Sumène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sumène (homonymie).
Sumène
Sumène, vue depuis le sommet du Ranc de Banes.
Sumène, vue depuis le sommet du Ranc de Banes.
Blason de Sumène
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Sumène
(chef-lieu)

Conseiller général : William Toulouse

Intercommunalité Communauté de communes des Cévennes gangeoises et suménoises
Maire
Mandat
Jérôme Morali
2014-2020
Code postal 30440
Code commune 30325
Démographie
Gentilé Suménois
Population
municipale
1 633 hab. (2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 55″ N 3° 42′ 58″ E / 43.9819444444, 3.7161111111143° 58′ 55″ Nord 3° 42′ 58″ Est / 43.9819444444, 3.71611111111  
Altitude Min. 175 m – Max. 933 m
Superficie 36,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Sumène

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Sumène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sumène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sumène
Liens
Site web sumene.fr

Sumène est une commune française située dans le département du Gard, dans la région Languedoc-Roussillon. Chef-lieu du canton éponyme, la commune appartient à la communauté de communes des Cévennes gangeoises et suménoises, regroupant 13 communes des départements du Gard et de l'Hérault. Elle se situe au sud de la région naturelle des Cévennes.

La commune est également située dans la zone périphérique du parc national des Cévennes, ainsi qu'au confluent de deux rivières, le Rieutord et le Recodier.

Ses habitants sont appelés les Suménois.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte des environs du village avec les nom et les limites des communes limitrophes.
Carte

Sumène est située en région Languedoc-Roussillon, à l'ouest du département du Gard et au sud-ouest de la région naturelle des Cévennes.

La commune est située, à vol d'oiseau, à 552 km au sud-est de Paris[1], à 54 km au nord-ouest de Nîmes[2], à 43 km au nord de Montpellier[3], à 9 km à l'est du Vigan[4] et à 5 km au nord de Ganges[5].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sumène
Saint-André-de-Majencoules Saint Martial Saint-Roman-de-Codières
Roquedur Sumène Cambo (La Cadière-et-Cambo)
Saint-Julien-de-la-Nef Ganges Moulès-et-Baucels

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 3 659 hectares[M 1] ; son altitude varie entre 175 et 933 mètres[6].

Le territoire de la commune de Sumène est situé dans une zone de basse montagne du sud-ouest du massif des Cévennes, à l'extrémité sud du Massif central. Le sommet nommé le plus haut de la commune est la Montagne de la Fage, à l'est, qui culmine à 922 m[M 1]. Les autres sommets principaux situés sur le territoire la commune sont le Ranc de Banes, situé au sud-est de la commune, à une altitude de 713 m[M 1], le Pain de sucre, à 792 m[M 1], les Jumeaux, à l'ouest, à 515 m et 525 m[M 1] et, au nord, le Castanet Pinoch et Piecam, en limite communale avec Saint-Roman-de-Codières[M 1], respectivement à 594 m et à 797 m.

Le sol de la commune est constitué, au centre et à l'ouest de schiste, au sud-est de calcaire, où l'on trouve de nombreuses grottes[7] et, au nord de granit[M 1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur de l'ancien moulin prise depuis un pont en août 2012 le long de la rivière, le Rieutord.).
Le Rieutord et l'ancien moulin.

La commune est située dans la vallée du Rieutord, un affluent gauche du fleuve côtier de l'Hérault. Le Rieutord, qui traverse le territoire de la commune du nord au sud, est, en aval du village, très souvent à sec, avec des écoulements souterrains jusqu'à sa confluence à Ganges[M 1]. Cependant, les crues du Rieutord peuvent être torrentielles, en particulier lors des épisodes cévenols[M 1], comme le montre une des ses crues mémorables, qui s'est produite le 30 septembre 1958, juste après un épisode cévenol[8]. Son affluent, le Recodier, traverse le village du nord-est au sud-ouest[M 1]. Le point de confluence des deux rivières se situant au chef-lieu de la commune.

L'Hérault longe le territoire de la commune au nord-ouest et marque les limites avec les communes de Roquedur et de Saint-André-de-Majencoules.

On trouve également quelques ruisseaux, au nord et à l'est du territoire, tels que le Ruisseau des Ayres[9], le Ruisseau du Cayla[10], le Valat de Coste Male[11], le Valat des Gours[12], le Ravin du Bois[13], une partie du Ravin du Soulié, qui traverse aussi la commune de Moulès-et-Baucels[14], une toute petite partie du Ruisseau de la Garenne, son affluent, qui traverse également Moulès-et-Baucels[15], ainsi qu'une petite partie de l'Argentesse[16], formé par de nombreux ruisseaux en provenance de la montagne de la Fage[17], marquant la limite du territoire à l'est, avec La Cadière-et-Cambo.

Enfin, on trouve également, sur le territoire de la commune, deux stations de mesures des eaux souterraines à partir de sources naturelles : la source de Theron[18], à Cézas, et la source des Poujades[19] ; ainsi qu'une autre station, à partir d'un forage artificiel, au Ranc de Banes[20].

Climat[modifier | modifier le code]

Selon la classification de Köppen, le climat de Sumène est « méditerranéen » (Csb). Les hivers sont donc relativement doux et humides tandis que les étés sont de nature chaude et sèche, même si la neige et le gel sont fréquents sur le territoire de la commune l'hiver[21].

La station météorologique la plus proche du village se trouve à Vendargues, à 41,2 km à vol d'oiseau[22].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Plan simplifié des routes et rivières du village (avec la présence du Ranc de Banes).
Carte simplifiée des routes et rivières de Sumène.

Depuis Ganges, Sumène est accessible par la route départementale D4[23] (dans le département de l'Hérault), puis par la D11[24],[M 2] (dans le département du Gard). Au nord-ouest de Sumène, la D11 rejoint la route départementale D999[25],[M 2] (ancienne route nationale 99) qui donne accès au Vigan.

La D317 relie Sumène à la commune de La Cadière-et-Cambo en passant par les hameaux de Sounalou et Cézas[M 2].

La commune de Saint-Roman-de-Codières est également accessible via la D153[M 2] et la D20 relie le village à Saint-Martial en passant par le hameau de Sanissac[M 2].

Enfin, la D11A permet d'accéder aux hameaux de Pinoch et du Castanet[M 2].

La ligne d’autocars CCC2[26] du réseau de transport Edgard (liaison Ganges - Sumène - Saint-Roman-de-Codières) permet d'assurer des correspondances à Ganges pour rejoindre Nîmes ou Le Vigan (ligne D40[27] du réseau Edgard) ou Montpellier (ligne 108[28] du réseau Hérault Transport).

La gare ferroviaire la plus proche est celle d'Alès, située à 53,8 km par la route et 34 km à vol d'oiseau[29]. Les gares ferroviaires de Montpellier et de Nîmes sont, quant à elles, respectivement situées à 52,4 km[30] et à 54,5 km[31] de Sumène, par le réseau routier.

Les aéroports les plus proches sont ceux de Montpellier et de Nîmes, respectivement situés à 70,6 km[32] et 74,2 km[33] de Sumène, par le réseau routier.

Un projet de voie verte, sur le tracé de l'ancienne voie de chemin de fer, reliant Ganges au Vigan, en passant par Sumène, est à l'étude mais pas encore[Quand ?] concrétisé, en raison de problèmes économiques[34]. Au mois de février 2014, le projet, toujours à l'étude, semble se concentrer à la parcelle Ganges-Sumène uniquement[35].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Il y a, sur le territoire de la commune, de nombreux hameaux et mas[M 2], les principaux étant Le Pouget, Pont d'Hérault, en bordure de l'Hérault, à l'ouest du village, Le Castanet, Sanissac, Le Vialaret, Metgès, Sounalou, où, d'après certains écrits, se trouvaient auparavant un château, le château d'Ayres, ainsi qu'une petite église, les deux ayant aujourd'hui disparu[17], Pinoch[M 1] et Cézas, à l'est, où se trouve le Prieuré Saint-Martin de Cézas et qui était, jusqu'en 1959, un village indépendant[36].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 1 128, alors qu'il n'était que de 934 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 64,1 % étaient des résidences principales, 29,6 % des résidences secondaires et 6,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 78,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 21,0 % des appartements[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants, était de 72,0 %, stable par rapport à 1999[I 3].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme la plus ancienne est Sumena, attestée en 1150[37]. C'est à l'origine un hydronyme qui s'est fixé par la suite comme toponyme. La racine est identique à celle de la Somme, Sumina latinisé en Sumara, mais avec glissement de l'accent[38]. Le type Sumena remonte au gaulois *Su-mēnā « la bien douce »[39].

Le nom du village pourrait également dériver de Surmine. La présence de houille, de plomb et de fer aux alentours pourrait renforcer cette opinion[40]. Sumène pourrait également être assimilé, d'après le dictionnaire celtique d'Alfred Holder, au mot ruhe, désignant la tranquillité[40].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les traces les plus anciennes d'habitat humain, sur le territoire de la commune, remontent à la Préhistoire, où des vestiges d'habitations, des tessons de poteries[M 3],[41], ainsi que des outils en silex taillé et des dents d'ours[34], ont été retrouvés dans les grottes et les falaises du Ranc de Banes[7]. On a également trouvé, sur le territoire de la commune, de nombreux mégalithes[7]. La région était déjà habitée 4000 avant J-C[M 3],[41].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Dès l'an 100 avant Jésus-Christ[M 3] les Romains occupent la région et construisent de nombreuses voies de communications, Sumène étant située sur la route des Ruthènes, une voie de communication reliant Nîmes à Millau[7]. Ils exploitent également la mine de fer des Jumeaux[7] et érigent un temple, aujourd'hui totalement disparu, dédié à Mercure[34]. Le village est conquis par les Wisigoths en 450[M 3], ce qui explique la présence d'un cimetière wisigoth dans le village. Il ne reste de cette époque presque plus de vestiges. Les monuments les plus anciens encore visibles aujourd'hui datent du début du Moyen Âge.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur (prise en août 2012) du Portail de la Font de Ville, seul morceau des remparts à ne pas avoir été détruit.
Portail de la Font de Ville.

En 750 environ, les Sarrasins ravagent la région et sont arrêtés peu après par Charles Martel, à Nîmes[M 3].

Au IXe siècle, des moines bénédictins s’installent sur la rive gauche du Rieutord et construisent une église fortifiée, qui sera détruite lors de la Réforme[M 3],[7]. Ils fondent le quartier de « La Coural », mettent en place les premières cultures en terrasses, où ils cultivent de la vigne, des céréales et des oliviers. Ils établissent aussi les premiers systèmes d'irrigations[34] et bâtissent de nombreux moulins[34]. La culture des châtaigniers se met également en place et ils commencent à exploiter les mines du Sounalou, des mines de charbon[7].

En 1138, la paroisse de Sumène verse une redevance annuelle de 456 litres de châtaignes fraîches au monastère Saint-Sauveur d'Aniane[41].

En 1307, Bertrand de Pierrefort, seigneur de la terre voisine d'Hierle, demande l'établissement de marchés et de foires dans le village[42].

En 1384, le village compte 17 feux, ce qui correspond à environ 80 personnes[41],[42].

Au Moyen Âge, le village est une importante cité commerciale, où transitent, en direction du nord, du sel, du vin et de l'huile et en direction du sud, de la viande, du fromage, du lait et du cuir[34].

Renaissance et Période moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle Sumène est, après la commune voisine du Vigan, la ville la plus importante de la région[43].

Des faubourgs, probablement ceux du Pied-de-Ville, sont cités dès 1515[42].

En 1530, le village, qui est divisé en sept parties, est protégé par une enceinte percée de huit portes. Cette dernière, présente dès 1412 ou 1414, comme le prouve à cette époque la présence d'un capitaine des fortifications[42], mesure entre huit et dix mètres de haut, fait environ deux mètres d'épaisseur, est probablement bordée d'un fossé et est jalonnées de six tours[42]. L'entrée principale du village, vers Ganges, est défendue par une tour de trois étages[M 3].

Il n'en reste presque plus rien aujourd'hui, le seul vestige encore visible étant le portail de la Font de Ville, qui fut le seul morceau de rempart à ne pas avoir été détruit.

Les lieux principaux du village, à l'époque, sont le château féodal, le four banal, la maison Consulaire, la chapelle Saint Jaume et le Clos Soubeyran[M 3].

Entre les années 1490 et 1560, Sumène doit son essor économique à la tonnellerie, qui s'est maintenue jusqu'au XIXe siècle et que le village exportait dans tout le Languedoc et le sud de la France, jusqu'en Algérie, par le biais des ports de Marseille et de Sète[34]. La corporation des tonneliers est si puissante qu'elle possède une chapelle dans l'église[34]. Le village doit aussi son essor à l'industrie lainière et à celle du cuir[7],[34]. C'est également à cette époque que la population suménoise s'est massivement tournée vers le protestantisme. En 1568, Balthazar de Saint Étienne, baron de Ganges et seigneur de Saint-Martial, tente, en réponse à la Michelade, de reconquérir le village, pris par les Huguenots. Il y arrive temporairement avant de d'être tué lors de la reprise du village[41]. La ville est d'ailleurs restée 80 ans sans prêtre et a été la seconde ville du Gard à avoir été pourvue d'un pasteur, après Nîmes[7]. Cependant, elle repassera massivement au catholicisme après la Révocation de l'édit de Nantes[7].

En 1640, la commune compte 16 moulins sur son territoire[44].

Au XVIIe siècle, une école de menuiserie célèbre s'est également développée à Sumène. Elle se caractérisait par la production d'armoires et de placards en noyer, comportant des panneaux sculptés et une importante ornementation[45]. Les « armoires de Sumène » étaient réputées dans tout le Languedoc et plusieurs musées du Gard et de l'Hérault en possèdent encore.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur représentant une culture d'oignon en gros plant. Les bulbes semi-enterrés sont en cours de grossissement et le feuillage est encore vert.
Culture d'oignon doux des Cévennes.

Installé à la confluence du Rieutord et du Recodier, Sumène subit régulièrement des épisodes cévenols qui font des ravages. C'est le cas le 10 octobre 1795[46] puis le 5 octobre 1812[46]. Le village sera encore inondé en 1840 et le 5 octobre 1847[46].

Le déclin de la ville commence au XVIIIe siècle avec la construction d'une route reliant Ganges au Vigan, qui met Sumène a l'écart des grandes routes commerciales[M 3],[7]. Cependant, il est enrayé par le fait que, du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle, la commune se tourne vers la sériciculture, comme la majeure partie des Cévennes[41]. Son activité, antérieure à la Révolution, à commencé à se développer après l'hiver de 1709, qui gela une grande partie des châtaigniers et poussa les habitants à se tourner vers une autre activité. En 1760 Sumène compte déjà 16 métiers à soie et 67 métiers à laine[M 3].

C'est à cette époque que la région de Ganges devient la capitale de la bonneterie.

En 1860, la moyenne de production de cocons est de 1 200 quintaux par saison[M 3]. Sumène abrite, à son apogée, douze filatures, le long du Rieutord et trente magnaneries[M 3],[7]. Au milieu du XIXe siècle le village compte 800 000 mûriers[34]. La première récolte des feuilles servait à l’engraissement des vers à soie et la seconde à celle des agneaux [34]. Les bas de soie produits à Sumène et dans sa région, deviennent célèbres et sont exportés partout dans le monde, jusqu'en Russie, en Argentine et au Vatican[34]. Aujourd'hui, l'ancienne filature du Diguedan est le parfait exemple de l'architecture typique de ce genre de bâtiment (vastes pièces, bon éclairage...).

Cependant, au milieu du XIXe siècle, une maladie, la pébrine, décime les vers à soie[41]. En une dizaine d'années seulement, la production de cocons chute de 76 % dans l'ensemble des Cévennes. La catastrophe est telle que le ministère de l'agriculture de l'époque sollicite l'aide de Louis Pasteur pour éradiquer la maladie et sauver les récoltes[41].

Entre temps, une nouvelle maladie, causée par l'ingestion de feuilles de mûriers infectées, apparaît : la flacherie[41]. Après trois séjours dans les Cévennes, en 1869, Louis Pasteur parvient enfin à trouver un remède aux deux maladies dévastatrices[41]. Cependant, alors que la pébrine est quasiment éradiquée, la flacherie continue malgré tout à causer des ravages.

Malgré le sauvetage des récoltes, la concurrence asiatique à raison de la sériciculture, qui décline progressivement dans les Cévennes et dans toute l'Europe[41]. Les dernières grandes magnaneries de la région ferment dans les années 1930[41].

La production de châtaignes disparaît et les châtaigneraies deviennent peu à peu des terrains en friche, principalement en raison de la pauvreté des sols exploités et de l'apparition de la maladie de l'encre dans les années 1870[41]. Plus tard, dans les années 1950, le chancre de l'écorce décime les dernières exploitations encore en activités[41].

Le village possède également, en 1850, 25 hectares d'oliviers, qui produisent 80 000 litres d'huile, que le village vend ensuite[M 3].

En 1903, Sumène abrite 2 756 habitants[47]. Le 16 février 1906, la population du village, très catholique, s'oppose massivement aux inventaires[48],[49] et s’enferme alors dans l'église. La porte doit être enfoncée à la hache par des soldats venus en train de Nîmes : elle en garde encore aujourd'hui les traces.

En 1909, une épidémie de fièvre de Malte frappe la commune et les villages voisins, principalement Saint-Martial, Saint-Roman-de-Codières[50] et le hameau de Sanissac. L'épidémie est finalement stoppée dans le courant de l'année 1910, en particulier grâce au docteur Paul Cantaloube, alors médecin dans le village. Il découvre que la maladie est propagée par le lait et les fromages de chèvres, qui sont contaminées[50].

Le 9 mai, ou 11 mai[51], 1929 un train partant du Vigan, en direction de Nîmes, déraille sur la voie ferrée entre Sumène et Ganges[52]. En raison d'un éboulement de rochers sur la voie ferrée, les deux fourgons de tête ainsi que deux wagons voyageurs sortent des rails et barrent la voie. La locomotive est rejetée contre la montagne. Malgré la violence de l'accident on ne compte aucun morts et que quatre blessés légers, le train ne transportant que quelques passagers.

Durant la Seconde Guerre mondiale, certains jeunes du villages se cachent dans les mines de Sounalou pour éviter le Service de travail obligatoire mis en place par les nazis[34]. Ces dernières ferment peu après, durant les années 1950[17].

Entre 1959 et 1965, une route est construite entre Sumène et le hameau de Cézas, rattaché à la commune six ans auparavant, pour désenclaver ce dernier[17].

Le 30 septembre 1958, une terrible inondation, provoquée par le Rieutord après un nouvel épisode cévenol, ravage le village et toute la région[8],[34]. Une plaque située près de l'ancienne mairie indique le niveau de l'eau lors de l'inondation. À ce jour, la dernière catastrophe naturelle a eu lieu en octobre 1995. Elle a provoqué d’importantes coulées de boue autour et dans le village [53].

En raison des crises économiques et des nombreux problèmes rencontrés sur les productions traditionnelles, depuis la fin du XIXe siècle, la population de Sumène, tout comme celle de la région, diminue fortement ; en 1990 il n'y a plus que 1 417 habitants dans le village[36], alors qu'en 1872 il y en avait 3 135[36].

Cependant on assiste, depuis la dernière décennie du XXe siècle, à une hausse de la population. Elle est due à l'arrivée de nouveaux habitants, en particulier des citadins qui tentent d'échapper aux contraintes des grandes villes. Entre 1990 et 2011, la population de la commune a ainsi augmenté de 15%[54].

Aujourd'hui, après le déclin de l'industrie textile, le village développe le tourisme vert et une agriculture de qualité :

  • depuis une vingtaine d'années, la commune produit, tout comme les communes voisines, des oignons doux, aussi appelés raïolette. Elle fait en effet partie de la zone délimitée à l'AOC et à l'AOP Oignon doux des Cévennes[55]. Les recherches effectuées dans le but de cette obtention ont permis de découvrir que cet oignon est en fait cultivé depuis le Moyen Âge. La Notice historique sur les paroisses de Sumène, écrite en 1873 par l'Abbé Goiffon, rapporte même l'existence d'une dîme sur l'oignon doux en 1409, ce qui révèle sa production et son existence à l'époque, ainsi que sa grande valeur économique pour les habitants[41],[56],
  • le village et la région alentour sont également labellisés site remarquable du goût : oignon doux des Cévennes[57]
  • la commune fait également partie de la zone délimitée à l'AOC et à l'AOP du pélardon, un petit fromage de chèvre[M 3],[58],
  • une production de jus de kiwis est également présente sur le territoire de la commune[7] et
  • quelques agriculteurs du village et de Saint-Martial, commune voisine, tentent de réhabiliter d'anciennes plantations de châtaignes[41],[7].

Sumène renoue aussi avec son passé soyeux abandonné au profit du nylon après la Seconde Guerre mondiale. Depuis 1996 une entreprise locale s'est lancée dans la fabrication de bas de soie de très haute qualité en remettant en fonctionnement de vieux métiers à tisser. L'entreprise travaille pour des marques de haute-couture et exporte dans plus de 30 pays[59],[60]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des référendums depuis 1992[modifier | modifier le code]

Résultats des élections municipales[modifier | modifier le code]

En 2008, le conseil municipal était constitué de 15 membres, 13 ont été élus dès le premier tour et deux à l'issue du second tour[76].

Au premier tour des élections municipales de 2014, la liste « divers gauche » conduite par Jérôme Morali a obtenu 51,57 % des suffrages exprimés et l'autre liste « divers gauche » conduite par le maire sortant, Ghislain Pallier, a obtenu 48,42 %, le taux d'abstentions était de 22,94 %. Le conseil municipal est donc constitué de 15 membres issus de la liste arrivée en tête et de 4 membres issus de la seconde liste[77].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Compte tenu du nombre d'habitants dans la commune lors du dernier recensement, le conseil municipal est composé de 19 membres conformément au Code général des collectivités territoriales[78].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur de l'ancienne mairie (devenue office du tourisme le 14 juillet 2013 suite au déménagement de la mairie dans de nouveaux locaux.
L'ancienne mairie.
Liste des maires successifs[79],[80]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
4 février 1790 20 juillet 1790 Michel Rouveyre   Curé
1790 14 octobre 1790 Avid   Traiteur
1790 1791 Jean Ratier    
15 novembre 1791 1792 Jean Molis    
19 août 1792 1796 Laget    
1796 1797 Jean-Marie Tarteron   Patron de filature. Président de l'administration cantonale
1798 1799 Brunel   Commissaire du gouvernement
octobre 1799 20 avril 1801 Jean Ricateau    
1801 septembre 1803 Jean Molis    
septembre 1803 mai 1816 Jean-Marie Tarteron   Patron de filature
mai 1816 septembre 1818 Henri Malien    
25 septembre 1818 août 1821 Jean-Marie Tarteron   Patron de filature
août 1821 9 février 1829 Jean Servière   Magistrat
février 1829 décembre 1830 Pierre-Henry de Massanne   Ancien officier de l'armée
décembre 1830 février 1832 Jean-Marie de Tarteron   Patron de filature
février 1832 1842 Pierre-Henry de Massanne   Ancien officier de l'armée
19 février 1842 1848 Pierre Pibarot   Notaire royal
8 août 1848 1871 Antoine Cambon   Négociant, fabricant de bas
14 mai 1871 1877 Jean-Marie-Isidore Boiffils de Massanne Légitimiste Docteur en droit, écrivain
1877 1881 François Charles Ménard Conservateur royaliste  
1881 1882 Louis Delpuech Conservateur  
30 avril 1882 1883 François Charles Ménard Conservateur  
15 avril 1883 1912 Auguste Alexandre Foulquier Conservateur royaliste Industriel
19 mai 1912 1919 Antoine Félix Adrien Saby Conservateur royaliste Industriel
10 décembre 1919 1925 Louis de Clercq Conservateur royaliste Ingénieur
17 mai 1925 1935 Ferdinand Sabatier Conservateur royaliste  
2 janvier 1935 1944 Louis Roujon Conservateur royaliste Médecin
16 janvier 1944 septembre 1944 Maurice Castanier    
1944 1945 Joël Mery   Président du comité de Libération
6 mai 1945 1953 Marius Laporte    
10 mai 1953 1970 Charles-Henri de Clercq[81] DVD Conseiller général
1 octobre 1970 1971 Jean Michel DVD Patron de tonnellerie
25 mars 1971 1983 Léandre Danjou DVD Ingénieur
18 mars 1983 juin 1995 Maurice-Yves Castanier DVD Industriel textile/Conseiller général
juin 1995 mars 2001 André Serra SE Instituteur retraité
mars 2001 mars 2008 William Toulouse DVG Enseignant
mars 2008 mars 2014 Ghislain Pallier DVG Entrepreneur de travaux publics
mars 2014 en cours Jérôme Morali DVG Artisan maçon[82]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Sumène relève du tribunal d'instance d'Alès, du tribunal de grande instance d'Alès, de la cour d'appel de Nîmes, du tribunal pour enfants de Nîmes, du conseil de prud'hommes d'Alès, du tribunal de commerce de Nîmes, du tribunal administratif de Nîmes et de la cour administrative d'appel de Marseille[83].

La commune possède un poste de gendarmerie et une caserne de pompiers[84].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sumène n'est jumelée avec aucune commune[85].

Mais le 24 avril 2013, une première charte de jumelage a été signée[86] avec le village de Quistinic en Bretagne. Le 27 janvier 2014, un contrat de partenariat a été conclu. Mais le conseil municipal de Sumène a décidé le 24 novembre suivant de mettre fin au jumelage [87].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 633 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 822 2 575 2 674 2 692 3 017 3 075 2 978 3 033 3 027
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 952 2 920 2 829 3 135 3 029 2 880 2 891 2 865 2 756
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 537 2 508 2 395 2 217 2 399 2 286 2 005 2 030 2 102
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 139 1 913 1 702 1 613 1 417 1 492 1 523 1 509 1 614
2011 - - - - - - - -
1 633 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2004[88].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie de Montpellier[89].

Elle administre une école maternelle et une école élémentaire communales et dispose d'une école élémentaire privée[90],[84].

Les deux collèges les plus proches, un public et un privé sont situés à Ganges[M 4], quant aux lycées, un public est situé au Vigan et un lycée agricole privé se trouve à Ganges[M 4].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année les « Elvis Platinés » organisent les Transes cévenoles, un festival qui regroupe le dernier week-end de juillet des groupes musicaux et des artistes de rue[91].

Le comité des fêtes de Sumène organise la fête votive du village aux alentours du 15 août, avec un feu d'artifice[M 5].

Une autre fête, la fête de la Soupe était également organisée dans le village, par l'association Teuf-Teuf, mais celle-ci ne fut plus organisée pour des raisons financières à partir de 2012[92].

Tous les ans, au mois de juin, les associations La Pena Toro Castano et les amis de Gédéon organisent chacune un feu de joie sur le territoire de la commune[M 5].

Une course de côtes est également organisée sur les hauteurs du village, par l'association Sport automobile, tous les ans, début juillet, depuis 1995[M 5]. Elle compte pour le classement de la coupe de France et fait environ 1,2 km[M 5].

Enfin, la commune est située sur le tracé du critérium des Cévennes[93].

Santé[modifier | modifier le code]

On trouve, à Sumène, deux infirmiers, deux kinésithérapeutes, une pharmacie et un médecin[M 6].

Les centres hospitaliers les plus proches sont la polyclinique St Louis à Ganges et l'hôpital local du Vigan[M 6].

Il y a également une maison de retraite dans le village[M 7].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède un stade municipal, dans lequel sont organisées les rencontres sportives et les matchs, ainsi qu'un terrain de tennis et une salle des sports, appelée Le Passit[94].

On trouve, dans le village, une dizaine d’associations sportives, dont un club de tennis, un de badminton, un de course automobile, qui organise chaque année la course de côtes, deux de football, dont un pour séniors, un de spéléologie, un de boxe, un de basket-ball, un de gymnastique et deux de pétanque[M 8].

Médias[modifier | modifier le code]

La radio du diocèse de Nîmes, Ecclesia, dispose d'un émetteur dans les environs de Sumène[95]. De plus, d'autres radios locales émettent dans la région, comme Radio Sommières ou Radio Escapades, qui sont partenaires des Transes cévenoles[96] ou encore France Bleu Gard Lozère.

En plus des chaînes nationales, la chaîne régionale publique France 3 Languedoc-Roussillon et la chaîne régionale privée TV SUD Camargue Cévennes, regroupée à la chaîne TV SUD Montpellier, émettent dans la région.

La presse régionale est présente avec les quotidiens Midi libre et La Marseillaise. La mairie édite également un bulletin d'informations municipales, « Vivre à Sumène », distribué gratuitement à la population[97].

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune dépend du district paroissial catholique Saint-André-de-Majencoules et Sumène au sein du diocèse de Nîmes. Ce district paroissial regroupe douze clochers dont celui de Sumène pour lequel le lieu de culte est l'église Notre-Dame[98],[99].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 20 274 €, ce qui plaçait Sumène au 30 752e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[100].

En 2009, 62,8 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[I 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 895 personnes, parmi lesquelles on comptait 68,9 % d'actifs dont 59,2 % ayant un emploi et 9,8 % de chômeurs[I 5].

On comptait 292 emplois dans la commune, contre 324 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 534, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 3] est de 54,8 %, ce qui signifie que la commune offre un peu plus d'un emploi pour deux habitants actifs[I 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Sumène comptait 172 établissements : 32 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 20 dans l'industrie, 29 dans la construction, 71 dans le commerce-transports-services divers et 20 étaient relatifs au secteur administratif[I 7].

En 2011, quinze entreprises ont été créées à Sumène[I 8], dont neuf par des auto-entrepreneurs[I 9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments classés[modifier | modifier le code]

Sumène ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire[101].

Patrimoine industriel[modifier | modifier le code]

Dix-huit monuments de la commune figurent à l'inventaire général du patrimoine culturel de la France : usine de préparation de produit minéral (usine d'agglomération de houille) des mines de Sumène[102], filature (filature de soie) dite filature Veuve Mollis[103], usine de bonneterie de soie et de nylon dite Bonneterie Suménoise[104], usine de bonneterie de soie Cannat[105], mine de fer, zinc, et plomb des Deux Jumeaux[106], usine de bonneterie de nylon SITEC[107], usine de bonneterie de soie et de nylon La Séda[108], usine de bonneterie de soie et de nylon Monna, actuellement La Coste[109], filature (filature de soie) dite Filature Mauries[110], filature de soie de Tarteron[111], filature de soie, usine de bonneterie, puis ganterie Dussol[112], filature de soie Bonneru[113], filature de soie Baumes ; puis cartonnerie Massal[114], mine de houille de Soulanou[115], filature de bourre de soie Martin[116], filature, moulinerie (filature de Soie, moulinerie de soie) dite filature Journet[117], filature, moulinerie (filature de soie, moulinerie de soie) dite Filature Ducros[118] et moulin à blé, filature et moulinerie de soie de Calvières, puis Ducros[119].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sumène est riche d'une vingtaine de bâtiments d'intérêt historique ou architectural, datant en partie du Moyen Âge[7] :

  • L'église Sainte-Marie Notre-Dame commence à être construite en 1689 à la place de 6 maisons achetées et détruites. Le clocher est bâti en 1750. L'église a été agrandie vers le chevet en 1846, le clocher ayant été déplacé et rehaussé. Les peintures datent de 1891[120].
  • Le temple, qui fut construit en 1842[84]. C'est le troisième du village.
  • Les vestiges d'un cimetière wisigoth, remis au jour lors de fouilles archéologiques[34].
  • L'ancien cimetière, utilisé du VIIIe au XIXe siècle. Abandonné au profit d'un nouveau site à partir de 1884, son mur et ses tombes ont été détruits vers 1904 pour laisser place à un jardin public.
  • Le monument aux morts qui a été inauguré le 11 novembre 1923 en présence du général Jean-Baptiste Marchand, alors conseiller général du canton de Sumène. Les noms de 91 poilus décédés durant la Première Guerre mondiale y sont inscrits[121].
  • L'Office de tourisme, installé dans l'ancienne caserne et prison, devenue mairie en 1787[122] jusqu'à son transfert dans un nouveau bâtiment depuis juillet 2013[M 9],[123]. Sa façade a été remaniée au début des années 1920.
  • L'ancien moulin à eau, construit au XIIe siècle, qui a été un moulin à blé, à châtaigne puis à huile et qui a été plusieurs fois ravagé par les inondations.
  • L'ancienne gare est située sur la ligne du Vigan à Quissac. Elle a nécessité l'existence de nombreux viaducs et tunnels longeant la vallée du Rieutord puis, après Sumène, d'un tunnel long de 1,346 m[124] pour rejoindre la vallée de l'Hérault. Construite dans les années 1870, elle a été inaugurée le 20 juillet 1874[125]. Elle permettait d'exporter toutes les marchandises du secteur, comme la bonneterie, la ganterie et les produits de l'agriculture. La ligne a été fermée pour les passagers le 9 mars 1969[34] et pour les marchandises le 1e avril 1987[125].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • La tour dite le Font de Ville qui a été la demeure de l'un des premiers pasteurs du bourg : Abraham de Saint Loup, et qui est la seule tour des remparts à ne pas avoir été détruite. Son portail date du XIIe siècle. La porte de la tour se nomme Porte de la Fontaine Vieille[84]. Un ancien bec de gaz est présent dans un mur juste à côté de la tour.
  • L'ancien hôtel la Galère, datant des XIIIe et XIVe siècles.
  • Les Erbuns, des passages souterrains qui donnaient accès aux anciens remparts. Ce lieu, qui dessert aujourd'hui les caves de certaines habitations du vieux village, est également appelé chemin de ronde. Ils furent construits pendant la Guerre de Cent Ans pour se protéger des Anglais, présents au Vigan[34].
  • L'ancien four banal qui appartenait depuis environ 1520 à la famille Étienne, seigneur de Saint-Martial. La population avait l’obligation de l'utiliser. Son local servit également de salle de réunion aux Jacobins pendant la Révolution française.
  • Le porche des Bémis, construit du Xe au XIIe siècle, qui était le passage obligé, au Moyen Âge, pour aller à Saint-Martial ou à Saint-Roman-de-Codières. Son nom, Bémis, qui signifie, en occitan, bohémiens serait dû à une légende racontant qu'ils se réfugiaient sous le porche lors des intempéries.
  • Le Plan qui est la place centrale du village. Elle fait la liaison entre le vieux village médiéval et les habitations modernes. Autrefois, elle abritait de nombreux mûriers, aujourd'hui remplacés par des platanes [34].
  • La porte du Pied-de-Ville, aussi surnommée Arceau de Pied-de-Ville[84], sur lequel on peut lire la devise du village, datant des guerres de Religion : Ayant Dieu pour défense, nous ferons résistance. Au XVIIIe siècle, le quartier du Pied de Ville abritait divers artisans, comme des cordonniers, des tisserands ou des tonneliers.
  • Une façade Renaissance dans la Grande-Rue, avec une très ancienne plaque sur laquelle est gravée En l'an 1572 le quintal de froment valait dix livres R.A..
  • La rue Cap-de-Ville où se situe, sur la maison de l'ancien maire du village, Pierre-Henry de Massanne, une plaque indiquant le prix des denrées en 1858.
  • Une plaque, située près de l'ancienne mairie, indique le niveau de l'eau lors des trois plus grandes inondations ayant ravagé le village[126] : le 5 octobre 1812, qui fut la plus haute, le 5 octobre 1847 et enfin le 30 septembre 1958[34], qui ravagea toute la région et qui fit, dans toutes les Cévennes, 35 morts[127].

Sumène possède 5 ponts [84].

  • Le Pont-Grand. Il est aussi pendant longtemps appelé Pont-Vieux. Ses origines remontent au XIIe siècle. Mais dans son état actuel, il date du XVe siècle[122]. C’est en effet par une délibération de la commune de Sumène du 9 avril 1426 qu’il fut décidé de le construire. Il précède une des portes des anciens remparts, qui était surmontée d'une tour servant de beffroi urbain. Au début des années 1900, il a été remplacé par deux tourelles crénelées, sur lequel on peut apercevoir deux canonnières.
  • Le Pont du Recodier est construit vers 1600 et reconstruit en 1778. Il est doublé en largeur en 1873[128]. Au XVIIIe siècle, des filatures se sont installées à proximité. Une plaque apposée au-dessus d'une porte en commémore l'existence.
  • Le Pont-Petit est construit vers 1785 pour remplacer une passerelle et laisser passer des charrettes[122].
  • Les deux autres ponts doivent leur existence à la mise en place, à la fin des années 1970, à la route permettant d'éviter de traverser Sumène par l'étroite Grand'Rue. L'un d'eux est appelé Pont du 19 mars 62 (l'autre n'a pas de nom).

Enfin, en dehors du village, sur le territoire de la commune, l'on peut voir[7] :

  • en direction de Ganges, l'ancienne mine de fer, de zinc et de plomb des Deux-Jumeaux, qui fut exploitée par les Romains pendant l'Antiquité et, bien plus tard, du XIXe au début du XXe siècle, ainsi que le Calvaire, qui fut édifié en 1726 à la suite d'une épidémie de peste qui décima le village ;
  • en direction de Saint-Roman-de-Codières, le moulin de Serviel, un moulin à blé et à huile ayant appartenu à l'abbaye de Sumène aux Xe et XIe siècles ;
  • en direction du hameau du Pouget, la chapelle Saint-Cyprien, construite à l'emplacement d'une ancienne abbaye détruite en 1568. Elle est mentionnée pour la première fois sur un plan dressé le 4 août 1628, par un certain A. Sercamanen, puis sa mention apparaît à nouveau dans le compoids de Sumène de 1639-1640[129]. Sur une autre colline, en face de la chapelle, se trouvent les ruines du Château d'Adhémar[130] ;
  • Le prieuré Saint-Martin de Cézas, situé près du hameau de Cézas et édifié au XIIe siècle ;
  • Les ruines de l'ancienne église de Cézas, près du hameau de La Croix[17].

La commune dispose aussi de deux cimetières, un catholique et un protestant[84].

Une des anciennes filatures, nommée Salle Polyvalente du Diguedan, a également été rénovée et est régulièrement utilisée pour diverses occasions par la mairie[84].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Réserve naturelle régionale de Combe Chaude[modifier | modifier le code]

On trouve sur le territoire de la commune la réserve naturelle régionale de Combe Chaude[M 1],[131], une zone protégée de 56 ha[132],[133] créée en 1989, appartenant au Conseil général du Gard depuis 1985[34] et devenue réserve naturelle régionale en 2006[134]. Elle est également englobée dans la zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) du Ranc de Banes.

Autres zones protégées[modifier | modifier le code]

On trouve également cinq zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), toutes présentes en partie sur la commune :

la Montagne de la Fage et gorges du Rieutord, de 5 561 ha[135], également présente, en plus de Sumène, sur les communes de La Cadière-et-Cambo, Cros, Saint-Hippolyte-du-Fort, Saint-Roman-de-Codières, Ganges et Moulès-et-Baucels[135], principalement en raison de la présence d'écrevisses à pattes blanches[M 1],[136],[135], de diverses espèces de chauve-souris (Rhinolophus ferrumequinum, Rhinolophus hipposideros, Rhinolophus euryale, Barbastella barbastellus et Miniopterus schreibersii)[135], ainsi que de diverses espèces d'oiseaux comme l'aigle royal, le circaète Jean-le-Blanc, le hibou grand-duc ou l'hirondelle rousseline, de cistudes d'Europe et de Spiranthes aestivalis, plus communément appelé spriranthe d'été[135],

la Montagne des Cagnasses, de 558 ha[137], également présente sur les communes de La Cadière-et-Cambo et Saint-Hippolyte-du-Fort[138], principalement en raison de la présence de Rhinolophus euryale, de Rhinolophus hipposideros, deux espèces de chauve-souris citées précédemment et d'aigles de Bonelli, identifiés sur le site en 2009[138],

le Ranc de Banes, de 600 ha[139], également présente sur les communes de Ganges et Moulès-et-Baucels[140], principalement en raison de la présence de diverses espèces de chauve-souris, de cistudes et de rapaces, tels que le hibou grand-duc et le circaète Jean-le-Blanc[140],

la rivière de l'Hérault à Pont-d'Hérault, l'Arre aval et ruisseaux confluents, de 136 ha[141], également présente sur les communes de Mandagout, Roquedur, Saint-André-de-Majencoules et Le Vigan[142], principalement en raison de la présence d'écrevisses à pattes blanches et d'Onychogomphus uncatus, une espèce de libellule[142]

et les Vallées en amont de l'Hérault, de 21 533 ha[143], également présente sur 22 autres communes (Aulas, Aumessas, Avèze, Bez-et-Esparon, Bréau-et-Salagosse, Mandagout, Mars, Molières-Cavaillac, Montdardier, Notre-Dame-de-la-Rouvière, Pommiers, Roquedur, Saint-André-de-Majencoules, Saint-Bresson, Saint-Julien-de-la-Nef, Valleraugue, Le Vigan, Ganges, Alzon, Arphy, Arre et Arrigas)[144], principalement en raison de la présence d'écrevisses à pattes blanches, de différentes espèces de chauve-souris et de plusieurs espèces d'oiseaux tels que le busard cendré, le faucon pèlerin, la pie-grièche à tête rousse et la pie-grièche méridionale[144]. On trouve également sur le site des couleuvres d'Esculape et une espèce de libellule présente uniquement dans le sud de la France, Oxygastra curtisii, communément appelée cordulie à corps fin[144].

On trouve également, sur le territoire de la commune, une partie de la Zone de protection spéciale (ZPS) Gorges de Rieutord, Fage et Cagnasse, crée en avril 2006, de 12 308 ha[145],[146], également répartie sur dix autres communes (La Cadière-et-Cambo, Conqueyrac, Cros, Ganges, Moulès-et-Baucels, Pompignan, Saint-Bauzille-de-Putois, Saint-Hippolyte-du-Fort, Saint-Julien-de-la-Nef et Saint-Roman-de-Codières)[147], principalement en raison de la présence de différents rapaces tels que le vautour percnoptère, le circaète Jean-le-Blanc, l'aigle de Bonelli, le hibou grand-duc ou la chevêche d'Athéna[147]. On trouve également d'autres espèces d'oiseaux sur le site, comme l'engoulevent d'Europe, le rollier d'Europe ou la huppe fasciée[147]. Cette zone est également classée en zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO)[M 1].

La commune est également située dans la zone périphérique du Parc national des Cévennes[7],[148].

Enfin, depuis 2011, le village fait partie des communes inscrites sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco : Les Causses et les Cévennes, paysage culturel de l’agro-pastoralisme méditerranéen[149].

Roman dont l'action se passe à Sumène[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Une dizaine de personnes sont liées au village :

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason actuel de Sumène.

Blasonnement actuel :

De gueules à la tour d'argent.

La devise de la commune Ayant Dieu pour défense, nous ferons résistance[7], datant des guerres de religion, est gravée sur la porte du Pied de Ville, à l'entrée du vieux village.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Collectif, Si Sumène m'était contée, dépliant patrimoine (non daté), office de tourisme Cévennes-Méditerranée Document utilisé pour la rédaction de l’article [lire en ligne]
  • Jean-Marie-Isidore Boiffils de Massanne, Histoire de Sumène, des origines à la fin du XVIIIe siècle, éditions du Vieux Pont, Sumène, 2001
  • Mathilde Cabanne, Histoire de Sumène, de la Réforme à la Révolution, école des Chartes, Paris, 1946, 26 p.
  • Pierre-Albert Clément, De Sumène à Cézas, 1967
  • Étienne Goiffon Notice historique sur les paroisses du canton de Sumène, d'après les documents originaux, par M. l'abbé Goiffon, Grimaud, 1873
  • T. Ritaldone, Le cambriolage légal : l'inventaire du 16 février 1906 à Sumène, Cévennes Magazine, 2004
  • Mme Marchand, Monographie du canton de Sumène (Gard), Imprimerie Jouve et Cie, 1921, 112 p.
  • Notes sur la paroisse et sur les églises paroissiales de Sumène, Imprimerie de Lafare frères, 1883
  • Des Mines de Houille et de Fer de Cavaillac, de Sumène et du Vigan (Gard) et du chemin de fer de ces Mines à Montpellier, Poussielgue, 1838, 24 p.
  • Église de Sumène, Gard, IMP'ACT Imprimerie, décembre 1996, 36 p.
  • Collectif, Sonnailles, Imp. des Cévennes - Sumène, 22 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Collectif, Chroniques de Sumène, Association De Memoria, 1993-juin 1994, 12 p.
  • Collectif, Le Suménois, Imp. des Cévennes - Sumène, années 1970.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Patrimoine naturel de Sumène » (consulté le 28 février 2014).
  2. a, b, c, d, e, f et g Plan de la localisation de la commune publié par la mairie, non daté, [lire en ligne].
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Histoire de Sumène » (consulté le 22 février 2013).
  4. a et b « Scolarité à Sumène » (consulté le 28 février 2014).
  5. a, b, c et d « Les temps forts de l'année » (consulté le 23 mai 2014).
  6. a et b « Vie pratique - Santé » (consulté le 28 février 2014).
  7. « Maison de retraite » (consulté le 28 février 2014).
  8. « Liste des associations sportives de Sumène » (consulté le 28 février 2014).
  9. « Inauguration de la nouvelle mairie » (consulté le 02 novembre 2013).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Distance Paris-Sumène », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 février 2014).
  2. « Distance Nîmes-Sumène », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 février 2014).
  3. « Distance Montpellier-Sumène », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 février 2014).
  4. « Distance Le Vigan-Sumène », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 février 2014).
  5. « Distance Ganges-Sumène », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 février 2014).
  6. Répertoire géographique des communes, Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r Si Sumène m'était contée, dépliant patrimoine (non daté), office de tourisme Cévennes-Méditerranée, [lire en ligne].
  8. a et b « Inondation dans les Cévennes le 30 septembre 1958 », sur le site de la confédération des riverains du Rhône et de ses affluents, de l'association Prévirisques et de l'association Carnon Environnement (consulté le 21 février 2013).
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau des Ayres (Y2001680) » (consulté le 02 juin 2013)
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau du Cayla (Y2101100) » (consulté le 02 juin 2013)
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - Valat de Coste Male (Y3401080) » (consulté le 02 juin 2013)
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - Valat des Gours (Y3401100) » (consulté le 02 juin 2013)
  13. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ravin du Bois (Y2101120) » (consulté le 26 juin 2013)
  14. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ravin du Soulié (Y2101140) » (consulté le 26 juin 2013)
  15. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de la Garenne (Y2101160) » (consulté le 29 avril 2014)
  16. Sandre, « Fiche cours d'eau - Argentesse (Y3400520) » (consulté le 02 juin 2013)
  17. a, b, c, d et e De Sumène à Cézas, document du club cévenol, non daté, non référencé, [lire en ligne].
  18. « Station de mesure des eaux souterraines de la source de Theron », sur le site ADES, portail national d'accès aux données sur les eaux souterraines (consulté le 29 avril 2014).
  19. « Station de mesure des eaux souterraines de la source des Poujades », sur le site ADES, portail national d'accès aux données sur les eaux souterraines (consulté le 29 avril 2014).
  20. « Station de mesure des eaux souterraines du forage du Ranc de Banes », sur le site ADES, portail national d'accès aux données sur les eaux souterraines (consulté le 29 avril 2014).
  21. « Sumène sous la neige », sur le site de l'association Infoclimat (consulté le 28 février 2014).
  22. « Sumène », sur le site lion1906, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 28 février 2014).
  23. « Route départementale D4 », sur le site commercial wikia.com (consulté le 28 février 2014).
  24. « Route départementale D11 », sur le site commercial wikia.com (consulté le 28 février 2014).
  25. « Route nationale RN 99 », sur le site commercial wikia.com (consulté le 28 février 2014).
  26. « Ligne CCC2 », sur le site internet du réseau Edgard (consulté le 28 février 2014).
  27. « Ligne D40 », sur le site internet du réseau Edgard (consulté le 28 février 2014).
  28. « Ligne 108 - Édition du 24 février 2014 », sur le site internet du réseau Hérault Transport (consulté le 28 février 2014).
  29. « Distance Sumène-Gare ferroviaire d'Alès », sur le site internet Distance entre 2 villes (consulté le 01 mai 2014).
  30. « Distance Sumène-Gare ferroviaire de Montpellier-Saint-Roch », sur le site internet Distance entre 2 villes (consulté le 01 mai 2014).
  31. « Distance Sumène-Gare ferroviaire de Nîmes », sur le site internet Distance entre 2 villes (consulté le 01 mai 2014).
  32. « Distance Sumène-Aéroport de Montpellier-Méditerranée », sur le site internet Distance entre 2 villes (consulté le 29 avril 2014).
  33. « Distance Sumène-Aéroport de Nîmes - Garons », sur le site internet Distance entre 2 villes (consulté le 29 avril 2014).
  34. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t « Document "Sumène, la soyeuse" », sur Docs Google.com (consulté le 26 février 2014).
  35. Article Du rail aux voies vertes, p. 5, magazine mensuel Le Gard mag, no 102, février 2014. Consulté le 29 avril 2014
  36. a, b, c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éditions Larousse, 1968 (réédition Guénégaud 1979) p. 665b.
  38. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  39. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, éditions Errance,‎ 2003, p. 226-227.
  40. a et b Origine du nom de Sumène, Mathilde Cabanne, Sonnailles, texte tiré de sa thèse Histoire de Sumène, de la Réforme à la Révolution., 1946.
  41. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Association Val de l'Elbès, Saint-Martial: des lieux et des hommes en terre cévenole : guide pour découvrir les patrimoines de la commune de Saint-Martial (Gard), mai 2013, 125 p.
  42. a, b, c, d et e « Coutumes, privilèges et criées des communautées rurales en Cévennes : l'exemple de la terre d'Hierle (voir p. 60-61). », sur le site http://vissec.free.fr, site internet du Château de Vissec. (consulté le 29 avril 2014).
  43. Le Suménois no 9, Journal local trimestriel du foyer rural
  44. « Bulletin municipal n°11 : Octobre-Décembre 2011 (voir p. 16) », sur le site de la maire. (consulté le 03 mai 2014).
  45. La sculpture sur meubles en Languedoc au XVIIe siècle, Henri Bauquier, Sonnailles, texte tiré des Cahiers d'Histoire et d'Archéologie. 9e année. Nouvelle Série, 4e Cahier, 1946.
  46. a, b et c « Statistique de la paroisse protestante de Sumène, 1854, extrait publié dans le bulletin municipal n°10 : Mai-Septembre 2011 (voir p. 27). », sur le site de la mairie (consulté le 03 mai 2013).
  47. « Bulletin municipal n°9 : Février-Mai 2011 (voir p. 22). », sur le site de la mairie (consulté le 29 mai 2014).
  48. « Les inventaires dans la commune de Sumène », sur le site http://sumene-villagedescevennes.wifeo.com (consulté le 01 juin 2014).
  49. « Le centenaire des inventaires dans la commune de Sumène, par M. Bresson », sur le site http://sumene-villagedescevennes.wifeo.com (consulté le 01 juin 2014).
  50. a, b et c « La fièvre de Malte en France : Étude clinique d'après 200 cas personnels », sur le site Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. (consulté le 01 juin 2014).
  51. « Bulletin municipal n°7 : Mai-Septembre 2010 (voir p. 23). », sur le site de la mairie (consulté le 03 mai 2014).
  52. « Déraillement d'un train entre Ganges et Sumène, le 9 mai 1929 (voir page 5). », sur le site de l'Office de tourisme Cévennes Méditerranée, hébergeur de la publication de l'ARESA (Association, Recherches, Etudes et Sauvegarde Archéologique). (consulté le 29 avril 2014).
  53. « Arrêté du 26 décembre 1995 portant constatation de l'état de catastrophe naturelle », sur le site Legifrance, site du service public de la diffusion du droit. (consulté le 03 mai 2014).
  54. « Résumé statistique de la commune de Sumène. », sur le site de l'Insee (consulté le 03 mai 2014).
  55. « AOP : oignon doux des Cévennes », sur le site du Ministère de l'Agriculture (consulté le 28 avril 2014).
  56. « Thèse pour obtenir le titre de Docteur du muséum national d'Histoire Naturelle : De l’invention des paysages à la construction des territoires : les terrasses des Ifugaos (Philippines) et des Cévenols (France). », sur le site http://tel.archives-ouvertes.fr (consulté le 28 avril 2014).
  57. « Site remarquable du goût : oignon doux des Cévennes », sur le site sitesremarquablesdugout.com (consulté le 25 avril 2014).
  58. « Cahier des charges de l’appellation l'AOP Pélardon, enregistré à la Commission européenne (Document PDF téléchargeable) », sur le site de la Commission européenne (consulté le 03 mai 2014).
  59. « Sumène, berceau du bas de soie », sur le site http://sumene-villagedescevennes.wifeo.com (consulté le 03 juin 2014)
  60. « L'entreprise l'Arsoie », sur Mairie de Sumène Bulletin municipal P. 19 (consulté le 03 juin 2014).
  61. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  62. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  63. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  64. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  65. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  66. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  67. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  68. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  69. Résultats de l'élection européenne 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  70. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  71. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  72. Résultats de l'élection cantonales de 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  73. Résultats de l'élection cantonales de 2011 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  74. Résultats du référendum de 1992 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  75. Résultats du référendum de 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  76. « Résultats de l'élection municipales 2008 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 25 avril 2014).
  77. « Résultats de l'élection municipales 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 25 avril 2014).
  78. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  79. « Liste des maires de Sumène », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 28 février 2014).
  80. « Liste des maires de Sumène de 1790 à 1995. », sur le site http://sumene-villagedescevennes.wifeo.com d'un anonyme (consulté le 29 mai 2014).
  81. « Notice nécrologique de Charles-Henri de Clercq (1922-1970) », sur le site http://sumene-villagedescevennes.wifeo.com d'un anonyme (consulté le 28 février 2014).
  82. Journal municipal no 12 de mai 2012, [lire en ligne].
  83. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le 28 février 2014).
  84. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées plan.
  85. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 28 février 2014).
  86. « Ils ont signé », sur le blog du jumelage Sumène-Quistinic.
  87. « Mise au point », sur le blog du jumelage Sumène-Quistinic.
  88. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  89. « Localisation de l'académie de Montpellier. », sur le site de l'Académie de Montpellier (consulté le 23 mai 2014).
  90. « Gard (30), Sumène, écoles », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 28 février 2014).
  91. « Les Transes cévenoles », sur le site des Transes cévenoles (consulté le 28 février 2014).
  92. Anne Novel de l'association teuf-Teuf, « Plus de fête de la Soupe », sur le blog de Midi-libre sur Sumène,‎ 30 janvier 2012 (consulté le 28 février 2014).
  93. « le programme du Critérium des Cévennes », sur le site rallye-sport,‎ 23 octobre 2012 (consulté le 28 février 2014).
  94. « Sumène - Informations géo-administratives ».
  95. « Ecclesia à SUMENE », sur le site de l'annuaire des radios francaises en AM, FM et DMB (consulté le 28 février 2014).
  96. « Liste des partenaires des Transes cévenoles », sur le site des (consulté le 23 mai 2014).
  97. « Bulletins municipaux », sur le site de la mairie (consulté le 23 mai 2014).
  98. « District paroissial de St André de Majencoules et Sumène : Clochers », sur le site du diocèse de Nîmes (consulté le 21 février 2013).
  99. « Notre Dame - 30440 SUMENE », sur le site egliseinfo.catholique.fr de la Conférence des évêques de France (consulté le 21 février 2013).
  100. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  101. « Base Mérimée pour le Gard », sur le site du ministère de la culture (consulté le 22 février 2013).
  102. « Usine de préparation de produit minéral (usine d'agglomération de houille) des mines de Sumène », base Mérimée, ministère français de la Culture
  103. « Filature (filature de soie) dite Filature Veuve Mollis », base Mérimée, ministère français de la Culture
  104. « Usine de bonneterie de soie et de nylon dite Bonneterie Suménoise », base Mérimée, ministère français de la Culture
  105. « Usine de bonneterie de soie Cannat », base Mérimée, ministère français de la Culture
  106. « Mine de fer, zinc, et plomb des Deux Jumeaux », base Mérimée, ministère français de la Culture
  107. « Usine de bonneterie de nylon SITEC », base Mérimée, ministère français de la Culture
  108. « Usine de bonneterie de soie et de nylon La Séda », base Mérimée, ministère français de la Culture
  109. « Usine de bonneterie de soie et de nylon Monna, actuellement La Coste », base Mérimée, ministère français de la Culture
  110. « Filature (filature de soie) dite Filature Mauries », base Mérimée, ministère français de la Culture
  111. « Filature de soie de Tarteron », base Mérimée, ministère français de la Culture
  112. « Filature de soie, usine de bonneterie, puis ganterie Dussol », base Mérimée, ministère français de la Culture
  113. « Filature de soie Bonneru », base Mérimée, ministère français de la Culture
  114. « Filature de soie Baumes ; puis Cartonnerie Massal », base Mérimée, ministère français de la Culture
  115. « Mine de houille de Soulanou », base Mérimée, ministère français de la Culture
  116. « Filature de bourre de soie Martin », base Mérimée, ministère français de la Culture
  117. « Filature, moulinerie (filature de soie, moulinerie de soie) dite Filature Journet », base Mérimée, ministère français de la Culture
  118. « Filature, moulinerie (filature de soie, moulinerie de soie) dite Filature Ducros », base Mérimée, ministère français de la Culture
  119. « Moulin à blé, filature et moulinerie de soie de Calvières, puis Ducros », base Mérimée, ministère français de la Culture
  120. « L'église et le temple », sur Sumène village des cévennes (consulté le 03 juillet 2014)
  121. Liste des "Morts pour la France" du village
  122. a, b et c Isidore Boiffils de Massanne, Histoire de Sumène, Editions du Vieux Pont,‎ 2001, 464 p. (ISBN 2-912151-02-3), p. 35
  123. « Nouvelle mairie », sur le site de Midi Libre (consulté le 03 novembre 2013).
  124. « Nouvelle mairie », sur inventaire des tunnels ferroviaires de France (consulté le 03 juillet 2013).
  125. a et b « Gare du Vigan » (consulté le 02 juillet 2014)
  126. « Photo de la plaque indiquant les trois plus grandes inondations ayant ravagées le village. », sur le site http://sumene-villagedescevennes.wifeo.com d'un anonyme (consulté le 03 mai 2014).
  127. « Inondations dans les Cévennes en 1958. », sur le site de Météo France (consulté le 03 mai 2014).
  128. Isidore Boiffils de Massanne, Histoire de Sumène, Editions du Vieux Pont,‎ 2001, 464 p. (ISBN 2-912151-02-3), p. 60
  129. Chroniques de Sumène no 5, Bulletin bimestriel d'histoire local.
  130. « Le sentier des Camisards ou le Ranc de Banes », sur blog Midi Libre des "trainesavates", groupe de randonneurs (consulté le 02 novembre 2013).
  131. « La réserve naturelle régionale de Combe Chaude », sur le site de l'association Languedoc-Roussillon pour la diffusion de l'écologie scientifique. (consulté le 22 février 2013).
  132. « Dépliant sur la réserve naturelle régionale de Combe Chaude », sur le site Réserves naturelles de France (consulté le 23 mai 2014).
  133. Réserve naturelle régionale de Combe Chaude, tiré du site de l'INPN. Consulté le 27 février 2014.
  134. Classement et réglementation de la réserve naturelle régionale de Combe Chaude, tiré du site de l'INPN. Consulté le 27 février 2014.
  135. a, b, c, d et e Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique Montagne de la Fage et gorges du Rieutord, tiré du site de l'INPN. Consulté le 27 février 2014.
  136. « La ZNIEFF de la vallée du Rieutord », sur le site de l'association Picloup (consulté le 26 juin 2013).
  137. « La ZNIEFF de la Montagne des Cagnasses », sur le site de l'INPN (consulté le 27 février 2014).
  138. a et b Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique Montagne des Cagnasses, tiré du site de l'INPN. Consulté le 27 février 2014.
  139. « La ZNIEFF du Ranc de Banes », sur le site de l'INPN (consulté le 26 juin 2013).
  140. a et b Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique Ranc de Banes, tiré du site de l'INPN. Consulté le 27 février 2014.
  141. « La ZNIEFF Rivière de l'Hérault à Pont-d'Hérault, l'Arre aval et ruisseaux confluents », sur le site de l'INPN (consulté le 27 février 2014).
  142. a et b Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique Rivière de l'Hérault à Pont-d'Hérault, l'Arre aval et ruisseaux confluents, tiré du site de l'INPN. Consulté le 27 février 2014.
  143. « La ZNIEFF Vallées amont de l'Hérault », sur le site de l'INPN (consulté le 27 février 2014).
  144. a, b et c Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique Vallées en amont de l'Hérault, tiré du site de l'INPN. Consulté le 27 février 2014.
  145. « La ZPS Gorges de Rieutord, Fage et Cagnasse », sur le site de l'INPN (consulté le 27 février 2014).
  146. INEA, Proposition de zone de protection spéciale - Gorges de Rieutord, Montagne de la Fage et Cagnasses, septembre 2005, [lire en ligne].
  147. a, b et c Zone de protection spéciale Gorges de Rieutord, Fage et Cagnasse, tiré du site de l'INPN. Consulté le 27 février 2014.
  148. « Liste des communes de la zone cɶur et de l'aire d'adhésion du parc national des Cévennes », sur le site du parc national des Cévennes (consulté le 28 avril 2014).
  149. « Candidature à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO des Causses et Cévennes, paysage culturel de l’agro-pastoralisme méditerranéen », sur le site de l'UNESCO (consulté le 28 avril 2014).
  150. « Biographie du docteur Paul Cantaloube. », sur le site http://sumene-villagedescevennes.wifeo.com, d'un anonyme. (consulté le 01 juin 2014).
  151. Inauguration d'une plaque commémorative en hommage à Raymond et Lucie Aubrac, en présence du député William Dumas.