempspresents.com, (consulté le 6 juin 2017).
  38. « Nietzsche et Venise », sur Éditions Fiat Lux (consulté le 17 octobre 2017)
  39. « Le Clan des Vénitiens: Arrêt de la Cour d'Appel de Paris confirmant la nullité de la procédure contre Paul-Éric Blanrue dans l'affaire du documentaire "Un Homme". La Licra n'avait pas fait appel ; le Parquet ne s'est pas pourvu en cassation. Victoire sur toute la ligne ! », sur blanrue.blogspot.fr (consulté le 3 juin 2016)
  40. Valérie Igounet, « Robert Faurisson, « historien » officiel de l'Iran ? », sur huffingtonpost.fr,
  41. Valérie Igounet, « Les mensonges de Robert Faurisson », L'Histoire, no 375,‎ , p. 30 (lire en ligne).
  42. "Rwanda, 20 ans après" : le film révisionniste dont Pierre Péan est le héros, Conspiracy Watch, 26 avril 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]