Jérôme Bonaldi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jérôme Bonaldi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Jérôme Bonaldi, né le à Lyon (Rhône)[1], est un journaliste, animateur et chroniqueur de radio et de télévision français, spécialisé dans la vulgarisation scientifique, les inventions et la publicité.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Jérôme Bonaldi naît à Lyon[1]. À l'âge de 12 ans[2], il entre chez les scouts[1],[3]. Il y croisera Bruno Gollnisch[4].

Après son bac, il fait des études scientifiques à Jussieu et décroche un DEUG[2] en maths-physique[1]. En 1976, il sort diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris et entre à la radio France Inter[1].

Son grand oncle, Hubert Bonaldi était le patron de la prison de la Santé lorsque Jacques Mesrine s'en évada en 1978. Selon la légende, il aurait été licencié à la suite de cette évasion.[5]

Carrière radiophonique et télévisuelle[modifier | modifier le code]

De 1976 à 1984, Jérôme Bonaldi est journaliste pour France Inter[1], réalisant notamment le un entretien avec Jean-Marc Rouillan, sorti de prison à la suite d'une amnistie présidentielle de François Mitterrand[2].

Période Canal+[modifier | modifier le code]

En 1984, Jérôme Bonaldi arrive sur Canal+[1]. Il y sera pendant plusieurs années chroniqueur dans l'émission Nulle part ailleurs animée par Philippe Gildas et Antoine de Caunes, où il présente divers gadgets et inventions, souvent insolites[1]. Il conclut souvent ses démonstrations par la phrase « C'est totalement inutile et donc rigoureusement indispensable ! »[6] Entre 1994 et 1997, il anime de la première partie de Nulle part ailleurs.

En 1989, il présente l'émission de vulgarisation scientifique Dis, Jérôme…?

En 1997, il anime une émission quotidienne à 12 h 40 nommée Tout va bien[1]. Entouré de chroniqueurs (Frédéric Taddeï, David Gonner, Alix de Saint-André), cette émission mélange informations, gadgets et inventions, chroniques (publicité, consommations, sorties, cinéma, etc.), mais ne dure qu'une année[1]. Il devient ensuite coanimateur avec Philippe Gildas et Anne Depétrini de l'émission NPA Midi[1] où il présente le journal de midi.

De 2000 à 2014, il intègre sur radio sur Europe 1 la bande de Laurent Ruquier dans l'émission On va s'gêner[1] où il continue ses chroniques sur les dernières innovations technologiques[2]. L’année suivante, il fait partie du plan social de Canal+ qui licencie 217 collaborateurs et marque son départ de la chaîne[1].

Période France Télévision et autres chaînes[modifier | modifier le code]

Jérôme Bonaldi arrive ensuite sur France 2 en 2001 où il fait une brève apparition dans l'émission Y a un début à tout[1]. En 2002, il anime sa propre émission de vulgarisation scientifique sur la chaîne, On vous dit pourquoi avec l’ex miss météo de Canal+ Églantine Éméyé[1]. L’émission est ensuite rebaptisée Savoir plus sciences mais, mécontent de la ligne éditoriale, l’émission est interrompue[1] en 2007[2].

De 2000 à 2007, il participe à l'émission On a tout essayé de Laurent Ruquier sur France 2. Dès fin 2009, il participe également à sa nouvelle émission, On a tout révisé[réf. souhaitée]. De 2005 à 2007, il participe aux pièces de théâtre jouées par les animateurs de France 2 : Un fil à la patte, Trois jeunes filles nues, ainsi que Trois contes merveilleux (diffusée le )[1].

En 2007, il anime l'émission Du côté des pros sur la chaîne Maison+ (anciennement Télé Maison). En 2007-2008, il participe également à l'émission Gildas & Co sur la chaîne du câble Vivolta.

En 2009, il présente une émission Je commence demain (en partenariat avec le Pôle emploi), sur France 2, où il présente et teste différents métiers.

En , il présente l'émission C'est dans ma nature, sur les antennes régionales de France 3. Diffusé le samedi à 11 h, ce programme met en valeur l'écologie et le développement durable. Sur le modèle de Question maison, il y présente, entouré des propriétaires, des constructions écologiques et innovantes.

À partir du , il présente Le Mag de la science sur la chaîne Encyclo[7], devenue Science et Vie TV le [8].

En 2013, il présente quelques numéros de Transportez-moi sur LCP, une émission sur le transport. Les autres numéros sont présentés par Sabine Quindou.

De à , il participe à L'Émission pour tous de Laurent Ruquier sur France 2.

En 2014, à la suite de l'arrêt de l'émission de radio On va s'gêner et contrairement à de nombreux chroniqueurs de cette émission, il ne suit pas Laurent Ruquier sur RTL mais reste sur Europe 1 avec Cyril Hanouna dans Les Pieds dans le plat. Il participe à cette émission de la rentrée 2014 à .

En 2019, il rejoint la chaîne M6 où il co-présente l'émission Mon invention vaut de l’or.

Autour de l'animateur[modifier | modifier le code]

L'« effet Bonaldi »[modifier | modifier le code]

L'« effet Bonaldi » ou, parfois, « syndrome Bonaldi » est une théorie populaire empirique associée au nom de Jérôme Bonaldi[2]. Elle fait référence aux déboires que connut l'animateur lors de ses présentations d'objets divers et inventions insolites à la fin de l'émission Nulle part ailleurs[1]. L'« effet Bonaldi » est un cas particulier de la loi de Murphy. Il énonce que[9] :

« Toute démonstration d’un produit quelconque qui fonctionnait parfaitement aux répétitions échouera lamentablement lors de la démonstration publique. »

L'apogée de l'« effet Bonaldi » fut atteint lorsque l'animateur présenta un aspirateur révolutionnaire au cours de sa chronique. Alors qu'il mettait le contact de l'aspirateur en direct, le disjoncteur général des studios de Canal+ se coupa et des milliers de téléspectateurs ne virent plus que de la neige sur l'écran de leur téléviseur[réf. souhaitée]. Il s'est avéré que l'aspirateur n'était pas en cause dans cet incident[réf. souhaitée].

L'« effet Bonaldi » semble aussi avoir contaminé l'un de ses collègues télévisuels de l'époque, à savoir Patrice Carmouze lors de ses présentations — elles-aussi souvent défaillantes — au cours de l'émission Coucou c'est nous !

Récompense[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Animateur de télévision[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Fiche biographique de Jérôme Bonaldi, Première.fr (consulté le 18 mars 2015).
  2. a b c d e et f Fiche de Jérôme Bonaldi, Pure People.com (consulté le ).
  3. Témoignage de Jérôme Bonaldi[réf. à confirmer].
  4. « On Va S'Gener »,
  5. « Bonaldi viré de la prison de la santé ! OVSG du 14/01/11 »
  6. citation qui semble inspirée d'une réplique de M. Smith dans la pièce de théâtre La Cantatrice chauve : « C'est une précaution inutile mais absolument nécessaire ! »
  7. a et b Anaïs Grammatico, « Encyclo : Le Mag de la Science débarque », sur Le Figaro.fr, .
  8. Nastassia Dobremez, « Après Trek, le groupe AB mise sur Science & Vie TV », sur Toutelatele.com, .
  9. Les Lois de Murphy : Lois Corollaires.
  10. Gamekult (podcast audio Premium à 49 min 19 s), « In Dev With #9 : Yael Barroz, graphiste polyvalente », sur Gamekult, .

Liens externes[modifier | modifier le code]