Saint-Andéol-de-Clerguemort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Andéol.
Saint-Andéol-de-Clerguemort
Saint-Andéol-de-Clerguemort vue depuis le relais de l'Espinas
Saint-Andéol-de-Clerguemort vue depuis le relais de l'Espinas
Blason de Saint-Andéol-de-Clerguemort
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Lozère
Arrondissement Florac
Canton Le Pont-de-Montvert
Intercommunalité Communauté de communes des Cévennes au Mont Lozère
Maire
Mandat
Camille Lecat
2014-2020
Code postal 48160
Code commune 48134
Démographie
Gentilé Andéoliens
Population
municipale
106 hab. (2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 17′ 34″ N 3° 54′ 29″ E / 44.29278, 3.9080644° 17′ 34″ Nord 3° 54′ 29″ Est / 44.29278, 3.90806  
Altitude Min. 379 m – Max. 970 m
Superficie 6,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Andéol-de-Clerguemort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Andéol-de-Clerguemort

Saint-Andéol-de-Clerguemort est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Andéoliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc national des Cévennes.

Entièrement située sur le versant sud du Ventalon, Saint Andéol de Clerguemort est la plus petite, la plus méridionale des communes de la Communauté de communes des Cévennes au Mont Lozère. C’est également la plus densément peuplée (14 habitants au km²).

Saint Andéol de Clerguemort est située à 685 km de Paris, à 300 km de Lyon, Toulouse, Toulon, à 100km du littoral méditerranéen, à égale distance de Florac et d'Alès (45 km), mais aussi de Vialas et du Collet de Dèze (12 km). Saint Andéol de Clerguemort se trouve sur l'artère principale du canton du Pont de Montvert qui est la route des crêtes (CD 35), véritable épine dorsale reliant la Lozère au Gard.

L’accès à notre commune peut se faire par la route à partir de la nationale 106 depuis l’axe de la vallée du Rhône ou depuis l’A 75 ou par le train à partir de la gare d’Alès

Sa superficie de 690 hectares dont 75% en zone cœur du Parc National des Cévennes, correspond à quatre fois la taille de l’Etat du Vatican.

Bordée par les Communes de Collet de Dèze (48), de Chamborigaud (30), de Vialas (48), de Saint Frézal du Ventalon (48), son altitude s’étage de 380m (hameau de Loubreyrou) à 970m (hameau de L’Espinas).

Son relief très tourmenté est caractérisé par les vallées du Dourdon et de ses affluents, creusées dans le schiste. Il est sculpté par l’Homme qui a créé des terrasses appelées faïsses ou bancels pour cultiver les terres.

Au cours du  XXème siècle, les paysages de Saint Andéol de Clerguemort se sont transformés : la majorité des terres agricoles sont devenues des forêts et les pins maritimes ou Laricio et les chênes verts  ont colonisé les vergers de châtaigniers. Des plantations de mélèzes et de pins Douglas sont également apparues à partir des années 60 sur les terrains les plus favorables au châtaignier à bois (bouscas).

Ce changement de biotope a notamment favorisé l’expansion de la grande faune sauvage: sangliers et cervidés s’y sont développés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Andéol-de-Clerguemort

Le blasonnement est : D'azur à Saint Andéol en diacre d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Saint-Andéol-de-Clerguemort
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Daniel Mathieu    
2008   Camille Lecat    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 106 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
376 323 328 325 346 348 351 382 373
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
363 340 325 330 325 314 296 262 299
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
296 272 259 208 200 215 142 98 68
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
57 46 37 44 55 73 84 85 103
2012 - - - - - - - -
106 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :