Aulas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Jean-Michel Aulas
Aulas
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Le Vigan
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Viganais
Maire
Mandat
Jean Boulet
2014-2020
Code postal 30120
Code commune 30024
Démographie
Population
municipale
445 hab. (2011)
Densité 153 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 00′ 04″ N 3° 35′ 14″ E / 44.0011111111, 3.5872222222244° 00′ 04″ Nord 3° 35′ 14″ Est / 44.0011111111, 3.58722222222  
Altitude Min. 264 m – Max. 642 m
Superficie 2,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Aulas

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Aulas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aulas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aulas

Aulas est une commune française située dans le département du Gard en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants se nomment les Aulasiens, Aulasiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé en bordure du Coudoulous, Aulas est préservé dans un écrin de verdure.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans les chartes anciennes, nous trouvons Aulaz in pago Arisdendis (XIIe siècle), Aulatis dans une bulle pontificale de 1156, Aulatio (1239), puis Avolacium lors du dénombrement de la sénéchaussée en 1384.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Gard.
Blason d'Aulas

Les armes d'Aulas se blasonnent ainsi :

D'or à l'aigle de sable, au chef d'azur chargé de trois tours d'argent[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la famille de Bermond d'Anduze et de Sauve gouverne en Cévennes un vaste territoire : la baronnie d'Hierle qui comprend 22 paroisses et 12 châteaux. Lors de la croisade contre les Albigeois, la baronnie st confisquée par le roi de France, les châteaux et forteresses sont démantelés. Elle n'est restituée aux Bermond que très diminuée. D'abord établi à Roquedur, le siège de la baronnie d'Hierle est transféré à Aulas en 1243. En 1275, le baron accorde de nombreux droits et franchises à la cité et à ses habitants. Par la suite, les Bermond cèdent la baronnie à Pons de Saint-Just, évêque de Béziers, lequel la transmet à la famille de Pierre de Pierrefort avant qu'une autre lignée, les Montfaucon, n'en fassent l'acquisition en 1541.

De sorte que si Le Vigan est une terre ecclésiastique et royale, dans la vallée voisine, Aulas est une petite cité commerçante et active où demeure le baron d'Hierle, premier seigneur des Cévennes de l'Ouest après le roi.

Au XVIe siècle, la population d'Aulas devient majoritairement protestante. Le baron d'Hierle Fulcrand de Montfaucon s'oppose avec violence à l'installation de la Réforme et aux pasteurs envoyés prêcher celle-ci. À son château d'Aulas, il préfère séjourner dans sa forteresse de Vissec située en terres restées catholiques ou bien au château Lombard au Vigan (actuel Hôtel de Vissec). Du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Aulas est un centre lainier important des vallées viganaises grâce à ses manufactures de draps qui transforment la laine des brebis des Causses et emploient un grand nombre d'ouvriers. À partir de 1750, cette industrie est concurrencée par les fils de soie et de coton avec lesquels sont tricotés bas et collants. Ce dynamisme économique est complété par la diffusion des idées des Lumières portées et défendues par quelques familles locales : les Bérenger de Caladon à Clapices, les Quatrefages à la Capelle…

En 1789, Alexandre de la Tour du Pin est le dernier porteur des titres de baron d'Hierle et gouverneur de la ville d'Aulas. La révolution entraîne la fin de la baronnie d'Hierle et Aulas perd son titre de ville et les franchises dont elle jouissait depuis 1275. Les troubles et les guerres qui s'en suivent désorganisent les ateliers et les filières d'exportation. Il faut attendre la Restauration et la apix retrouvée pour que l'essor bonnetier permette à Aulas de connaître un nouvel âge d'or symbolisé par les vastes filatures édifiées dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
6 mai 1945 12 janvier 1952 Louis Guibal    
12 janvier 1952 14 mars 1965 André Alauze    
14 mars 1965 13 mars 1977 Daniel Martin    
13 mars 1977 6 mars 1983 Paul Montet    
6 mars 1983 18 juin 1995 Alain Villegas    
18 juin 1995 en cours Jean Boulet DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 445 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
900 858 889 900 999 950 985 1 000 971
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
926 908 864 872 852 843 865 807 741
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
705 703 708 544 570 546 486 447 415
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
384 308 296 338 386 391 439 450 436
2011 - - - - - - - -
445 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La poterne, entrée médiévale du village.
  • Anciens moulins et lavoirs.
  • Statue d'Extinct bâtie en 1965 à l'occasion du centenaire d'Aulas.
  • La place.
  • Château des barons d'Hierle.
  • Vieux pont.
  • Maison Teissier du Cros.
  • Filature Pelon.
  • Église Saint-Martin.
  • Porte de la Capelle.
  • Les traouquets, étroits passages entre les maisons permettant le passage des personnes et la ventilation des rues du vieux villages.
  • Temple portant les inscriptions « Liberté, Égalité, Fraternité » et « République Française ».
  • Château de la Capelle.
  • Colonne des prédicants, Teissier, Roussel et Bénézet, arrêtés en Cévennes et pendus à Montpellier.
  • Château de Clapices.
  • Manoir du Boisset.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Geneste, pasteur clandestin.
  • Jean-Pierre Bérenger de Caladon de la Nuège (1728-1802), officier de cavalerie, partisan de la Grande Encyclopédie, correspondant de Voltaire.
  • Henri Bérenger de Caladon de Lanuejols (1740-1810).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le blason de la commune sur Gaso
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aulas. Dépliant patrimoine. Office de Tourisme des Cévennes Méridionales. 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :