Marie-Hélène Lafon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie-Hélène Lafon
Description de cette image, également commentée ci-après
Marie-Hélène Lafon, .
Naissance (59 ans)
Aurillac, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Marie-Hélène Lafon est une professeure agrégée et écrivaine française, née le à Aurillac (Cantal)[1]. Elle est lauréate de nombreux prix littéraires dont le prix Goncourt de la nouvelle en 2016 et le prix Renaudot en 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Marie-Hélène Lafon est originaire du Cantal, en France, où elle a vécu jusqu'à ses 18 ans. Son père Jean Lafon et sa mère, Jeanne, sont paysans[2]. Elle est élève à l'Institution Saint-Joseph (collège) puis à La Présentation Notre-Dame (lycée) deux pensionnats religieux de Saint-Flour.

Son département d'origine, le Cantal, et sa rivière, la Santoire, sont le décor de la majorité de ses romans[3].

Elle part ensuite étudier à Paris, à la Sorbonne, où elle obtient une maîtrise de latin et le CAPES de lettres modernes[2]. Elle obtient ensuite un diplôme d'études approfondies (DEA) à l' université Paris III-Sorbonne Nouvelle puis un doctorat de littérature à l'université Paris VII-Denis Diderot. Elle a consacré sa thèse à Henri Pourrat, ethnologue et écrivain auvergnat[4]. Elle devient agrégée de grammaire en 1987[3]. Elle enseigne le français, le latin et le grec dans le collège Saint-Exupéry dans le 14e arrondissement de Paris[5], en banlieue parisienne, puis à Paris[3], où elle vit. Célibataire et sans enfant, elle déclare n'en avoir « jamais voulu »[3].

Écriture[modifier | modifier le code]

Son premier roman Le Soir du chien est récompensé par le prix Renaudot des lycéens en 2001. Cet ouvrage est sa première publication, mais elle avait précédemment écrit des nouvelles — pour lesquelles elle ne trouvait pas d'éditeur[6] — dont Liturgie, Alphonse et Jeanne[6], qui seront publiées l'année suivante dans le recueil Liturgie, récompensé par le prix Renaissance de la Nouvelle en 2003.

Dans ses ouvrages, elle fait parfois référence « aux lectures qui [l]’ont nourrie, aux auteurs, aux langues surtout, Louis Calaferte, Gustave Flaubert, Jean Genet… »[6].

En 2015, le téléfilm L'Annonce est adapté de son roman éponyme de 2009, réalisé par Julie Lopes-Curval, avec Alice Taglioni et Éric Caravaca, produit par Arte[7]. L'auteur s'est rendu sur le lieu du tournage auvergnat enneigé, dans le Puy-de-Dôme[8].

En 2017, à l'occasion de la parution de Nos vies, elle accorde un entretien à Alex Delusier pour l'émission J'irai cracher sur vos ondes (radio C lab) dans lequel elle explique que c'est son « premier chantier exclusivement parisien », et sur le style de ce texte, où l'usage du mode conditionnel est très important, elle affirme qu'il est « le potentiel narratif du conditionnel » comme « jeu des formes verbales »[9].

En 2019, parait une série d'entretiens, Le Pays d'en haut, qu'elle avait accordés à Fabrice Lardreau, dans lesquels elle propose un manifeste de la littérature contemporaine tournée vers les vies de la campagne, élevées au rang de mythologie. Elle y fait aussi un retour sur les lectures qui l'ont faites et sur celles qui la font.

Elle obtient le prix Renaudot le , pour son roman Histoire du fils. Avec cette fresque familiale sur trois générations, elle rencontre un grand succès public, dépassant les 100 000 exemplaires vendus[10].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Nouvelles et textes courts[modifier | modifier le code]

Essais et entretiens[modifier | modifier le code]

  • Chantiers, Paris, Éditions des Busclats, 2015, 120 p. (ISBN 978-2-36166-032-1)
  • Millet, pleins et déliés, Lille, Éditions Invenit, 2017, 49 p. (ISBN 978-2376800064)
  • Flaubert : pages choisies, Paris, Éditions Buchet/Chastel, , 176 p. (ISBN 978-2-283-03091-2).
  • Le Pays d'en haut : entretiens avec Fabrice Lardreau, Paris, Éditions Arthaud, 2019, 143 p. (ISBN 2-08-144383-X).

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

La bibliothèque universitaire de Lettres, Langues et Sciences humaines de l'Université Clermont-Auvergne a été rebaptisée en son honneur en octobre 2021[24].

Adaptation de son œuvre[modifier | modifier le code]

En 2015 sort L'Annonce, téléfilm adapté de son roman éponyme de 2009. Il est réalisé par Julie Lopes-Curval, avec Alice Taglioni et Éric Caravaca, et produit par Arte[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Lejude, « Les Prix Renaudot » (consulté le )
  2. a et b « Marie-Hélène Lafon », notice biographique, sur whoswho.fr (consulté le ).
  3. a b c et d Delphine Peras, « Marie-Hélène Lafon s'impose », sur lexpress.fr, .
  4. « Prix Arverne 2013 », Ligue Auvergnate & du Massif-Central, du .
  5. Site de son éditeur en Poche, Points.
  6. a b et c Interview de l'auteur, site Encres vagabondes, non daté (vers 2008).
  7. a et b Le téléfilm, sur le site du producteur, Arte.
  8. Centre France, « Téléfilm - Alice Taglioni en vedette dans le Sancy », sur www.lamontagne.fr, (consulté le ).
  9. « JCSVO, Chapitre 2. - J'irai Cracher Sur Vos Ondes », sur www.c-lab.fr (consulté le ).
  10. Nicolas Gary, « Prix Littéraires 2020 : bilan des ventes pour les romans récompensés », ActuaLitté,‎ (lire en ligne).
  11. http://www.lacauselitteraire.fr/joseph-marie-helene-lafon
  12. https://www.lesechos.fr/weekend/livres-expositions/histoire-du-fils-cent-ans-dexactitude-1240867
  13. https://www.bibliosurf.com/Histoire-du-fils.html
  14. Lisette Didon et Pierrot Bacon, « 13 à table !  : le petit livre au service des Restos du cœur », sur www.lefigaro.fr, (consulté le )
  15. Sélections du Festival du premier roman 2002, site officiel.
  16. « Page des Libraires », sur www.pagedeslibraires.fr (consulté le )
  17. [1]
  18. Liste des lauréats.
  19. Lauréat 2012, sur le site du Prix du Style.
  20. Lauréat 2013, sur le site de la Ligue Auvergnate et du Massif central.
  21. AFP, « VIDEO. Le Prix Femina décerné à Yanick Lahens pour "Bain de Lune" », L'Express, (consulté le ).
  22. « Le prix Renaudot est attribué à Marie-Hélène Lafon pour Histoire du fils », sur Le Figaro,
  23. « Prix des libraires de Nancy Le Point », sur Le Livre sur la Place Nancy (consulté le )
  24. Fanny Guyomard, « Une Bibliothèque universitaire rebaptisée Marie-Hélène Lafon », sur Livres Hebdo, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]