Comps (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Comps.
Comps
Église.
Église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Aramon
Intercommunalité Communauté de communes du Pont du Gard
Maire
Mandat
Jean-Jacques Rochette
2014-2020
Code postal 30300
Code commune 30089
Démographie
Gentilé Compsois, Compsoises[1]
Population
municipale
1 675 hab. (2012)
Densité 195 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 51′ 12″ N 4° 36′ 24″ E / 43.8533, 4.606743° 51′ 12″ Nord 4° 36′ 24″ Est / 43.8533, 4.6067  
Altitude Min. 6 m – Max. 150 m
Superficie 8,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Comps

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Comps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Comps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Comps
Liens
Site web mairie-comps.fr/

Comps est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gardon.

Comps se situe à l'embouchure Gardon sur le Rhône, c'est le dernier village que cette rivière côtoie, non sans mal quelquefois. Le Gardon est constitué à l'origine d'une multitude de torrents descendants des Cévennes gardoises et lozériennes et qui, une fois en plaine, forment une rivière particulièrement capricieuse et même dangereuse lors des grandes pluies d'équinoxes d'automne notamment comme en 2002 ou 2003.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Axes ferroviaires[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L'origine du village, il y a 2 600 ans, est accréditée par les fouilles de la Roque[2]. Le hameau était alors dominé par le pic de l'Aiguille, site troglodyte mais aussi point culminant permettant surtout l'observation vers le Rhône.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Plus tard, l'influence latine est passée par là, comme en témoignent les ruines du castrum romain au-dessus de la Roque.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Non loin de là, sur ce même massif de la Roque, se situe l'abbaye de Saint-Roman sur la commune de Beaucaire qui, avec l'épopée guerrière de Charles Martel à Théziers en l'an 736, positionnent Comps ainsi que les villages environnants dans l'histoire de France.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune, nommée Comps-Saint-Étienne, porte provisoirement le nom de Port-du-Gard puis reprend celui de Comps simplement[3]. C'est surtout la géographie et les humeurs du Rhône qui ont façonné l'histoire du village. Les inondations dramatiques, et les changements de lit du Rhône ont fini par prononcer la séparation en 1790 de Comps et de Vallabrègues qui constituaient autrefois une et seule et même communauté.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, le vieux Comps pittoresque et fleuri, et le nouveau village au pied des collines se retrouvent dans le dynamisme des associations, des traditions locales et dans les moments de détente de sport et de loisirs sur les bords du Gardon. Le site de l'Aiguille comporte une table d'orientation offerte par la CNR (Compagnie Nationale du Rhône), lors des aménagements du fleuve dans les années 1960.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

En 2014, au bout de 31 ans de mandat, l'ancien Maire, Christian Jallat, a décidé de laisser sa place. Les élections municipales de 2014, qui opposaient Bruno Scarsi supporté par Christian Jallat et Jean-Jacques Rochette[4], le futur maire, ont été un point mémorable dans l'histoire du village et ont marqué l'esprit des Compsoises et des Compsois, qui n'avaient pas connu d'autres maires depuis 31 ans.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 2014 Christian Jallat PCF  
2014 en cours Jean-Jacques Rochette DVD[5] Cadre commercial, retraité[4]

Conseil Municipal[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 675 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600 618 644 874 926 929 921 875 900
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
865 793 788 750 685 739 693 650 636
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
638 675 666 606 584 530 542 556 535
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
572 772 813 1 239 1 435 1 483 1 555 1 584 1 661
2012 - - - - - - - -
1 675 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Activités de service[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • L'aqueduc « Les Arcades ».
  • Moulin à huile « centre village ».

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gard > Comps (30300) Gentilé », sur www.habitants.fr (consulté le 9 mars 2015)
  2. « Origine de Comps » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.nemausus.com, brisé le 9 mars 2015
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. a et b B. Lhermet et Catherine Mille, « Jean-Jacques Rochette dévoile la liste Comps Autrement », Midi Libre,‎ 9 février 2014 (lire en ligne)
  5. « Résultats élections municipales 2014 - Comps », sur resultats-elections.bfmtv.com (consulté le 9 mars 2015)
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012