Saint-Clément (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Clément.
Saint-Clément
Blason de Saint-Clément
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Sommières
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Sommières
Maire
Mandat
Sylvain Renner
2014-2020
Code postal 30260
Code commune 30244
Démographie
Gentilé Saint-Clémentois, Saint-Clémentoises[1]
Population
municipale
331 hab. (2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 49′ 53″ N 4° 01′ 40″ E / 43.8314, 4.0278 ()43° 49′ 53″ Nord 4° 01′ 40″ Est / 43.8314, 4.0278 ()  
Altitude Min. 40 m – Max. 238 m
Superficie 5,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Saint-Clément

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Saint-Clément

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Clément

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Clément

Saint-Clément, Saint-Clément (répartition du subside de Charles VII) 1435, est une commune française située dans le département du Gard en région Languedoc-Roussillon.

Étymologie : Clément, nom de Papes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les communes de Aspères, Salinelles et Lecques sont limitrophes à la commune de Saint Clément. Ses habitants s'appellent des Saint-Clémentois et Saint-Clémentoises.

Saint-Clément, commune de la Communauté de communes de Pays de Sommières, est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale SCOT du Sud du Gard et fait également partie des 34 communes du Pays Vidourle-Camargue (voir liens).

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Clément Blason D'azur au château de deux tours couvertes d'argent, maçonné de sable, soutenu d'un mouton aussi d'argent accosté de deux larmes du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

1815-1816 Guillaume PICARD 1816-1825 Auguste LEBLANC 1825-1830 Pierre SIPEIRE 1830-1841 Jacques BARIN 1841-1845 Jean-Xavier AUDOYER 1845-1848 Pierre JEANJEAN 1848-1871 Jean-Baptiste BARIN 1871-1874 Casimir BARIN 1874-1892 Eugène ROUVIERE 1892-1896 Pierre GALIBERT 1896-1912 Raymond ROUVIERE 1912-1914 Eugène BARIN 1914-1919 Raymond ROUVIERE(remplaçant E BARIN pendant la guerre) 1919-1923 Eugène BARIN 1923-1925 Albin SABATIER 1925-1939 Colonel PERRIER 1939-1942 Charles GALIBERT 1942-1944 Marcel BARIN 1944-1952 Arthur BONNAFOUX Elie QUISSAC 1952-1971 Roger BARIN 1971-1977 Lucien SABATIER 1977-1983 Gérard SIPEYRE 1983-1995 Michel BARIN
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Simone Jeanjean DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Canton[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du canton de Sommières, qui dépend de l'arrondissement de Nîmes et de la deuxième circonscription du Gard dont le député est Gilbert Collard (FN).

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 331 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
121 107 105 151 130 149 130 129 140
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
146 155 141 152 134 109 106 109 120
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
137 138 145 157 139 163 173 129 159
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
160 150 126 113 122 140 222 235 289
2011 - - - - - - - -
331 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :