Nicolas d'Estienne d'Orves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir D'Estienne d'Orves.
Nicolas
d’Estienne d’Orves
Description de cette image, également commentée ci-après
Nicolas d’Estienne d’Orves, en 2012.
Naissance (43 ans)
Neuilly-sur-Seine, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Nicolas d’Estienne d’Orves est un écrivain et journaliste français né le à Neuilly-sur-Seine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas d’Estienne d’Orves est le petit-neveu du résistant Honoré d'Estienne d'Orves[1].

Ancien élève d’hypokhâgne, après des stages dans les milieux du cinéma et de l’opéra, il a fait des études à la Sorbonne (DEA de lettres modernes spécialisées).

Il devient, par un exceptionnel concours de circonstances, l’ayant droit de l’écrivain collaborationniste Lucien Rebatet. À 22 ans, alors qu’il rédige un mémoire de maîtrise à la Sorbonne, il découvre son Histoire de la musique[2] et se passionne pour son auteur. À cette occasion, il rencontre l’exécuteur testamentaire de Rebatet, Pierre Darrigrand, qui avant de mourir brutalement d’un cancer lui demande de devenir, à son tour, l’ayant droit de l’écrivain[3].

Il a collaboré au Figaro littéraire, à Madame Figaro, au Figaro Magazine et au Spectacle du Monde.

Pendant quatre ans et demi, Nicolas d’Estienne d’Orves a animé une chronique un samedi midi par mois dans l’émission de Benoît Duteurtre, Étonnez-moi Benoît sur France Musique. En décembre 2008, il en a été renvoyé par son directeur Marc-Olivier Dupin pour blasphème et pornographie après avoir diffusé une version paillarde du chant de Noël Il est né le divin enfant.

Il est l’auteur de plusieurs nouvelles, essais et romans, notamment Othon ou l'Aurore immobile, couronné par le Prix Roger-Nimier en 2002.

Nicolas d’Estienne d’Orves est chroniqueur au Figaroscope, critique musical au Figaro et chroniqueur musical à Classica . Il collabore régulièrement aux Echos. Depuis 2011, il est membre du jury du prix Saint-Germain[4].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Nicolas d’Estienne d’Orves en 2009.

Romans et essais[modifier | modifier le code]

  • Le Sourire des enfants morts, Les Belles lettres, 2001
  • Les Aventures extraordinaires de l'opéra, Les Belles lettres, 2002
  • Fin de race, Flammarion, 2002
  • Othon ou l'Aurore immobile, Les Belles lettres, 2002
  • Le Regard du poussin, Les Belles lettres, 2003
  • Rue de l’autre monde, Le Masque, 2003
  • Un été en Amérique, Flammarion, 2004
  • La Sainte famille, Mille et une nuits, 2005
  • Bulletin blanc ! : Autofriction, Éditions du Rocher, 2005
  • Les Orphelins du mal, XO, 2007
  • Les Derniers Jours de Paris, XO, 2009
    Prix de la ville du Touquet[6].
  • Le Petit Néo de la conversation, Jean-Claude Lattès, 2009
  • Coup de fourchette, Éditions du Moteur, 2010 (réédition dans Six façons de le dire, ouvrage collectif avec Yasmina Khadra, Sophie Adriansen, Mercedes Deambrosis, David Foenkinos, Christophe Ferré, Éditions du Moteur, 2011)
  • Jacques Offenbach, Actes Sud, 2010
    Prix de la ville de Deauville 2010[7].
  • Je pars à l’entracte, NiL Éditions, coll. « Les Affranchis », 2011
  • L’Enfant du premier matin, XO, 2011
  • Les Fidélités successives, Albin Michel, 2012
    Prix Cazes Brasserie-Lipp[8] - Prix du feuilleton 2012 - Prix de Val d'Isère 2013
  • Le Village de la fin du monde, Grasset, 2012
  • La Dévoration, Albin Michel, 2014
  • Dictionnaire amoureux de Paris, Plon, 2015.
    Prix Jean-Jacques Berger 2015 de l'Académie des Sciences Morales et Politiques - Prix de l'Académie Rabelais 2016.
  • La Monnaie de Paris, 1150 ans d'histoire, Albin Michel, 2015.
  • Paris n'est qu'un songe, Steinkis, 2016.
  • La Gloire des Maudits, Albin Michel, 2017.
  • Petits plaisir que seul Paris procure, J'ai lu, 2017.
  • Dictionnaire amoureux illustré de Paris, Plon / Gründ, 2017.

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Roger-Nimier 2002
  • Prix Jacques-Bergier 2002
  • Prix de la ville du Touquet 2009
  • Prix de la ville de Deauville 2010
  • Prix Cazes Brasserie-Lipp 2012
  • Prix des romancières 2012
  • Prix du feuilleton 2012
  • Prix de Val d'Isère 2013
  • Prix Jean-Jacques Berger 2015 de l'Académie des Sciences Morales et Politiques
  • Prix de l'Académie Rabelais 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri-Louis Honoré d’Estienne d'Orves (1901-1941) est un martyr de la Résistance, fusillé au Mont Valérien par les nazis le 22 juin 1941
  2. Lucien Rebatet, Une histoire de la musique, des origines à nos jours. Bouquins Robert Laffont.
  3. David Patsouris, « Au cœur du Paris occupé », sur sudouest.fr, (consulté le 3 décembre 2012)
  4. (fr) Le prix Saint-Germain : rendez-vous le 17 janvier 2012, bernard-henri-levy.com, consulté le 7 février 2012.
  5. « Remise du prix Jacques Bergier 2002 », sur prixjacquesbergier.blogspot.fr (consulté le 3 décembre 2012)
  6. Sarah Binet, « Nicolas d’Estienne d'Orves, lauréat du prix du jeune romancier avec « Les derniers jours de Paris » », sur lavoixdunord.fr,
  7. « Le prix de Deauville à Nicolas d’Estienne d’Orves », sur nouvelobs.com,
  8. « Le prix Cazes décerné à Nicolas d’Estienne d'Orves », sur livreshebdo.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]