Touche pas à mon poste !

Cette page est semi-protégée.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Touche pas à mon poste !
(TPMP)
Image illustrative de l’article Touche pas à mon poste !
Ancien Logo de Touche pas à mon poste ! (2020)

Autre titre francophone TPMP
Titre original Touche pas à mon poste !
Genre Divertissement
Talk-show
actualités
Périodicité Du lundi au vendredi
Création Cyril Hanouna
Sébastien Proyart (TPMP ouvert à tous)
Réalisation Jean-Jacques Amsellem
Stéphane Bohée
Franck Broqua
Emmanuel Carriau
Lionel Chabert
Nicolas Druet
Pascal Duchêne
Bernard Flament
Didier Fraisse
Didier Froehly
Michel Hassan
Serge Khalfon
Habib Kouider
Philippe Layani
Noé Leopold
Philippe Letourneur
Jean-Marc Martin
Damien Montet
Guillaume Perez
Bruno Piney
Jérôme Revon
Grégoire Saint Pierre
Pauline Sampic
Développement Directeur artistique et création : Kakoumbé (2017-)

Rédacteurs en chef :
Caroline Sol (2010-2011)
Stéphanie Guedj (2013-2014)
Florence Sebaoun
Julien Lalande (2013-2016)
Romain Ambro (2015-2016)
Maxime Riou (2016-2017)
Émilie Lopez (2016-2017)
Sarah Aboulkheir (2017)
Pierre-Henri Fouchier (2018)
Théo Macel (depuis 2020)

Scénario Auteurs :
Fabien Delettres (2010-2011, 2018-)
Adrien Piquet-Gauthier (2011–2014)
Benjamin Veyres (2012–2014)
Pierre-Antoine Damecour (2013–2016)
Fabien Didier (2014–2016)
Benjamin Ifrah (2014–2016)
Cyril Hanouna (2016-)
Maxime Dormeau (2016–2017, 2020-)
Cédric Cizaire (2016–2017, 2018-2019)
Valentin Msika (2016–2017)
Jean-Marc Nichanian (2017)
Gaëtan Serais (2017)
Keusmy (2017–2020)
Teddy Férent (2019-2020)
Clément Bérut (2020)
Kakoumbé (2020)
Adel Jamli (2020-)
Présentation Cyril Hanouna (TPMP)
Benjamin Castaldi (TPMP ouvert à tous)
Benjamin Castaldi et Bernard Montiel (Le 6 à 7)
Mathieu Delormeau (TPMP People)
Ancienne présentation Julien Courbet (2014-2017)
Énora Malagré (joker de Julien Courbet, 2014-2016)
Valérie Bénaïm (joker de Benjamin Castaldi)
Participants Jean-Michel Maire (2010-)

Valérie Bénaïm (2012-)
Isabelle Morini-Bosc (2013-)
Gilles Verdez (2013-)
Bernard Montiel (2014-)
Laurent Fontaine (2014, 2022-)
Émilie Lopez (2015-)
Matthieu Delormeau (2015-)
Benjamin Castaldi (2016-)
Géraldine Maillet (2016-)
Danielle Moreau (2017-)
Guillaume Genton (2017, 2020-)
Magali Berdah (2017-)
Maxime Guény (2017-)
Kelly Vedovelli (2017-)
Raymond Aabou (2017-)
Delphine Wespiser (2018-)
Francesca Antoniotti (2018-)
Rachel Bourlier (2018-)
Sasha Elbaz (2019-)
Nicolas Pernikoff (2019-)
Jean-Pascal Lacoste (2020-)
Sophie Coste (2020-)
Andrea Bruche (2021-)
Béatrice Rosen (2022-)

Musique Rinôçérôse, Final Lap
Thème du générique Rinôçérôse, Final Lap
Habillage :
Shoot The Boss (2010-2011)
InOut (2011-2013)
Agence Télévision (2013-2015)
Cutback Productions (2015-2016)
Studio Nolita (Prime-time, 2015-2016)
Motionorama (Prime-time, 2016-2019)
Moulin & Daudet Productions (Prime-time, 2019)
KENNEDY Agency (2019-)
Magic Dice - Ludovic Mayeux (2020)
Slogan La télé c'est que de la télé !
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 12 saisons sur France 4, D8 et C8
Nombre d’émissions 1 708 (au 21 mai 2021)
Programme similaire Morandini !
On a tout essayé
Balance ton post !
Le 6 à 7
Production
Lieu de tournage La Plaine Saint-Denis :
Studios du Lendit (2010-2011)
Studios de la Montjoie (2012)
Boulogne Billancourt :
Studios de Boulogne (2012)
Siège de C8 - Plateau 1 (2013-2016)
Canal Factory (depuis septembre 2016)
Durée 3 heure et 05 minutes environ (coupures publicitaires inclus).
Format d’image 16/9
Format audio Stéréo
Production Cyril Hanouna
Production exécutive Kakoumbé (2020-)
Valentin Msika (2020)
Julie Raynaud (2019-2020)
Guillaume Genton (2019)
Loïc Flandrin (2019)
Olivier Abid (2019-2020)
Aouicha Bati (2018-)
Adrien Lemaître (2018-2019)
Florie Harmant (2018, 2020)
Agatha Rouland (2017-2018)
Fabien Delettres (2016-2017)
Hugo Hudon (2016)
Nourdine Slimani (2015-2016, 2020-)
Delphine De Groulard (2014-2015)
Florence Sebaoun (2013-2014)
Production associée H2O Divertissement (Access Prime-time)
Studio Maboul (Access Prime-time, 2017-2018)
H2O Jeux (Prime-time)
Société de production H2O Productions (Banijay)
Société de distribution Banijay Rights
Diffusion
Diffusion C8 (depuis 2012)
Plug RTL (depuis 2013)
Ancienne diffusion France 4 (2010-2012)
TV5 Monde (rediffusions France 4)
Canal+ International (2017-2020)
Lieu de première diffusion La Plaine Saint-Denis
Date de première diffusion (12 ans) (sur France 4)
Date de dernière diffusion (sur France 4)
Statut En cours de production
Public conseillé Tout public (pour la quasi-totalité de l'émission)
Moins10.svg / Moins12.svg (pour certaines séquences ou chroniques)
Site web [2]
Chronologie

Touche pas à mon poste ! (également désignée par le sigle TPMP) est une émission de télévision française diffusée en direct sur C8, créée et animée par Cyril Hanouna, produite par H2O Productions. Il s'agit d'un talk-show consacré à l'actualité médiatique, sociétale et politique, où interviennent des chroniqueurs et des invités, auquel s'ajoutent des séquences de divertissement.

À l'origine diffusée sur France 4 tous les jeudis en seconde partie de soirée à partir du , l'émission est transférée à partir du sur D8 (devenue ensuite C8 depuis ) pour y être diffusée quotidiennement en avant-soirée.

Concept

Le titre de l'émission est un jeu de mots avec le slogan de SOS Racisme, « Touche pas à mon pote », Cyril Hanouna, militant de cette association ayant obtenu l'autorisation de son président Dominique Sopo d'emprunter ce titre[1]. Présentée par Cyril Hanouna avec une équipe de chroniqueurs, l'émission propose de débattre sur les programmes télévisés et sur les polémiques suscitées par certaines émissions, entrecoupée d'extraits vidéos, et de rubriques d'humour. Dans les différentes rubriques que l'émission propose, de nombreux happenings sont prévus, ou totalement improvisés, par l'animateur, les chroniqueurs ou les invités. Ceux-ci parlent de leur actualité et de la télévision qu'ils regardent.

À l'origine une émission sur les médias et plus particulièrement sur la télévision, Touche pas à mon poste ! s'est progressivement ouvert aux débats sur des sujets sociétaux et politiques.

Histoire

Saisons 1 à 3 (France 4, 2010-2012)

Cyril Hanouna (ici, en 2014), producteur et animateur vedette de l'émission.

En , Cyril Hanouna, pour honorer, avant l'été, une queue de contrat sur France Télévisions, propose, en ultime recours, une émission pour France 4 sur sa vraie passion, la télévision, et la baptise Touche pas à mon poste ![2]. Il crée dans ce but la société « H2O Productions »[3]. Le groupe Bolloré en est actionnaire majoritaire avec 51 %, via la filiale Havas, créée en par Yannick Bolloré.

La première émission est diffusée sur France 4 (chaîne numéro 14 de la TNT française) le à 22 h 40 en hebdomadaire. L'émission reste à l'antenne pendant trois saisons. La première d'avril à  ; la seconde de à et la troisième et dernière sur le service public de à fin .

Elle réunit alors comme chroniqueurs réguliers Éric Dussart, Élodie Gossuin, Énora Malagré, Thierry Moreau, Christophe Carrière, François Viot, Jean-Michel Maire, Jean-Luc Lemoine, et Justine Fraioli.

Dès le , soit moins d'un mois après son lancement le , TPMP fédère une moyenne de 276 000 personnes pour 2,2 % de part d'audience[4]. Le , il atteint les 281 000 téléspectateurs pour 2,3 % de part d'audience. Cyril Hanouna, entouré de ses chroniqueurs de l'époque, reçoit alors Michel Cymes[5]. L'émission est l'une des émissions média les plus suivies[6].

Havas cède ses parts de « H2O Productions » à Cyril Hanouna, avant qu'il ne les vende en à Banijay, l'entreprise du producteur Stéphane Courbit[7]. Tout en restant producteur exécutif de Touche pas à mon poste ! dont il n'est pas simplement l'animateur. Cette transaction fait passer l'émission de France Télévisions à Canal+ via D8. La dernière émission inédite sur France 4 est diffusée le .

Saisons 4 à 6 (D8 2012-2015)

Thierry Moreau et Philippe Vandel, tous deux chroniqueurs dans la saison 4.

Lorsqu'Ara Aprikian, directeur du pôle flux du groupe Canal+, est chargé, en 2012, de rebâtir D8, achetée par Canal+ à Vincent Bolloré, il est intéressé par Cyril Hanouna qui réalise deux fois l'audience moyenne de France 4. Il signe un contrat de deux ans pour 20 millions sans clause d'audience. Le contrat de l'animateur étant mal verrouillé, il peut passer à la concurrence avec le titre de l'émission, le concept et les chroniqueurs[2].

Le l'émission est transférée sur la nouvelle chaîne D8, lancée le , et devient quotidienne, diffusée du lundi au vendredi vers 18 h 45. En janvier l'émission quitte les studios de la SFP, pour être tournée dans ceux de la chaine D8 à Boulogne[8]

Si certains des chroniqueurs des précédentes saisons rejoignent Hanouna sur D8 comme Thierry Moreau, Jean-Michel Maire, Énora Malagré, et Christophe Carrière, d'autres chroniqueurs comme Éric Dussart choisissent de quitter l'émission. De nouveaux chroniqueurs : Gérard Louvin, Valérie Bénaïm, Alexia Laroche-Joubert, Philippe Vandel et Élise Chassaing, renforcent l'équipe. Le , Isabelle Morini-Bosc, journaliste médias à RTL rejoint le groupe des chroniqueurs.

L'émission propose une nouvelle formule avec des rubriques animées par Camille Combal transfuge de W9 (Le 19.55 et Le Poste de surveillance), Bertrand Chameroy ancien chroniqueur de Jean-Marc Morandini, fait une rubrique humoristique sur l'actualité, Jean-Luc Lemoine avec Les questions en 4/3 montre ce qui se passe sur le plateau de l'émission hors antenne, s'ajoute les divertissements de Cartman.

TPMP est parrainée par Gad Elmaleh premier invité de la nouvelle formule et reçoit, outre les artistes et personnalités de la télévision, un invité politique en la personne de Jean-Luc Mélenchon[9].

M6 et TF1 refusent que leurs animateurs viennent dans l'émission[10],[11]. Le , le groupe TF1 autorise à faire inviter ses animateurs (et réciproquement) dans l'émission à la suite de l'accord signé par TF1 et le groupe Canal+[12].

En audience, le , l'émission atteint pour la première fois le niveau significatif du million en rassemblant 1,1 million de téléspectateurs pour 5,1 % de part d'audience[13].

Le journaliste Gilles Verdez intègre l'équipe lors de la saison 5.

En , de nouveaux chroniqueurs rejoignent l'équipe, Annie Lemoine, Jérémy Ferrari pour une rubrique humoristique, Gilles Verdez ou encore Tefa. L'émission est diffusée à 18 h 30 en quotidienne.

La téléréalité est l'une des cibles régulières des chroniqueurs. Touche pas à mon poste ! n'en invite pas moins des personnalités issues de ce genre télévisuel, comme Nabilla Benattia ou Moundir[14].

La saison 5 est marquée par l'arrivée controversée de Nabilla Benattia.

Lors des saisons 5 et 6, l'émission du vendredi est présentée par Julien Courbet, parfois remplacé par Énora Malagré. Pendant l'été, une formule différente est proposée « Touche pas à mon poste ! Même l'été ! » qui rediffuse des extraits des émissions de l'année écoulée.

Nabilla Benattia intègre l'équipe de chroniqueurs à l'automne pour une période d'essai de 3 mois[15]. Le lendemain du fait divers du impliquant Nabilla Benattia[16], la chaîne rediffuse une émission où elle n'apparaît pas[17], et occulte aussi ses interventions lors des différents best-of[18]. D'autres nouveaux chroniqueurs font aussi leur entrée dans l'émission : Julien Courbet, animateur et producteur de télévision et de radio, les actrices Nadège Beausson-Diagne, Gyselle Soares, l'acteur Issa Doumbia, Caroline Ithurbide, Miguel Derennes, Emmanuel Maubert et Bernard Montiel, tandis que l'imitateur Marc-Antoine Le Bret tient une rubrique humoristique.

À l'international, le programme est proposé par Banijay sous le titre It's Only T.V. (« Ce n'est que de la télé »). Début , la chaîne libanaise Murr Television a acquis les droits d'adaptation du programme[19]. Le premier numéro de cette adaptation, baptisée Menna w Jerr et animée par Pierre Rabbat, a été diffusé le .

Côté audience, Cyril Hanouna réunit en moyenne chaque soir devant D8 1,3 million de téléspectateurs. Le record d'audience de la saison en nombre de téléspectateurs est atteint lors de « L'affaire Nabilla », le mercredi avec 1 750 000 téléspectateurs et 7,6 % de part d'audience[20].

Saison 7 (2015-2016)

La diffusion de la saison 7 commence le 18 h 55 puis 19 h 05[N 1] en quotidienne.

La saison intègre comme à son habitude, de nouveaux chroniqueurs, Matthieu Delormeau transfuge d'NRJ 12, les journalistes Estelle Denis, Erika Moulet, et Émilie Lopez, la blogueuse Shera Kerienski, la saison marque aussi le retour d'Éric Dussart.

La saison est marquée par la prise de contrôle par Vincent Bolloré, devenu actionnaire majoritaire, du Groupe Canal+ dont dépend la chaine D8. Bertrand Chameroy traite avec humour de l’événement dans deux de ses rubriques où il fait allusion au sort réservé aux Guignols de Canal+, menacés alors de suppression d’antenne, et au futur changement de nom des trois chaines du groupe D8, D17 et I-Télé en C8, C-Star et C-News. Les sketchs ne plaisent pas à Bolloré, qui exige que son nom ne soit plus cité dans l'émission[21]. Les incidents sont perçus comme des tentatives de censure, notamment par le fait qu'un des sketchs de Chameroy aurait été déprogrammé, ce à quoi Hanouna assure qu'il n'y aura jamais de censure dans l'émission[22].

Bruno Donnet, chroniqueur de l'émission Instant M sur France Inter, pointe les plaisanteries dont Cyril Hanouna se livre régulièrement sur ses chroniqueurs, vues comme des séances d'humiliation publique, en particulier sur Matthieu Delormeau[23]. Le CSA met en garde Cyril Hanouna contre ces dérapages[24],[25].

Une enquête publiée par le magazine Society révèle les coulisses de l'émission et s'appuie sur des témoignages de chroniqueurs anonymisés. Il y est décrit une ambiance détestable hors-plateau mais aussi des abus de pouvoirs de la part de Cyril Hanouna, considéré comme ingérable et violent[26].

Le , Cyril Hanouna envoie Gilles Verdez déguisé en livreur, importuner le rappeur JoeyStarr alors en coulisses avant l'émission la Nouvelle Star, à laquelle il participe en tant que membre du jury. Gilles Verdez reçoit une gifle de la part de JoeyStarr, diffusée en direct[27]. Cyril Hanouna en réaction, prend la décision de garder l'antenne tant que le rappeur n'aura pas produit d'excuses publiques[27]. Lors du prime du télé-crochet JoeyStarr prend la parole, mais refuse de s'excuser[28]. En guise de riposte, l'animateur menace d'annuler son émission du lendemain pour faire pression sur le chanteur[28]. Tenu par contrat, par la direction de D8, de faire l'émission du lendemain, Hanouna fait acte de présence, mais les chroniqueurs solidaires de Gilles Verdez sont remplacés par des membres du public.

Le CSA, face à l'ampleur prise par l'incident, publie le une mise en garde contre D8, signalant qu'« il regrette que cette provocation ait été diffusée en direct et que l’animateur, instigateur réel de celle-ci, ait pu faire part de son envie de représailles, dans une émission qui est notamment suivie par un public jeune, tout en faisant mine de ne pas rendre l’antenne »[29], et ajoutant que « même en prenant en compte le ton prétendument humoristique adopté pour la séquence, le Conseil, qui a été conduit à intervenir pour la quatrième fois en moins d’une année concernant cette émission, exprime par une mise en garde sa vive préoccupation du fait de la récurrence de débordements »[29].

Le , Touche pas à mon poste ! atteint son record en étant suivie par 1,975 million de téléspectateurs, soit 8,1 % du public[30].

Saison 8 (2016-2017)

Géraldine Maillet intègre l'équipe des chroniqueurs dans la saison 8.

La saison 8 de Touche pas à mon poste ! débute le . L'émission est diffusée sur la nouvelle chaîne C8 du lundi au vendredi toujours en direct à partir de 19 h 10 pour se terminer aux alentours de 21 h 00. Cette nouvelle saison marque le retour à la présentation de l'émission du vendredi de Cyril Hanouna car les audiences sont insuffisantes quand celle-ci est animée par Julien Courbet. Cette rentrée marque aussi la présence d'une concurrence directe avec l'arrivée de Yann Barthès et Quotidien sur TMC sur le même créneau horaire et visant la même part d'audiences que TPMP.

L'émission est filmée sur le Plateau A des nouveaux studios de la Canal Factory. La saison commence en deux parties TPMP, le débrief (puis le before) à 19 h 10 puis Touche pas à mon poste ! à partir de 19 h 40. Une troisième partie TPMP ça continue apparaît en fin d'année 2016, aux alentours de 20 h 45.

La saison est marquée par l'intégration dans l'équipe des chroniqueurs des deux animateurs Sébastien Cauet et Benjamin Castaldi, ainsi que de Capucine Anav issue de la télé-réalité. S'ajoutent Géraldine Maillet, Guillaume Pley et Damien Canivez, Agathe Auproux, Maxime Guény, Ludivine Retory et Danielle Moreau sont invités comme experts média. Catherine Laborde, ancienne présentatrice météo de TF1 fait quelques apparitions à partir de mars à . La fin de la saison est marquée par le départ de deux chroniqueurs historiques de TPMP, Thierry Moreau[31] et Énora Malagré.

Le , le Conseil supérieur de l'audiovisuel publie un communiqué signalant que « suite à de très nombreuses plaintes », il engage alors une procédure de sanction contre l'émission auprès du rapporteur indépendant chargé de l’instruction des affaires. Cette procédure fait suite, outre les mises en gardes répétées, à plusieurs nouvelles séquences jugées dégradantes, comme des attouchements effectués sur une danseuse par le chroniqueur Jean-Michel Maire, encouragé par Cyril Hanouna, alors que celle-ci s'y oppose explicitement[32].

Le , la 1000e émission de TPMP est diffusée[33]. Au cours de cette émission Cyril Hanouna se rend devant le siège de TF1 pour saluer en direct Emmanuel Macron, ancien ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique de François Hollande, alors candidat à l'élection présidentielle[34].

Lors du prime du , au lendemain de la journée internationale de lutte contre l'homophobie, Cyril Hanouna après avoir mis en ligne une fausse annonce sur un site de rencontre destiné aux homosexuels, piège une personne en se faisant passer de manière caricaturale et moqueuse pour un bisexuel, les paroles de son interlocuteur sont rendues audibles en direct via un haut-parleur[35]. Des associations de lutte contre l'homophobie et des journalistes jugent l'acte humiliant et dégradant et appellent le CSA à prendre des mesures disciplinaires[36],[37]. L'affaire fait également réagir la presse internationale, qui considère également le sketch comme humiliant[38]. L'Association des journalistes LGBT qualifie Cyril Hanouna de « multirécidiviste », et obsédé par l'homosexualité. Pour le seul mois de , l'association comptabilise 42 allusions au sujet par Hanouna et son équipe[35],[39],[40].

Cyril Hanouna se défend en affirmant qu'« il n'y aura jamais aucune séquence homophobe dans mes émissions ! Bien au contraire. Je suis le plus fervent défenseur du Refuge, dont j'ai défendu la cause depuis le début de la semaine, et encore dans l'émission, pour la semaine contre l'homophobie à l'école. » Cyril Hanouna dément ainsi avoir voulu heurter qui que ce soit sur le plateau de son émission[41]. Cependant le Refuge se désolidarise de l'animateur en condamnant fermement le programme qui « tend dangereusement à conforter toute position homophobe »[42]. Hanouna porte plainte contre le Refuge, après des accusations proférées par l'association contre lui[43].

Cette polémique incite certains annonceurs à retirer leurs publicités dans l'émission afin de ne pas cautionner « ce type de dérapage[44] ». À la suite de la polémique, la régie de Canal+ décide de suspendre la publicité et une lettre d'excuses est écrite par Cyril Hanouna[45],[46],[47].

Saison 9 (2017-2018)

La saison commence à 19 h 10 du lundi au vendredi. À partir des semaines 38 à 45 et la semaine 47, le vendredi à est réservé à l'émission Family Battle.

Animée par Cyril Hanouna du lundi au vendredi mais le vendredi en alternance avec Benjamin Castaldi. Il maintient les horaires de la saison 8. Le retour de TPMP, le before à 19 h 10 avant TPMP, première partie à 19 h 35 et Touche pas à mon poste ! à 20 h 10. À partir de cette saison, il existe parfois une quatrième et dernière partie diffusée les soirs de matchs de football notamment pour communiquer sur les audiences de la partie principale de l'émission[48].

Saison 10 (2018-2019)

L'émission est animée par Cyril Hanouna du lundi au jeudi en avant-soirée, à partir de 19 h 10. La programmation du vendredi connaîtra différents ajustements : ainsi, dès le , Matthieu Delormeau anime une émission hebdomadaire spéciale célébrités baptisée TPMP People, diffusée d'abord en access prime-time à partir de 19 h 10, tandis que la case du vendredi en prime time est occupée par Jean-Luc Lemoine, qui présente TPMP refait la semaine ! Toutefois, dès le , TPMP People est déplacée en pré-access (à la place de C'est que de la télé !), tandis que Benjamin Castaldi, le joker de Cyril Hanouna à la présentation de TPMP en cas d'absence, présente depuis cette date TPMP ouvert à tous (émission ainsi nommée car elle accueille des personnes handicapées sur son plateau) le vendredi en access prime-time. À partir de , le prime time du vendredi est décalé le jeudi soir[49],

Cette saison est marquée par le retour de Bertrand Chameroy pour une rubrique météo humoristique, ainsi que celui de Nabilla Benattia. Hanouna réunit aussi de nouveaux chroniqueurs, parmi lesquels Delphine Wespiser, ancienne miss France, Jean-Pierre Descombes, ancien animateur des Jeux de 20 heures, Benoît Dubois, issu du Mad Mag, et Adrien Lemaitre avec comme rubrique Lemaitre du Poste destinée à remplacer celle de Camille Combal, parti sur TF1. Peu après les débuts de la saison, faute d'audiences satisfaisantes, Cyril Hanouna met fin à la chronique de Bertrand Chameroy qui quitte TPMP[50]. Plus tard, Adrien Lemaitre est remplacé par Cédric Cizaire, avec la rubrique CSA (Cizaire scanne l'actu)[51] puis Les lauriers de Cizaire. Doc Gynéco rejoint l'équipe des chroniqueurs de TPMP en [52].

La saison démarre par une violente polémique opposant à nouveau Hanouna à TF1, la chaîne interdisant à l'ancien chroniqueur de TPMP Camille Combal de venir sur le talk-show faire la promotion de Danse avec les stars, émission dont il est le nouveau présentateur. Furieux de cette décision, Cyril Hanouna réagit violemment en insultant en direct les dirigeants de TF1 Xavier Gandon et Ara Aprikian anciens dirigeants de D8. En réaction, la première chaîne décide de saisir le CSA[53]. Cyril Hanouna, dans l'émission suivante, admet avoir, selon ses mots, « pété un câble », mais refuse de s'excuser, tandis que C8, se désolidarisant de son animateur vedette, envoie un tweet à TF1 : « Sur C8, les dirigeants de TF1 ont tout notre respect »[54],[55] et supprime la séquence litigieuse lors des rediffusions et du replay en ligne de l'émission[56].

Une autre polémique a lieu par la suite, toujours en lien avec TF1 : la chaîne a décidé de saisir le CSA après la diffusion de photos dénudées de Karine Ferri datant de 2004 dans l'émission du , l'animatrice ayant par ailleurs décidé d'attaquer en justice Cyril Hanouna[57]. Le jeudi , l'animateur, ainsi que sa chaine, sont condamnés par le tribunal de grande instance de Nanterre à verser 12 000 euros à Karine Ferri au titre de préjudice moral, au lieu du million d'euros réclamés par l'animatrice[58].

Dans l'émission du jeudi , le Quart d'heure sans filtre a suscité de nombreuses réactions indignées de téléspectateurs. Le débat prolonge un sondage lancé par Fun Radio deux jours avant sur la question : « Charlotte ne supporte pas que son mec lui fasse l’amour la nuit quand elle dort. Vous trouvez cela normal ? » Les intervenants, dont la réalisatrice Géraldine Maillet, l'ancienne Miss France Delphine Wespiser et Matthieu Delormeau, ont multiplié les déclarations selon lesquelles ce type d'acte n'est pas un viol[réf. nécessaire].

Le CSA a reçu plus de 650 signalements de téléspectateurs indignés dénonçant un débat partial et relevant selon eux de la culture du viol. Les trois intervenants cités plus haut ont présenté leurs excuses sur Twitter[59],[60].

Cette saison est également marquée par plusieurs interventions des gilets jaunes en direct sur le plateau de l'émission. Elles font suite à une interpellation de Cyril Hanouna, devant les studios de l'émission, par une trentaine de gilets jaunes le . Cyril Hanouna s'engage à leur donner la parole en direct. Dès le jour suivant, une première délégation de gilets jaunes est invitée à débattre, et à présenter leurs revendications. Face aux critiques lui reprochant l'absence de débat contradictoire lors de la première émission, Cyril Hanouna se propose alors comme médiateur entre le mouvement et des représentants politiques invités eux aussi dans TPMP dans les émissions suivantes, parmi eux Marlène Schiappa, Mounir Mahjoubi, Adrien Quatennens ou encore Nicolas Dupont-Aignan[61].

Saison 11 (2019-2020)

La saison 11, saison anniversaire des 10 ans de Touche pas à mon poste !, est lancée le . L'émission est présentée par Cyril Hanouna du lundi au jeudi de 18 h 30 à 21 h 15. Le vendredi, tout comme dans la saison 10, Matthieu Delormeau présente TPMP People de 17 h 45 à 19 h 10 et Benjamin Castaldi présente TPMP ouvert à tous de 19 h 10 à 21 h 15.

Le lundi , en raison des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de Covid-19, l'émission est diffusée sans public, sur un plateau différent. À partir du , Touche pas à mon poste ! est remplacée par Allo Baba et Ce soir chez Baba, deux émissions dérivée de TPMP tournée en direct depuis le domicile de Cyril Hanouna[62] (dans laquelle ses chroniqueurs habituels interviennent le plus souvent par visioconférence, confinement oblige), elle-même remplacée à partir du par C que du kif, une émission également animée par Cyril Hanouna, tournée en plateau sans public. Dès le , C que du kif termine une heure plus tôt pour faire place au jeu À prendre ou à laisser, avec le même animateur.

Saison 12 (2020-2021)

La saison 12 de Touche pas à mon poste débute le à 17 h 45. L'émission dure maintenant environ deux heures. Dans un premier temps, sa diffusion précède À prendre ou à laisser, également présentée par Cyril Hanouna, mais les horaires des deux émissions sont ensuite inversés.

Cette nouvelle saison est marquée par les départs de Matthieu Delormeau et Cédric Cizaire. Le début de saison est marqué par le départ brutal de René Malleville, après un violent accrochage avec Benjamin Castaldi, Gilles Verdez et Jean-Michel Maire.

La saison est parrainée par Gérard Depardieu. Si en début de saison, elle connaît un virage éditorial, en se recentrant de nouveau sur les médias, depuis le début de l'année 2021, en raison de l'absence de public due à la crise sanitaire, l'émission fait une grande part aux débats d'actualités.

Le lundi , TPMP fait une audience de près de 2 millions de téléspectateurs[63].

Saison 13 (2021-2022)

Cyril Hanouna prend les commandes de la saison 13 de Touche pas à mon poste ! le lundi . L'émission est diffusée du lundi au jeudi, de 19 h 10 à 21 h 15. Celle-ci est précédée du 6 à 7. De 18 h 10 à 18 h 40, l'émission est présentée alternativement par Benjamin Castaldi, Bernard Montiel et Valérie Bénaïm. Cette dernière quittera la présentation en novembre.

Comme lors de la saison précédente, l'émission offre une large place à des discussions sur l'actualité, concernant notamment la pandémie de la covid-19 mais aussi la prochaine échéance électorale : l'élection présidentielle de 2022.

L'équipe de chroniqueurs est marquée par le retour de Matthieu Delormeau après une année sabbatique.

En début de saison, Cyril Hanouna propose une nouvelle rubrique, Les Flingueurs du PAF, dans laquelle des éditorialistes sont amenés à commenter l'actualité : parmi eux, l'avocat Fabrice Di Vizio, l'homme politique Jean Messiha, les essayistes Éric Naulleau et Yann Moix, le médecin Laurent Alexandre et le militant Louis Boyard. Cette rubrique est finalement annulée au bout de deux semaines, mais ces polémistes continuent d'intervenir dans des séquences de TPMP.

Saison 14 (2022-2023)

Cyril Hanouna prend les commandes de la saison 14 de Touche pas à mon poste ! le lundi . L'émission est diffusée du lundi au jeudi, de 19 h 10 à 21 h 15. Celle-ci est précédée du 6 à 7. De 18 h 10 à 18 h 40, l'émission est présentée alternativement par Benjamin Castaldi et Bernard Montiel. L'émission commente et reprend les meilleurs moments du TPMP de la veille. Cyril Hanouna prend l'antenne à partir de 18 h 40 et également le vendredi pour TPMP Weekend. Chaque samedi, Matthieu Delormeau présente TPMP People. L'émission est diffusée tous les samedis, de 19 h 10 à 21 h 15.

Animateurs

Recettes publicitaires

D'après Philippe Nouchi de Publicis Média, la quotidienne de Touche pas à mon poste ! rapporte en 2016 « au minimum 135 000 euros nets par jour en recettes publicitaires. En comptant les rediffusions et les primes, Touche pas à mon poste ! doit générer 40 millions d’euros par an, soit un gros tiers des recettes de la chaîne »[64].

Public

La cible originelle de l'émission est une cible jeune, située entre l'adolescence et les jeunes actifs, en concurrence directe avec l'émission Quotidien de Yann Barthès diffusée à la même heure sur TMC. Ainsi, près d’un téléspectateur entre 25 et 49 ans visionne régulièrement l'émission de Cyril Hanouna[65].

Toutefois, celle proportion est en diminution constante depuis la création de l'émission en 2016 (passée de 10,7 % à 9,2 % en six années, la catégorie « élèves et étudiants » se divisant par deux, passant de 215 000 individus à 99 000 sur cette période), et l'essentiel de la progression de l'audimat s'est fait avec des plus de 50 ans (seule fraction en hausse) : la proportion des 70 ans et plus a progressé de 528 % (182 000, contre 29 000). Ainsi, l'âge moyen des spectateurs de TPMP est passé de 39 ans (rentrée 2016) à 52 ans fin 2022. Cette évolution est en partie explicable par le vieillissement généralisé des téléspectateurs (68,6 % ont plus de 50 ans), les générations les plus jeunes préférant souvent internet ou les réseaux sociaux[65].

Condamnations

  • En juin 2017, l'émission est condamnée à une suspension de toute publicité pendant 3 semaines pour deux faits incriminés après que l'émission a « gravement méconnu son obligation de faire preuve de retenue dans la diffusion d'images susceptibles d'humilier les personnes » et « méconnu les dispositions de la loi du 30 septembre 1986 contre les stéréotypes, les préjugés sexistes, les images dégradantes et les violences faites aux femmes »[66],[67].
  • En juillet 2017, l'émission est condamnée à 3 millions d'euros d'amende pour un canular homophobe et « avoir eu recours à de nombreux clichés et attitudes stéréotypées sur les personnes homosexuelles. Il est estimé qu'en diffusant cette séquence, la société C8 a gravement méconnu le principe de respect de la vie privée, ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations »[68],[69].
  • En février 2020, l'émission est condamnée à verser une amende de 10,000 euros à Karine Ferri après la publication de photographies d'elle dénudées[70].
  • En février 2021, l'émission est mise en demeure pour publicité clandestine[71].
  • En novembre 2022, l'émission est mise en demeure pour son traitement de l'affaire Lola[72].

Analyses et critiques

Renouvellement contesté des codes du talk-show

Pour le spécialiste des médias Jean-Maxence Granier, le succès d'audience de Touche pas à mon poste ! incarne la réussite de la « stratégie multi-chaînes » du groupe Canal+. Celui-ci s'est établi « dans une sorte de concurrence interne avec Le Grand Journal », dont la formule s'est ainsi vue « fragilisée ». Si le Grand Journal incarne le « temple du branché » et une « proposition à la fois parodique et institutionnelle », Touche pas à mon poste ! s'y oppose par « le compagnonnage débondé, l’humour à tout prix et les discussions à la bonne franquette sur ce qui marche ou pas dans le poste ». Lors de la toute première émission sur France 4, Cyril Hanouna a annoncé le ton : « On en a marre des émissions média sérieuses, on veut s'amuser », alliant ainsi divertissement en humour à l'actualité télé, contrastant avec les émissions médias habituelles plus sérieuses telles que Médias, le mag, Votre Télé ou Telle est ma télé. Cette émission s'inscrit également dans une nouvelle vague de talk-shows à la radio et à la télévision, dont elle renouvelle le genre, en particulier dans le secteur des émissions de critique des médias, Cyril Hanouna incarnant ainsi « l’anti-Schneidermann » :

« La mise en scène de l’entre-soi, l’effet de bande, l’empathie relationnelle (« Mes chéris », comme Cyril Hanouna appelle ses camarades de jeux ou les téléspectateurs), le rythme échevelé, la prime au direct, la promesse de coulisses et d’imprévus, la polémique obligatoire et le rire égalisateur transforment ce qui se donne au départ comme le tribunal correctionnel de la télévision en temple des ressorts de la télévisualité d’aujourd’hui, poussée à ses limites par la concurrence du web et donc condamnée à créer sans cesse la vague même des (micro-)événements qui la portent[73]. »

Pour Jean-Maxence Granier, les conflits « apparaissent comme les formes achevées d’une émission qui prend acte de l’influence des réseaux sociaux Facebook et Twitter en les imitant par une concentration inflationniste des commentaires que les programmes suscitent et une attention à tous les échos du landerneau télévisuel, que l’on retrouve ailleurs en cent quarante signes. Rappelons que la petite lucarne, qu’on dit en perte de vitesse chez les plus jeunes, reste l’un des thèmes phares abordés par les réseaux sociaux et que la réussite de Touche pas à mon poste ! repose aussi sur une stratégie digitale bien comprise »[73].

En , lorsque l'émission vient d'effectuer son changement de chaîne et de fréquence, passant d'une diffusion hebdomadaire sur France 4 à une diffusion quotidienne sur la nouvelle chaîne D8, dont elle est la première émission marquante, le journal Libération critique davantage l'animateur Cyril Hanouna que l'émission en elle-même. Il lui est notamment reproché « d'alterner gloussements hystériques et chorégraphie sur Les Sardines de Patrick Sébastien »[74]. Pour le journal, « la bande autour n'est là que pour être vannée par Cyril Hanouna et manque de crédibilité ». Les journalistes critiquent le passage d'une fréquence hebdomadaire à une fréquence quotidienne par des discussions infinies de dix minutes sur une même émission pour combler le vide. Un an plus tard, les mêmes journalistes soulignent les très bonnes audiences de l'émission, mais trouvent toujours celle-ci comme étant « de la daube », trouvant que l'émission ressasse jour après jour les mêmes blagues et gags[75]. En , au lancement de l'émission sur D8, un autre journal, Le Figaro, par la voix d'Anthony Palou, critique autant l'émission que son animateur. Ce dernier est vu comme un clown, un pitre né et la bande est considérée comme de « vagues motifs ou spectateurs sans crédibilité »[76].

En , le chroniqueur de France Inter, Bruno Donnet, dénonce « la normalisation de l'humiliation » dont l'émission se rend coupable selon lui, en évoquant tout particulièrement l'émission ayant eu lieu une semaine plus tôt, durant laquelle Matthieu Delormeau a subi une plaisanterie qu'il juge particulièrement humiliante[77]. Daniel Schneidermann estime pour sa part que « ce spectacle se situe au carrefour incertain de deux codes », à savoir ceux des émissions de divertissement, dans lesquelles « chaque chroniqueur […] joue un rôle, dans le but final (mais non exclusif) de divertir », et ceux de la téléréalité, dans laquelle « les candidats […] investissent beaucoup de ce que le dispositif présente comme leur véritable personnalité, y compris sous ses aspects les plus dissimulés dans la télé « traditionnelle » (perversité, masochisme, hypocrisie, jalousie, etc.) » : il estime que Cyril Hanouna « joue savamment de cette ambiguïté » entre les deux formats et que « oui, la chaîne de Bolloré, en France, aujourd'hui, réalise ses meilleures audiences sur des spectacles d’humiliation gratuite »[78]. De son côté, le psychiatre et pédopsychiatre Stéphane Clerget considère qu'« on ne peut pas parler de normalisation de l'humiliation. C'est un spectacle, donc ce n'est pas la vie normale. Ce qui peut décevoir, c'est que ça rencontre un succès chez les jeunes. Mais ce type d’humour a toujours existé. […] Touche pas à mon poste !, c’est un spectacle qui se fait avec l’équivalent de comédiens, adultes, rémunérés et qui jouent un personnage »[79].

Le , l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo choisit en couverture de son numéro 1 229 un dessin de Coco représentant Cyril Hanouna caricaturé en moustique sirotant le contenu du crâne de jeunes téléspectateurs installés devant leurs écrans, avec comme texte explicatif : « Pire que Zika : Hanouna le virus qui rend con », faisant écho au virus Zika[80].

Analyse sociologique

Pour Jean-Maxence Granier, la « mise en scène du collectif est un ressort essentiel qu’on voit pointer dans l’univers télévisuel comme c’est la règle désormais dans les fictions inspirées du modèle américain, qui disent toute la société à travers huit à dix personnages. (...) Cette galerie de portraits, d’antagonismes et d’affinités où chacun se conforme à son rôle est le véritable sujet de l’émission et comme la promesse d’une forme d’unité sociale perdue, où chacun a sa place autour de la table cathodique »[73].

Le sociologue François Jost estime que « l'idée de bande est très forte, Cyril Hanouna a su recréer ce que Laurent Ruquier a fait avant lui, et dans cette bande on retrouve des « personnages », c'est-à-dire le bouc-émissaire, le dragueur, etc. En fait, ils ont des personnalités qu'on retrouve dans des sitcoms »[81].

Pour Marie Lhérault, sociologue des médias, l'émission est représentative de « la culture adulescente », « qui est normalement une culture transitionnelle de la phase de l'adolescence, qui est étirée aujourd'hui et qui touche toute une frange de jeunes adultes »[82].

Les professeurs de français langue étrangère Nicolas Philippe et Diana Mayerly Díaz Benavides prennent Cyril Hanouna comme exemple de renouvellement continu du langage familier, par le biais d'expressions idiomatiques nouvelles popularisées ou inventées par l'animateur, qui sont reprises massivement par ses fans[83]. Certaines sont originaires d'Afrique du Nord et plus précisément de Tunisie d'où est originaire l'animateur (rassrah, darka, bsahtek, hmar, meskina, tanasse, etc.)[84]. Au sujet de l'émission, Patrice Gélinet, membre du CSA, « [se] demande dans quelle mesure Cyril Hanouna ne parle pas aujourd'hui, en employant un langage populaire, la langue de Villon, il y a des siècles de ça, la langue de Rabelais, la langue plus récemment de Frédéric Dard. Il apporte beaucoup à la langue française »[85]

Surreprésentation de l'extrême-droite

Le milliardaire Vincent Bolloré, patron de la chaîne C8 (ainsi que de CNews) et « parrain » de Cyril Hanouna dans le groupe Canal+, n'a jamais caché sa volonté de mettre son empire médiatique au service de son agenda politique aligné sur une extrême-droite radicale et réactionnaire, avec des éditorialistes qui sont autant de porte-paroles de ses idées comme Eric Zemmour, Pascal Praud, ou encore Jean Messiha[86],[87]

Plusieurs médias ont analysé l'orientation politique de Touche pas à mon poste ! à partir de 2021 à l'approche de l'élection présidentielle de 2022 : l'extrême-droite devient la tendance politique la plus représentée sur le plateau, avec l'invitation de figures particulièrement radicales sans jamais de contradicteurs[88]. L'annonce de la candidature d'Éric Zemmour (chroniqueur vedette de CNews et second pilier médiatique du système Bolloré) transforme ainsi l'émission, selon la chercheuse au CNRS Claire Sécail, en tribune au service de la candidature du polémiste d'extrême-droite. Ainsi, pour la période étudiée, allant de septembre à décembre 2021, l’extrême droite dans son ensemble (Zemmour, Le Pen, Philippot, Dupont-Aignan) a bénéficié de 53 % du temps d'antenne de l'émission, le gouvernement et LREM de 22 %, la gauche de 7 %, la droite de 5 %, l'extrême gauche de 3 % et les écologistes de 2 %[89],[90],[91]. Eric Zemmour est également le premier invité de sa nouvelle émission Face à Baba[92] le 16 décembre 2021, alors que quelques années auparavant Hanouna déclarait qu'il « ne le recevrait jamais »[93].

Distinctions

  •  : lauréat de la meilleure émission de divertissement (Cérémonie des Gold Prix de la TNT)[94].
  •  : lauréat du meilleur talk-show (Télé-Loisirs Awards)

Produits dérivés

Un jeu de société Touche pas à mon poste spéciale années 1980 et 1990 est édité en 2014 par Lansay[95].

Versions étrangères

Le format de télévision entièrement créé en France a été exporté dans cinq pays dans le monde, essentiellement des pays méditerranéens partiellement francophones.

Pays Nom de l'émission Chaîne(s) Présentateur(s) Première diffusion
Drapeau de l'Algérie Algérie J8
اليوم الثامن
Echorouk TV Farah Yasmine Nia 2017
Drapeau de l'Italie Italie Sbandati Rai 2 Gigi & Ross
Drapeau de la Jordanie Jordanie
  • Hakina
  • حكينا
Ro'ya TV Muath Eissa 2019
Drapeau du Liban Liban Menna w Jerr
منا و جر
Murr TV Pierre Rabbat
Drapeau de la Tunisie Tunisie Omour Jeddia
أمور جدية
El Hiwar El Tounsi Naoufel Ouertani
Ala Chebbi
2016

Notes et références

Notes

  1. En raison de l'arrivée de Touche pas à mon sport !

Références

  1. René Chiche, Cyril Hanouna, le bouffon qui devint roi, Archipel, , p. 87.
  2. a et b Véronique Groussard, « Comment Cyril Hanouna est passé de loser à nouveau roi du PAF », sur challenges.fr, .
  3. R, « Cyril Hanouna : il s'associe à Havas pour créer sa boîte de production H2O », sur telepremiere.fr,
  4. Alexandre Raveleau, « Record d’audience pour Touche pas à mon poste ! », sur toutelatele.com,
  5. Robin Girard-Kromas, « Audiences TV : 2 records pour France 4 grâce à Touche pas à mon poste et au cyclisme », sur telepremiere.fr,
  6. Alexandre Raveleau, « Touche pas à mon poste, l’émission média préférée des Français », sur toutelatele.com,
  7. Barthélémy Philippe, « Cyril Hanouna décroche le jackpot en vendant définitivement sa boîte de prod’ », sur Capital.fr, (consulté le )
  8. Natalie Lhoste-Gautron, « Touche pas à mon poste emménage dans les locaux de D8 », sur Télé2Semaines.fr,
  9. « Invité de Touche pas à mon poste  », sur jean-luc-melenchon.fr,
  10. Kevin Boucher, « TF1 et M6 boycottent-elles "Touche pas à mon poste" ? », sur ozap.com,
  11. Kevin Boucher, « Cyril Hanouna dévoile son salaire et tacle TF1 », sur ozap.com,
  12. Gaëlle Placek, « Exclu. Enora Malagré va participer à l'émission d'Arthur sur TF1 ! », sur TéléLoisirs.fr,
  13. Robin Girard-Kromas, « Nouveau record pour le retour de Justine Fraioli dans Touche pas à mon poste ! », sur toutelatele.com,
  14. Damien Mercereau, « Moundir (Koh-Lanta) : « Certains chroniqueurs de TPMP se croient tout permis » », sur lefigaro.fr,
  15. F.P, « Cyril Hanouna annonce que Nabilla va devenir chroniqueuse dans Touche pas à mon poste ! (VIDEO) », sur TéléLoisirs.fr,
  16. R., « Nabilla Benattia en garde à vue, soupçonnée d'avoir poignardé son compagnon », sur LeMonde.fr,
  17. Elsa Minot, « Nabilla déjà censurée de Touche pas à mon poste », sur TéléStar.fr,
  18. Gaël Brulin, « TPMP : D8 censure les interventions de Nabilla dans les bests of », sur 24matins.fr,
  19. Manori Ravindran, « Banijay Int’l sells “It’s Only TV” into Lebanon »
  20. Guillaume Denis, « L’affaire Nabilla offre une performance historique à Touche pas à mon poste », sur toutelatele.com,
  21. La chronique de Bertrand Chameroy qui fâche Vincent Bolloré TV mag Le Figaro
  22. Bertrand Chameroy censuré par Vincent Bolloré : la riposte de Cyril Hanouna dans TPMP Téléstar
  23. « Bruno Donnet: "Hanouna, c'est la normalisation de l'humiliation" », L'Express,‎ (lire en ligne).
  24. « Nouilles dans le caleçon : Cyril Hanouna mis en garde par le CSA », sur ladepeche.fr
  25. « Le CSA épingle TPMP pour un dérapage sur les trisomiques », sur Le Huffington Post
  26. Sarah Lecœuvre, « Pratiques scabreuses, colères, menaces: l'enquête à charge qui dézingue Hanouna », sur tvmag.lefigaro.fr, .
  27. a et b Anouk Perry, « Cyril Hanouna visé par le CSA après « l’affaire » JoeyStarr VS Gilles Verdez », sur Madmoizelle.com, .
  28. a et b « Joeystarr met une gifle à Gilles Verdez, Hanouna crée un scandale », sur Les Inrocks, .
  29. a et b Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, « Séquence dans l’émission "Touche pas à mon poste" du 19 avril 2016 : mise en garde de D8 », sur www.csa.fr, .
  30. « Touche pas à mon poste ! frôle son record d'audience », sur tvmag.lefigaro.fr, (consulté le ).
  31. Soudain, sur le plateau de C8, Thierry Moreau annonce qu'il quitte "TPMP" L'Express
  32. Joël Morio, « Le CSA engage une procédure de sanction contre C8 et « Touche pas à mon poste » », sur LeMonde.fr, .
  33. « Cyril Hanouna : mauvais génie ? », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. Anabelle Gentez, « Cyril Hanouna évoque sa relation avec Emmanuel Macron : "Je m'entends bien avec lui" », sur programme-tv.net, (consulté le )
  35. a et b En direct dans TPMP, Hanouna piège un homosexuel. SOS Homophobie envoie un signalement au CSA Huffington post
  36. « TPMP, l'homophobie servie sur un plateau », SOS homophobie,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. « Homophobie : Hanouna "piège" des homosexuels avec une fausse annonce dans TPMP », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. « Cyril Hanouna: son piège homophobe choque aussi à l'étranger », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. « Christiane Taubira a son mot à dire après le canular homophobe de Cyril Hanouna », sur huffingtonpost.fr,
  40. Hanouna sur C8, un mois d’homophobie ordinaire ALJ
  41. « Séquence homophobe dans TPMP : Cyril Hanouna réfute les accusations », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. Saint Hanouna, priez pour vous Slate.fr
  43. Affaire Hanouna : l'animateur porte plainte contre Le Refuge Le Figaro
  44. « Bosch et Chanel ne feront plus de pub chez Hanouna après la séquence homophobe de TPMP », BuzzFeed,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. Libération, « Cyril Hanouna : “Ce sketch n'avait pas lieu d'être” », Libération,‎ (lire en ligne)
  46. Paul Parant, « Homophobie d'Hanouna : C8 suspend les écrans pub dans TPMP », L'Express,‎ (lire en ligne)
  47. Jamal Henni, « La publicité dans les émissions de Cyril Hanouna suspendue “pour un temps” », BFM Business,‎ (lire en ligne)
  48. TPMP : comment Cyril Hanouna a dopé son audience d'hier soir ? Télé Loisir.fr
  49. Balance ton post (C8) : pourquoi l'émission de Cyril Hanouna est-elle désormais diffusée le jeudi ?, sur programme-tv.net
  50. [1] La Lettre de l’audiovisuel
  51. Qui est Cédric Cizaire, le nouveau chroniqueur de Touche pas à mon poste ? sur programme-tv.net
  52. TPMP Cyril Hanoua transfere un chroniqueur de Balance ton post public.fr
  53. TF1 saisit le CSA après les insultes de Cyril Hanouna contre deux dirigeants du groupe dans "Touche pas à mon poste" francetvinfo.fr
  54. « Vous êtes cons comme la lune » : TF1 saisit le CSA après les propos de Cyril Hanouna Le Monde
  55. Insultes de Cyril Hanouna : C8 se désolidarise, TF1 envisage de porter plainte Telestar
  56. "TPMP": C8 calme le jeu après les insultes de Cyril Hanouna, TF1 envisage de répliquer en justice huffingtonpost
  57. Photos dénudées dans "TPMP" : Karine Ferri réclame 1 million d'euros à Hanouna, sur parismatch.com
  58. Photos dénudées de Karine Ferri dans «TPMP»: L’animatrice obtient 12 000 euros d'Hanouna et C8 20minutes.fr
  59. «Touche pas à mon poste»: Les chroniqueurs débattent du viol conjugal, les téléspectateurs saisissent le CSA, article de Marion Pignot sur 20 Minutes le 27 octobre 2018. Page consultée le 4 novembre 2018.
  60. TPMP et le viol conjugal : des centaines de signalements au CSA, article d'Esther sur Madmoizelle.com le 29 octobre 2018. Page consultée le 4 novembre 2018.
  61. Thibauld Mathieu, « Comment Cyril Hanouna est devenu le porte-voix des "gilets jaunes », sur Europe 1.fr, (consulté le ).
  62. Ce soir chez Baba : Cyril Hanouna change sa programmation après des audiences en baisse, sur toutelatélé.com
  63. « TPMP : Cyril Hanouna bat son record d'audience sur C8 », sur CNEWS (consulté le )
  64. Claire Bader, « Cyril Hanouna est-il vraiment le Kim Jong-Il de C8 ? », sur Capital.fr, (consulté le ).
  65. a et b Aude Dassonville, « « Touche pas à mon poste !  », l’émission de Cyril Hanouna, bat des records d’audience grâce, en partie, aux téléspectateurs les plus âgés », sur Le Monde, .
  66. « 3 semaines sans pub pour Hanouna : le CSA frappe C8 au portefeuille - Par Robin Andraca | Arrêt sur images », sur www.arretsurimages.net (consulté le )
  67. « Legifrance - Loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication (Loi Léotard) », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  68. « TPMP condamné à une amende de 3 millions d'euros pour son canular homophobe », sur Le HuffPost, (consulté le )
  69. « https://twitter.com/arcom_fr/status/890160974438830080 », sur Twitter (consulté le )
  70. « Photos dénudées Karine Ferri dans "TPMP" : le CSA inflige une amende à C8 », sur parismatch.com (consulté le )
  71. Par Michaël Zoltobroda Le 22 février 2021 à 20h15 et Modifié Le 23 Février 2021 À 06h29, « Publicité clandestine dans «TPMP» : le CSA met en demeure C8 », sur leparisien.fr, (consulté le )
  72. « Meurtre de Lola : l'Arcom met en demeure la chaîne C8 pour son émission "Touche pas à mon poste" », sur Franceinfo, (consulté le )
  73. a b et c Granier 2014
  74. Raphaël GARRIGOS et Isabelle ROBERTS, « De quoi Cyril Hanouna est-il le nom? », sur libération.fr,
  75. Raphaël GARRIGOS et Isabelle ROBERTS, « Bon Hanounanniversaire ! », sur libération.fr,
  76. Anthony Palou, « Touche pas à mon poste : il fallait mieux le rater », sur lefigaro.fr,
  77. R., « La normalisation de l'humiliation : Bruno Donnet a regardé "Touche pas à mon poste" », sur dailymotion.com,
  78. Daniel Schneidermann, « Hanouna humilie Delormeau : faut-il s’indigner ou pas ? », sur Rue89, (consulté le ).
  79. « Polémique sur Delormeau: «TPMP ne normalise pas l’humiliation, c’est un spectacle» », sur www.20minutes.fr, (consulté le ).
  80. Émilie Geffray, Charlie Hebdo caricature Cyril Hanouna sur tvmag.lefogaro.fr, 9 février 2016, TV Magazine
  81. Vincent Manilève, « «Touche pas à mon poste», ou l'école des fanzouzes », sur Slate, (consulté le ).
  82. Médias, le mag, janvier 2016, Cyril Hanouna : « modèle tragique » ou talent unique ?, à partir de 2:00
  83. Nicolas Philippe et Diana Mayerly Díaz Benavides, « L'intégration du français familier en cours de français langue étrangère », Enletawa Journal, no 6,‎ , p. 73-82 (ISSN 2011-835X, résumé, lire en ligne), en part. p. 77.
  84. Linda Bouras, « Rassrah, darka, bsahtek, hmar... savez-vous décoder le Hanouna ? Nous, oui ! », sur Télé Star.fr, (consulté le ).
  85. « Cyril Hanouna "apporte beaucoup à la langue française" selon le CSA », sur www.ozap.com, (consulté le ).
  86. Fabrice Drouelle, « L'empire Bolloré à l'attaque », Affaires Sensibles, sur France Inter, .
  87. Alexis BOISSELIER, « ENQUÊTE. Présidentielle : Vincent Bolloré roule-t-il pour Éric Zemmour ? », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  88. Valentine Oberti, Berenice gabriel, « Claire Sécail : « Oui, “Touche pas à mon poste !” banalise l’extrême-droite », sur Mediapart (consulté le )
  89. Savinien de Rivet et Alice Clair, « Chez Cyril Hanouna, Éric Zemmour est comme chez lui », sur Libération,
  90. Cyprien Caddeo, « Médias. Cyril Hanouna, le bouffon au service de l'extrême droite », sur humanite.fr,
  91. Romain Herreros, « Chez Cyril Hanouna sur C8, 53% du temps politique est consacré à l'extrême droite », sur huffingtonpost.fr,
  92. TVProgramme.fr, « Audiences TV du 16 décembre 2021 : « Face à Baba » sur C8 plus fort que France 2 », sur tvprogramme.fr
  93. Claire Sécail, « TPMP au service d’Éric Zemmour ? », sur ACRIMED.org, .
  94. Prisma Média, « Cyril Hanouna et Bertrand Chameroy récompensés aux Gold Prix de la TNT », sur gala.fr,
  95. Jérôme Roulet, « Touche pas à mon poste se décline en jeu de société avec questions et épreuves », sur toutelatele.com,

Annexes

Bibliographie

  • Jean-Maxence Granier, « Hanouna, un air du temps télévisuel », Esprit,‎ , p. 132-136 (lire en ligne, consulté le )
  • Grégory Cormann, « L’info version Hanouna. La satire télévisée par le tout petit bout de l’écran », Culture, le Magazine Culturel de l'Université de Liège,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • René Chiche, Cyril Hanouna : le bouffon qui devint roi, L'Archipel, , 240 p. (ISBN 978-2-8098-2107-9 et 2-8098-2107-0, lire en ligne).
  • Gabriel Segré, « De Loana à Hanouna. L’art du scandale en direct », La République des idées,‎ (ISSN 2105-3030, lire en ligne, consulté le ).

Liens externes