Collaboration en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Image de la poignée de main entre le maréchal Pétain et Adolf Hitler, à Montoire, le 24 octobre 1940.

La collaboration en France (1940-1944) est l'action et le travail commun, menés de façon choisie, avec l'occupant nazi du territoire français, entre 1940 et 1944.

Elle consiste d'une part en une collaboration d'État, annoncée de prime abord sans exclusive avec tous les États voisins[1], dans sa partie spécifique avec l'État Allemand. Celle-ci est proclamée lors du discours radiodiffusé du [2]. Le maréchal Pétain y fait part de sa rencontre avec Hitler, de sa décision d'avoir accepté le principe d'une collaboration avec le Troisième Reich, selon des modalités à préciser, et de la responsabilité qu'il en prend devant l'histoire. Il invite les Français à le suivre dans cette voie.

Cette collaboration consiste aussi, d'autre part, en d'autres formes de collaboration plus informelles auxquelles se livrent des Français en dehors de l'appareil d'État.

On peut distinguer trois sortes de collaboration :

À la suite de Philippe Burrin[9], les historiens parlent de « collaboration au quotidien » pour désigner un certain nombre de comportements significatifs, mais ne relevant pas de l'engagement politique actif : rapports personnels cordiaux entretenus avec des Allemands, envoi de lettres de dénonciation à la police ou à la Gestapo (trois à cinq millions de lettres anonymes en France, soit une moyenne de 2 700 lettres par jour[10]), chefs d'entreprises sollicitant d'eux-mêmes des commandes de l'ennemi, relations amoureuses affichées avec des soldats de l'armée d'Occupation, voire des membres de la Gestapoetc.[11]

Il peut y avoir recouvrement entre la collaboration d'État et le « collaborationnisme » : de nombreux collaborationnistes parisiens, certains partisans convaincus de la victoire allemande et de l'idéologie nazie, sont ainsi entrés au gouvernement de Vichy.

La collaboration d'État en France[modifier | modifier le code]

En 1941, le maréchal Pétain et l'amiral Darlan avec le maréchal du Reich Hermann Göring.

La collaboration d'État est l'aide apportée à l'Allemagne nazie par le gouvernement de Vichy et l'administration française. Cette aide se situe principalement sur les plans économique (les frais d'occupation, compensation, cartels, comités d'organisation), policiers (lutte contre la Résistance, livraison d'Allemands antinazis exilés en France, etc.), racial (recensement, arrestation et déportation des Juifs) et militaire (accord Darlan, LVF, Waffen-SS français, etc.).

La collaboration fut lancée médiatiquement à la suite de la rencontre de Pétain et d'Hitler à Montoire-sur-le-Loir, le , avec sa fameuse poignée de main de Montoire, image symbolique que l'on peut opposer à celle du général de Gaulle prononçant au micro de la BBC son intention de continuer le combat aux côtés des Alliés. L'entrevue de Montoire, bien qu'elle ait été préparée par Pierre Laval au moyen de rencontres avec les dirigeants nazis (dont Hitler lui-même, deux jours avant au même endroit) eut un bilan fort maigre : aucun engagement concret ne fut pris d'aucune part, seul le principe de la collaboration fut mis en place, avec un malentendu, soigneusement entretenu par les Allemands, sur le sens réel de cet engagement.

Pour Pétain, comme pour Laval, les concessions faites à l'occupant à partir de l'accord de Montoire devaient entraîner sa mansuétude : devant ces gages de bonne volonté, l'Allemagne aurait accordé des contreparties, comme le retour des prisonniers de guerre français, l'aménagement de la ligne de démarcation ou le retour du gouvernement français à Versailles. Mais, Hitler, en raison de son immense francophobie, n'était nullement disposé à faire des concessions au vaincu de juin 1940. De plus, il considérait la collaboration comme un atout tactique et stratégique : aide purement ponctuelle et militaire, elle devait aider l'Allemagne dans la perspective du conflit en cours avec le Royaume-Uni et du projet d'invasion de l'URSS. Il s'agissait pour les nazis de se garantir des intentions françaises, c'est-à-dire de « neutraliser la France aux moindres frais » en maintenant « une écrasante domination économique » et en s'assurant « que Vichy s'opposera fermement à toute tentative de mainmise des gaullistes et des Anglais sur l'Afrique du Nord. »[12]

Pétain déclara, dans son allocution radiophonique du 30 octobre, que la France entrait dans une ère nouvelle : « j'entre dans la voie de la collaboration[2] ». Mais il avoua par la suite sa déception devant l'absence d'accord concret, et d'engagement de la part d'Hitler. Il confia par la suite avoir rencontré un « rien du tout », un « médiocre qui n'a pas retenu les leçons de l'histoire », allant jusqu'à minimiser la rencontre en affirmant que Montoire était dès le départ conçu comme un simple « tour d'horizon » informel[13]. Ceci ne l'amena pourtant pas à tirer les leçons de cet échec, dont il ne soupçonna sans doute jamais la portée réelle. Laval et lui pariaient sur une victoire allemande définitive, et ils voulaient faire de la France le partenaire privilégié d'Adolf Hitler dans l'Europe nazie. Leur illusion était grande qu'Adolf Hitler veuille faire de la France autre chose qu'un vassal taillable et exploitable à merci. La seule divergence entre les conceptions des deux hommes d'État était une différence de degré : pour Pétain, la collaboration avait des motivations réactionnaires et nationalistes, alors que Laval raisonnait en termes nettement européens, ceux de « l'Ordre Nouveau » évidemment[14].

Le régime de Vichy, pour démontrer sa bonne volonté, a donc recherché la collaboration et fréquemment anticipé ou surenchéri sur les demandes allemandes. Quant aux concessions obtenues en échange de la collaboration, elles furent pour le moins très limitées, le fardeau de l'Occupation ne cessant de s'alourdir jusqu'au bout. Ainsi, en échange du départ de 600 000 à 650 000 jeunes travailleurs au Service du travail obligatoire (STO), Pétain et Laval obtinrent le retour de moins de 100 000 prisonniers pour la plupart âgés et malades, dont une majorité aurait sans doute été rapatriée de toute façon.

Parmi les collaborationnistes qui ont participé aux différents gouvernements de Vichy ou lui ont apporté leur soutien, on peut citer Fernand de Brinon, admirateur du Troisième Reich dès avant-guerre, qui est ainsi le délégué général de Vichy en Zone Nord de 1941 à 1944. On peut citer aussi Jacques Benoist-Méchin, principal conseiller de Darlan pour les négociations avec Hitler (1941-1942), Gaston Bruneton, chargé de l'action sociale auprès des travailleurs (volontaires et forcés) Français en Allemagne en étroite collaboration avec le D.A.F. (Front Allemand du Travail), Jean Bichelonne, maître-d'œuvre du Service du travail obligatoire (STO), ministre de la Production industrielle, puis, des Transports, ou l'académicien Abel Bonnard dit « Gestapette », promu à l'Éducation nationale en 1942. En 1944, les fascistes et collaborationnistes convaincus Joseph Darnand, Philippe Henriot et Marcel Déat entrent au gouvernement sous la pression allemande.

Si de nombreux collaborationnistes parisiens méprisent ouvertement le régime de Vichy qu'ils jugent trop réactionnaire et pas assez engagé dans l'alliance avec le Troisième Reich, d'autres se proclament inconditionnels du maréchal Pétain, à commencer par Darnand. Jacques Doriot, chef du PPF, se présenta jusqu'à fin 1941 comme « un homme du Maréchal ». Pierre Laval, la plus importante personnalité à Vichy, après Pétain, entretenait des relations politiques très étroites avec Déat et Darnand, et prit en personne la tête de la Milice française, organisation collaborationniste très violente et jusqu'au-boutiste, supplétive de la Gestapo.

Collaboration d'État à la Shoah et spoliations privées des Juifs[modifier | modifier le code]

René Bousquet (avec col de fourrure) entouré notamment de Bernhard Griese et du préfet Antoine Lemoine, à l'hôtel de ville de Marseille, 1943.

Le régime de Vichy accorda son soutien au régime nazi particulièrement au travers de l'expulsion et de la spoliation de leurs biens (aryanisation), associée à la déportation de Juifs étrangers, puis français. Sur les 76 000 Juifs déportés de France, dont 50 000 étaient des Juifs étrangers (y compris 6 000 Juifs dénaturalisés en vertu de la loi du 22 juillet 1940), 40 % ont été arrêtés par la police française, selon les calculs de Serge Klarsfeld. La Milice française a aussi participé à l'arrestation des 25 000 Juifs français déportés[15].

Bien que le port de l'étoile jaune n'eût jamais été instauré en zone libre, le régime de Vichy y fit apposer le tampon « Juif » sur les papiers d'identité, et ne protesta pas non plus contre la mesure prise en zone nord. En application des accords policiers Oberg-Bousquet de mai 1942, c'est la police française qui a assuré avec les nazis la rafle du vel' d'Hiv à Paris. Les personnes raflées furent dirigées vers des camps, dont Drancy. Le 26 août 1942, René Bousquet organisa la rafle et la déportation de 10 000 Juifs étrangers de zone libre.

La collaboration policière[modifier | modifier le code]

Collaboration militaire[modifier | modifier le code]

  • Les accords Darlan-Abetz (1941)

Le gouvernement de Vichy fut le principal acteur de la collaboration lorsque son vice-président, l'amiral Darlan, qui avait rencontré Hitler à Berchtesgaden les 11 et 12 mai 1941[16], signa avec l'ambassadeur Otto Abetz les trois protocoles de Paris du 28 mai 1941. Ces textes, qui instituèrent une collaboration militaire entre les forces armées allemandes et françaises (Protocole I pour la Syrie-Liban, Protocole II, pour Bizerte et la Tunisie, Protocole III, pour l'A.O.F. et l'A.E.F., et protocole complémentaire, sur les moyens demandés par le régime de Vichy pour combattre toute riposte alliée) furent personnellement approuvés par Pétain dans son télégramme du 15 mai 1941 au général Dentz, haut commissaire en Syrie. Ces dispositions furent appliquées totalement en Syrie-Liban et partiellement en Afrique du Nord par la livraison à l'ennemi de pièces d'artillerie lourde et de munitions, que celui-ci allait pouvoir utiliser contre les soldats français à Bir Hakeim, puis, pendant la campagne de Tunisie[17]. Le 21 décembre 1941, le général Juin et Hermann Göring se rencontrent à Berlin pour négocier l'utilisation de la base française de Bizerte par l'Africakorps, mais c'est un échec, Vichy exigeant en échange un renforcement de l'armée française d'Afrique et un accord général plus favorable que l'armistice du 22 juin 1940, ce que les Allemands refusent[18].

Emblème de la Milice française.
  • La Milice

La Milice française, qui joua un rôle de force supplétive de l'armée allemande, par exemple lors de l'écrasement du maquis du Vercors en 1944, fut créée par le régime de Vichy le 30 janvier 1943. Si — officiellement — elle est présidée par le chef du gouvernement, Pierre Laval, dans les faits, c'est Joseph Darnand, le secrétaire général de cette organisation, qui en est le véritable chef opérationnel.

Collaboration économique[modifier | modifier le code]

Débat sur la collaboration d'État[modifier | modifier le code]

Bien que Pétain et Darlan aient été largement responsables de la collaboration d'État, certains observateurs superficiels des évènements de cette époque hésitent à les classer parmi les collaborateurs.

Philippe Pétain était certes, au départ, un « réactionnaire », présentant peu d'affinité avec les nazis. Mais, il profita de la défaite française pour mener à bien son projet de Révolution nationale. Celle-ci ne pouvait s'épanouir que dans le cadre de la défaite, puisque toute victoire des Alliés aurait signifié le retour aux libertés fondamentales et la fin des persécutions contre les Juifs, les francs-maçons, les républicains.

Les accusations se sont donc principalement reportées sur Pierre Laval, qui tout en collaborant outrancièrement, était avant tout un opportuniste jugeant préférable que la France soit du côté de l'Allemagne à l'issue de la victoire de celle-ci — qu'il jugeait inéluctable. C'est la raison sans doute pour laquelle il déclara : « je souhaite la victoire de l'Allemagne parce que, sans elle, le bolchevisme demain s'installerait partout ». À partir de 1943-1944, toutefois, la position de Laval se révéla être bien au-delà d'un simple opportunisme, puisqu'il ne varia pas dans sa politique, malgré l'inéluctabilité devenue évidente de la défaite allemande. Au contraire, il accentua la collaboration, notamment en créant la Milice et le STO.

Les collaborationnistes en France[modifier | modifier le code]

Le terme « collaborationniste » serait dû à Marcel Déat, dans L'Œuvre du 4 novembre 1940. Le collaborationnisme ne se contente pas de pratiquer la collaboration, mais de l'encourager, de la promouvoir, d'en faire un thème politique. La différence politique entre le gouvernement de Vichy et les collaborationnismes réside dans le fait que ces derniers souhaitent une entrée en guerre de la France aux côtés de l'Allemagne et d'un régime à parti unique similaire aux partis fasciste et national-socialiste. Le collaborationnisme est le fait des partis politiques et de la presse collaborationnistes. De fait, la mise à disposition de troupes françaises secondant l'armée allemande sera le fait des collaborationnistes et non de Pétain.

Ces serviteurs pourtant ostensibles de l'ennemi n'hésitaient pas à se qualifier de « nationaux ». Les Allemands eux-mêmes, qui ne les prenaient pas très au sérieux, les utilisèrent surtout pour accroître leur pression sur le gouvernement de Vichy. Les « collabos » n'étant qu'une poignée d'hommes et de femmes isolés et méprisés par la masse du pays (environ 2 % de la population), Adolf Hitler se garda de leur confier des responsabilités trop importantes. D'autant que dans son esprit, le fascisme rendait les peuples forts, ce qui aurait donc été un danger à ses yeux pour l'hégémonie allemande. Hitler demanda ainsi à l'ambassadeur d'Allemagne en France, Otto Abetz le 3 août 1940 de faire en sorte que la « France reste faible » et que « tout soit entrepris pour susciter la division interne », affirmant qu'il n'y a « aucun intérêt à soutenir réellement des forces völkisch ou nationales en France[19] ». Suivant les directives de Berlin, Abezt va donc travailler à maintenir la division des partis collaborationnistes pour empêcher que l'un finisse par constituer un mouvement national et autoritaire de type fasciste susceptible de rendre à la France sa force ; il suscite des concurrents le plus souvent groupusculaires au PPF de Jacques Doriot dont il écrira en 1942 qu'il faut contrer ses initiatives car « il pourrait finir par s'imposer et susciter une mystique nationale capable de rénover la France dans le sens national-socialiste [20] ». Conformément à ses inclinations personnelles d'ancien social-démocrate, Abetz préfère travailler avec d'anciens socialistes comme Marcel Déat et avec des collaborateurs surtout motivés par le pacifisme et l'idée d'unifier l'Europe, quitte à ce que ce soit sous domination allemande et il plaida en ce sens auprès de Berlin : dans son rapport à Ribbentrop daté du 23 juin 1941, Abetz prône « un traité de paix qui empêcherait, par la mise en place d'un gouvernement de gauche et l'occupation permanente par l'Allemagne, toute opposition contre l'Europe dirigée par le Reich[21] ». De fait, le conseiller Schleier, « constatant que la grande majorité des partisans de la politique de collaboration vient de la gauche française[22] » pousse Abetz à favoriser l'entrée au gouvernement de Vichy des syndicalistes et socialistes acquis à la collaboration.

L'agitation menée par les collaborationnistes les plus voyants, installés pour la plupart à Paris occupé, et venus d'horizons politiques variés, fit parfois oublier l'action patiente et résolue du gouvernement de Vichy en matière de collaboration.

Les partis collaborationnistes[modifier | modifier le code]

Dès juillet 1940, des activistes tentent leur chance en créant des partis politiques favorables à l'occupant nazi. Ils sont ensuite rejoints par les hommes politiques fascistes déçus par le caractère réactionnaire, catholique et moralisant du régime de Vichy (vers l'automne 1940).
Tout en se réclamant officiellement du maréchal Pétain, le petit monde collaborationniste parisien se distingue tout d'abord par sa volonté d'aller plus loin que le régime de Vichy. Au contact direct des forces d'occupation allemandes, il prône l'instauration d'un régime fasciste ou nazi en France, plus « révolutionnaire », et engagé sans arrière-pensée dans la collaboration avec l'Allemagne nazie. Les collaborationnistes parisiens vont progressivement prendre des places au sein du régime de Vichy qu'ils ont tant critiqué au départ et tendront à radicaliser encore plus le régime (Marcel Déat ministre en 1944).
Autre caractéristique du petit monde collaborationniste, l'incapacité à s'unir, et les intrigues entre chefs (la rivalité entre Jacques Doriot et Marcel Déat, mais, aussi, entre Marcel Déat et Eugène Deloncle, etc.). Marcel Déat a tenté de réaliser un parti unique en 1941 en alliant RNP et MSR, puis, en 1943, au sein d'un éphémère Front révolutionnaire national.
Tout ce monde se retrouvera, avec le maréchal Pétain et les derniers fidèles de Vichy en exil en Allemagne, à Sigmaringen en 1944-1945[23]. Jacques Doriot tentera de rejouer l'aventure gaullienne à l'envers en prenant la tête d'un Comité français de libération nationale et enverra quelques agents pro-allemands dans la France libérée par les alliés. Certains se retrouveront dans la LVF, à défendre le dernier carré des chefs nazis dans le Berlin dévasté au printemps 1945.

La presse collaborationniste, ou collaboration de plume[modifier | modifier le code]

Avant le début de la Seconde Guerre mondiale, le décret-loi du 26 juillet 1936 (décret Daladier) institue un « Commissariat général à l'Information » qui dépend directement de la Présidence du Conseil. Dirigé par le diplomate Jean Giraudoux, il est chargé de contrôler les médias et mobiliser l'opinion contre l'Allemagne nazie. Pendant la Drôle de guerre, le commissariat est transformé par le décret du 1er avril 1940 en « Secrétariat d'État de l'Information et de la Propagande » du ministère de l'Information sur lequel va s'appuyer la collaboration pour faire accepter aux Français la défaite à travers trois médias : France-Actualité pour les actualités cinématographiques, Radiodiffusion nationale et la presse écrite.

Les principaux journaux de presse existant alors adoptent trois attitudes : soit, ils se sabordent (comme Le Canard enchaîné, L'Intransigeant, Le Populaire ou L'Humanité) ; soit, ils se replient en zone libre dès le 10 juin 1940, essentiellement sur Lyon où existent de nombreuses imprimeries (comme Le Journal, Paris-Soir ou le Figaro); soit, ils décident de reparaître en zone Nord (comme Je suis partout ou Le Matin).

La majorité des titres de la presse collaborationniste en zone occupée sont subventionnés ou détenus en sous-main par l'ambassade d'Allemagne d'Otto Abetz, qui a créé à cet effet les Éditions Le Pont. La presse parisienne est dominée par la personnalité du patron de presse Jean Luchaire. L'ambassade d'Allemagne exerce principalement la propagande et la Propaganda Staffel se spécialise dans la censure, notamment grâce à ses bureaux en province. À part les ultra-collaborationnistes, les journalistes agissent plus par opportunisme, appât du gain (alors que les salaires en France sont bloqués, leurs appointements sont doublés par l'entremise de la Propaganda Staffel) ou lâcheté que par idéologie.
La presse maréchaliste en zone libre soutient majoritairement la politique collaborationniste et antisémite de Pétain en pratiquant l'autocensure, car, elle est contrôlée par le « Secrétariat d'État de l'Information et de la Propagande » du ministère de l'Information (dirigé par Paul Marion, puis Philippe Henriot).

Peu à peu, face à la propagande manifeste, les Français se détournent des journaux politiques de collaboration qui continuent à annoncer des tirages phénoménaux alors qu'ils réalisent de 30 à 50 % de bouillons. Ils privilégient alors la presse spécialisée (sport, presse féminine) et la presse clandestine (comme Franc-Tireur, Combat ou Libération)[25].

Des dizaines d'écrivains ou journalistes de renom furent des collaborateurs. Les articles spécialisés permettent de connaître plus en détail la nature des engagements de différents écrivains de renom en faveur de l'occupant ou de la Révolution nationale.

L'engagement militaire aux côtés des Allemands[modifier | modifier le code]

  • La LVF

La Légion des volontaires français contre le bolchévisme fut une initiative privée des chefs des partis collaborationnistes parisiens en juillet 1941 et non pas une création du régime de Vichy. Mais, le maréchal Pétain l'a encouragée publiquement à sa création (par exemple en novembre 1941), avant d'adopter une attitude plus prudente par la suite. La LVF fut reconnue d'utilité publique et Pétain déclara que ses soldats détenaient « une part de notre honneur militaire ». Ceux-ci prêtaient serment de fidélité personnelle à Adolf Hitler.

  • La Waffen SS française
Articles détaillés : Brigade Frankreich et Division Charlemagne.

La constitution d'une Waffen-SS française (unité militaire de la SS) fut autorisée par le régime de Vichy en juillet 1943.

  • La phalange africaine

En réaction du débarquement allié en Afrique du Nord (Opération Torch), le gouvernement français veut envoyer une force militaire en Tunisie. Les amiraux Derrien et Esteva restent fidèles au maréchal qui a demandé aux forces militaires d'Afrique du Nord de résister contre les Alliés.

Collaboration des Juifs[modifier | modifier le code]

En 1980 est paru le livre Des juifs dans la collaboration[27], œuvre de Maurice Rajsfus, journaliste juif, devenu historien et militant, ayant survécu à la Rafle du Vélodrome d'Hiver en 1942, quand il était adolescent.

Ce livre traite de la participation de certains Juifs dans la Collaboration et en particulier du rôle de l'Union générale des israélites de France.

Autres personnalités ayant joué un rôle important dans la collaboration[modifier | modifier le code]

La collaboration syndicale[modifier | modifier le code]

L'ambassade allemande cherchera ainsi à favoriser la collaboration des syndicats, ce qui se traduira par la mise en place de rapports privilégiés avec Pierre Vigne, ancien secrétaire des Fédérations française et internationale des mineurs, Georges Dumoulin, secrétaire de la fédération des mineurs du Nord, Marcel Roy, secrétaire de la Fédération des métaux, Roger Paul, secrétaire général de la Fédération des travailleurs du textile, Albert Perrot, président de l'Union des syndicats parisiens ; depuis décembre 1940, une coopération suivie existe avec les syndicalistes réunies autour de l'hebdomadaire L'Atelier que dirigent l'ancien député socialiste Gabriel Lafaye ; en accord avec l'ambassade, il est décidé d'autoriser les syndicats à réactiver leurs sections et à publier leur bulletins d'information. Le 17 avril 1941 sera créé le Centre syndicaliste de propagande que dirigent Gabriel Lafaye, René Mesnard, Pierre Vigne et les anciens secrétaires adjoints de la CGT, Aimé Rey et Georges Dumoulin, qui assure la liaison avec le RNP. Parmi beaucoup d'autres groupements, l'ambassade travaille avec la Fédération française des travailleurs de l'agriculture d'André Parsal, député communiste rallié à la collaboration et membre du Parti ouvrier et paysan français[28]. Ce collaborationnisme syndical est théorisé notamment par Hubert Lagardelle penseur du syndicalisme révolutionnaire et figure historique du mouvement ouvrier qui fut séduit par le fascisme après avoir été l'ami de Mussolini à l'époque où celui-ci était au parti socialiste italien. Ayant collaboré à la revue Plans et a été le cofondateur de la revue Prélude, Lagardelle participa à l’Institut d’études corporatives et sociales et au Centre français de synthèse et devient ministre du Travail du régime de Vichy dans le gouvernement Pierre Laval (avril 1942-novembre 1943). En 1943, il est contraint à la démission du gouvernement et devient rédacteur en chef du journal collaborationniste de gauche La France socialiste.

La Collaboration privée[modifier | modifier le code]

La collaboration d'ordre privée, même si elle est encouragée par des déclarations du régime de Vichy, est celle qui relève de l'initiative privée en particulier dans l'activité professionnelle (le collaborationnisme politique est traité plus haut). Des degrés de responsabilité particuliers peuvent être dégagés : les chefs d'entreprise (en raison des implications collectives des décisions qu'ils prennent) et les artistes et « vedettes » (en raison de l'exemple que constitue leur conduite).

Collaboration économique privée[modifier | modifier le code]

  • Louis Renault a été accusé à la Libération de collaboration avec l'armée allemande. Les usines Renault (Groupe) furent confisquées et nationalisées sous ce motif.
  • Gnome et Rhône fournissait des moteurs d'avions à l'Allemagne. Elle fut nationalisée à la Libération pour faits de collaboration et deviendra la Snecma (faisant aujourd'hui partie du groupe Safran).
  • Marius Berliet est condamné, en 1946, à deux ans de prison et à la confiscation de ses biens par la Cour de justice de Lyon pour collaboration avec l'occupant. On lui reproche de s'être empressé de fabriquer des camions pour l'armée allemande, d'avoir la Résistance (refus des sabotages internes). Il est aussi accusé d'avoir livré l'un de ses ouvriers à la Gestapo par l'intermédiaire d'un responsable de la sécurité de l'usine milicien, ce qui sera confirmé au cours du procès Lehideux.
  • En mai 1941, après les premières arrestations de Juifs, l'entreprise Photomaton propose ses services à l'occupant : « Nous pensons que le rassemblement de certaines catégories d'individus de race juive dans des camps de concentration aura pour conséquence administrative la constitution d'un dossier, d'une fiche ou carte, etc. Spécialistes des questions ayant trait à l'« identité », nous nous permettons d'attirer particulièrement votre attention sur l'intérêt que présentent nos machines automatiques Photomaton susceptibles de photographier un millier de personnes en six poses et ce en une journée ordinaire de travail. »[29]
  • Des entreprises du BTP (comme Sainrapt et Brice) et des cimenteries ont participé à la construction du mur de l'Atlantique et d'ouvrages bétonnés effectués par l’organisation Todt[30].

Collaboration artistique[modifier | modifier le code]

Des hommes et des femmes du monde du spectacle (par exemple Sacha Guitry ou Arletty) se virent reprocher une attitude de collaboration parce qu'ils avaient, pendant l’Occupation, entretenu des relations pour le moins cordiales avec l'occupant. De fait, si nombre d'artistes (comme Ray Ventura, Jean-Pierre Aumont ou Jean Gabin) avaient émigré à cette époque, un certain nombre d'autres ont — pour reprendre l'expression de Guitry — continué à exercer leur métier[31]. Il n'en reste pas moins que plus d'une personnalité des arts et des spectacles ne manifesta aucun état d'âme particulier à s'afficher régulièrement aux côtés des Allemands (telles Arletty, Mireille Balin et Corinne Luchaire[32]), et que ceux-ci furent largement mêlés pendant quatre ans à la vie d'un Tout-Paris pas toujours regardant. La boutade prêtée à la comédienne Arletty est restée célèbre : « Mon cœur est à la France, mais mon c… est international ». Ainsi, les recettes des cinémas doublent entre 1938 et 1943 (220 longs métrages de fiction sont tournés[33]), celles des théâtres triplent sur la même période, les cabarets reprennent leur exploitation dès juillet 1940[34].

Comme l'indique l'historien Eberhard Jäckel, les projets de Hitler pour la France étaient de l'éliminer en tant que puissance européenne et d'en réduire l'importance à l'état de nation de seconde zone : « À l'avenir la France jouera en Europe le rôle d'une « Suisse agrandie » et deviendra un pays de tourisme, pouvant éventuellement assurer certaines productions dans le domaine de la mode[35]. » L'idée que la puissance de l'Allemagne sur tous les plans, militaires, politiques et économiques prévalait, conduisait, entre autres, à ne réserver pour la France qu'un rôle mineur dans sa propre industrie et à ne lui laisser, en compensation, que le développement de la viticulture, la mode, le luxe et autres activités « secondaires ». La France deviendrait en quelque sorte le « potager et le Luna Park » de l'Europe nazie[35].

Les nazis voulaient faire de Paris, entre autres, une préfecture de la frivolité (treize bordels réservés aux Allemands, se transformant souvent en rendez-vous mondains[36]) et des loisirs de masse, et une des manières de résister à ce qui était considéré comme une décadence pour certains artistes était de maintenir un certain niveau de culture (théâtre, opéra)[37][réf. insuffisante].

