Portes (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Portes.
Portes
Image illustrative de l'article Portes (Gard)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton Génolhac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Grand’Combien
Maire
Mandat
René Doussière
2014-2020
Code postal 30530
Code commune 30203
Démographie
Population
municipale
366 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 16′ 17″ N 4° 01′ 15″ E / 44.2714, 4.0208 ()44° 16′ 17″ Nord 4° 01′ 15″ Est / 44.2714, 4.0208 ()  
Altitude Min. 279 m – Max. 735 m
Superficie 14,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Portes

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Portes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Portes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Portes

Portes, en occitan, Pòrtas, est une commune française située dans le département du Gard en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Portésiens et les Portésiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Le gîte de la Magnanerie et le gîte de la Clède (Hameaux du Cessous) sont des "Gîtes de France" classés "trois épis".

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Entouré par les communes de La Vernarède, Sainte-Cécile-d'Andorge et Peyremale, Portes est situé à 17 km au Nord-Ouest d'Alès la plus grande ville des environs.

Rose des vents La Vernarède La Vernarède Peyremale Rose des vents
La Vernarède N Peyremale
O    Portes    E
S
Sainte-Cécile-d'Andorge Sainte-Cécile-d'Andorge Le Martinet

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

On y trouve beaucoup de charbon. Les anciennes mines ont cessé leur activité en 2001.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Situé à 518 mètres d'altitude, La rivière l'Auzonnet est le principal cours d'eau qui traverse le village. On trouve aussi le ruisseau du Cessous et le ruisseau du Broussous.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Gard.

Description générale[modifier | modifier le code]

La commune dépend du centre météorologique de Nîmes.

Le climat correspond au climat des Cévennes qui est de type méditerranéen[1] et qui devient montagnard en fonction de l'altitude.

Les contrastes géographiques prononcés (différences d'altitude) jouent sur les tendances climatiques et le climat se caractérise par de fortes précipitations qui peuvent être accompagnées d’orages : on parle alors d'épisodes cévenols (ou effet cévenol)

Le climat est plus clément que celui des districts proches du Mont Aigoual. L'influence de la Méditerranée est beaucoup plus sensible : les hivers et les automnes y sont doux et, la sécheresse estivale est parfois importante.

Données[modifier | modifier le code]

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Portes 2669 762 3 23 11
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74
Données climatiques à Nîmes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 3,4 5,1 7,8 11,2 14,9 17,7 17,2 14,7 10,8 5,9 3 9,5
Température moyenne (°C) 6,3 7,7 9,9 12,8 16,6 20,5 23,7 23 20 15,4 10 6,9 14,4
Température maximale moyenne (°C) 10,3 11,9 14,7 17,8 21,9 26,2 29,8 28,9 25,3 20 14 10,7 19,3
Ensoleillement (h) 143,5 147,4 203,1 227,6 267,8 310,2 353,8 315,3 236,6 186,8 143,9 133 2 668,9
Précipitations (mm) 67,7 70,7 55,9 59,2 60,9 38,6 25,3 51,6 66,8 131,9 69,2 64,1 761,9
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Nîmes de 1961 à 1990[2].


Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Gard.

Blason de la ville de Portes (30).svg Portes Tranché de gueules et de sinople à la bande fuselée d'argent et d'azur, les fusées posées en barre [3]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Période moderne[modifier | modifier le code]

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le château de Portes : un vaisseau en Cévennes
  • La commune de Portes est située dans la bassin de la Grand-Combe, riche en charbon. Elle regorgeait ainsi de structures appropriées à l'extraction de ce minerai. C'est ce qui causa, en quelque sorte, sa perte.

Le village primitif était situé aux pieds du Château de Portes, jusqu'à ce qu'il soit rasé en 1933. Le village ne manquait pourtant pas de charme : vieilles bâtisses médiévales, terrasses, etc. Mais les impératifs économiques ont eu raisons du village. La Cie de Portes et Sénéchas, créée en 1855 par le grand financier Jules Mirès a été une entreprise minière qui a employé jusqu'à 2500 mineurs au XIXe siècle.

  • Durant la Première Guerre mondiale, les besoin en énergie étaient tels que cette compagnie fut autorisée à augmenter sa production pour fournir à la France le charbon dont elle avait besoin, faisant passer au second plan toute autre considération.

Le château de Portes servit de point de mire à la prospection minière. Au lendemain de cette guerre, des affaissements de terrains se produisent créant de larges fissures dans le château et dans les constructions du vieux village de Portes qui s'étendait à ses pieds.

  • À partir de 1933, la situation devint si grave que la Cie de Portes fit raser le village pour le rebâtir quelques centaines de mètres plus bas vers le nord, au bord de la route nationale 106 dans le style propre aux constructions ouvrières de cette époque.

Le château, lui, est abandonné à son triste sort et les lézardes se multiplièrent. Elles entraînèrent l'effondrement des toitures et des étages. La ruine des vieilles murailles continua malgré les efforts des propriétaires qui essayèrent de conforter le monument par la pose de chaînages métalliques.

  • Les habitants furent d'abord satisfaits de ce nouveau village : le confort moderne avait enfin fait son apparition.

Mais aujourd'hui, l'habitat a vieilli et l'exode rural a entrainé avec lui la fin du dynamisme d'antan. Le village essaye actuellement de se tourner vers le tourisme vert afin d'offrir un nouveau visage aux touristes de passages.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours René Doussière PCF  
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Mouyren UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 366 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 351 1 353 1 385 1 450 939 935 945 1 126 1 169
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 983 2 512 2 072 1 128 1 271 1 142 1 147 1 189 1 253
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 103 1 109 1 108 924 979 975 930 903 787
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
785 579 388 369 313 310 353 366 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Portes en 2007[6] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
Avant 1917
0,6 
12,7 
1918-1932
12,8 
21,5 
1933–1947
17,4 
21 
1948-1962
25,6 
19,9 
1963-1977
16,9 
13,3 
1978-1992
13,4 
11,6 
1993-2007
13,4 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie et emploi[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ce château surveillait l’ancien chemin (ou voie) dit de Regordane qu’empruntaient les pèlerins de Saint-Gilles et les Croisés vers la Terre Sainte sur dix lieues. Il constituait ainsi un important poste de garde situé sur le col de Portes.

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]