Montpezat (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montpezat.
Montpezat
Vue sur Montpezat.
Vue sur Montpezat.
Blason de Montpezat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Saint-Mamert-du-Gard
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Sommières
Maire
Mandat
Jean-Michel Andriuzzi
2014-2020
Code postal 30730
Code commune 30182
Démographie
Population
municipale
1 081 hab. (2011)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 51′ 09″ N 4° 09′ 29″ E / 43.8525, 4.158143° 51′ 09″ Nord 4° 09′ 29″ Est / 43.8525, 4.1581  
Altitude Min. 78 m – Max. 193 m
Superficie 11,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Montpezat

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Montpezat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montpezat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montpezat

Montpezat est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Castrum Montis-Pesati dans le chapitre 84 du cartulaire de Notre-Dame de Nîmes, datant de 1156. Voudrait dire « mont aux fortes pentes » selon Jacques Astor qui rapproche ce toponyme de La Pezade, issu de (via) pesata, « voie en pente », « pente » (du latin pendere, pensum) [1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Les communes de Combas, Saint-Mamert-du-Gard, Parignargues, Saint-Côme-et-Maruéjols et Souvignargues sont limitrophes de la commune de Montpezat.

Montpezat est l'une des 79 communes membres du Schéma de cohérence territoriale (SCOT) du Sud du Gard et fait également partie des 51 communes du pays Vidourle-Camargue (voir liens).

Histoire[modifier | modifier le code]

Villa Alsatis en 994, Castrum Montispesati en 1156 et Montpesat en 1435. La bulle d'Adrien IV du 10 décembre 1156 recense déjà le château de Montpezat parmi les possessions de l'évêque de Nîmes.

Au XIIe siècle, le village fut une place forte occupant une position stratégique sur les premiers contreforts des Cévennes. Son allure guerrière marque fortement le paysage.

Montpezat, comme beaucoup de communes de cette région eut son lot de malheurs. Durant les guerres de religion, vers 1570, les protestants des environs, attaqués par le maréchal de Damville, se réfugièrent dans l'enceinte du château, mais un assaut final eut lieu et tous les hommes y furent massacrés.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason D'azur à la balance d'or appendue au chef, le fléau posé en barre, les plateaux chargés du même[2].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Bernard Compan DVG  
mars 2008 mars 2014 Bernard Compan DVG  
mars 2014 en cours Jean-Michel Andriuzzi DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Bernard Compan a parrainé la candidature de Jacques Cheminade à l'élection présidentielle de 1995.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 081 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
465 497 555 553 554 500 601 577 588
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
600 582 601 600 554 472 436 446 471
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
490 520 530 535 503 474 435 414 453
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
475 465 473 589 671 923 1 033 1 065 1 081
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village, comme ceux voisins de Souvignargues ou de La Calmette est construit en circulade.

Le château, l'église et le vieux village.
  • Logo monument classe.svg Château des XIVe et XVIe siècles, inscrit aux monuments historiques le 6 décembre 1949[5]
  • Église Saint Sébastien dont le clocher est surmonté d'une flèche en pierre de style gothique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des noms de familles et noms de lieux du Midi de la France, Éditions du Beffroi, 2002, pp. 511-512.
  2. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=4897
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. « Notice no PA00103086 », base Mérimée, ministère français de la Culture


Liens externes[modifier | modifier le code]