Saint-Geniès-de-Malgoirès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Geniès-de-Malgoirès
Image illustrative de l'article Saint-Geniès-de-Malgoirès
Blason de Saint-Geniès-de-Malgoirès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Saint-Chaptes
Intercommunalité Communauté de communes de Leins Gardonnenque
Maire
Mandat
Michel Martin
2014-2020
Code postal 30190
Code commune 30255
Démographie
Gentilé Médiogozin
Population
municipale
2 858 hab. (2011)
Densité 248 hab./km2
Population
aire urbaine
3 404 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 43° 56′ 47″ N 4° 13′ 02″ E / 43.9464, 4.2172 ()43° 56′ 47″ Nord 4° 13′ 02″ Est / 43.9464, 4.2172 ()  
Altitude Min. 64 m – Max. 223 m
Superficie 11,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Saint-Geniès-de-Malgoirès

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Saint-Geniès-de-Malgoirès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Geniès-de-Malgoirès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Geniès-de-Malgoirès
Liens
Site web www.saintgeniesdemalgoires.fr/

Saint-Geniès-de-Malgoirès est une commune française située dans le département du Gard en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les communes de Mauressargues, Sauzet, La Calmette, La Rouvière, Montagnac et Montignargues sont limitrophes de la commune de Saint-Geniès-de-Malgoirès.

Elle est l'une des quatorze communes constituant la Communauté de communes de Leins Gardonnenque dont elle héberge le siège administratif.
Saint-Geniès-de-Malgoirès est l'une des 75 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale SCOT du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie d'une des 41 communes du Pays Garrigues Costières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village a évolué au cours des siècles : Sanctus-Genesius-de-Mediogozes au XIIe siècle, Saint Geniès de Malgoirès au XVIe siècle, Mont-Esquielle sous la Révolution[1].

En 1790, Saint-Geniès eut (avec 167 voix sur 176) le premier Noir élu maire d'une commune française : Louis Guizot. Ses positions fédéraliste et girondine l'envoyèrent à la guillotine le 3 juillet 1794 à Nîmes.

Son cousin François Guizot fut ministre de Louis-Philippe : Intérieur en 1830, Instruction publique 1832-1836, Affaires étrangères 1840-1848, premier ministre 1847-1848. Habile politicien conservateur, il sut gérer une période agitée. Il est encore connu grâce à sa célèbre phrase : "Enrichissez-vous".

Une autre personnalité ayant vécu à Saint-Geniès fut Frédéric Desmons. Né en 1832 à Brignon (30), il fut pasteur de 1856 à 1881 en particulier à Saint-Geniès. Il fut initié aux rites de la franc-maçonnerie en 1867 et créa une loge : « Le Progrès ». Il devint président du conseil de l'ordre du Grand Orient de France de 1889 à 1910 avec quelques interruptions. Il fut également député du Gard de 1881 à 1894 et sénateur de 1894 à 1910. Il mourut et fut enterré en 1910 à Saint-Geniès. Un pont suspendu, aujourd'hui remplacé, a porté son nom. Un collège inauguré en 2002 porte également son patronyme à Saint-Geniès.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Saint-Geniès-de-Malgoirès se blasonnent ainsi :

Écartelé : au premier et au quatrième fascé d'or et de sinople, au deuxième et au troisième de gueules aux trois bandes d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2008 Marc Nogier Divers gauche Professeur
mars 2008 en cours Michel Martin FDG Retraité de La Poste
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 858 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 194 1 049 1 192 1 306 1 308 1 215 1 247 1 206 1 230
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 275 1 269 1 234 1 280 1 160 981 934 1 022 1 023
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 104 1 074 1 096 1 004 1 014 1 030 1 005 1 020 1 052
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 114 1 084 1 155 1 252 1 696 1 853 2 460 2 546 2 858
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église
  • Temple
  • Tour de l'horloge
  • Fontaine monumentale en fonte
  • Gare à l'architecture de briques rouges d'inspiration anglaise comme celle de Ners

Vie culturelle et associative[modifier | modifier le code]

Chaque année, les derniers vendredi, samedi et dimanche de février, Saint-Geniès-de-Malgoirès accueille le Festival du film taurin. À cette occasion, des arènes improvisées sont construites permettant des démonstrations taurines. Il est organisée une abrivado dans le village, comme lors de certaines manifestations organisées par les nombreuses associations durant la belle saison. Apéritif et repas de midi sont proposés à cette occasion.

Le premier samedi de mai a lieu la foire du village à l'occasion de laquelle de très nombreux exposants professionnels proposent des produits de leur fabrication, et d'autres, occasionnels et privés, essaient de se défaire d'objets dont ils n'ont plus l'usage ou considèrent comme obsolètes. Les collectionneurs ou amateurs de raretés apprécient ces rencontres et se retrouvent nombreux dans les stands.

Le 13 juillet est organisé un « repas républicain » en soirée avec apéritif et soirée dansante.

Lors de la fête votive (début août), qui dure cinq jours, il y a une abrivado pratiquement quotidienne, dont une abrivado longue qui démarre de la « cabane des chasseurs » (déplacée par la construction du barrage anti-crue à l'automne 2010), empruntant la route de Mauressargues.

En automne le village accueille, un dimanche, la fête de la « Conf », à savoir la Confédération paysanne du Gard. On peut y déguster et acheter des produits du terroir, pratiquement tous garantis « bio », y trouver des stands d'artisans qui proposent des fabrications d'objets « à l'ancienne » et de qualité. Toutes les organisations, associations, collectifs peuvent exposer gratuitement sur demande. Apéritif et repas sont proposés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011