Saint-Jean-du-Pin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Jean-du-Pin
Village de Saint-Jean-du-Pin pris en photo depuis les ruines du Castellas à 285 m d'altitude.
Village de Saint-Jean-du-Pin pris en photo depuis les ruines du Castellas à 285 m d'altitude.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton Alès-Ouest
Intercommunalité Alès Agglomération
Maire
Mandat
Éric Maubernard
2014-2020
Code postal 30140
Code commune 30270
Démographie
Gentilé Pinois
Population
municipale
1 358 hab. (2011)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 07′ 03″ N 4° 03′ 05″ E / 44.1175, 4.051444° 07′ 03″ Nord 4° 03′ 05″ Est / 44.1175, 4.0514  
Altitude Min. 159 m – Max. 561 m
Superficie 13,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Saint-Jean-du-Pin

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Saint-Jean-du-Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-du-Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-du-Pin
Liens
Site web www.saint-jean-du-pin.fr

Saint-Jean-du-Pin est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 3 km au sud-est d'Alès, Saint-Jean-du-Pin est une commune du piémont cévenol, avec ses paysages vallonnés de collines calcaires et boisées, entaillées par des ruisseaux qui peuvent devenir des torrents impétueux pendant les grosses pluies d'automne (l'Alzon et le Lionnais).

Son originalité est liée à son positionnement, inséré entre deux grands ensembles actuellement portés par une forte dynamique :

  • Alès et sa plaine urbanisée ;
  • les massifs cévenols parsemés de villages touristiques.

La commune s'étale sur des espaces de nature très différents : forêts de chênes verts et de châtaigners, zones inondables très rapidement lors d'épisodes orageux, dénivelés importants.

L'enjeu majeur est aujourd'hui de répondre à une forte pression foncière et urbaine du fait de sa très grande proximité avec la ville d'Alès et la venue régulière de nouveaux habitants à la retraite. Il s'agit à la fois de répondre à cette évolution mais également d'assurer la préservation de l'identité culturelle et paysagère de la commune.

La commune s'est dotée d'un nouveau Plan Local d'Urbanisme en 2012.

Histoire[modifier | modifier le code]

Son architecture présente plusieurs mas anciens qui témoignent de son passé agricole et séricicole. Son agencement en village et multiples hameaux lui confère encore les caractères d'une commune rurale d'inspiration cévenole.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement les noms de Dupin et de Pin[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 Michel Plantier PCF  
mars 2008 en cours Éric Maubernard PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 358 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
413 395 382 411 520 504 489 560 609
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
638 589 528 613 602 573 542 537 555
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
592 625 638 559 628 595 605 601 726
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
779 790 847 1 131 1 231 1 219 1 277 1 294 1 358
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jean.

La commune est classée en zone de montagne. Boisée à 70 %, elle offre quelques sites remarquables :

  • tombes préhistoriques (-2 500 ans avant J.C.) ;
  • tables d’orientation du massif de Moncalm ;
  • château de Sauvage et son arboretum créé par Boissier de Sauvage (essences variées et arbres centenaires : le grand cèdre et chênes-lièges) ;
  • entourées d'un écrin de mimosas, les faïsses du hameau d'Auzas, offrent un espace agricole traditionnel de parcelles en étage bordées de murets en pierres sèches ;
  • le hameau de Tresmont, typique de l'habitat cévenol.

Saint-Jean-du-Pin organise sur son sol, depuis 1989, le Festival du Rythme. Chaque année, il regroupe sur plusieurs soirs, la troisième semaine de juillet, une demi-douzaine d'artistes de la scène musicale actuelle, locale comme nationale.

La commune a inauguré en 2012, à proximité de l'école, une sculpture évoquant les apprentissages scolaires. L'œuvre représente les outils que les élèves utilisent au quotidien.

Saint-Jean-du-Pin participe au concours des Villages Fleuris. La municipalité a reçu le prix de la première participation.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011