Institut d'études lévinassiennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Institut d'études lévinassiennes a été fondé en l'an 2000, à Jérusalem, par les philosophes français Benny Lévy, Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy. Il rassemble des philosophes qui partagent le même intérêt pour l'œuvre d'Emmanuel Levinas.

L’Institut a été dirigé par Benny Lévy, jusqu’à sa mort en 2003. Après sa disparition, Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy assument la direction de l'association[réf. souhaitée], désormais présidée par Shmuel Wygoda. Une antenne parisienne est également créée, elle est présidée par le professeur José-Alain Sahel. Aujourd'hui, l'Institut se situe entièrement à Paris, où il est dirigé par René Lévy, et présidé par Christian Grusq.

Revue[modifier | modifier le code]

L’Institut publie, grâce au Comité des Cahiers présidé par Christian Grusq, les Cahiers d'études lévinassiennes, une revue annuelle dont la publication est dirigée par Gilles Hanus et Carole Brenner aux Editions Verdier. Parmi ses collaborateurs : Luc Brisson[1], Alain Finkielkraut[2], Benny Lévy[3], Bernard-Henri Lévy[4], Jean-Luc Marion[5], Éric Marty[6], Jean-Claude Milner[7], Stéphane Mosès[8], etc.

Séminaires[modifier | modifier le code]

L’institut organise régulièrement des séminaires, de grands débats et de grands entretiens . Parmi ses participants[9]: Patrick Boucheron, Luc Brisson, Joseph Cohen, Monique Dixsaut, Alain Finkielkraut, Elisabeth de Fontenay, Didier Franck, Mahmoud Hussein, Robert Legros, Bernard-Henri Lévy, Éric Marty, Jean-Claude Milner, Jacques Taminiaux, etc.

Projets[modifier | modifier le code]

« La ligne de fracture passe aujourd'hui entre ceux, de plus en plus rares, qui continuent à faire le pari formulé en ces termes par Levinas : « Ce qu'on dit écrit dans les âmes est d'abord écrit dans les livres », et ceux, toujours plus nombreux, qui ferment les livres pour philosopher à neuf, ou qui pensent que la science a réponse à tout, ou qui enfin, confortablement installés dans le relativisme, comme d'autres jadis dans le dogme, sacrifient la recherche de la vérité à la reconnaissance des identités et la grande énigme humaine au règne de l'équivalence. Contre l’extase technique ou multiculturelle, il s'agit dans l’Institut Emmanuel Lévinas, de contribuer par un dialogue exigeant et sans concession à la vie de l'esprit », écrit Alain Finkielkraut[10].

« Dans l'endurance de cette interrogation, nous nous rencontrons. D'où vient, inattendu, tellement attendu, ce petit peu de fraternité ? Je réponds sans hésiter : du regard paternel entrevu dans le texte d'Emmanuel Lévinas », écrit Benny Lévy, pour expliquer comment s’est fondé l’Institut[11].

« De l’un, Alain Finkielkraut, me séparent Péguy, les petites nations, l’idéologie française ou non, son romantisme, mon goût de l’esprit moderne et de la technique », écrit Bernard-Henri Lévy. « De l'autre, Benny Lévy, me distinguent, encore que de façon infiniment moins décisive, le passé militant, le présent et le futur sionistes, le rapport à Israël et à l’exil, la question Spinoza, la foi […] Qu’entre l’un, l’autre et le troisième s'instaure, à dater d'aujourd'hui, non pas un « dialogue », ou un « débat », mais un espace de pensée menée en commun, voilà qui ressemble à un petit miracle philosophique. Que ce miracle soit, non seulement possible, mais à l’œuvre, d’ores et déjà à l'œuvre à dater, donc, de cet instant, nous le devons à la présence, en chacun de nous, du nom, du visage, des textes de Levinas[12] ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Luc Brisson, L'Académie platonicienne, première tentative d'institutionnalisation du savoir en Grèce antique, Cahiers d'é'études lévinassiennes, 2011, no 10
  2. Alain Finkielkraut, Pourquoi la littérature ? Cahiers d'études lévinassiennes, 2005, no 4
  3. Benny Lévy, Lévinas et le grec, Cahiers d'études lévinassiennes, 2005, Hors-Série
  4. Bernard-Henri Lévy, Présentation, Cahiers d'études lévinassiennes, 2005, no 4
  5. Jean-Luc Marion, Entretien sur Emmanuel Lévinas, Cahiers d'études lévinassiennes, 2009, no 8
  6. Éric Marty, Jean Genet. Littérature, politique, antisémitisme, Cahiers d'études lévinassiennes, 2006 no 5
  7. Jean-Claude Milner, Une conversation sur l’universel, Cahiers d'études lévinassiennes, 2007, no 6
  8. Stéphane Mosès, Messianisme du temps présent, Cahiers d'études lévinassiennes, 2005, no 4
  9. Liste des participants aux séminitaires l'Institut d'études lévinassiennes, publiée sur le site l'Institut en ligne[1]
  10. Alain Finkielkraut, Conférence inaugurale, Cahiers d'études lévinassiennes, 2002, no 1[2]
  11. Benny Lévy, Conférence inaugurale, Cahiers d'études lévinassiennes, 2002, no 1[3]
  12. Bernard-Henri Lévy, Conférence inaugurale, Cahiers d'études lévinassiennes, 2002, no 1[4]

Liens externes[modifier | modifier le code]