Connaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Connaux
Tour de l'horloge.
Tour de l'horloge.
Blason de Connaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Bagnols-sur-Cèze
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Gard rhodanien
Maire
Mandat
Jean-Claude Tichadou
2014-2020
Code postal 30330
Code commune 30092
Démographie
Gentilé Connaulais
Population
municipale
1 587 hab. (2012)
Densité 166 hab./km2
Population
aire urbaine
2 563 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 31″ N 4° 35′ 41″ E / 44.0919444444, 4.5947222222244° 05′ 31″ Nord 4° 35′ 41″ Est / 44.0919444444, 4.59472222222  
Altitude Min. 56 m – Max. 231 m
Superficie 9,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Connaux

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Connaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Connaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Connaux

Connaux est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Axes ferroviaires[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Occitan Counaus, du roman Conaux, du bas latin Conaucium, Connaussium[1].

Ses habitants sont les Connaulais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle des moines Bénédictins de Saint-Pierre-de-Castres bâtirent sur un rocher, situé sur une vaste plaine marécageuse, une enceinte flanquée de quatre tours et érigèrent les premières maisons autour d'une modeste église de style romano-byzantin, ils fondirent ainsi la paroisse de Conatis (en latin Connassium ou Connaussium). Les premier habitants furent les gens du village Daton, situé à quelques kilomètres au sud, rasé par ordre du roi mécontent du comportement du seigneur de ce village. La plaine marécageuse et les coteaux voisins furent distribués aux habitants et cette surface malsaine fut changée en une plaine fertile.

Le premier dénombrement de 1384 mentionne 8 feux (famille)[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Le village prendra le nom de Connaux en 1789 sous le mandat du premier maire Alexis Gensoul, après le départ des moines.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.

Le village de Connaux est devenu célèbre pour le libellé de son monument aux morts. Celui-ci porte en effet l'inscription : « Aux enfants de Connaux morts pour la patrie », dont l'homophonie peut être fâcheuse. Cette particularité a fait reprendre par des mouvements antimilitaristes la photo de cette inscription à titre d'emblème.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1791 Alexis Gensoul    
1791 1800 Joseph Agniel    
1800 1818 Benoît Fougasse    
1818 1825 Jean-Joseph Lacroix    
1825 1830 D Agniel    
1830 1835 Jean-Baptiste Rey    
1835 1848 Basile Gensoul    
1848 1851 Adolphe Goubie    
1851 1865 Ferdinand Lacroix    
1865 1912 Joseph Maurensac    
1912 1919 Joseph Boucoyran    
1919 1925 Henri Maurensac    
1925 1935 Joseph Chabaud    
1935 1941 Fernand Rey    
1941 1944 Damien Agniel    
1944 1959 Fernand Rey    
1959 1985 Lucien Laville    
1985 mars 2008 Jacky Lacroix DVD  
2008 2014 Pascal Pellat    
2014 en cours Jean-Claude Tichadou    
Les données manquantes sont à compléter.

Conseil Municipal[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 587 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
972 832 900 924 1 010 1 034 1 145 1 088 1 134
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 214 1 183 1 198 1 128 1 114 1 194 1 094 985 989
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
933 903 831 857 797 818 758 517 528
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
632 744 979 1 212 1 450 1 623 1 612 1 611 1 563
2012 - - - - - - - -
1 587 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Activités de service[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Les remparts : Les remparts de la ville ont été réhabilités en maisons. Il en reste des tours rondes et une porte surmontée d'une tour avec une horloge et une cloche.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Benoît.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Connaux Blason 'De vair, à un pal losange d'argent et d'azur[2].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (oc+fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit,‎ 1979, 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 618, t.1
  2. a et b Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale,‎ 1868, in-4, XXXVI-298 p. (notice BnF no FRBNF30500934), p. 65
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012