Monique Pantel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Monique Pantel
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Claudine Mathilde Monique Christiane PantelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Monique Pantel, née le à Mont-de-Marsan et morte le à Paris 14e[1], est une critique de cinéma française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir grandi dans une famille d'hôteliers[2], elle part devenir réceptionniste d'hôtel en Angleterre, puis à Paris. Elle y rencontre l'écrivain Jacques Audiberti, pour un intérim de secrétariat, et deviendra sa compagne[3] pendant les trois dernières années de sa vie[4]. Il la fait entrer au journal Paris-Presse[4] en , et elle rejoint la rubrique spectacles de France-Soir après la fusion des deux quotidiens. C'est là que la journaliste impertinente, souvent gaffeuse[5], prend le surnom de « Panpan »[4].

À la sortie de son premier livre en 1994[6], elle est reçue à l'émission de Laurent Ruquier qui apprécie son franc-parler et son humour, et lui propose de faire un compte-rendu par téléphone du festival de Deauville, en 1997[7]. Cette expérience radiophonique se poursuit par son intervention hebdomadaire, à partir de , le mercredi, à Dans tous les sens sur France Inter, puis le vendredi dans On va s'gêner sur Europe 1[8], où elle donne jusqu'en 2014 son avis sur les films sortis pendant la semaine. En 1999, elle publie un livre de souvenirs et d'anecdotes de cinéma, Panpan fait son cinoche[9].

Après la reprise de l'émission Les Grosses Têtes sur RTL par Laurent Ruquier en , Monique Pantel intervient épisodiquement par téléphone pour donner son avis sur un film précis[10].

À la suite de son décès le 7 avril 2021[11] à Paris[12], un hommage lui est rendu notamment sur les réseaux sociaux par Laurent Ruquier[13], par l'ancien président du festival de Cannes Gilles Jacob[14], ou encore par ses anciens collègues de France Soir puis d'Europe 1, Richard Gianorio[15] et Isabelle Motrot[16].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1994 : La Chemise de nuit, éditions Anne Carrière (réédition en 2007)
  • 1996 : Des baisers pour l'hiver, éditions Anne Carrière
  • 1999 : Panpan fait son cinoche, éditions Anne Carrière

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Insee, « Acte de décès de Claudine Mathilde Monique Christiane Pantel », sur MatchID
  2. Nicolas Dumas, « Monique Pantel, une Landaise à Paris », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne)
  3. « « Panpan » fait toujours son cinéma », Sud-Ouest,‎
  4. a b et c Régine Magné, « De l'hôtel Richelieu au Paris littéraire », Sud-Ouest,‎
  5. « Monique Pantel : Depardieu, mon chouchou », Le Figaro,‎ , p. 34
  6. « Monique Pantel, critique et chroniqueuse de Laurent Ruquier, est morte », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  7. « Volte face », sur Les critiques ciné de Monique Pantel,
  8. Ina.fr, « Critiques de cinéma - Vidéo Ina.fr », sur Ina.fr, Comme au cinéma (France 2), (consulté le )
  9. (es) Óscar Caballero, « Dama y "enfant terrible" », La Vanguardia,‎
  10. Emilie Geffray, « RTL : Monique Pantel interviendra occasionnellement dans Les Grosses têtes », sur tvmag.lefigaro.fr, (consulté le )
  11. Aviscom, « Avis de décès de Madame Monique PANTEL (07 avril 2021) à Paris », sur Avis de décès, (consulté le )
  12. « Mort de Monique Pantel, critique de cinéma originaire de Mont-de-Marsan », sur France Bleu, (consulté le )
  13. « Mort de Monique Pantel, critique de cinéma et ex-chroniqueuse de Laurent Ruquier », sur Le HuffPost, (consulté le )
  14. « Gilles Jacob, ancien président du Festival de Cannes annonce la disparition de Monique Pantel le 14 Avril 2021 à 22h25 » (consulté le )
  15. Richard Gianorio, « The last movie columnist. RIP my dearest Monique », sur Instagram,
  16. Isabelle Motrot, « https://twitter.com/isabellemotrot/status/1382600547841228801 », sur Twitter, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]