Collège de 'Pataphysique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Collège de 'Pataphysique est une « société de recherches savantes et inutiles » qui promeut la 'Pataphysique.
L’organisation et la promotion de ces recherches nécessitent une administration rigoureuse, qui s’inspire de diverses institutions du passé (Curie romaine, République de Venise, etc.).

Organisation[modifier | modifier le code]

« Un Curateur inamovible »[1] « sis dans l’éthernité », à savoir le Docteur Faustroll[2], préside à l’essence et à l’existence du Collège.
Il est assisté d’un Vice-Curateur élu qui dirige le Collège tant au spirituel qu’au temporel, veillant à ce que le Collège « n’ait aucune utilité » et à ce que la ’Pataphysique garde une excellence faustrollienne.

Un corps de « Provéditeurs »[3] administre les biens « imaginaires et réels » du Collège ; il organise ses publications et manifestations ; il crée les chaires d’enseignement.
Il y a des provéditeurs fonctionnels comme le Provéditeur Rogateur chargé de la coordination des moyens, le Provéditeur Éditeur chargé des publications, etc. D’autres provéditeurs représentent le Collège dans des contrées plus ou moins lointaines comme les « Pays Helvétiques, Alpins, Teutoniques et Ultramontains[4] ».

Les « Dataires »[5] sont des fonctionnaires-dignitaires chargés d’exécuter les décisions des Provéditeurs et de transmettre les messages et envois du Collège à ses membres.

Le rayonnement de la ’Pataphysique et son enseignement sont assurés par les « Satrapes »[6] et les Régents[7].

Les Satrapes, qui forment un corps, cultivent la ’Pataphysique et agissent par leur seule présence. Ainsi ils signifient la ’Pataphysique dans le Collège et à l’extérieur. Ils ne sont soumis à aucune obligation.

Les Régents occupent les « chaires » du Collège. Aucune restriction n’est apportée à la liberté de leur enseignement. « Seuls le sérieux pris au sérieux, le lyrisme et autres produits astringents seraient susceptibles de rendre un enseignement irrecevable[8]. » Il y a des chaires fondamentales permanentes telles que :

  • Mythographie des Sciences Exactes et des Sciences Absurdes ;
  • Nautique Épigéenne et Hypogéenne ;
  • Vélocipédologie ;
  • Cinématographologie et Onirocritique ;
  • Crocodilologie ;
  • Travaux Pratiques de Belge.

D’autres chaires sont créées intuitu personæ.

Les leçons des Régents s’adressent aux « Auditeurs » du Collège de ’Pataphysique « qui ont pour Privilège de verser une phynance d’inscription[9] ». Ils reçoivent les publications du Collège et participent à ses manifestations publiques et privées. Les Correspondants ont des « Privilèges identiques, à l’exception de l’assiduité[10]. »

Le titre « enviable » d’« Auditeur Réel » ou de « Correspondant Réel » est conféré, sur proposition des Régents, des Provéditeurs ou des Satrapes, aux Auditeurs et Correspondants qui prennent une part effective aux activités du Collège. Les autres sont qualifiés d’« Apparents ».

Sur proposition des Satrapes, des Provéditeurs ou des Régents, le titre « inappréciable » d’Auditeur ou Correspondant « Emphytéote »[11] peut être conféré à des personnalités qui « volontairement ou involontairement » honorent la ’Pataphysique. On considère que ceux-ci sont liés à long terme au Collège et ils peuvent espérer en effet y faire carrière.

D’après ses Statuts (article 11), le Collège de ’Pataphysique n’engage à rien, ni ses Optimates[12], ni ses membres : il dégage au contraire, « dans tous les sens du mot dégager et du mot sens ».

L’emblème pataphysique est « l’ombilic ubique » ou gidouille.

Le Collège de ’Pataphysique a été fondé en 1948, ses activités publiques se sont poursuivies jusqu'en 1975. Il a rouvert ses portes en 2000.

Publications[modifier | modifier le code]

Le Collège de 'Pataphysique édite depuis 1950 une revue trimestrielle, Viridis Candela[13], qui a connu huit séries successives, intitulées Cahiers du Collège de Pataphysique puis Dossiers du Collège de 'Pataphysique, Subsidia Pataphysica, Organographes du Cymbalum pataphysicum, Monitoires du Cymbalum pataphysicum, L'Expectateur du Cymbalum pataphysicum, Carnets trimestriels du Collège de 'Pataphysique, Le Correspondancier du Collège de 'Pataphysique, et, depuis septembre 2014, Le Publicateur du Collège de ’Pataphysique.
Elle a publié quantité de textes inédits d'Alfred Jarry et de nombreuses études sur sa vie et son œuvre. En outre George-Albert Aurier, Christophe, Charles Cros, Léon-Paul Fargue, Franc-Nohain, André Gide, James Joyce, Georg Christoph Lichtenberg, Pierre François Lacenaire, Germain Nouveau, Raymond Roussel, Erik Satie, Paul Valéry, Jules Verne, et plus près de nous Antonin Artaud, Arthur Cravan, René Daumal, Max Jacob, Jacques Rigaut[14], Julien Torma, Raymond Espinose, Philippe de Chérisey ou des « Dignitaires du Collège » comme Fernando Arrabal, Enrico Baj, Jean Baudrillard, René Clair, Marcel Duchamp, Philippe Dumarçay, Max Ernst, Jean Ferry, Roger Grenier, Henri Jeanson, Michel Leiris, Armen Lubin, André Martel, Joan Miró, Pierre Mac-Orlan, Pascal Pia, Jacques Prévert, Raymond Queneau, Man Ray, Camille Renault, Maurice Saillet, Siné, Boris Vian, Umberto Eco, Paul-Émile Victor, Dick Annegarn ont révélé des œuvres inédites. Documents de toutes sortes, écrits oubliés ou non, grande et « mauvaise » poésie, modestes coupures de presse, œuvres d'art et de non-art, graffiti, musique, contrepèteries, mythologies scientifiques ou non (ces dernières sont souvent les précédentes vieillies de vingt ans), béatitudes, Langage de Notre Temps, etc. etc., ont été et sont encore mis à contribution. Le Collège a, pour la première fois, imprimé une pièce d’Eugène Ionesco en 1952. Trois autres l’ont suivie. De même le Collège a publié des inédits de Julien Torma. C’est du vivant de Boris Vian qu’il a fait paraître les Bâtisseurs d’empire et nombre de textes; c'est l’année qui a suivi sa mort qu'ont vu le jour le Goûter des Généraux et le Dossier Boris Vian. Dans la revue ont paru les premiers travaux de Littérature Potentielle (l’Oulipo étant une Commission du Collège). D'importantes livraisons ont été consacrées à Rabelais, à l'Époque Symboliste, à la Morale, à Ubu (deux fois), à Faustroll, à la Dragonne, à Raymond Queneau, aux Environs de Vrigny, à la Trichomonase.

Le Collège a publié en langues étrangères au français. Institution internationale par principe, il l'est devenu en fait par la création de ses Instituts de Buenos-Aires, de Milan, de Rome, de Londres (fondation en 2000 du London Institute of Pataphysics), par ses groupes actifs de Tchécoslovaquie, d'Angleterre, d'Amérique du Nord, des Pays-Bas ou même de Chine. Un Institutum Pataphysicum Vilniense a vu le jour en mai 2013 en Lituanie.

Hiérarchie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au sens de haut fonctionnaire. Inspiré de la fonction de curateur de l’Empire romain.
  2. Personnage principal du roman d’Alfred Jarry, Gestes et opinions du Dr Faustroll, pataphysicien, 1911, Fasquelle, livre fondateur de la ’Pataphysique.
  3. Au sens d’administrateur, comme les Provéditeurs de la République de Venise. Voir Provéditeur (Venise).
  4. On trouvait ainsi, dans la République de Venise, des provéditeurs des canaux ou de la douane, d’Albanie ou des Iles Ioniennes. Voir Provéditeur (Venise).
  5. Par allusion au dataire de la Curie romaine.
  6. Au sens d’homme exerçant un pouvoir personnel fort, voir Satrape#Postérité.
  7. Au sens d’enseignant : cf. Littré : « Anciennement, docteur régent, titre des docteurs professeurs en théologie, en droit, en médecine ».
  8. Statuts du Collège de ’Pataphysique, Article 7, § 2.
  9. Ibid., Article 9, § 2.
  10. Ibid., Article 9, § 3.
  11. Par allusion au bail emphytéotique.
  12. En latin, « les meilleurs ».
  13. En latin, « La Chandelle verte »
  14. http://www.excentriques.com/rigaut/index.html

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les très riches heures du Collège de Pataphysique, sous la direction de Thieri Foulc, préface de Franck Ténot, Paris, Fayard, 2000.
  • Ruy Launoir, Clefs pour la ’ataphysique, 1969, réédition augmentée, L’Hexaèdre, 2005.
  • Ruy Launoir, Gestes & opinions de quelques pataphysiciens illustres, Emmanuel Peillet, Jean-Hugues Sainmont, Latis, etc., préface de Paul Gayot, L'Hexaèdre, 2008. (Emmanuel Peillet est l'un des fondateurs du Collège de ’Pataphysique).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]