Saint-Martin-de-Valgalgues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
Saint Martin de Valgalgues
Chevalement de la mine
Chevalement de la mine
Blason de Saint Martin de Valgalgues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton Alès-Nord-Est
Intercommunalité Alès Agglomération
Maire
Mandat
Claude Cerpedes
2014-2020
Code postal 30520
Code commune 30284
Démographie
Gentilé Saint-Martinois
Population
municipale
4 199 hab. (2011)
Densité 320 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 09′ 50″ N 4° 04′ 58″ E / 44.1638888889, 4.08277777778 ()44° 09′ 50″ Nord 4° 04′ 58″ Est / 44.1638888889, 4.08277777778 ()  
Altitude Min. 130 m – Max. 365 m
Superficie 13,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Saint Martin de Valgalgues

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Saint Martin de Valgalgues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint Martin de Valgalgues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint Martin de Valgalgues
Liens
Site web www.saintmartindevalgalgues.fr

Saint Martin de Valgalgues est une commune française située en banlieue nord de la ville d'Alès, dans le département du Gard en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans la périphérie d'Alès, ce fut une ville industrielle importante surtout grâce à l'extraction du charbon. Son urbanisation est de type aéré, elle s'est développée autour des hameaux de Sauvagnac, de Drulhes, du Soulier, de La Vabreille, de la Plaine de Sermeil et de la cité de Camont.

Réalisé par la Communauté d'agglomération du Grand Alès, le Pôle Mécanique Alès-Cévennes se situe sur la commune de Saint Martin de Valgalgues sur le site de l'ancienne mine de pyrite du Soulier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mine de Ladrecht à Saint-Martin-de-Valgalgues au nord d'Alès, chevalement du puits Fontanes, fermée en 1985

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Mont-Valgalgues parfois retranscrit en Mont-Valgue[1].

Située sur le passage de la voie Regordane, Saint Martin de Valgalgues fut une seigneurie appartenant, du XVIIIe siècle[Quand ?] au commandeur de Saint-Christol. Ce fut l'un des berceaux des Mines de charbon des Cévennes, à l'époque de Pierre-François Tubeuf[Quand ?] et des premiers entrepreneurs du charbon français.

Saint-Martin-de-Valgalgues fut touchée par deux catastrophes au fond des puits de mines à la fin du XIXe et en 1912, faisant de nombreuses victimes.

Aujourd'hui il ne reste que quelques vestiges des mines de charbon, la ville s'est modernisée afin d'accueillir les faveurs de commerces pour relancer la démographie. La ville compte deux supermarchés, de nombreux artisans et commerces en tous genres.

Saint-Martin de Valgalgues fait également partie des villes et villages fleuris depuis 2009, elle compte une fleur dans ce classement.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Martin-de-Valgalgues Blason D'or à la fasce d'azur chargée de deux rangées de fusées d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 1989 Adrienne Horvath PCF Députée du Gard (1978-1986)
mars 1989 mars 2001 Georges Petit    
mars 2001 mars 2014 Guy Marrot DL puis UMP  
mars 2014 en cours Claude Cerpedes PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés Saint-Martinois.

En 2011, la commune comptait 4 199 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
369 606 672 710 777 807 925 1 389 1 362
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 472 1 512 1 514 1 503 1 580 1 632 1 543 1 629 1 666
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 810 2 168 2 606 2 520 2 694 2 726 2 624 2 680 3 337
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
3 713 3 404 3 364 4 209 4 487 4 283 4 166 4 134 4 199
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le chevalement en béton du puits Destival (ici dans les années 1960) a été démoli en 2002, celui du puits Fontanes a été préservé, l'ancienne molette du puits Destival a trouvé une place sur un rond-point.
  • Le Pôle Mécanique Alès-Cévennes installé sur la commune : c'est un espace dédié aux sports mécaniques qui est constitué de 5 pistes asphalte et 5 pistes terre.
  • Une église romane du XIe siècle rénovée au XIIe siècle
  • Un important patrimoine industriel lié aux mines et aux carrières.
  • Espace Lafare-Alais, salle polyvalente moderne, inaugurée en 2008, qui accueille régulièrement des spectacles ou des expositions diverses et variées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011