Malarce-sur-la-Thines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Malarce-sur-la-Thines
Village de Thines
Village de Thines
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Les Vans
Intercommunalité Communauté de communes Cévennes et Vivaroises
Maire
Mandat
Alain Nicault
2014-2020
Code postal 07140
Code commune 07147
Démographie
Population
municipale
221 hab. (2011)
Densité 5,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 26′ 48″ N 4° 04′ 23″ E / 44.4466666667, 4.07305555556 ()44° 26′ 48″ Nord 4° 04′ 23″ Est / 44.4466666667, 4.07305555556 ()  
Altitude Min. 172 m – Max. 1 062 m
Superficie 37,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Malarce-sur-la-Thines

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Malarce-sur-la-Thines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malarce-sur-la-Thines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malarce-sur-la-Thines
Liens
Site web www.malarce-sur-la-thines.com

Malarce-sur-la-Thines est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

De nombreux lieux-dits sont situés sur la commune comme le Vert de Thines, qui est situé sur une crête surplombant le hameau de Thines et la vallée de la Thines. Ce lieu est notamment connu pour le rucher sauvage qui y fut découvert il y a quelques années, un très vieux rucher abandonné dans lequel plusieurs colonies d’abeilles étaient encore en activité où est produit le miel du Vert de Thines. Aucune route ne mène au Vert de Thines, la crête est uniquement accessible par une ancienne piste.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Malarce-sur-la-Thines est limitrophe de six communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Montselgues Sablières Saint-Pierre-Saint-Jean Rose des vents
Sainte-Marguerite-Lafigère N
O    Malarce-sur-la-Thines    E
S
Gravières Les Salelles

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les bénédictins de Saint-Chaffre possédaient Thines au Xe siècle, cette dernière étant une étape du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

  • 4 août 1943 : massacre de résistants par l'occupant nazi[2],[3].
  • 1er juillet 1975 : Thines et Lafigère sont rattachées à Malarce, Malarce devient Malarce-sur-la-Thines

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1993 en cours Philippe Faure[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 221 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
358 366 405 404 406 427 472 487 538
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
469 422 397 414 363 332 326 341 348
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
304 281 270 217 216 192 168 132 117
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
100 89 89 200 244 258 248 260 231
2011 - - - - - - - -
221 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église romane Notre-Dame de Thines fut classée monument historique par Prosper Mérimée vers 1850[7]. À appareil polychrome, elle possède un escalier d'accès monumental, un portail monumental avec quatre statues-colonnes, un linteau sculpté, un chevet et des chapiteaux sculptés. La statue de Notre-Dame-de-Thines fut volée en 1975.
  • Église du hameau de Malarce, de style roman.
  • Église du hameau de Lafigère, rénovée en 2007.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument à la résistance, au sein du village de Thines, sculpture originale œuvre de Marcel Bacconnier[8].
  • Maisons anciennes à Malarce.
  • Barrage hydroélectrique sur le Chassezac (alimentant l'usine de Les Salelles) construit en 1968 et d'une retenue de 3,7 millions de m3.
  • Usine hydroélectrique EDF à Lafigère (production annuelle 88 millions de kWh).

Environnement[modifier | modifier le code]

Commune de la zone périphérique du parc national des Cévennes et appartenant également au parc naturel régional des Monts d'Ardèche, Malarce-sur-la-Thines compte plusieurs zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Marie Auzas, Notre-Dame de Thines : Église Romane Vivaroise, Ardèche, Imprimerie Humbert et fils, coll. « Largentière »,‎ 1963, 46 p.
  • Raoul Bacconnier et Marcel Bacconnier, Notre-Dame de Thines. L'église romane de Thines-en-Vivarais., comprenant L'église romane Notre-Dame de Thines-en-Vivarais, Monument à la Résistance, Notes sur Malarce-sur-la-Thine, Lavilledieu : Éd. de Candide ; 07-Aubenas : Impr. Lienhart, 1991.
  • Albin Mazon (Docteur Francus), Voyage autour de Valgorge, 1879 IV Thines, pages 41–56.
  • Albin Mazon, Quelques notes sur l'origine des églises du Vivarais d'après les anciens cartulaires et d'autres documents, Tome I : Les moines de Saint Chaffre en Vivarais, 1891.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]