Si, selon certains historiens, la politique allemande visait à briser l'hégémonie culturelle française et en faire la région agricole de l'Europe, favorisant le régionalisme littéraire développé par Vichy[38], selon d'autres, les autorités allemandes ont fait, au contraire, preuve d'un grand libéralisme : « art, cinéma, théâtre et édition ont connu alors une sorte d'âge d'or » prolongeant le bouillonnement culturel des années 1930[32].

Libération et épuration[modifier | modifier le code]

Petit cercueil en bois envoyé à un collaborateur, à l'intérieur duquel est déposée une petite poupée pendue au bout d'un lacet, musée de Bretagne.

Les nouveaux pouvoirs issus de la Résistance intérieure et du GPRF mirent fin aux violences spontanées et procédèrent à l'épuration judiciaire. Les excès de l'« épuration sauvage »[39] n'ont pas dégénéré dans un « bain de sang » général[40]. Mais, avant que les cours de justice et chambres civiques soient créées et installées, et parfois après, les résistants et les populations s’en prennent aux collaborateurs. Cette épuration extrajudiciaire, ou « épuration sauvage », vise principalement des collaborateurs avérés, notamment les miliciens de Darnand, ou des militants de partis collaborationnistes. Elle a également lieu à la Libération à la faveur des mouvements de foules, où la joie et le désir de vengeance se mêlent. Les femmes ayant collaboré sont tondues (20 000 au total), à la Libération, mais aussi au printemps 1945, au retour des camps[41]. Les exécutions extrajudiciaires de collaborateurs, ou considérés comme tels, sont l’objet d’une légende noire où les chiffres deviennent de vrais arguments dans les tentatives de réhabilitation de certains. Cependant, même si les dérapages et les actions de pur banditisme existent (Maquis Le Coz), toutes les exécutions « extralégales » ne sont pas empreintes d’injustice.[réf. à confirmer] La justice d'épuration fut globalement inégale. Elle comporte des cas de vengeance pure et aveugle, à côté d'une réelle activité légale de poursuites judiciaires. Les lois d'amnistie (1951 à 1953) interviennent après une décennie de jugements. L'épuration légale est sévère comparativement aux autres pays d'Europe, notamment en nombre de peines de mort ; mais elle a connu une portée moins étendue si on tient compte du nombre de peines de prison[42].

Par la suite, l’épuration judiciaire prend le relais. Elle s’exerce par l’entremise de tribunaux d’exception : la Haute cour de justice, les cours de justice, et les chambres civiques pour les actions non réprimées par le code pénal. L’épuration touche tous les secteurs d’activité et toutes les couches de la société.

Le cinquantenaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, au milieu des années 1990, fut l’occasion de nombreuses études permettant d’éclairer d’une lumière nouvelle cette période extraordinaire, au sens propre du terme, qu’est la Libération. Ce fut également le moment de synthétiser l’ensemble des travaux concernant la période. Ainsi, l’épuration extrajudiciaire entraîna la mort de 10 000 personnes, la tonte de 20 000 « horizontales ». L’épuration légale concerna plus de 300 000 dossiers, dont 127 000 entraînent des jugements, ce qui donne 97 000 condamnés. Les peines allant de 5 ans de dégradation nationale à la peine de mort. Soucieux de réduire rapidement la fracture entre les Français, le gouvernement de la République française vota trois amnisties pour les épurés, dès 1947, puis, en 1951 et 1953.

L’épuration est très rapidement un sujet polémique. Les premiers à écrire sur le sujet sont les épurés eux-mêmes ou les épurateurs. Ce qui ne favorise pas la neutralité des propos. De plus, les journaux d’extrême-droite et les anciens vichystes ou leurs avocats relaient la « légende noire » de l’épuration : massacres, chiffres farfelus. Cependant, les dernières enquêtes réalisées par le Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CHGM) et son successeur, l’Institut d'histoire du temps présent (IHTP), donnent pour 84 départements (sur 90 en 1945) le chiffre de 8 775 exécutions sommaires lors de l’épuration extrajudiciaire, auxquels il faut ajouter les condamnés à mort par la Haute cour de justice et les cours de justice (791 ou 767 suivant les enquêtes), et par les cours martiales (769 pour 77 départements selon l’IHTP[43]). L’épuration aurait donc fait entre 10 000 et 11 000 morts.

En valeur absolue, moins de Français furent internés que dans les Pays-Bas. Moins d'un Français sur 1 000 fut interné ou arrêté, ce qui reste très en dessous des taux du Danemark, de la Norvège, de la Belgique et des Pays-Bas. Plus de 1 500 condamnés à mort furent exécutés. Cependant, deux condamnations sur trois à la peine capitale furent commuées, taux le plus élevé d'Europe occidentale.

L'épuration est considéré limitée en comparaison des chiffres de la répression effectuée par les nazis et les français collaborationnistes de 1940 à 1944 qui sont estimés à 200 000 morts[44].

Les dossiers de 200 000 collaborateurs vont être rendus public par le gouvernement, de la fin décembre 2015 jusqu'à 2019 et seront disponibles pour consultation par le public[45].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pétain, Philippe : discours du 10 octobre 1940 »
  2. a et b « Pétain, Philippe : Message du 30 octobre 1940 », Themenportal Europäische Geschichte, sur le site europa.clio-online.de, consulté le 26 mai 2009
  3. Robert Paxton, « La Collaboration d'État », in la France des années noires, Le Seuil, 1993, tome I.
  4. Jean-Pierre Azéma et Olivier Wieviorka, Vichy, 1940-1944, Perrin, chapitre « Les collaborationnistes », p. 84-86.
  5. Voir l'intervention d'Henri Amouroux dans l'émission Apostrophes, le .
  6. Philippe Burrin, « La Collaboration d'État, in la France des années noires, Le seuil, 1993, tome I.
  7. Annie Lacroix-Riz, Industriels et banquiers français sous l’Occupation : la collaboration économique avec le Reich et Vichy, Paris, Armand Colin, coll. « Références » Histoire, 1999
  8. Claude d'Abzac-Epezy, postface à L'Armée de Vichy de Robert Paxton, Taillandier, coll. « Points Histoire », p. 547.
  9. Philippe Burrin, La France à l'heure allemande 1940-1944, Éditions du Seuil, 1995.
  10. Christophe Cornevin, Les Indics : la face cachée de la police française, Flammarion, 2011, 350 p.
  11. Jean-Pierre Azéma et Olivier Wieviorka, Vichy, 1940-44, Perrin, 1997, chap. « Le temps des profiteurs », p. 231-233 de l'édition de poche.
  12. Pierre Laborie, Dictionnaire Historique de la Résistance, « Montoire », Robert Laffont, Paris, 2006, p. 600.
  13. Marc Ferro, Questions sur la Deuxième Guerre mondiale, Firenze, Casterman, 1993.
  14. Jean-Pierre Azéma et Olivier Wieviorka, Vichy, 1940-1944, Perrin, 1997, « Le temps des profiteurs », p. 71 et p. 78 de l'édition de poche.
  15. Asher Cohen, Persécutions et sauvetages, Cerf, 1993, (voir l'article « Shoah »)
  16. André Kaspi, Ralph Schor, « La Deuxième guerre mondiale : chronologie commentée » Éditions Complexe, 1995, (ISBN 2870275919) p. 195
  17. « Les accords Darlan-Abetz », sur www.francaislibres.net
  18. Georges-Henri Soutou, « Vichy, l'URSS et l'Allemagne de 1940 à 1941 », in Ilja Mieck, Pierre Guillen, « Deutschland, Frankreich, Russland », Oldenbourg Wissenschaftsverlag, 2000, (ISBN 3486564196), p. 303
  19. Dominique Venner, Histoire de la collaboration, éd. Pygmalion Gérard Watelet, 200, p. 378.
  20. Philippe Burrin, La dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery 1933-1944, Paris, éd. Le Seuil, p. 437.
  21. Dominique Venner, Histoire de la collaboration, éd. Pygmalion Gérard Watelet, 200, p. 160.
  22. Archives nationales 3 W 210. Cité par J.-P. Cointet, Histoire de Vichy, p. 288.
  23. Lire à ce sujet Louis-Ferdinand Céline, D'un château l'autre, Gallimard, 1957.
  24. Exclu du Parti communiste en 1934.
  25. chapitre « L'information sabordée » tiré du livre de Fabrice d'Almeida et Christian Delporte, Histoire des médias en France, de la Grande Guerre à nos jours, éditeur : Flammarion, 2010.
  26. Cahiers Céline, no 7 : « Céline et l'actualité, 1933-1961 / Louis-Ferdinand Céline ». Textes réunis et présentés par Jean-Pierre Dauphin, Pascal Fouché. Préface de François Gibault. Édition augmentée, Gallimard, 1987 (table des matières).
  27. Maurice Rajsfus, Des Juifs dans la collaboration, L'UGIF (1941-1944), préface de Pierre Vidal-Naquet, éd. Études et Documentation Internationales, 1980 (ISBN 978-2851390578).
  28. Dominique Venner, Histoire de la collaboration, éd. Pygmalion Gérard Watelet, 200, p. 166.
  29. Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons sous l'occupation, Odila Jacob, 1995, (ISBN 2-7381-0328-6).
  30. Pauline Destrem et Dominique Destrem, À la botte: la bourse sous l'occupation, L'âge d'homme, 2003, p. 260.
  31. (en) Alan Riding, And the Show went on : Cultural Life in nazi-Occupied Paris, Knopf, , 416 p.
  32. a et b Stéphane Guégan, Les arts sous l'occupation. Chronique des années noires, Beaux Arts Editions, , 280 p. (ISBN 978-2-84278-911-4)
  33. Jean-Pierre Bertin-Maghit, « Le monde du cinéma français sous l'Occupation », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, no 88,‎ , p. 109-120
  34. Jean-Robert Ragache, La vie quotidienne des écrivains et artistes sous l'Occupation, 1940-1944, Hachette Littératures, , 347 p.
  35. a et b (de) (fr) Eberhard Jäckel, Frankreich in Hitlers Europa – Die deutsche Frankreichpolitik im Zweiten Weltkrieg, Deutsche Verlag-Anstalg GmbH, Stuttgart, 1966 ; version en français : La France dans l'Europe de Hitler (préface de Alfred Grosser, traduction de Denise Meunier),  éd. Fayard, coll. « Les grandes études contemporaines », 1968, 554 p., p. 86-87, 105.
  36. Insa Meinen, Wehrmacht et prostitution sous l'Occupation (1940-1945), Payot, , 383 p.
  37. Cécile Desprairies, Paris dans la Collaboration, éd. du Seuil, 2009
  38. (en) Alan Julian T. Jackson (en), Dark Years : 1940-1944, Oxford University Press,
  39. Philippe Bourdrel, L'Épuration sauvage, 1944-45, Perrin, 2002.
  40. Peter Novick, L'Épuration française, Seuil, 1986.
  41. Fabrice Virgili, La France virile – Des femmes tondues à la Libération, Payot, 2000.
  42. http://www.justice.gouv.fr/_telechargement/doc/La_Justice_de_lepuration_a_la_fin_de_la_seconde_guerre_mondiale.pdf
  43. Henry Rousso, « L’épuration en France une histoire inachevée », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, no 33, janvier-mars 1992, p. 78-105.
  44. Résistants / collabos, une lutte à mort, Franck Mazuet, Christophe Weber, FRance 3, 24/11/2015
  45. Voir, (en) Jessica Burnstein. Vichy Journal. French City Yearns to Shed Heavy Yoke Of Past Shame. The New York Times, Monday, December 28, 2015, p. A4 & A9.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux
  • Krisztian Bene, La collaboration militaire française dans la Seconde Guerre mondiale, éditions Codex, 2012, 592 p., (ISBN 978-2-918783-03-9)
  • Christophe Belser, La Collaboration en Loire-inférieure 1940-1944, Geste éditions, 2 vol., 2005 (ISBN 2-84561-210-9 et 2-84561-211-7)
  • Philippe Burrin, La dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery 1933-1944, Éditions du Seuil, Paris, 1986, 530 p. (édition de poche avec une préface inédite, 2003) (ISBN 202009357X et 2-02-058923-0)
  • Philippe Burrin, La France à l’heure allemande 1940-1944, Éditions du Seuil, Paris, 559 p., 1995 (édition de poche, 1997) (ISBN 2020183226 et 2-02-031477-0)
  • Michèle Cotta, La collaboration 1940-1944, Armand Colin, coll. « Kiosque », 1964
  • Simon Epstein, Les Dreyfusards sous l'occupation, Paris, Albin Michel, coll. Bibliothèque Albin Michel de l'histoire, 2001
  • Jean-Pierre Koscielniak, Collaboration et épuration en Lot-et-Garonne, 1940-1945, Éditions d'Albret, 2003.
  • Pascal Ory, Les Collaborateurs, 1940-1945, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire » (no 43), (1re éd. 1977), VI-331 p. (ISBN 2-02-005427-2, présentation en ligne).
  • Pascal Ory (présenté par), La France allemande, Paroles du collaborationnisme français (1933-1945), Gallimard, coll. « Archives », 1977.
  • Robert O. Paxton, La France de Vichy 1940-1944, Éditions du Seuil, coll. « Points Histoire », 1973.
  • Henry Rousso, Pétain et la fin de la collaboration, Éditions Complexe, 1984.
  • (de) Eberhard Jäckel, Frankreich in Hitlers Europa – Die deutsche Frankreichpolitik im Zweiten Weltkrieg, Deutsche Verlag-Anstalg GmbH, Stuttgart, 1966 ; traduction : La France dans l'Europe de Hitler (préface de Alfred Grosser, traduction de Denise Meunier), éd. Fayard, coll. « Les grandes études contemporaines », 1968, 554 p.
Partis et mouvements politiques
  • R. Handourtzel et C. Buffet, La collaboration… à gauche aussi, éd. Perrin, Paris, 1989.
  • Pierre Philippe Lambert, Gérard Le Marec, Partis et mouvements de la Collaboration, Jacques Grancher éditions, Paris, 1993.
  • (de) Ahlrich Meyer, Täter im Verhör. Die 'Endlösung der Judenfrage' in Frankreich 1940-1944, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 2005, 471 p. (ISBN 3534175646)
Juifs et mouvements juifs
  • Simon Epstein, Un paradoxe français: antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance, Paris, Albin Michel, coll. Bibliothèque Albin Michel de l'histoire, 2008
  • Maurice Rajsfus, Des Juifs dans la collaboration (I) L'UEJF, (II) Une Terre promise ? (1941-1944), Paris, EDI, 1980, préface de Pierre Vidal-Naquet, et Paris, L'Harmattan, 1989
Police et la Justice
  • Jean-Marc Berlière et Laurent Chabrun, Les policiers français sous l'Occupation : d'après les archives inédites de l'épuration, Paris, Perrin, , 388 p. (ISBN 978-2-262-01626-5).
  • Pascale Froment (préf. Pierre Laborie, nouvelle édition revue et augmentée), René Bousquet, Paris, Fayard, coll. « Pour une histoire du XXe siècle », , 2e éd. (1re éd. Stock, 1994), 644 p. (ISBN 978-2-213-66424-8, présentation en ligne)
  • Alain Pinel, Une police de Vichy : les groupes mobiles de réserve, 1941-1944, Paris, Harmattan, coll. « Sécurité et société », , 400 p. (ISBN 978-2-747-56670-4).
  • Liora Israël, Robes noires, années sombres : Avocats et magistrats en résistance pendant le Seconde Guerre mondiale, Fayard, coll. « Pour une histoire du XXe siècle », 2005.
  • Hervé Lamarre, L'Affaire de la Section Spéciale, 2 vol., éd. Fayard, coll. « Folio », Paris, 1973.
Presse
  • Pierre-Marie Dioudonnat, L'argent nazi à la conquête de la presse française (1940-1944), Jean Picollec éditions, Paris, 1981.
Entreprises françaises

URL : www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2012-2-page-99.htm.

  • Claude Malon, Occupation, épuration, reconstruction. Le monde de l’entreprise au Havre (1940-1950), Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2012.
  • Michel Margairaz (dir.), Banques, Banque de France et Seconde Guerre mondiale, Paris, Albin Michel, 2002.
  • Marie-Noëlle Polino, John Barzman et Hervé Joly (dir.), Transports dans la France en guerre. 1939-1945, Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2007.
  • Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons sous l'occupation, éd. Odile Jacob, 1995 (ISBN 2-7381-0328-6) (et collection semi-poche en 2 volumes 1997).
  • Denis Varaschin (dir.), Les Entreprises du secteur de l’énergie sous l’Occupation, Arras, Artois Presses Université, 2006.
  • Patrick Veyret, Lyon, 1939-1949. De la collaboration industrielle à l’épuration économique, Châtillon-sur-Chalaronne, La Taillanderie, 2008.
Banque des Règlements Internationaux
  • Gian Trepp, Bankgeschäfte mit dem Feind. Die Bank für Internationalen Zahlungsausgleich im Zweiten Weltkrieg. Von Hitlers Europabank zum Instrument des Marshallsplans, Zurich, Rotpunktverlag, 1996.
Entreprises étrangères

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]