Christophe Alévêque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aleveque.
Christophe Alévêque
Description de cette image, également commentée ci-après

Christophe Alévêque au festival de Cannes 2008.

Naissance (53 ans)
Le Creusot, France
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession

Christophe Alévêque est un humoriste et chroniqueur français, né le au Creusot (Saône-et-Loire). Humoriste qui se veut « engagé », il défend différentes positions ou personnalités politiques marquées à gauche[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père instituteur et d'une mère qui tient un salon d'esthétique à Montceau-les-Mines où il a fait ses études jusqu'en terminale. Il a un frère aîné Jacques et une sœur cadette, la journaliste Alexandra Alévêque[2]. Son père meurt d'une rupture d'anévrisme à 42 ans, en 1982. Il entreprend des études de commerce et de marketing à l'ISTEC (Paris), dont il sort diplômé en 1986, tout en suivant parallèlement des cours de théâtre. Il commence à se produire en 1988, sur les scènes des cafés-théâtres parisiens, dans un duo, appelé Les Stagiaires, pendant trois ans avec Olivier Lefranc[3].

Son premier spectacle solo a lieu à Lyon en juillet 1991. Les spectacles suivants sont réalisés avec la complicité du metteur en scène Philippe Sohier. Sa notoriété décolle en 1994 grâce à sa participation dans l'émission Rien à cirer de Laurent Ruquier sur France Inter[4]. Il fait ensuite partie de « la bande » de Laurent Ruquier sur Europe 1 dans On va s'gêner et sur France 2 dans On a tout essayé. Il connaît un grand succès avec son spectacle Alévêque ? en 2002, au théâtre Bobino de Paris, où il joue notamment avec cynisme et ironie sur les attentats du 11 septembre 2001 et leurs répercussions en Afghanistan. Il épingle également la vie de famille occidentale, la consommation, l'inégalité sociale et se fend d'une parodie délirante[réf. nécessaire] de Zorro. Le spectacle se termine sur une reprise de la chanson La Vieille de Patrick Font et Philippe Val, qu'il interprète avec, à la guitare, son technicien du son, Franck Mermillod.

En 2006, son spectacle Debout ! mélange avec une grande liberté de tons : sketches, chansons (une reprise de Sans la nommer de Moustaki, une de Patrick Font) et morceaux joués sur scène avec son groupe composé d'un guitariste (Franck Mermillod, déjà vu en 2002 au même poste avec Christophe Alévêque), d'un batteur, d'un bassiste, d'un corniste et d'un accordéoniste. Encore plus osé[réf. nécessaire], ce spectacle tient une vraie volonté de réveiller les gens et de leur faire ouvrir les yeux sur une actualité brûlante (banlieues, guerre d'Irak, contrôle des pensées, système de la peur de plus en plus fort[pas clair]).

Christophe Alévêque, le 1er juillet 2010

Il met en place en 2007, à la suite de l'élection de Nicolas Sarkozy aux présidentielles, une chorale pour chanter Mille Colombes (chanson interprétée par Mireille Mathieu), désormais « hymne de la droite décomplexée », ceci bien sûr, à titre de parodie. Alévêque a organisé divers rassemblements de cette chorale notamment durant le festival d'Avignon (au cours de laquelle Alévêque fut entarté).

Il a aussi écrit régulièrement dans l'hebdomadaire satirique Siné Hebdo créé par le dessinateur Siné, à qui il avait précédemment manifesté son soutien à l'occasion de son licenciement de Charlie Hebdo[5]. Il fait également référence à Siné Hebdo dans un film consacré à son ami Renaud[6].

En 2009, pour les deux ans de l'élection de Nicolas Sarkozy, il écrit et interprète cinq épisodes d'une web-série Le petit coin de résistance réalisée par le Comité de la Claque. Cinq nouveaux épisodes traitant l'actualité sont ensuite diffusés à la rentrée 2009 sur le site d'informations Le Post et sur Dailymotion.

En 2010, Christophe Alévêque tient des propos injurieux envers Zinédine Zidane dans SPORTMAG[7]. Zinédine Zidane a décidé de demander à son avocat de répliquer[8]. Après avoir été relaxé en première instance, Christophe Alévêque perd son procès en appel contre Zinedine Zidane et est condamné à 5 000 euros de dommages et intérêts pour injures (Arrêt de la Cour d'Appel du 7 mars 2013)[9].

Il joue son nouveau spectacle Super Rebelle ! Enfin ce qu'il en reste…, en Province et à Paris, au Théâtre du Rond-Point.

Le 6 mai 2011, il présente sa candidature à l'élection présidentielle française de 2012[10], qu'il évoque le jour même dans la Matinale de son ami Yassine Belattar sur Le Mouv'. Courtisé surtout par les partis politiques de gauche, il ne se donne aucune appartenance politique précise même si de son propre aveu « Christophe Alévêque votera à gauche ».

En 2015, le « comique de gauche » présente dans son nouveau spectacle "Ça ira mieux demain" une revue d’actualité, où selon Atlantico, en dépit de sa manière de déverser « un torrent de haine et de mépris sur La Manif pour tous et le Front national » et du fait qu'il pourrait se montrer « moins partisan », est à la fois « très drôle et très corrosif »[11].

En novembre 2016, il publie une tribune dans Libération pour appeller au rassemblement de toutes les gauches autour de Christiane Taubira[1].

Il milite, en vain, pour une candidature de Christiane Taubira à l'élection présidentielle de 2017[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Après avoir eu deux enfants d'une précédente union[4], il est actuellement[13] en couple avec Serena Reinaldi, la gagnante de Nice people en 2003, avec qui il joue la pièce Ciao Amore en 2010[14].

Spectacles[modifier | modifier le code]

  • Alévêque à l'Européen
  • Alévêque ? à Bobino (2002-2003)
  • Debout ! (2005-2006)
  • Debout ! 2 (2007-2008)
  • Super Rebelle ! Enfin ce qu'il en reste… (2009-2012)
  • Christophe Alévêque dit tout (2014)
  • Ça ira mieux demain... (2015-2016) actuellement au Palais des Glaces

Publications

Christophe Alévêque écrivait une chronique régulière dans Siné Hebdo, avant que ce magazine disparaisse. D'ailleurs, avec quelques dessinateurs de ce journal, il a réalisé l'ouvrage Le petit Alévêque illustré. De plus, il a publié :

  • Décodeur médiatique du XXIe siècle, Chiflet & Cie, 2008
  • Le petit Alévêque illustré (Collectif), Éditions Chiflet Et Cie. Textes de Christophe Alévêque. Illustrations d'Aurel, Carali, Dobritz, Faujour, Gab, Large, Lindingre, Pakman, Sergio et Siné, 2009
  • Libertude, égalitude, fraternitude, avec Hugue Leroy, Nova éditions, 2010
  • Les monstrueuses actualités, Le Cherche Midi, 2011
  • Bienvenue à Webland, Les Liens qui Libèrent, 2016

Musique[modifier | modifier le code]

Alévêque a créé son groupe de rock, Alévêque et son groupo, et se produit à La Scène (Paris). Son album est sorti en janvier 2006.

Il participe au festival des Sons d'une Nuits d'été de Nuits-Saint-Georges le .

Il a également enregistré un titre avec Les Rois de la Suède en 2010.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Christophe Alévêque et Vincent Glenn, On marche sur la dette, 2015.
  • Christophe Alévêque et Jean-Philippe Bouchard, Bienvenue à Webland, 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :