Combas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robert Combas.
Combas
Mairie.
Mairie.
Blason de Combas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Calvisson
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Sommières
Maire
Mandat
Pierre Gaffard-Lambon
2014-2020
Code postal 30250
Code commune 30088
Démographie
Gentilé Combassol
Population
municipale
590 hab. (2012)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 51′ 20″ N 4° 06′ 50″ E / 43.8556, 4.113943° 51′ 20″ Nord 4° 06′ 50″ Est / 43.8556, 4.1139  
Altitude Min. 55 m – Max. 274 m
Superficie 16,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative de la zone Gard
City locator 14.svg
Combas

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique de la zone Gard
City locator 14.svg
Combas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Combas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Combas
Liens
Site web combas.ccpaysdesommieres.fr

Combas est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les communes de Crespian, Souvignargues, Fontanès, Montpezat et Saint-Mamert-du-Gard sont limitrophes de la commune de Combas.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Massif du Mas de Bayle (167 m) à l’ouest ou du Bois de Monsieur (262 m) et Serre du Suc (231 m) au nord, les Ombrens (271 m) au nord-est, les Devès (148 m) à l’est et le Bois de la Paillade (134 m) au sud, autant de massifs de collines qui ceinturent le village. De ces monticules calcaires, de nombreuses sources sont exploitées pour l’approvisionnement en eau de Combas ou de ces proches voisins, ou encore laissées en l’état, simplement couvertes pour ne pas les oublier.

Climat[modifier | modifier le code]

Irradié par un soleil brûlant l’été, soumis à de puissants vents aux intersaisons avec les points de rencontre du Mistral, Tramontane et vent d’autan.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Combas est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) du Sud du Gard et fait également partie des 51 communes du pays Vidourle-Camargue (voir liens).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du gaulois cumba (combe, vallon, ravin) ; petite vallée. Combas tire son nom de la combe formée par les collines prémices des Cévennes[réf. nécessaire].

Occitan Coumbas, du roman Combaz, Cumbas, du bas latin Combassium, Combatio, Combatis[1].

Coumbas (substantif) en occitan signifie grande ou vilaine combe, gorge abrupte[1].

Ses habitants sont les Combassols et les Combassoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Combatio en 879[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Pierre Gaffard-Lambon SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 590 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
480 413 558 557 577 533 552 554 561
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
562 524 540 494 508 469 439 453 430
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
426 442 461 404 388 417 425 371 357
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
316 287 313 357 381 433 515 581 590
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Place abritant une fontaine à vasque en fonte, une croix de mission et une sorte d'obélisque surmonté d'une girouette figurant une Marianne[Note 3].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Ancienne église romane.
  • Temple protestant.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Randonnées à pied, cheval ou VTT.
  • Bois de Lens : ce massif forestier dominant le paysage est une réserve écologique à l’équilibre fragile. En effet, l’incendie est l’un des plus grands dangers menaçant la forêt méditerranéenne. Le bois de Lens est aménagé pour permettre de lutter efficacement contre le feu.
  • Serre du Suc : une promenade sur le flanc du bois des Lens conduisant à un magnifique point de vue sur toute la région.
  • Circuit autour de Combas : entre collines boisées et plaine viticole, la balade conduit à la découverte de l’environnement du village : cave coopérative, fontaine Mère de Dieu, etc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Fehrenbach, enterré à Combas où il passa sa retraite : astronome français, né le 29 avril 1914 à Strasbourg et mort le 9 janvier 2008 à Nîmes. Il a été l'un des principaux acteurs de la réalisation des instruments optiques ayant permis à l'astrophysique française puis européenne du XXe siècle de naître et se développer. Il a été élu correspondant de l'Académie des sciences le 18 février 1963, et membre de cette académie le 12 février 1968 dans la section Sciences de l'Univers.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Combas Blason D'or à la fasce losangée d'argent et de gueules[5].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. D'après un vieil habitant, l' obélisque de Combas d'inspiration maçonnique, a été érigé après la guerre de Guerre de 1870. Il est couronné par une représentation de la République tenant d'une main le drapeau tricolore symbole de Lumière et de Progrès, qu'elle regarde pour montrer la voie à suivre. De l'autre elle tient une équerre d'architecte symbolisant la nécessaire reconstruction de la Nation dans la Justice et l'Équité.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (oc+fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit,‎ , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 609, t.1
  2. Eugène Germer-Durand (Editeur scientifique), Cartulaire du chapitre de l'église cathédrale Notre-Dame de Nîmes, Nimes, A. Catélan,‎ , In-8°, CLXII-403 p. (notice BnF no FRBNF34124838), p. 6-7
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  5. Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale,‎ , in-4, XXXVI-298 p. (notice BnF no FRBNF30500934), p. 62