Redessan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Redessan
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Marguerittes
Intercommunalité Communauté d'agglomération Nîmes Métropole
Maire
Mandat
Fabienne Richard
2014-2020
Code postal 30129
Code commune 30211
Démographie
Population
municipale
3 955 hab. (2011)
Densité 254 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 49′ 59″ N 4° 29′ 51″ E / 43.8330555556, 4.497543° 49′ 59″ Nord 4° 29′ 51″ Est / 43.8330555556, 4.4975  
Altitude 56 m (min. : 54 m) (max. : 76 m)
Superficie 15,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Redessan

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Redessan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Redessan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Redessan

Redessan est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans l'aire urbaine de Nîmes sur la ligne Tarascon - Sète-Ville et l'ancienne route nationale 99 entre Nîmes et Beaucaire

Les communes de Bezouce, Marguerittes, Manduel, Jonquières-Saint-Vincent et Beaucaire sont limitrophes à la commune de Redessan. Ses habitants s'appellent les Redessanais et Redessanaises.

Redessan est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale SCOT du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du Pays Garrigues et Costières de Nîmes.

La commune est desservie par la gare de Manduel - Redessan établie sur la commune voisine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme Villa de Rediciano, in comitatu Nemausense (cartulaire de Notre-Dame de Nîmes, chapitre 197) en 909. Le nom de la localité est issu de l'anthroponyme latin Reticius suivi d’-anum, suffixe latin de propriété[1] ou encore du nom de personne gaulois *Reticianus (non attesté), forme masculine du nom de personne féminin Reticiana, pris absolument[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Redessan Blason D'argent à la tour de gueules maçonnée de sable d'où isse un dextrochère armé tenant une épée, le tout de sable, senestré d'un pal de gueules chargé d'ondes d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Hervé Giely PRG Vice-président de Nîmes Métropole
Les données manquantes sont à compléter.

Canton[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du canton de Marguerittes, dont le conseiller général est William Portal, maire de Marguerittes (DVD). Le canton dépend de l'arrondissement de Nîmes et de la sixième circonscription du Gard dont le député est Christophe Cavard (EÉLV).

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Nîmes Métropole (CANIM), dont le siège se trouve à Nîmes et dont le président est Jean-Paul Fournier (UMP).

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 955 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
713 741 792 919 1 100 1 097 1 142 1 207 1 216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 352 1 504 1 602 1 403 1 251 1 012 1 043 1 118 1 153
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 160 1 185 1 128 1 124 1 121 1 135 1 117 1 136 1 145
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 215 1 299 1 602 2 084 2 233 2 873 3 162 3 955 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Coteaux-flaviens (VDP)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Benifairó de la Valldigna (Espagne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6), p. 559b.
  2. Ernest Nègre : Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :