Albert Palle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Albert Palle
Naissance
Le Havre
Décès (à 90 ans)
Paris 15e
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Albert Palle, né le au Havre, mort le à Paris 15e[1], est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il obtient le prix Renaudot[2] en 1959 pour son roman L'Expérience, publié chez Julliard[3]. Il publie également chez le même éditeur Les marches en 1962 et Les chaudières et la lune en 1965 puis, chez Moraïma, en 1994 un recueil de nouvelles Les mots perdus illustrées par Antonio Segui.

Élève de Jean-Paul Sartre et de Raymond Aron[4],[5], il contribue à l'élaboration du livre d'entretiens de ce dernier, Le spectateur engagé.

Il est également journaliste, notamment aux Temps modernes puis au quotidien Combat[6], puis à France Dimanche et au journal Elle. Il est aussi chroniqueur au Figaro. Il a également collaboré au magazine de théâtre l'Avant-Scène[7] et à la revue Commentaire[8]. Il écrivait parfois sous le pseudonyme de Stanislas Fontaine[5].

Ses faits de résistance[9] lui ont valu la croix de guerre 1939-1945.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Albert Palle épouse Denise Jallais, poétesse et journaliste, en 1960[10], après un premier mariage avec Maryla Zaleska[réf. nécessaire]. Il a eu quatre enfants dont la comédienne Nathalie Nell et Sébastien Palle qui a publié son premier roman chez Héloïse d'Ormesson en 2019. Il est un des descendants du manufacturier Christophe-Philippe Oberkampf.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'expérience: roman, R. Julliard, 1959
  • Les marches: roman, Julliard, 1962
  • Les chaudières et la lune: roman, R. Julliard, 1965
  • Les mots perdus: nouvelles, Éd. du Cercle des amis des livres, 1994

Portraits/Vidéos/Photos[modifier | modifier le code]

Albert Palle a été portraituré par les peintres Aram[11] et par Gaëtan de Rosnay[réf. nécessaire]. Il apparaît dans une vidéo[12] tournée pour l'émission Apostrophes, interviewé par Bernard Pivot, s'exprimant sur Raymond Aron et Jean-Paul Sartre[13], comme témoin de l'époque où ils enseignaient tous les deux au Havre. Une photo Harcourt existe de lui jeune[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Insee, « Acte de décès de Jacques Anatole Albert Palle », sur MatchID
  2. « 1959 – Renaudot pour Albert Palle - Radio - Play RTS », sur Play RTS (consulté le )
  3. « Lauréats du prix Renaudot depuis 1926 », sur Prix Renaudot (consulté le )
  4. Raymond Aron, Mémoires, Julliard, (ISBN 2260000797), p. 82 et 724
  5. a et b « Albert Palle, écrivain », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en) Olivier Todd, Albert Camus: A Life, Random House, (ISBN 9781473512146, lire en ligne)
  7. « Nogent, eldorado du dimanche vu par Albert Palle (Avant-Scène) – Marcel Carné », sur www.marcel-carne.com (consulté le )
  8. Revue Commentaire, « Commentaire », sur www.commentaire.fr (consulté le )
  9. « dossier administratif archives militaires », sur Ministère de la Défense (consulté le )
  10. « Faire-part de décès de Denise Jallais », sur Dansnoscoeurs,
  11. « Portraits 3 », sur Gottlieb dit Aram (consulté le )
  12. Institut National de l’Audiovisuel – Ina.fr, « Témoignage Albert PALLE sur Jean Paul SARTRE et Raymond ARON », sur Ina.fr, (consulté le )
  13. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « Albert Palle sur Jean Paul Sartre et Raymond Aron - Vidéo Ina.fr », sur Ina.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]