Marie-Hélène Lafon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie-Hélène Lafon
Description de cette image, également commentée ci-après
Marie-Hélène Lafon, .
Naissance (58 ans)
Aurillac, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Marie-Hélène Lafon est une professeure agrégée et écrivaine française, née le à Aurillac (Cantal)[1]. Elle est lauréate de nombreux prix littéraires dont le prix Goncourt de la nouvelle en 2016 et le prix Renaudot en 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

« Née dans une famille de paysans », selon ses propres mots[2], elle est originaire du Cantal, où elle a vécu jusqu'à ses 18 ans. Son père Jean Lafon et sa mère, Jeanne, sont paysans[3]. Elle est élève à l'Institution Saint-Joseph (collège) puis à La Présentation Notre-Dame (lycée) deux pensionnats religieux de Saint-Flour.

Son département d'origine, le Cantal, et sa rivière, la Santoire, sont le décor de la majorité de ses romans[2]. « Quand j'écris, je rejoins mon vrai pays, c'est très intestin, très organique, comme malaxer la viande[2]. »

Elle part ensuite étudier à Paris, à la Sorbonne, où elle obtient une maîtrise de latin et le CAPES de lettres modernes[3]. Elle obtient ensuite un Diplôme d'études approfondies (DEA) à l'université Paris III-Sorbonne Nouvelle puis un doctorat de littérature à l'université Paris VII-Denis Diderot. Elle a consacré sa thèse à Henri Pourrat, ethnologue et écrivain auvergnat.[4] Elle devient agrégée de grammaire en 1987[2]. Elle enseigne le français, le latin et le grec dans le collège Saint Exupéry, Paris 14e [5], en banlieue parisienne, puis à Paris[2], où elle vit. Célibataire et sans enfant, elle déclare n'en avoir « jamais voulu »[2].

« J’ai commencé à écrire tard, à 34 ans[6]. » Son premier roman Le Soir du chien est récompensé par le prix Renaudot des lycéens en 2001. Cet ouvrage est sa première publication, mais elle avait précédemment écrit des nouvelles — pour lesquelles elle ne trouvait pas d'éditeur[6] — dont Liturgie, Alphonse et Jeanne[6], qui seront publiées l'année suivante dans le recueil Liturgie, récompensé par le prix Renaissance de la Nouvelle en 2003.

Dans ses ouvrages, elle fait parfois référence « aux lectures qui [l]’ont nourrie, aux auteurs, aux langues surtout, Louis Calaferte, Gustave Flaubert, Jean Genet… »[6].

En 2015, le téléfilm L'Annonce est adapté de son roman éponyme de 2009, réalisé par Julie Lopes-Curval, avec Alice Taglioni et Éric Caravaca, produit par Arte[7]. L'auteur s'est rendu sur le lieu du tournage auvergnat enneigé, dans le Puy-de-Dôme[8].

En 2017, à l'occasion de la parution de Nos vies, elle accorde un entretien à Alex Delusier pour l'émission J'irai cracher sur vos ondes (radio C lab) dans lequel elle explique que c'est son "premier chantier exclusivement parisien", et sur le style de ce texte, où l'usage du mode conditionnel est très important, elle affirme qu'il est "le potentiel narratif du conditionnel" comme "jeu des formes verbales"[9].

En 2019, parait une série d'entretiens, Le Pays d'en haut, qu'elle avait accordés à Fabrice Lardreau, dans lesquels elle propose un manifeste de la littérature contemporaine tournée vers les vies de la campagne, élevées au rang de mythologie. Elle y fait aussi un retour sur les lectures qui l'ont faites et sur celles qui la font.

Elle obtient le prix Renaudot le 30 novembre 2020, pour son roman Histoire du fils. Avec cette fresque familiale sur trois générations, elle rencontre un grand succès public, dépassant les 100 000 exemplaires vendus[10].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Nouvelles et textes courts[modifier | modifier le code]

Essais et entretiens[modifier | modifier le code]

  • Chantiers, Paris, Éditions des Busclats, 2015, 120 p. (ISBN 978-2-36166-032-1)
  • Flaubert : pages choisies, Paris, Éditions Buchet/Chastel, , 176 p. (ISBN 978-2-283-03091-2).
  • Le Pays d'en haut : entretiens avec Fabrice Lardreau, Paris, Éditions Arthaud, 2019, 143 p. (ISBN 2-08-144383-X).

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Adaptation de son œuvre[modifier | modifier le code]

Dans une interview au journal La Montagne en février 2016[26], Marie-Hélène Lafon indique : « Mon travail est repris, malaxé, ruminé et Julie Lopes-Curval l’emmène ailleurs. [...] La réalisatrice montre de l’attention et beaucoup de respect. Elle n’est pas dans le jugement. D’ailleurs, c’était indispensable. Si je n’avais pas senti ce respect chez elle, je ne lui aurais pas fait confiance. [...] Dans le film, on voit beaucoup de gestes, des repas, des scènes dans l’étable, c’est un cinéma qui montre, qui incarne, il est très en résonance avec ce que je tente de faire dans l’écriture. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Lejude, « Les Prix Renaudot » (consulté le 7 août 2018)
  2. a b c d e et f Delphine Peras, « Marie-Hélène Lafon s'impose », sur lexpress.fr, .
  3. a et b « Marie-Hélène Lafon », notice biographique, sur whoswho.fr (consulté le 11 septembre 2020)
  4. « Prix Arverne 2013 », article journal Ligue Auvergnate & du Massif-Central, du 18 avril 2013.
  5. Site de son éditeur en Poche, Points.
  6. a b c et d Interview de l'auteur, site Encres vagabondes, non daté.
  7. a et b Le téléfilm, sur le site du producteur, Arte.
  8. « Téléfilm - Alice Taglioni en vedette dans le Sancy », article journal La Montagne, du .
  9. « JCSVO, Chapitre 2. - J'irai Cracher Sur Vos Ondes », sur www.c-lab.fr (consulté le 27 avril 2020)
  10. Nicolas Gary, « Prix Littéraires 2020 : bilan des ventes pour les romans récompensés », ActuaLitté,‎ (lire en ligne)
  11. Site du livre, et extraits.
  12. http://www.lacauselitteraire.fr/joseph-marie-helene-lafon
  13. « Joseph Marie-Hélène Lafon », sur critiqueslibres.com (consulté le 2 août 2020).
  14. https://www.lesechos.fr/weekend/livres-expositions/histoire-du-fils-cent-ans-dexactitude-1240867
  15. https://www.bibliosurf.com/Histoire-du-fils.html
  16. Sélections du Festival du premier roman 2002, site officiel.
  17. [1]
  18. [2]
  19. Liste des lauréats.
  20. Deuxième sélection Prix Femina 2009, sur le site Prix Littéraires.
  21. Dernière sélection Prix Renaudot 2009, site Prix littéraires.
  22. Lauréat 2012, sur le site du Prix du Style.
  23. Lauréat 2013, sur le site de la Ligue Auvergnate et du Massif central.
  24. Article Prix Femina 2014, magazine L'Express, du 03 novembre 2014.
  25. « Le prix Renaudot est attribué à Marie-Hélène Lafon pour Histoire du fils », sur Le Figaro,
  26. « "L’annonce" de Marie-Hélène Lafon, de l’écrit au petit écran », article journal La Montagne, du 19 février 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]