Bessèges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bessèges
Bessèges au bord de la rivière de la Cèze.
Bessèges au bord de la rivière de la Cèze.
Blason de Bessèges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton Bessèges
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Cèze-Cévennes
Maire
Mandat
Bernard Portalès
2014-2020
Code postal 30160
Code commune 30037
Démographie
Gentilé Bességeois
Population
municipale
3 051 hab. (2012)
Densité 296 hab./km2
Population
aire urbaine
4 576 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 44° 17′ 33″ N 4° 06′ 05″ E / 44.2925, 4.1013888888944° 17′ 33″ Nord 4° 06′ 05″ Est / 44.2925, 4.10138888889  
Altitude Min. 146 m – Max. 492 m
Superficie 10,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Bessèges

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Bessèges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bessèges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bessèges

Bessèges en occitan Bessèja, est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon, dans le parc national des Cévennes.

Arrosée par la Cèze, cette petite ville doit son existence au développement du bassin houiller des Cévennes qui connut son apogée au XIXe siècle, et fut la troisième ville du Gard vers 1875[1].

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bessèges est à 30 km au nord d'Alès, la ville principale des Cévennes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bordezac
Peyremale
Bordezac / Gagnières Courry Rose des vents
Peyremale N Meyrannes
O    Bessèges    E
S
Peyremale
Robiac-Rochessadoule
Robiac-Rochessadoule Molières-sur-Cèze

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

B

  • Boniol*, D130

C

  • La Cantonnade*, rue Léon Barry
  • Le Castellas, Lot. des Collines du Castelas
  • Castillon, Coste de Revêti
  • Charbes, D51
  • Les Combes, Coste de Revêti
  • Conroc*, D146 (r. du Dr. P. Vermale)
  • Les Costes*, Coste de Revêti
  • Le Cros, D51 (rte de l'Elze)

E

  • L'Elze, Rte de l'Elze

F

  • Foussignargues, D130

G

  • La Grange*,
  • Les Grottes, D17 (r. V. Hugo)

L

  • Lalle, D51

M

  • La Marchande, D51
  • Le Mas*, Lot. La Forêt
  • Mas Congiral, Rte de l'Elze
  • Mas de la Croix*, D51 (r. Prosper Delfau)
  • Mas du Castellas*, Lot. des Collines du Castellas
  • Le Moulinas, D51

N

  • La Nouvelle, Coste de Revêti

P

  • La Plaine, D17 (r. V. Hugo)
  • Les Planasses, Coste de Revêti
  • Le Plô, D17

R

  • Revêti, D51

S

  • La Sauvegarde, D51
  • Le Souliè*, Rue Louis Nicolas

V

  • Le Villard*, Rte du Relais

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

La D746 passe la Cèze vers Robiac. Dans l'axe du pont, le Ronc Rouge (412 m d'altitude).
À droite, l'Elzière (430 m)

Bessèges est traversé par la Cèze, affluent droit du Rhône, rivière longue de 128 km qui prend sa source en Lozère sur la commune de Saint-André-Capcèze à 798 m d'altitude. La Cèze est une rivière aurifère comme plusieurs cours d'eau de la région.

Par ailleurs la commune est sillonnée de plusieurs petits et moyens cours d'eau, tous affluents de la Cèze. D'amont en aval se succèdent (avec(D) pour les affluents de rive droite et (G) pour ceux de rive gauche) :

- (D) le ru saisonnier de la Lauzière, qui sert de limite de communes avec Peyremale. Il conflue vers Les Drouillères ;
- (D) un petit ru saisonnier qui conflue au Plo ;
- (G) le Long (3,4 km), qui avant ses derniers 150 m sert de limite de communes avec Bordezac au nord sur 360 m. Il conflue à Lalle[2] ;
- (D) le valat de la Forge, maintenant saisonnier et recouvert sur ses derniers 400 m ;
- (G) le ru des Téronds, qui draine de nombreux rus saisonniers et conflue à 120 m en aval du pont de la gare (celui de la D51a) au centre de Bessèges ;
- (G) la Ganière, qui sert de limite de communes avec Robiac-Rochessadoule sur 1 km avant de traverser la commune de part en part en un large méandre, pour confluer avec la Cèze entre Revêti et Robiac[3] ;
- le ruisseau de la Fagède sert de commune avec Meyrannes sur 300 m avant d'être rejoint par le ruisseau de Maupas vers Les Combes - tous deux venant du sommet des Valences au nord de Revêti. Il continue de servir la même limite de communes sur 1 100 mètres jusqu'à sa confluence avec la Cèze en aval de Revêti[4].

