Renaud Camus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Renaud Camus
Autoportrait de Renaud Camus (mars 2019).jpg
Renaud Camus en 2019.
Fonctions
Président
Conseil national de la résistance européenne (en)
depuis
Président
Parti de l'in-nocence
depuis
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Jean Renaud Gabriel CamusVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Denis Duparc
Tony Duparc
Denis Duvert
Antoine du Parc
Denise Camus
J.-R.-G. du ParcVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Écrivain, militant politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Université de New York (-), Hendrix College (en) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Partis politiques
Membre de
Conseil national de la résistance européenne (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions
Liste détaillée
Œuvres principales
Journal de Camus (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata

Renaud Camus, né le à Chamalières, est un écrivain et militant politique français.

Il est notamment l'auteur d'un journal intime, publié chez divers éditeurs depuis les années 1980, et animateur culturel au château de Plieux.

Après avoir été membre du Parti socialiste dans les années 1970-1980, il fonde en 2002 le Parti de l'in-nocence. En popularisant le concept de grand remplacement, il devient influent au sein de l'extrême droite identitaire. En 2015, il rejoint le parti Souveraineté, identité et libertés. Il est candidat aux élections européennes de 2014 puis de 2019, désavouant toutefois la liste qu'il mène peu avant ce dernier scrutin.

Il est accusé d'antisémitisme en 2000 dans le cadre de l'« affaire Camus », puis en 2017 par Yann Moix. En 2014, il est condamné pour provocation à la haine et à la violence contre les musulmans.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille bourgeoise de province, fils de Léon Camus, chef d'entreprise, et de Catherine Gourdiat, avocate au barreau de Clermont-Ferrand, Jean-Renaud-Gabriel Camus[1] a un frère aîné, Hubert (dit Patrick), et une sœur, Florence.

Il est scolarisé à l'école Sainte-Thècle à Chamalières (1950-1952), puis à l'école Massillon à Clermont-Ferrand (1952-1963), ville où il obtient la première partie du baccalauréat général (alors passée en classe de première) en 1962, puis le baccalauréat de philosophie en 1963.

Il entreprend ses études supérieures à la faculté de droit de Clermont-Ferrand, puis quitte l'Auvergne pour la faculté de droit de Paris (Assas et Panthéon) et la Sorbonne (1963-1973), après un passage à St. Clare's, près d'Oxford, en 1966-1967. Il est licencié ès lettres (1969), diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (section politique et sociale, promotion 1970)[2], titulaire d'une maîtrise en philosophie (1970)[3],[4], et diplômé d'études supérieures en science politique (1970)[4] et en histoire du droit (1971)[5].

Pendant un temps, il a « vaguement » envisagé de présenter le concours d'entrée à l'École nationale d'administration et de devenir diplomate, avant d'y renoncer[6].

Après avoir tenté de refouler son homosexualité, il l'assume et rompt avec ses parents, qui le déshéritent[à recycler]. En 1968, de gauche, il participe aux défilés au sein de la « composante homosexuelle », se rangeant derrière le slogan « Envoyez-vous en l'air »[7].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Le château de Plieux, demeure de l'écrivain.

De 1970 à 1976, il est lecteur et conseiller littéraire aux éditions Denoël, ainsi que rédacteur d'articles de science politique pour les encyclopédies canadiennes Grolier.

Il habite successivement Chamalières (1946-1959), Clermont-Ferrand (1959-1965), Oxford (1965-1966), Paris (1966-1992), les États-Unis (New York, l'Arkansas où il enseigne la langue et la littérature françaises comme chargé de cours à Hendrix College (en), Conway, en 1970, San Francisco en 1978), Rome, où il est pensionnaire de la villa Médicis de 1985 à 1987, et, depuis 1992, dans le Gers, au château de Plieux, où il a organisé des expositions de Jean-Paul Marcheschi (1993), Eugène Leroy (1994), Jannis Kounellis (1995), Joan Miró (1996), Christian Boltanski (1997) et Josef Albers (1998). Il a été également responsable de colloques, « Les Devisées de Plieux », sur le « thème du château » (1996, avec Robert Misrahi, Danièle Sallenave, Alain Vircondelet, etc.), le « thème de la flamme » (1997, avec Pascal Quignard, Emmanuel Carrère, Jean-Paul Marcheschi, Michel Cassé, etc.), ou l'idée d'« habiter en poète » (avec Michel Deguy, Jacques Roubaud, Paul Louis Rossi…). Il a fondé et dirigé un festival à Lectoure, « Les Nuits de l'Âme » (1997-1998), consacré à la musique contemporaine, à la musique ancienne et aux « musiques du monde ».

Il connaît au cours des années 1970 une vie culturelle intense (rencontres avec Roland Barthes, Louis Aragon, Bob Wilson, Robert Rauschenberg, Cy Twombly, Gilbert et George, Andy Warhol, Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet, Michel Chaillou ou encore Marianne Alphant). Durant ces mêmes années, il est chroniqueur pour la revue Le Gai Pied[8] (articles réunis ultérieurement dans Chroniques achriennes) et est l'une des voix de la communauté homosexuelle de l'époque, notamment au travers de ses livres Tricks et Buena Vista Park, où il raconte ses rencontres amoureuses et décrit plusieurs de ses relations sexuelles. Il crée à cette époque le néologisme « achrien » pour désigner les hommes homosexuels.

Il relate dans son journal des relations avec de jeunes hommes, y compris d'origine arabe[a]. Par la suite, l'écrivain Didier Lestrade l'accuse d'avoir trahi l'époque où l'homosexualité constituait un pont entre des hommes d'origines différentes[9].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Premiers pas à gauche[modifier | modifier le code]

Renaud Camus est membre du Parti socialiste dans les années 1970-1980, vote pour François Mitterrand en 1981 et pour l'écologiste Noël Mamère en 2002[7].

Il est également proche du chevènementisme à travers le Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste (CERES)[10].

Grand remplacement[modifier | modifier le code]

C'est dans l'Abécédaire de l'in-nocence que Renaud Camus introduit, en 2010, le concept du grand remplacement[11], avant de la détailler dans Le Changement de peuple, paru en 2013[12]. Il affirme s'inscrire dans la lignée du Britannique Enoch Powell, auteur du célèbre discours des fleuves de sang sur les conséquences du multiculturalisme[13].

Outre l'insistance sur la rapidité du phénomène et son importance au regard de l'histoire de France — pays dont se préoccupe l'auteur en premier lieu — est évoquée la notion de « Grande Déculturation ». Cette notion — déjà développée par Renaud Camus dans l'ouvrage du même nom, La Grande Déculturation, qu'il appelle encore « enseignement de l'oubli » ou « industrie de l'hébétude » — est ici présentée par lui comme l'indispensable moyen du grand remplacement[12],[14],[15]. Considérant que, parmi de multiples causes, les médias et surtout l'éducation nationale sont directement impliqués dans cette entreprise de déculturation, l'auteur présente en une phrase, souvent répétée sous une forme ou une autre dans ses interventions, les raisons pour lesquelles il y voit le principal moyen du grand remplacement : « Un peuple qui connaît ses classiques ne se laisse pas mener sans révolte dans les poubelles de l'histoire[15]. »

La formule de « grand remplacement » s'est répandue dans la sphère politique et médiatique, notamment dans la mouvance identitaire, des membres du Front national, dont Jean-Marie Le Pen, Stéphane Ravier ou Marion Maréchal[16],[17], auprès de journalistes comme Éric Zemmour et Ivan Rioufol, ou encore auprès de magazines comme Valeurs actuelles et Causeur.

Un certain nombre de journalistes et d'intellectuels se sont fait l'écho des thèses de Renaud Camus depuis 2010, avec des regards très critiques, comme un article du Nouvel Observateur qui parle de la « bouillie xénophobe de Renaud Camus »[18] ou un article du Monde qui parle du « grand boniment »[12].

Premières candidatures électorales[modifier | modifier le code]

La déclaration du Parti de l'in-nocence paraît au Journal officiel le [20]. Son secrétaire général est l'essayiste Paul Mirault et son trésorier Marcel Meyer[20].

En 2012, Renaud Camus s'associe au projet « Notre antenne », porté par Gilles Arnaud et Philippe Milliau, qui donne naissance en 2014 à TV Libertés[21].

À l'occasion de la sortie de son livre Abécédaire de l'in-nocence, qui lui sert de manifeste et de programme politique, il se déclare candidat à l'élection présidentielle de 2012[22]. Faute des parrainages nécessaires, il appelle à voter pour Marine Le Pen, en détaillant sa position dans un article du journal Le Monde intitulé « Nous refusons de changer de civilisation ». Cette prise de position décide son éditeur d'alors, Fayard, à mettre fin à sa collaboration avec Renaud Camus, quelques mois après une décision similaire de P.O.L.[23],[24]. Dans le cadre de la campagne des élections législatives de 2012, le Front national (FN) de Marine Le Pen lance le Rassemblement bleu Marine (RBM) avec le soutien (sans participation) du Parti de l'in-nocence[25].

Renaud Camus se présente aux élections européennes de 2014 dans la circonscription Sud-Ouest à la tête d'une « liste antiremplaciste », qui réunit 1 350 voix, soit 0,05 % des suffrages exprimés[26],[27]. La même année, il prend part aux Assises de la remigration organisées par le Bloc identitaire[28].

Les opinions politiques de Renaud Camus sont ainsi classées par plusieurs journalistes à l'extrême droite[19],[29],[30],[31],[32]. Il qualifie Marine Le Pen, qu'il a soutenue aux élections présidentielle de 2012 et 2017, de « candidate la moins remplaciste » du paysage politique, tout en constatant que le Front national contredit sa théorie du grand remplacement[19].

En 2013, Renaud Camus fonde et prend la présidence du mouvement Non au changement de peuple et de civilisation (NON)[33], qui est déclaré en préfecture le et publié au Journal officiel le [34]. L'organisation revendique quelques milliers de sympathisants en 2016[35].

Avec Karim Ouchikh et le SIEL[modifier | modifier le code]

Renaud Camus et Karim Ouchikh, en 2019.

En , Renaud Camus affirme au Monde ne pas « savoir grand-chose du Front national » et n'avoir « aucun lien » avec lui[36]. Pourtant, le mois suivant, il adhère au parti Souveraineté, indépendance et libertés (SIEL), un parti proche du FN et membre du Rassemblement bleu Marine, présidé par Karim Ouchikh[37]. Laurent de Boissieu présente cette adhésion comme « l'aboutissement de [la] radicalisation du SIEL »[38].

Le , il annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2017, estimant que les autres candidats sont « résignés au changement ethnique et culturel » : il constate notamment que le Front national ne se rallie pas à sa théorie du grand remplacement. Le SIEL indique alors qu'il « soutient la candidature de Marine Le Pen tout en regardant avec bienveillance celle de Renaud Camus »[39]. Renaud Camus se prononce finalement pour Marine Le Pen après avoir échoué à rassembler les parrainages pour valider sa propre candidature[19].

Le , depuis Colombey les Deux Églises, Renaud Camus et Karim Ouchikh fondent le Conseil national de la résistance européenne (CNRE), allusion au Conseil national de la Résistance de Jean Moulin[40]. Souhaitant rassembler « tous ceux qui s’opposent à l’islamisation et à la conquête africaine », Renaud Camus déclare alors : « On ne met pas fin à une occupation sans le départ de l’occupant. […] Le génocide par substitution, selon l’expression d’Aimé Césaire, est le crime contre l’humanité du XXIe siècle »[40]. Le , la formation politique annonce l'adhésion au conseil de Václav Klaus, président de la République tchèque de 2003 à 2013, Jean-Yves Le Gallou, ancien député européen, et Christian Vanneste, ancien député et président du Rassemblement pour la France[41].

Renaud Camus avec Fiorina Lignier (à gauche) et Clara Buhl (à droite), candidates de « la Ligne claire ».

Lors des élections européennes de 2019, Renaud Camus est à la tête de la liste « La Ligne claire », avec Karim Ouchikh en troisième position. Elle prône la remigration et défend l'Union européenne[b]. Faute de moyens financiers suffisants, la liste n’est pas en mesure d’imprimer des bulletins de vote[43]. Le , à quatre jours du scrutin, faute de pouvoir la retirer ou la modifier, Renaud Camus annonce « désavouer » sa liste après avoir pris connaissance d'une photographie privée de Fiorina Lignier — qui occupe la deuxième position — traçant une croix gammée dans le sable[43],[44]. « La Ligne claire » obtient finalement 1 578 voix, soit 0,01 % des votes. Sur trente-quatre listes candidates, elle arrive trente-deuxième[45].

Champ littéraire[modifier | modifier le code]

Couverture de France : suicide d’une nation (2014), publiée chez Mordicus.

Son œuvre peut être très approximativement divisée en quatre catégories : prose « traditionnelle » (écrits de voyage, romans, récits, et surtout le considérable journal), écrits « expérimentaux », écrits sur l'art et la culture, et, enfin, essais polémiques et politiques. Ami et disciple de Roland Barthes, dont il a suivi un temps les séminaires et qui lui a donné une préface pour Tricks, c'est autour du concept de bathmologie[46], « science à demi plaisante des niveaux de langage », que s'organise la plus grande part de sa réflexion. Influencé à ses débuts par le Nouveau Roman et par l'œuvre théorique de Jean Ricardou, il poursuit avec les Églogues, « trilogie en quatre livres et sept volumes » (dont le sixième, Travers, Coda, Index & Divers est paru en 2012), une entreprise pan-littéraire de fusion de la lettre et du site, de l'air et de la phrase, de l'heure et du signe. Ses Vaisseaux brûlés sont une des toutes premières exploitations littéraires des voies et moyens de l'hypertexte. Mais le grand public le connaît surtout par son journal, qui, chaque année depuis 1986, donne lieu à la parution d'un volume.

Il vit depuis 1992 au château de Plieux, dans le Gers. Son amour des « lieux » et son goût pour la topographie l'ont ainsi amené à rédiger, au cours des dernières années, des guides touristiques sur les départements du Gers, de la Lozère et de l'Hérault. Chroniqueur des usages de l'époque – qu'il nomme les « manières du temps » – et auditeur vigilant de l'évolution de la langue, il a écrit des livres sur la civilité (Éloge du paraître, Notes sur les manières du temps), la grammaire et la linguistique (Répertoire des délicatesses du français contemporain, Syntaxe ou l'autre dans la langue), mais aussi un petit essai sur l'économie (Qu'il n'y a pas de problème de l'emploi).

Il est candidat malheureux à l'Académie française aux fauteuils de Julien Green (1999)[47], de Jean Guitton (2000)[48] et de Maurice Rheims (2009)[49].

Dans ses Églogues, il utilise des pseudonymes ou hétéronymes qui évoquent l'écrivain Tony Duvert : le deuxième livre est signé Denis Duvert, le troisième Renaud Camus et Tony Duparc, le quatrième Jean-Renaud Camus et Denis Duvert, le cinquième de J.R.G Le Camus et Antoine Duparc et le sixième de J-R-G du Parc & Denise Camus.

Controverses[modifier | modifier le code]

Accusations d'antisémitisme[modifier | modifier le code]

La publication de La Campagne de France : journal 1994 en déclenche une polémique médiatico-littéraire importante, nommée « affaire Camus ». La mise en exergue par le journaliste des Inrockuptibles Marc Weitzmann de propos antisémites[50],[51],[52], où il fait un compte de Juifs présents dans une émission de France Culture (« Je ne trouve pas convenable qu'une discussion préparée [...] à propos de « l'intégration » dans notre pays, sur une radio de service public, au cours d'une émission de caractère général, se déroule exclusivement entre cinq personnes juives ») et où, d'après Weitzmann, il « s'attriste de voir « [l']expérience [française] avoir pour principaux porte-paroles » des représentants de « la race juive » ». En réaction, le président de Radio France Jean-Marie Cavada annonce vouloir porter plainte, la ministre de la Culture Catherine Tasca évoque des propos « profondément inquiétants »[51] et Fayard, l'éditeur du Journal, le retire un temps des ventes avant de le réimprimer — sans pour autant le remettre en vente — en blanchissant les passages polémiques[52].

L'affaire est relancée le mois suivant par la publication interposée de plusieurs tribunes d'écrivains et de politiques dans la presse. La première, lancée par des amis et lecteurs de Camus dont Jean-Jacques Aillagon, Frédéric Mitterrand, Emmanuel Carrère, Christian Combaz et Camille Laurens, le soutient au nom de la liberté d'expression. En réponse à cette tribune, une « Déclaration des hôtes trop nombreux de la France de souche », signée par Michel Deguy, Jacques Derrida, Serge Klarsfeld, Claude Lanzmann, Jacques-Alain Miller, Jean-Pierre Vernant et Philippe Sollers, affirme que le racisme et l'antisémitisme dont aurait fait preuve Renaud Camus n'ont pas droit à cette liberté[51].

Le , Yann Moix, qui avait affirmé en , dans l’émission On n'est pas couché, que Renaud Camus était « assez antisémite », est condamné par la cour d'appel de Paris à 1 000 euros d'amende et 2 000 euros de frais de procédure pour diffamation[53],[54]. La Cour de cassation casse cet arrêt le , estimant que les propos de Yann Moix étaient de l'ordre « de l'expression d'une opinion et d'un jugement de valeur », et non « de l'imputation d'un fait précis »[55].

Condamnation pour provocation à la haine[modifier | modifier le code]

Le , la 17e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris condamne Renaud Camus, pour les propos tenus le , lors des Assises internationales sur l'islamisation qui se sont tenues à Paris, à 4 000 euros d'amende ainsi qu'à 500 euros de dommages et intérêts à verser au MRAP pour provocation à la haine et à la violence contre un groupe de personnes en raison de leur religion[56].

Le tribunal correctionnel a estimé que les propos de Renaud Camus « constituent une très violente stigmatisation des musulmans, présentés comme des « voyous », des « soldats », « le bras armé de la conquête » […] des « colonisateurs » cherchant à rendre « la vie impossible aux indigènes », à les forcer « à fuir », « à évacuer le terrain » […] « ou bien, pis encore, à se soumettre sur place ». » Pour le tribunal, les propos de Renaud Camus font preuve d'« une stigmatisation d'une rare outrance […] sans mesure ni réserve autre que de pure forme », présentant les musulmans « comme des guerriers envahisseurs dont le seul objectif est la destruction et le remplacement du peuple français et de sa civilisation par l'islam »[56],[57],[58]. Renaud Camus nie tout appel à la violence et défend une « action politique »[59]. En , la cour d'appel de Paris confirme sa condamnation[59].

Prix[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Églogues[modifier | modifier le code]

  • I. Passage, Flammarion (1975), 209 p.
  • II. Échange (signé Denis Duparc), Flammarion (1976), 238 p.
  • III. Travers
    1. Travers (signé Renaud Camus et Tony Duparc), Hachette (1978), 279 p.
    2. Été (Travers II) (signé Jean-Renaud Camus et Denis Duvert), Hachette (1982), 411 p.
    3. L'Amour l'automne (Travers III) (signé J.R.G. Le Camus et Antoine du Parc), P.O.L. (2007), 542 p.
    4. Travers coda, index et divers (Travers IV) (signé J.-R.-G. du Parc et Denise Camus), P.O.L. (2012), 722 p.

Élégies[modifier | modifier le code]

  • I. Élégies pour quelques-uns, P.O.L. (1988), 118 p.
  • II. L'Élégie de Chamalières, Sables (1989) et P.O.L. (1991), 83 p.
  • III. L'Élégie de Budapest in Le voyage à l'est, ouvrage collectif, Balland et La Maison des écrivains (1990), 60 p.
  • IV. Le Bord des larmes, P.O.L. (1990), 111 p.
  • V. Le Lac de Caresse : prose de rien, P.O.L. (1991), 77 p.
  • VI. Vie du chien Horla, P.O.L. (2003), 122 p.

Journal[modifier | modifier le code]

Couvertures de NON : journal 2013.
  • Journal romain (1985-1986), P.O.L. (1987), 613 p.
  • Vigiles : journal 1987, P.O.L. (1989), 523 p.
  • Aguets : journal 1988, P.O.L. (1990), 404 p.
  • Fendre l'air : journal 1989, P.O.L. (1991), 446 p.
  • L'Esprit des terrasses : journal 1990, P.O.L. (1994), 448 p.
  • La Guerre de Transylvanie : journal 1991, P.O.L. (1996), 471 p.
  • Le Château de Seix : journal 1992, P.O.L. (1997), 308 p.
  • Graal-Plieux : journal 1993, P.O.L. (1998), 217 p.
  • La Campagne de France : journal 1994, Fayard (2000), 507 p.
  • La Salle des pierres : journal 1995, Fayard (2000), 370 p.
  • Les Nuits de l'âme : journal 1996, Fayard (2001), 305 p.
  • Derniers Jours : journal 1997, Fayard (2002), 425 p.
  • Hommage au carré : journal 1998, Fayard (2002), 595 p.
  • Retour à Canossa : journal 1999, Fayard (2002), 500 p.
  • K.310 : journal 2000, P.O.L. (2003), 541 p.
  • Sommeil de personne : journal 2001, Fayard (2004), 590 p.
  • Outrepas : journal 2002, Fayard (2005), 644 p.
  • Rannoch Moor : journal 2003, Fayard (2006), 808 p.
  • Corée l'absente : journal 2004, Fayard (2007), 693 p.
  • Le Royaume de Sobrarbe : journal 2005, Fayard (2008), 673 p.
  • L'Isolation : journal 2006, Fayard (2009), 597 p.
  • Une chance pour le temps : journal 2007, Fayard (2009), 535 p.
  • Au nom de Vancouver. Journal 2008, Fayard (2010), 503 p.
  • Kråkmo : journal 2009, Fayard (2010), 614 p.
  • Parti pris : journal 2010, Fayard (2011), 591 p.
  • Septembre absolu : journal 2011, Fayard (2012), 634 p.
  • Vue d'œil : journal 2012, Fayard (2013), 516 p.
  • NON : journal 2013, chez l'auteur (2013, lire en ligne) (ISBN 979-10-91681-08-7), 686 p.
  • Morcat : journal 2014, chez l'auteur (2014) (ISBN 979-10-91681-18-6), 610 p.
  • La Tour : journal 2015, chez l'auteur (2016), 700 p.
  • Insoumission : journal 2016, chez l'auteur (2017), 627 p.
  • Juste avant après. Journal 2017, chez l'auteur (2018), 597 p.
  • L'Étai : journal 2018, chez l'auteur (2019), 696 p.

Éloges[modifier | modifier le code]

  • Éloge moral du paraître, Sables (1995) et Éloge du paraître, P.O.L. (2000), 106 p.
  • Syntaxe ou l'autre dans la langue, suivi de Éloge de la honte et de Voix basse ou l'autre dans la voix, P.O.L. (2004), 226 p.

Chroniques[modifier | modifier le code]

  • Tricks (préf. Roland Barthes), Mazarine (1978), Persona (1982) et P.O.L. (1988), 476 p.
  • Journal d'un voyage en France, Hachette/P.O.L. (1981), 569 p.
  • Incomparable, avec Farid Tali, P.O.L. (1999), 122 p.
  • Corbeaux : journal de l'affaire Camus suivi de quelques textes rebutés, Impressions nouvelles (2000, (lire en ligne), 280 p.
  • Journal d'un autre (signé Duane McArus), chez l'auteur (2012, lire en ligne), ? p.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Roman roi, P.O.L. (1983), 501 p.
  • Roman furieux (Roman roi II), P.O.L. (1987), 494 p.
  • Voyageur en automne, P.O.L. (1992), 247 p.
  • Le Chasseur de lumières, P.O.L. (1993), 278 p.
  • L'Épuisant Désir de ces choses, P.O.L. (1995), 256 p.
  • L'Inauguration de la salle des Vents, Fayard (2003), 352 p.
  • Loin, P.O.L. (2009), 316 p.

Récits[modifier | modifier le code]

Répertoires[modifier | modifier le code]

  • Etc. (abécédaire), P.O.L. (1998), 192 p.
  • Répertoire des délicatesses du français contemporain, P.O.L. (2000) et Seuil (2009), 371 p.

Miscellanées[modifier | modifier le code]

  • I. Buena Vista Park : fragments de bathmologie quotidienne, Hachette (1980) ; chez l'auteur (2014) (ISBN 979-10-91681-16-2), 141 p.
  • II. Notes achriennes, P.O.L. (1982), 261 p.
  • III. Chroniques achriennes, P.O.L. (1984), 245 p.
  • IV. Notes sur les manières du temps, P.O.L. (1985), 411 p.
  • V. Esthétique de la solitude, P.O.L. (1990), 284 p.
  • VI. Du sens, P.O.L. (2002), 557 p.

Topographie[modifier | modifier le code]

  • Sept Sites mineurs pour des promenades d'arrière saison en Lomagne, Sables (1994) et Onze sites mineurs pour des promenades d'arrière saison en Lomagne, P.O.L. (1997), 114 p.
  • Le Département de la Lozère, P.O.L. (1996), 270 p.
  • Le Département du Gers, P.O.L. (1997), 349 p.
  • Le Département de l'Hérault, P.O.L. (1999), 335 p.
  • Demeures de l'esprit : Grande-Bretagne I, Fayard (2008), 576 p.
  • Demeures de l'esprit : France I, Sud-Ouest, Fayard (2008), 432 p.
  • Demeures de l'esprit : Grande-Bretagne II, Écosse, Irlande, Fayard (2009), 528 p.
  • Demeures de l'esprit : France II, Nord-Ouest, Fayard (2010), 583 p.
  • Demeures de l'esprit : Danemark Norvège, Fayard (2010), 460 p.
  • Demeures de l'esprit : France III, Nord-Est, Fayard (2010), 536 p.
  • Demeures de l'esprit : Suède, Fayard (2011), 432 p.
  • Demeures de l'esprit : France IV, Sud-Est, Fayard (2012), 544 p.
  • Demeures de l'esprit : Italie I, Nord, Fayard (2012), 592 p.
  • Demeures de l'esprit : France V, Île-de-France, Fayard (2014), 528 p.

Écrits sur l'art[modifier | modifier le code]

  • Discours de Flaran : sur l'art contemporain en général, et sur la collection de Plieux en particulier, P.O.L. (1997), 59 p.
  • Nightsound (sur Josef Albers) suivi de Six prayers, P.O.L. (2000), 134 p.
  • Commande publique, P.O.L. (2007), 256 p.

Écrits politiques[modifier | modifier le code]

  • Le Communisme du XXIe siècle, précédé de La Deuxième Carrière d'Adolf Hitler, suivi de Que va-t-il se passer ? et de Pire que le mal, Xenia (2007), 104 p.
  • La Grande Déculturation, Fayard (2008), 162 p.
  • De l'in-nocence : abécédaire, David Reinharc (2010) (ISBN 978-2-35869-015-7), 600 p.
  • Décivilisation, Fayard (2011) (ISBN 2-2136-6638-5), 211 p.
  • Le Grand Remplacement [détail des éditions] (2011), 155 p. Recueil de discours, d'allocutions et d'entretiens.
  • L'Homme remplaçable, chez l'auteur (2012) (ISBN 979-10-91681-00-1), 33 p.
  • Les Inhéritiers, chez l'auteur (2013) (ISBN 979-10-91681-04-9), 214 p.
  • Le Changement de peuple, chez l'auteur (2013) (ISBN 979-10-91681-06-3), 93 p.
  • La Civilisation des prénoms, chez l'auteur (2014) (ISBN 979-10-91681-14-8), 135 p.
  • France : suicide d'une nation, Mordicus (2014), 29 p.
  • Révoltez-vous !, chez l'auteur (2015), 40 p.
  • Entre vivre ensemble, il faut choisir, chez l'auteur (2016), 264 p.
  • Une chance pour la France - programme 2017, chez l'auteur (2017), 154 p.
  • La Seconde Carrière d'Adolf Hitler, chez l'auteur (2018), 130 p.
  • You will not replace us!, chez l'auteur (2018), 200 p. Ecrit directement en anglais, l'auteur résume la sa pensée sur le "grand remplacement".
  • Lettre aux Européens : entée de cent une propositions (avec Karim Ouchikh), chez l'auteur (2019), 113 p.
  • Le Petit Remplacement, Pierre-Guillaume de Roux (2019), 485 p. Comprend six essais déjà publiés, à savoir La Dictature de la petite bourgeoisie, La Grande Déculturation, Décivilisation, Les Inhéritiers, La Civilisation des prénoms et Le Mot "musique".

Entretiens[modifier | modifier le code]

  • L'Étrangèreté (entretiens avec Emmanuel Carrère et Alain Finkielkraut), suivi de La Mort d'ailleurs, extraits de textes inédits, Tricorne (2003), 63 p.
  • La Dictature de la petite bourgeoisie (entretiens avec Marc du Saune), Privat (2005), 134 p.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Théâtre ce soir, Jean-Paul Bayol (2008), 92 p.

Vaisseaux brûlés[modifier | modifier le code]

  • P.A. (petite annonce), P.O.L. (1997), 444 p.
  • Ne lisez pas ce livre !, P.O.L. (2000), 179 p.
  • Killalusimeno, P.O.L. (2001), 264 p.
  • Est-ce que tu me souviens ?, P.O.L. (2002), 454 p.

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

Plusieurs tomes des recueils photographiques Le Jour ni l’heure et Paysages préposthumes.
  • Qu'il n'y pas de problème de l'emploi, P.O.L. (1994), 78 p.
  • Roumains en regard : du Bărăgan au Maramures (photogr. Jean-Jacques Moles), Jean-Jacques Moles (1999), 56 p.
  • Comment massacrer efficacement une maison de campagne en dix-huit leçons, Privat (2006), 126 p.
  • Journal de « Travers » (1976-1977), deux tomes, Fayard (2007), 860 p.
  • Discours de chambre : discours à la XVIIe chambre, discours d'appel, chez l'auteur (2014) (ISBN 979-10-91681-12-4), 216 p.
  • Le Mot « race », chez l'auteur (2018), 72 p.
  • Le Mot « musique », chez l'auteur (2018), 68 p.
  • Tweets, chez l'auteur (2019), 510 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Et je fus bien content, mais enfin pas plus que cela, deux heures plus tard, de rencontrer certain jeune Maghrébin remarquablement bien bâti, qui passa tout de suite une capote, lui, que je suçai quelque peu dans cet appareil, et qui, promptement imité par moi, jouit en se branlant tandis que je lui léchais les pectoraux. Bon : pas désagréable, ce jeune homme — il m'a dit au revoir bien poliment. Mais enfin les Arabes sont trop mécaniques pour moi, décidément. ».
  2. Dans leur Lettre aux Européens, Renaud Camus et Karim Ouchikh font cent une propositions, qu'ils résument ainsi : « L'Europe, il ne faut pas en sortir, il faut en sortir l'Afrique. Jamais une occupation n'a pris fin sans le départ de l'occupant. Jamais une colonisation ne s'est achevée sans le retrait des colonisateurs et des colons. La Ligne claire, […] c'est celle qui mène du ferme constat du grand remplacement […] à l'exigence de la remigration »[42].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Renaud Camus », sur whoswho.fr, .
  2. « Jean-Renaud Camus », sur sciences-po.asso.fr.
  3. « Renaud Camus : biographie », sur pol-editeur.com (consulté le 22 avril 2020).
  4. a et b Sous la dir. de Philippe Merle, Les Éditions Maspero et les évenements de Mai (mémoire de diplôme d'études supérieures en science politique), Paris, université Paris-II, , 104 p. (SUDOC 01493132X).
  5. Sous la dir. de ?, La Politique de Tel Quel (mémoire de diplôme d'études supérieures en histoire du droit), Paris, université Paris-II, , 120 + XI p. (SUDOC 014931346).
  6. Marie-Béatrice Baudet, « Une sainte colère », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2019).
  7. a et b « Ce Camus qui n'aime pas l'étranger », Le Point, 14 octobre 2013.
  8. David Le Bailly, « Renaud Camus, des backrooms gays au "grand remplacement" », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 26 août 2016).
  9. « Je suis trop longtemps resté fidèle à Renaud Camus, ce traître homosexuel », Slate.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2018)
  10. Joseph Confavreux et Marine Turchi, « Aux sources de la nouvelle pensée unique: enquête sur les néorépublicains », Revue du Crieur, no 2,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2015)
  11. Lucie Soullier, « Le théoricien du « grand remplacement », Renaud Camus, tête de liste aux européennes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2020).
  12. a b et c Joignot 23 01 2014.
  13. Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg, Les Droites extrêmes en Europe, Éditions du Seuil, coll. « Essais », , 320 p., p. 243
  14. Le Blevennec 2014.
  15. a et b Olivier Maulin, « “Le petit remplacement” de Renaud Camus », sur valeursactuelles.com, (consulté le 22 avril 2020).
  16. AFP 2014
  17. Voir sur lefigaro.fr.
  18. Leménager 2011.
  19. a b c d et e « Renaud Camus annonce sa candidature à la présidentielle, pour dire "non au grand remplacement" », lelab.europe1.fr, 30 mai 2016.
  20. a b et c Voir sur france-politique.fr.
  21. Abel Mestre et Caroline Monnot, « La télé identitaire, la drôle d’agence de presse et le « soft power » russe », sur droites-extremes.blog.lemonde.fr, .
  22. « Exclusif: Renaud Camus candidat… à la présidentielle - Le programme politique du jour », (consulté le 27 novembre 2017)
  23. « Renaud Camus privé d'éditeur pour avoir soutenu Marine Le Pen », sur L'Express.
  24. « Nous refusons de changer de civilisation », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  25. « Menard confie à l'écrivain d'extrème-droite Camus la rédaction d'un livre sur Beziers », sur L'Express.
  26. Justine Mazzoni, « Européennes - Un jour, une liste : "Non au changement de peuple et de civilisation" », sur lepoint.fr, (consulté le 22 mai 2019).
  27. « Résultats des élections européennes 2014 », sur interieur.gouv.fr, (consulté le 22 mai 2019).
  28. « La remigration des identitaires aux portes du FN », Libération,‎ (lire en ligne).
  29. « Le Siel, allié au FN, annonce l'adhésion de l'écrivain d'extrême droite Renaud Camus », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2017)
  30. « Renaud Camus : invité sulfureux », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2017)
  31. Stephanie Courouble Share (Historienne), Valéry Rasplus (Sociologue) et Jean Corcos (Producteur de la fréquence juive de Paris), « « Le soutien de Renaud Camus à Marine Le Pen doit faire réfléchir les membres de la communauté juive » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2017)
  32. « Nantes. La conférence d'un écrivain d'extrême-droite crée le malaise », Presse Océan,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2017)
  33. Jean-Claude Jaillette, « Avec l'arrivée de Renaud Camus, l'esprit du « grand remplacement » souffle sur le FN », sur Marianne, (consulté le 22 avril 2020).
  34. Publication au JORF.
  35. Marc de Boni, « Renaud Camus candidat en 2017 pour porter sa théorie du « grand remplacement » », sur Le Figaro, (consulté le 22 avril 2020).
  36. Marie-Pierre Bourgeois, Rose Marine : enquête sur le FN et l'homosexualité, Paris, Le Moment, , 221 p. (ISBN 978-2354174927), p. 109.
  37. Voir sur lefigaro.fr.
  38. Laurent de Boissieu, « FN light pour les timides ou FN de demain : où en est le Rassemblement Bleu Marine ? », sur Atlantico, (consulté le 30 avril 2016).
  39. Karim Ouchikh, « Communiqué du SIEL sur la candidature de Renaud Camus aux élections présidentielles de 2017 », sur siel-souverainete.fr, (consulté le 5 juin 2016).
  40. a et b Valérie Igounet et Rudy Reichstadt, « Le « Grand remplacement » est-il un concept complotiste ? », sur jean-jaures.org, (consulté le 25 avril 2020).
  41. « À propos », Conseil National de la Résistance Européenne,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2017)
  42. « Renaud Camus, tête de liste aux européennes », Valeurs Actuelles,‎ (lire en ligne, consulté le 9 avril 2019).
  43. a et b Romain Herreros, « La ligne pas très claire de Renaud Camus aux européennes », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 22 mai 2019).
  44. « Européennes: Renaud Camus «n'assume plus» sa liste après un dessin nazi d'une co-listière », sur lefigaro.fr, (consulté le 22 mai 2019).
  45. « Européennes : quels sont les scores des listes qui ont fait moins de 5 % en France ? », sur France Info, (consulté le 28 mai 2019).
  46. Voir une définition de la bathmologie.
  47. « Théâtre : Obaldia, sous la Coupole et sur les planches », sur lesechos.fr, (consulté le 2 janvier 2018)
  48. « Max Gallo candidat à l'Académie française », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018).
  49. « ACADÉMIE FRANÇAISE Six candidatures ont été enregistrées », sur la-croix.com, (consulté le 2 janvier 2018)
  50. Nelly Kaprièlian, « Billet : Renaud Camus et son nouveau livre, pathétique et tragique », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 4 mai 2020).
  51. a b et c Ivan Jaffrin, « D'un scandale l'autre: l'affaire Renaud Camus et la faillite de la critique intellectuelle », Contextes, no 10,‎ (lire en ligne).
  52. a et b Nicolas Demorand et Hugues Jallon, L'année des débats, La Découverte, , 286 p. (ISBN 978-2-7071-3325-0). Chapitre « L'« affaire Renaud Camus » : la coupable innocence de l'écrivain ».
  53. « Yann Moix condamné pour diffamation après ses propos sur Renaud Camus », sur 20minutes.fr (consulté le 13 mars 2019).
  54. « Yann Moix condamné pour avoir qualifié d'"antisémite" Renaud Camus », sur RTL.fr (consulté le 13 mars 2019).
  55. « Diffamation envers Renaud Camus : la condamnation de Yann Moix annulée », sur lefigaro.fr (consulté le 7 janvier 2020).
  56. a et b « L'écrivain Renaud Camus condamné pour provocation à la haine contre les musulmans », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  57. « Renaud Camus condamné pour provocation à la haine contre les musulmans », L'Express,‎ (lire en ligne).
  58. « L’écrivain Renaud Camus condamné pour provocation à la haine contre les musulmans », Le Point, 10 avril 2014.
  59. a et b « Provocation à la haine contre les musulmans : La condamnation de Renaud Camus confirmée », sur 20 minutes, (consulté le 22 avril 2020).
  60. « Renaud Camus - Biographie et livres | Auteur Fayard », sur www.fayard.fr (consulté le 1er septembre 2017)
  61. « Prix Amic | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 1er septembre 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Aguila et Philippe Siméon, Renaud Camus – Les Chemins de la solitude, documentaire (1995)

Sources[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles de presse[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]