Saint-Paulet-de-Caisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Paulet-de-Caisson
Place du village
Place du village
Blason de Saint-Paulet-de-Caisson
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Pont-Saint-Esprit
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Gard rhodanien
Maire
Mandat
Christophe Serre
2014-2020
Code postal 30130
Code commune 30290
Démographie
Gentilé Saint-Pauletois
Population
municipale
1 772 hab. (2011)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 15′ 51″ N 4° 35′ 53″ E / 44.2641666667, 4.5980555555644° 15′ 51″ Nord 4° 35′ 53″ Est / 44.2641666667, 4.59805555556  
Altitude 100 m (min. : 50 m) (max. : 293 m)
Superficie 16,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Saint-Paulet-de-Caisson

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Saint-Paulet-de-Caisson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paulet-de-Caisson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paulet-de-Caisson
Liens
Site web www.ville-saintpauletdecaisson.fr/

Saint-Paulet-de-Caisson est une commune française située dans le département du Gard en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Caisson[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Paulet-de-Caisson Blason De gueules au pal losangé d'or et de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1803 1808 M. Piollenc    
1808 1817 Jacques Christophe de Fages   Page du Prince de Condé, officier au Régiment d'Enghien
1817 1819 M. de Corregio    
1819 1825 Louis de Cadoine de Gabriac   Dernier seigneur de Saint-Paulet
1825 1831 M. de Corregio    
1831 1831 Auguste Pailhon    
1831 1856 Jean Auguste Pailhon    
1856 1865 Théodoric Flandin    
1865 1874 Jean-Baptiste Frichet    
1874 1878 Théodoric Flandin    
...        
1964 1989 Marc Beissier    
1989 1995 Yves Mandin    
1995 actuel Christophe Serre PS Président de la communauté de communes de ValCezArd,
conseiller général du canton de Pont-Saint-Esprit,
vice-président du conseil général du Gard,
secrétaire général de l'Association des maires du Gard
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 772 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
950 932 868 1 051 1 152 1 243 1 379 1 385 1 389
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 419 1 467 1 334 1 288 1 285 1 068 1 074 1 107 1 119
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 005 966 952 888 721 780 752 806 851
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
870 930 944 1 141 1 431 1 602 1 782 1 771 1 771
2011 - - - - - - - -
1 772 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Château : ancienne demeure des comtes de Gabriac, le château fut démembré pendant la Révolution française ; quelques traces (une échauguette notamment) témoignent encore de son existence sur quelques maisons près de l'église.
  • L'église : bâtie à la fin du XIXe siècle à l'emplacement de l'église précédente devenue trop exiguë, elle abrite des reliques de sainte Placidie ; l'une des deux cloches de l'édifice a été fondue en 1597.
  • La chapelle Sainte-Agnès : située au nord du village, elle est de style roman provençal. Classée monument historique depuis 1974, elle sert de lieu d'exposition.
  • La chartreuse de Valbonne
  • Un Christ en croix, à l'entrée sud de la ville depuis 1985 ; il se trouvait initialement dans le village. D'autres croix sont présentes sur le territoire de la commune.
  • Une statue de la Vierge provenant de la Chartreuse de Valbonne, datée de 1870.
  • La fontaine Saint-Paul : surmontée par la statue de saint Paul, la fontaine distribue l'eau de la source de Champ-Cauffé.
  • L'oratoire Saint-Joseph : de style gothique, il est, lui aussi, issu de la Chartreuse de Valbonne ; il date du XIXe siècle.
  • Le monument aux morts
  • Le château de La Conseillère, construit au XIXe siècle.
  • Le château de Balazut, construit au XIXe siècle.
  • La Cave Coopérative.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marcel Pouly (1910-1991), agriculteur et adjoint au maire du village de Saint-Nazaire (Gard)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011