Ces rus saisonniers, souvent à sec ou presque en été, peuvent déployer des débits importants en saison de crues - d'où la relative profondeur de leurs lits - et ne sont alors pas sans danger (voir la catastrophe de Lalle en 1861 et autres événements).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le sous-sol est riche en houille - ce qui amène des variations particulières du couvert végétal, avec présence de géranium sanguin (Geranium sanguineum) et de gesce noire (Lathyrus niger) dans les châtaigneraies traditionnelles[5].

Historique des crues de la Cèze[modifier | modifier le code]

  • 21 septembre 1890 : plus haut niveau de la rivière jamais atteint à Bessèges 8,19 mètres.
  • 16 octobre 1907 : Bagnols-sur-Cèze 10,15 mètres, et un débit de 2 500 m3/s.
  • 30 septembre 1958 : Passerelle de Lalle à Bessèges emportée, hauteur d'eau à Saint-Ambroix 11 mètres et 2 200 m3⋅s-1, 36 victimes furent dénombrées le long du cours d'eau.
  • 9 septembre 2002 : 11,55 mètres d'eau et 2 200 m3⋅s-1 de débit à Tharaux.

Depuis 1976, Bessèges est protégé des crues violentes par le barrage de Sénéchas.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Gard.

Description générale[modifier | modifier le code]

Le climat de Bessèges est un climat des Cévennes de type méditerranéen[6] et qui devient montagnard en fonction de l'altitude.

De fortes précipitations peuvent être accompagnées d’orages : on parle alors d'épisodes cévenols (ou effet cévenol). Le climat est toutefois plus clément que celui des districts proches du mont Aigoual. L'influence de la Méditerranée est beaucoup plus sensible : les hivers et les automnes y sont doux et, la sécheresse estivale est parfois importante.

Données[modifier | modifier le code]

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Bessèges 2669 762 3 23 11
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75
Données climatiques à Nîmes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 3,4 5,1 7,8 11,2 14,9 17,7 17,2 14,7 10,8 5,9 3 9,5
Température moyenne (°C) 6,3 7,7 9,9 12,8 16,6 20,5 23,7 23 20 15,4 10 6,9 14,4
Température maximale moyenne (°C) 10,3 11,9 14,7 17,8 21,9 26,2 29,8 28,9 25,3 20 14 10,7 19,3
Ensoleillement (h) 143,5 147,4 203,1 227,6 267,8 310,2 353,8 315,3 236,6 186,8 143,9 133 2 668,9
Précipitations (mm) 67,7 70,7 55,9 59,2 60,9 38,6 25,3 51,6 66,8 131,9 69,2 64,1 761,9
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Nîmes de 1961 à 1990[7].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Axes ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare de Bessèges

Bessèges est le point d'origine de la ligne de Bessèges à Robiac, qui rejoint en gare de Robiac la ligne du Teil à Alès. Cette ligne longue de 32 km, construite à partir de 1854, fut inaugurée le 1er décembre 1857. Alors relié au grand réseau du chemin de fer français et au port de Marseille, le bassin houiller de la Cèze va connaître un développement considérable de ses industries houillères et métallurgiques, avec pour conséquence l'explosion démographique de Bessèges, alors simple hameau de la commune de Robiac.

La ligne SNCF d'Alès à Bessèges est fermée depuis 2012[8]. Seuls quelques bus SNCF assurent les transports jusqu'à Bessèges. Sinon la commune est desservie par les transports NTECC[9] ou les transports du Conseil Général du Gard[10].

Axes routiers[modifier | modifier le code]

On y accède, depuis la commune de Saint-Ambroix, par la route départementale D51 qui traverse la commune sur un axe sud-est / nord-ouest en direction d'Aujac. La route départementale 17 passe aussi sur la commune, à l'ouest du bourg vers Peyremale.

Les autoroutes les plus proches sont l'A9 à Nîmes (77 km), et l'A7 à Bollène (77 km).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre de logements
Type de logement 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2010
Résidences Principales 2 210
(87,15 %)
2 055
(82,07 %)
1 828
(79,20 %)
1 621
(74,63 %)
1 463
(67,20 %)
1 565
(74,52 %)
1 538
(70,85 %)
Résidences Secondaires 142
(5,60 %)
150
(6,00 %)
166
(7,19 %)
247
(11,37 %)
200
(9,19 %)
222
(10,57 %)
215
(9,90 %)
Logements Vacants 184
(7,25 %)
299
(11.93 %)
314
(13,61 %)
304
(14,00 %)
514
(23,61 %)
313
(14,91 %)
418
(19,25 %)
Total 2 536 2 504 2 308 2 172 2 177 2 100 2 171
Sources des données : INSEE[11]

Une maison de retraite de 116 places est installée à Bessèges[12].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Locus de Balseguis en 1318 puis Besigioe en 1410.

Ses habitants sont appelés les Bességeois et les Bességeoises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Bessèges, Peyremale, Robiac et hameaux environnants
sur la carte de Cassini (XVIIIe s.)

Sous l'Ancien Régime Bessèges n'est qu'un hameau de la paroisse de Robiac.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La houille et la création de la commune[modifier | modifier le code]

L'essor de Bessèges commence avec la mine, ouverte en 1809 et agrandie après l'installation d'une usine sidérurgique en 1833 ; la voie ferrée y parvient en 1857. La commune a été créée en 1858 à partir de plusieurs quartiers de communes voisines. Le développement considérable que prirent les industries houillères et métallurgiques de la région hâta le développement de la commune de Bessèges, qui devint chef-lieu de canton en février 1868. La population de Bessèges dépassa le chiffre de 11 000 habitants, ce qui la classa 3e ville du Gard après Nîmes et Alès. Une verrerie, une fonderie de fonte et de bronze, une usine de constructions mécaniques complètent le bassin industriel à la fin du XIXe siècle. C'est l'apogée.

La catastrophe des mines de Lalle[modifier | modifier le code]

Lalle est un hameau en amont de Bessèges sur la Cèze. Le 11 octobre 1861, un violent orage éclata dans la région. Le ruisseau du Long en crue s’engouffra rapidement dans les galeries de la mine. Sur les 139 mineurs présents ce jour-là, 110 périrent noyés ; 4 survivants furent trouvés plusieurs jours après, dont un jeune homme. L'inondation des mines de Lalle inspira Hector Malot pour son roman Sans Famille avec le personnage de Rémi, jeune homme rescapé de la mine inondée, et Zola pour Germinal. Cette catastrophe reste la plus grave du bassin houiller des Cévennes.

Déclin et reconversion[modifier | modifier le code]

Le déclin vient aussitôt après, marqué par les fermetures de la verrerie en 1920 et de la fonderie en 1922. En 1920, la société Escaut-et-Meuse crée une usine de tubes sur un terrain précédemment occupé par les ateliers des forges[13]. Cette aciérie entre dans le groupe Lorraine-Escaut en 1953, passe à Usinor en 1966 puis Vallourec l'année suivante, et ferme en 1987. S'implantent ensuite les sociétés AI Industrie et ACCEB qui créent jusqu'à 400 emplois jusqu'en 1992 et quittent définitivement la ville en 1996.

Depuis, le tissu industriel se développe sur le secteur du bois, autour des sociétés Jalles Père et Fils, SPB et À tout bois de cœur. Les charbonnages sont abandonnés en 1964. La population, en baisse depuis les années 1920 mais encore à 5 300 habitants en 1975, diminue toujours malgré l'absorption de la petite commune de Foussignargues en 1972. L'embranchement ferroviaire vers Alès est toutefois maintenu (ligne Alès-Bessèges et ligne Le Teil - Alès). L'économie de Bessèges est, aujourd'hui, tournée surtout vers le tourisme.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1858 1865 Louis-Michel Illide de Veau de Robiac Bonapartiste Officier
1900 1904 Jules Deleuze   Géomètre
1904 1908 Eugène Sugier   Négociant
1908 1925 Étienne Bracourt SFIO Horloger
1926 1941 Alphonse Peyric SFIO Délégué mineur et conseiller général
1945 1971 Alphonse Peyric SFIO Délégué mineur et conseiller général
1971 1989 André Rouvière PS Sénateur et conseiller général
1989 1995 Roland Aspord DVD Industriel
1995 2001 André Rouvière PS Sénateur et conseiller général
2001 en cours Bernard Portalès DVG Employé de banque, conseiller général et vice-président du conseil général
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Communauté de communes Cèze-Cévennes.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 3 051 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1861. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
7 055 8 671 8 908 10 668 11 404 10 653 8 673 7 962 9 040
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
8 219 8 030 6 368 7 062 6 357 5 425 5 648 5 823 5 720
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012 -
5 421 5 255 4 352 3 635 3 137 3 197 3 042 3 051 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bessèges en 2007[16] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
Avant 1917
3,4 
14,9 
1918-1932
22,4 
19,9 
1933–1947
19,5 
20,6 
1948-1962
18,7 
17,1 
1963-1977
13,7 
12,4 
1978-1992
10,5 
14,4 
1993-2007
11,8 
État civil
Évenement 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Naissances 35 29 24 29 27 28 17 35 24 36 31 26 22
Décès 122 99 89 99 73 75 79 53 68 77 90 79 78
Solde -87 -70 -65 -70 -46 -47 -62 -18 -44 -41 -59 -53 -56

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis 1905, Bessèges organise sa fête annuelle le 1er week-end de septembre : fête foraine et défilé de chars réalisés par les différentes associations en "roses de papier".

Sports[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

Bessèges était depuis sa création et jusqu'en 2011 le lieu d'arrivée de la première course cycliste de la saison professionnelle française, l'Étoile de Bessèges dont l'arrivée de la dernière étape se situait à Alès, mais dont l'appellation Bessèges était conservée. Depuis 2012, l’arrivée de la nouvelle épreuve dite Étoile d'Alès en Cévennes est jugée à Alès, Bessèges n'étant plus qu'une simple étape de cette épreuve.

Derniers vainqueurs
Année Coureur
2004 Laurent Brochard
2005 Freddy Bichot
2006 Frederik Willems
2007 Nick Nuyens
2008 Yury Trofimov
2009 Thomas Voeckler
2010 Samuel Dumoulin
2011 Anthony Ravard

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Répartition des emplois par domaine d'activité
Année Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres,
Profes.c.
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers Retraités Chômeurs Sans activité Étudiants
- de 15 ans
1982 17
(0,39 %)
165
(3,79 %)
26
(0,60 %)
152
(3,49 %)
305
(7,01 %)
479
(11,01 %)
1 001
(23,00 %)
298
(6,85 %)
1 336
(30,70 %)
573
(13,16 %)
1999 4
(0,13 %)
72
(2,29 %)
40
(1,27 %)
144
(4,57 %)
416
(13,21 %)
316
(10,03 %)
964
(30,60 %)
293
(9,30 %)
583
(18,50 %)
318
(10,10 %)
2007 0
(0 %)
96
(3,00 %)
60
(1,88 %)
144
(4,51 %)
455
(14,24 %)
367
(11,48 %)
1 044
(32,66 %)
282
(8,82 %)
389
(12,13 %)
359
(11,23 %)
2010 0
(0 %)
98
(3,16 %)
29
(0,93 %)
135
(4,35 %)
352
(11,33 %)
295
(9,50 %)
1 180
(37,98%)
263
(8,47 %)
352
(11,33%)
402
(12,95 %)
Sources des données : INSEE[11]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Répartition des entreprises par tranche de salariés
Date 0 Salariés >- de 10 Salariés> 10 à 19 Salariés 20 à 49 Salariés + de 50 Salariés Total
Établissements actifs au 31/12/2008 155
(61,75 %)
78
(31,08 %)
11
(4.38 %)
3
(1.20 %)
4
(1,59 %)
251
(100 %)
Établissements actifs au 31/12/2009 15
(61,72 %)
80
(31,25 %)
11
(4.30 %)
3
(1.17 %)
4
(1,56 %)
256
(100 %)
Établissements actifs au 31/12/2010 187
(66,08 %)
80
(28,27 %)
6
(2.12 %)
6
(2.12 %)
4
(1,41 %)
283
(100 %)
Sources des données : INSEE[11]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Activités de service[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

L'église de l'Immaculée-Conception

L'église de l'Immaculée-Conception (19e siècle), une des rares églises françaises à avoir la devise « Liberté-Égalité-Fraternité, République française » inscrite sur le fronton. Elle a trois cloches[17].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La forêt de Bessèges est l'un des sept sites français abritant une colonie de pins de Salzmann. Cette sous-espèce du pin d'Autriche, mieux adaptée à la sécheresse, est l'une des plus rares espèces en France avec au total seulement 5 000 ha de populations isolées sur le territoire métropolitain. Son aspect varie selon le type de sol dans lequel il croît. Ainsi il est petit et rabrougi sur les roches de Saint-Guilhem-le-Désert ; à Bessèges il pousse généralement droit et sa hauteur maximale moyenne est de 25 m - une taille moyenne pour cet arbre très proche du pin noir d'Autriche qui peut attendre 55 m[18].

Espaces protégés et gérés[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Article connexe : ZNIEFF.
Bois de Bordezac et de Bessèges[modifier | modifier le code]

La ZNIEFF continentale de type 2 du Bois de Bordezac et de Bessèges[21] inclue 1 796 ha répartis sur les quatre communes de Bessèges, Bordezac, Gagnières et Peyremale. L'habitat déterminant de cette zone est la forêt de pins de Salzmann des Causses, pour laquelle la ZNIEFF du « Bois de Bordezac et de Bessèges prolonge les 745 hectares du site d'intérêt communautaire (SIC) voisin de la « Forêt de pins de Salzmann de Bessèges » sur les communes de Bordezac et Gagnières[22].

Cours moyen de la Cèze[modifier | modifier le code]
  • La ZNIEFF continentale de type 2 Cours moyen de la Cèze couvre près de 648 hectares sur 16 communes[Note 3] et est entièrement comprise dans le Parc national des Cévennes. Cette ZNIEFF abrite deux espèces végétales protégées sur l'ensemble du territoire français métropolitain : la gratiole officinale (Gratiola officinalis, une scrophulaire) et la spiranthe d'été (Spiranthes aestivalis, une orchidée)[23].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Hautes vallées de la Cèze et du Luech[modifier | modifier le code]

Bessèges est depuis 2013 entièrement incluse dans les 13 080 ha de la Zone spéciale de conservation Natura 2000 dite Hautes vallées de la Cèze et du Luech au titre de la Directive Habitats, au sein de la Réserve de biosphère des Cévennes. Mais si cette zone déborde largement du lit de ces deux rivières en amont de Peyremale, elle se rétrécit nettement en aval depuis ce village pour ne plus couvrir que quelques dizaines de mètres de chaque côté du cours d'eau, et elle s'arrête à Saint-Ambroix. De la grande variété de types de couverts protégés par la Zone spéciale de conservation (ZSP) des Hautes vallées de la Cèze et du Luech[Note 4], reste alors essentiellement les prairies semi-naturelles humides ou mésophiles améliorées, souvent des prairies de fauche, dont la qualité et/ou la superficie diminuent avec la fermeture croissante du milieu, les activités humaines prenant le pas.

Pourtant ce site est pour la loutre (Lutra lutra) d'une importance capitale pour la colonisation des rivières méditerranéennes ; on y trouve, ainsi que pour le castor commun (Castor fiber), des populations non isolées mais en marge de leur aire de répartition. Trois autres espèces sédentaires résidentes sont de même inscrites à l’annexe II de la directive Habitats : le blageon (Telestes souffia), l'écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) et le barbeau méridional (Barbus meridionalis)[24], ce dernier étant une rare espèce vestige de la faune précédant les périodes glaciaires[25].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Randonnées[modifier | modifier le code]

Bessèges ne compte pas moins de 17 sentiers de randonnée de tous niveaux ou presque[26].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Gard.
Blason de Bessèges

Les armes de Bessèges se blasonnent ainsi :

D'azur à la barre d'or chargée d'une barre de gueules surchargée de trois ruches aussi d'or posées à plomb, accompagnée en chef d'une enclume d'argent et en pointe d'une pelle et d'un pic passées en sautoir soutenus d'une lanterne de mineur, le tout d'or, au chef du même chargé de trois abeilles soudées d'argent[27].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Les communes concernées par le site Natura 2000 «  Cours moyen de la Cèze » sont : Allègre-les-Fumades, Bessèges, Bordezac, Chambon, Meyrannes, Molières-sur-Cèze, Peyremale, Potelières, Rivières, Robiac-Rochessadoule, Rochegude, Saint-Ambroix, Saint-Brès, Saint-Denis, Saint-Jean-de-Maruéjols-et-Avéjan et Saint-Victor-de-Malcap
  4. Les types de couverts du sol protégés par la Zone spéciale de conservation (ZSP) des Hautes vallées de la Cèze et du Luech incluent 40% de forêts de résineux, 20% de forêts sempervirentes non résineuses, 20% de landes, broussailles, recrus, maquis, garrigues et phrygana, 10% de forêts caducifoliées (dont des Châtaigneraies), 5% de rochers intérieurs et éboulis rocheux, 2% de prairies semi-naturelles humides ou mésophiles améliorées et 2% de pelouses sèches.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bessèges », sur www.ceze-cevennes.fr (consulté le 18 février 2015).
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Long (V5421060) » (consulté le 16 janvier 2015)
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Ganière (V5420520) » (consulté le 16 janvier 2015)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Fagède (V5431000) » (consulté le 16 janvier 2015)
  5. « Forêts à Castanea sativa », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 18 février 2015). Dans Forêts méditerranéennes à feuilles caduques.
    Extrait de « Connaissance et gestion des habitats et des espèces d'intérêt communautaire – Tome 1 – Habitats forestiers », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 18 février 2015) - « Cahiers d’habitats », Natura 2000. Manuel d’interprétation des habitats de l’Union européenne, version EUR 15 - 1999.
  6. « Parc national des Cévennes, Géographie physique », sur www.cevennes-parcnational.fr (consulté le 18 février 2015).
  7. « Climatologie mensuelle à Nîmes », sur infoclimat.fr (consulté le 2 juillet 2010)
  8. Élodie Boschet, « Le projet de tram-bus sur la ligne Alès-Bessèges », sur www.objectifgard.com,‎ 18 septembre 2014 (consulté le 18 février 2015)
  9. « NTECC, ligne bus 230 », sur www.ntecc.fr (consulté le 18 février 2015).
  10. « Liste des lignes de bus du Conseil Général du Gard », sur www.cc-pontdugard.fr (consulté le 18 février 2015).
    Pour Bessèges, voir lignes « TAD52 - Bonnevaux Bessèges », sur www.edgard-transport.fr (consulté le 18 février 2015) et « TAD51 - Chamborigaud - Bessèges », sur www.edgard-transport.fr (consulté le 18 février 2015) (cette dernière les jeudis uniquement).
  11. a, b et c Insee 2012
  12. « "La Maison du secours" », sur maison-retraite.ehpadhospiconseil.fr (consulté le 18 février 2015), maison de retraite de l'EHPAD. Sur le site maison-retraite.ehpadhospiconseil.fr.
  13. « Monuments historiques et monuments protégés de Bessèges » (consulté le 2 mars 2011)
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012
  16. « Pyramide des âges de Bessèges, Recensement 2007 », sur www.recensement.insee.fr (consulté le 18 février 2015)
  17. Cloches de l'église de l'Immaculée-Conception de Bessèges. Sur youtube.com.
  18. [PDF]Office National des Forêts, Direction Territoriale Méditerranée, Daniel Cambon, Isabelle Bassi et Vincent Sauvetre, « État de conservation de la forêt de pins de Salzmann de Bessèges (Gard) », sur www.languedoc-roussillon.developpement-durable.gouv.fr,‎ mars 2011 (consulté le 18 février 2015)
  19. « Fiche et cartographie Natura 2000 - FR3400004 : Parc national des Cévennes, aire d'adhésion », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 18 février 2015)
  20. « Fiche et cartographie Natura 2000 - FR6500005 : Réserve de biosphère des Cévennes, zone de transition », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 18 février 2015)
  21. « Fiche ZNIEFF - 910011807 : Bois de Bordezac et de Bessèges », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 18 février 2015)
  22. « Fiche Natura 2000 - FR9101366 : Forêt de pins de Salzmann de Bessèges », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 18 février 2015)
  23. « Fiche ZNIEFF - 910011811 : Cours moyen de la Cèze », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 18 février 2015)
  24. « Fiche Natura 2000 - FR9101364 : Hautes vallées de la Cèze et du Luech », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 18 février 2015)
  25. « Etude sur la répartition du Barbeau méridional (Barbus méridionalis) dans les Monts d’Ardèche », sur www.parc-monts-ardeche.fr (consulté le 18 février 2015).
    Ed. Conseil Supérieur de la Pêche de l’Ardèche & Fédération de Pêche de l’Ardèche, 2002.
  26. « Les sentiers de randonnée autour de Bessèges », sur cevennes-montlozere.com (consulté le 18 février 2015)
  27. « Blason de la commune », sur www.labanquedublason2.com (consulté le 19 février 2015)