Causse Méjean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méjan.
Causse Méjean - Causse Mejan (occitan)
Subdivision administrative Languedoc-Roussillon
Subdivision administrative Lozère
Coordonnées 44° 16′ N 3° 24′ E / 44.26, 3.4 ()44° 16′ Nord 3° 24′ Est / 44.26, 3.4 ()  
Géologie Calcaire
Relief Mont Gargo 1 247 m
Région(s) naturelle(s)
voisine(s)
causse de Sauveterre
Cévennes
Causse Noir
Lévézou
Région(s) et espace(s) connexe(s) Grands Causses

Image illustrative de l'article Causse Méjean
Localisation
Le Causse Méjean pendant un orage

Vaste plateau calcaire faisant partie intégrante des Grands Causses, le Causse Méjean ou Mejan en occitan est le plus haut des plateaux caussenards avec une altitude variant de 800 m à 1 247 m au mont Gargo. La superficie du plateau approche les 340 km2 (34 000 hectares). Le Causse Méjean fait partie du périmètre du site des Causses et des Cévennes inscrits sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO le 29 juin 2011. Le Causse Méjean est le seul des grands causses compris en totalité dans le périmètre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé en France dans le Massif central en Lozère, le Méjean est ceinturé des vallées impressionnantes de la Jonte au sud, du Tarnon à l'est et du Tarn au nord et à l'ouest. Il doit son nom de Mejan[1], qui signifie « médian » ou « moyen » en occitan, à la position centrale qu'il occupe, entre le Causse de Sauveterre au nord, et le Causse Noir au sud.

Le Causse Méjan s'étend sur 13 communes de Lozère :

Géologie[modifier | modifier le code]

Cairns sur enceinte protohistorique

Les nombreuses couches de sédiments calcaires et dolomitiques datent presque toutes en totalité du Jurassique et reposent sur les bancs de grès du Trias recouvrant le socle hercynien (les schistes). L'épaisseur des couches de calcaire atteint 650 m et jusqu'à 1 500 m par endroit. Les géologues distinguent plusieurs types de roches : le calcaire (sens strict), qui peut être massif, lité ou marneux, la dolomie, les marnes et le basalte (quelques traces issues de l'activité volcanique du tertiaire récent).

Relief et géomorphologie[modifier | modifier le code]

Le Causse Méjean

La notion de plateau laisse suggérer un paysage plat et monotone. Pourtant, la succession de reliefs arrondis ou allongés et de dépressions, les chaos dolomitiques rompent la monotonie. L'ouest du plateau, plus bas en altitude, est aussi morcelé de ravins profonds de plusieurs dizaines de mètres. Il semble que les accidents du sol soient le résultat d'un jeu de failles dû à des glissements de terrain :

  • sud vers nord : issu de la chaîne pyrénéenne
  • est vers ouest : issu de la chaîne alpine

L'ensemble a été pénéplainaïsé et des soulèvements ont provoqué l'apparition des couches les plus anciennes (tertiaires).

Hydrographie et climat[modifier | modifier le code]

Aucun cours d'eau ne circule à la surface des plateaux : l'eau de pluie rejoint les vastes réseaux karstiques pour resurgir dans les vallées et alimenter les rivières du Tarn et de la Jonte par de nombreuses résurgences. Ces réseaux hydrographiques souterrains sont à l'origine de grottes et avens remarquables.

Végétation[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, les Causses montrent un paysage fortement modifié, profondément marqué par l'empreinte humaine, l'élevage essentiellement. Sur le Méjean, les pelouses et les landes à buis et à genévrier, parfois morcelées de plantations de pin noir, couvrent la partie orientale du plateau : le Causse nu. Les vastes espaces vallonnés couverts de pelouses sèches ne sont pas sans évoquer un paysage steppique, presque désertique. Pourtant, on rencontre en traversant ces espaces largement ouverts de nombreuses espèces rares et remarquables. La partie ouest est plus boisée (pin sylvestre).

Faune[modifier | modifier le code]

Chevaux de Przewalski sur le causse

En 1993, onze chevaux de Przewalski provenant de divers zoos européens ont été amenés au Villaret dans le Parc national des Cévennes. Le cheval de Przewalski, dont le territoire d'origine était l'Asie centrale, s'est éteint à l'état sauvage dans les années 1960. Il ne survivait plus que dans les zoos jusqu'aux années 1990. Le cheval de Przewalski n'a jamais pu être domestiqué par l'homme.

Les chevaux de Przewalski se sont vite adaptés aux conditions difficiles du causse Méjan et s'y sont reproduit. En 2004 et 2005, 22 chevaux ont été transportés dans zone tampon du Parc national de Khar Us Nuur à l'ouest de la Mongolie.

Sites géologiques[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

  • Une partie de l'histoire du roman Miserere[2], de l'auteur Jean-Christophe Grangé, a pour cadre le causse Méjean.
  • Jean Benoît-Lévy a filmé le causse Méjean en 1936 dans son documentaire de court-métrage Le Causse.
  • Le film Scout toujours... (1985) de Gérard Jugnot a de nombreuses scènes tournées sur le Causse Méjean.
  • L'action du roman de Raymonde Anna Rey intitulé Les sentiers du Vieux Causse paru en 1978 se déroule sur le Causse Méjean dans un petit village cévenol.

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Étymologiquement plus exacte, cette graphie a été supplantée dans l'usage par celle de « Méjean », par analogie avec « Jean » (Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome I, p. 7). À cette ancienne orthographe occitane, reprise par de nombreux scientifiques dans leurs publications, les habitants du causse utilisent préférentiellement l'orthographe « Méjean ». L'abbé Roux, assurait que « Méjean » provient de « medianus », qui, ayant subi les altérations du langage, s'est déformé en « medjianus », d'où « Méjean » avec un « e » remplaçant le « i ». (Bussière J., Thomas N., Plan de gestion de l'antenne Causses et gorges 2000-2006 - Parc national des Cévennes, Section A, p. 1)
  2. J.-C. Grangé, Miserere, Éditions Albin Michel,‎ 2008 (ISBN 2226188460)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fédération interdépartementale des sentiers de pays, Tour pédestre du Causse Méjean : 8 étapes et variantes, 190 km, Saint-Affrique, Fédération interdépartementale des sentiers de pays,‎ 1985, ill., couv. ill. en coul. ; 21 cm, 48 p. (ISBN 2-9500481-0-3[à vérifier : isbn invalide], notice BnF no FRBNF34926529)

Liens externes[modifier | modifier le code]