Saint-Marcel-de-Careiret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Marcel.
Saint-Marcel-de-Careiret
Vue du village et de sa mairie.
Vue du village et de sa mairie.
Blason de Saint-Marcel-de-Careiret
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Lussan
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Gard rhodanien
Maire
Mandat
Carole Sabonnadière-Bergeri
2014-2020
Code postal 30330
Code commune 30282
Démographie
Gentilé Saint-Marcellois, Saint-Marcelloise
Population
municipale
779 hab. (2011)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 08′ 37″ N 4° 29′ 19″ E / 44.1436, 4.488644° 08′ 37″ Nord 4° 29′ 19″ Est / 44.1436, 4.4886  
Altitude Min. 140 m – Max. 289 m
Superficie 10,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Saint-Marcel-de-Careiret

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Saint-Marcel-de-Careiret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel-de-Careiret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel-de-Careiret

Saint-Marcel-de-Careiret est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Saint-Marcellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Marcel-de-Careiret est une petite commune rurale à 12 km à de Bagnols-sur-Cèze, 18 km d'Uzès, 38 km d'Alès-en-Cévennes et 43 km de Nîmes. La commune est assez vallonné ne présentant pas de grandes surfaces plates avec une hauteur moyenne de 212 m.

Saint-Marcel fait partie des Côtes-du-Rhône à la limite ouest de la zone d’appellation d'origine contrôlée.

Avec la réforme des collectivités territoriales, le préfet du Gard a décidé de fusionner au 1er janvier 2013 la communauté de communes des Garrigues Actives dont Saint-Marcel-de-Careiret faisait partie, avec la communauté de communes Rhône Cèze Languedoc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Vione-Marcel[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Marcel-de-Careiret Blason De sable à la fasce losangée d'argent et de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 1989 Roger Quittard SE  
mars 1989 mars 2014 Christian Bonnet SE  
mars 2014 en cours Carole Sabonnadière-Bergeri SE  
Les données manquantes sont à compléter.

La commune fait partie du Canton de Lussan avec comme Conseiller Général : Yvan Verdier (PS), ancien maire de Lussan.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 779 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
706 771 657 640 665 697 669 675 695
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
674 695 660 638 631 579 555 533 505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
515 513 449 373 339 329 344 302 301
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
332 314 349 461 554 616 676 693 779
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population de la commune augmente de façon continue depuis la seconde guerre mondiale avec un logement de type pavillonnaire sans création de grands ensembles ou de gros lotissements. La commune reste attaché à son encrage rural.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est rurale, l'activité agricole est encore très présente (viticulture), cependant la majorité de ses habitants travaille aujourd'hui sur l'aire urbaine de Bagnols-sur-Cèze, souvent sur la zone de Marcoule.

Le village possède plusieurs commerces de proximités :

  • Boulangerie, Tabacs, Presse,
  • Épicerie,
  • Salon de coiffure,
  • Un garage automobile,
  • Bar du Midi,
  • Restaurant italien,
  • L'ancien garage Renault est devenu un garage spécialisé dans la compétition automobile.

Festivités[modifier | modifier le code]

Il y a chaque année, vers le 1er week-end du mois d'août, une fête votive. À cette occasion, des lâchers de taureaux dans le centre du village sont organisés.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Marcel, dédiée à saint Marcel, qui fut évangélisateur de Chalon-sur-Saône. Cette église du XVIIIe siècle est l'une des plus grandes du Gard Rhodanien.
  • Source gallo-romaine (lavoir)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011