Maruéjols-lès-Gardon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maruéjols-lès-Gardon
Image illustrative de l'article Maruéjols-lès-Gardon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton Lédignan
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont cévenol
Maire
Mandat
Freddy Félix
2014-2020
Code postal 30350
Code commune 30160
Démographie
Gentilé Maruejolais
Population
municipale
251 hab. (2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 00′ 23″ N 4° 07′ 54″ E / 44.0064, 4.1317 ()44° 00′ 23″ Nord 4° 07′ 54″ Est / 44.0064, 4.1317 ()  
Altitude Min. 84 m – Max. 220 m
Superficie 3,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Maruéjols-lès-Gardon

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Maruéjols-lès-Gardon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maruéjols-lès-Gardon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maruéjols-lès-Gardon

Maruéjols-lès-Gardon est une commune française située dans le département du Gard en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village chargé d'histoire, marqué par les croisades et ses martyrs de la foi Maruéjols-lès-Gardon, dont l'étymologie, d'origine gauloise, signifie grande clairière, est un petit village de la Gardonnenque, remarquable à plus d'un titre.

Avec ses 247 habitants recensés dernièrement, on peut dire que la population est particulièrement stable, et ce depuis des décennies. Ni commune dortoir, ni lieu de résidences secondaires, ici, les habitants sont du terroir et on est vigneron de père en fils. D'ailleurs, on est fait pour la vigne, avec de riches terres en bordure du Gardon. Témoin la cave coopérative et ses vingt mille hectos annuels de vins de grande qualité avec une médaille d'or pour le Chardonnay, au concours général agricole de 1999. « Ici, on vit surtout de la vigne » rappelle M. Félix Robert. Et en parallèle à cette importante activité viticole, les pépinières Bertrand, avec plusieurs emplois, constituent un des facteurs importants de l'économie locale. Tout comme la fabrique de meubles Vincent, la menuiserie Bertrand ou l'entreprise Pésenti, spécialisée dans les travaux agricoles. Avec ses 361 hectares, Maruéjols est une commune à vocation essentiellement agricole. Enserrée par le Gardon au nord et les collines au sud, elle présente une particularité. Le POS n'autorise aucune construction compte tenu de la topographie des lieux. Zone inondable en bordure de la rivière et relief accidenté à l'opposé du village. Les seuls terrains constructibles sont plantés de vignes. Autre curiosité au mas Maraval ou mas des Tuileries, une pièce d'habitation est à moitié dans la commune de Cassagnoles, à moitié dans celle de Maruéjols. On vit bien à Maruéjols-lès-Gardon qui a gardé son caractère convivial comme autrefois. On se connaît tous. Il n'y a pas si long- temps encore, et selon une coutume ancestrale, les hommes se retrouvaient, sur la place du relais de poste, après le repas de midi, tous les jours, quelle que soit la saison. Ce rassemblement prisé portait le nom de « clu ». « Même les gamins s'y rendaient avant de retourner en classe. On y discutait de tout. Des travaux des champs, de l'actualité locale, régionale ou nationale » précise Xavier Laurent. Ah ce « clu », point de rencontre et d'information au cœur du village, c'était un rendez-vous au quotidien, que tout un chacun n'aurait voulu manquer pour rien au monde ! De nos jours, les écoliers n'ont plus cet intermède de la mi-journée. Dans le cadre du RPI, les grands du CM1 et CM2 sont scolarisés à Maruéjols. A deux pas de l'école, on a trouvé, lors de la construction de la cave coopérative des vestiges d'une villa romaine. D'ailleurs, la route qui traverse le village est une ancienne voie romaine tout comme la Régordane qui passe plus bas, en bordure du Gardon. Plus tard, Maruéjols-lès-Gardon sera marqué par l'histoire des croisades que se plaît à raconter Mme Mathilde Gardies, propriétaire du château, mais aussi mémoire vivante du village « Cette demeure, précise-t-elle, a été construite pendant les Croisades. Le comte de Toulouse avait rassemblé ses partisans ici, pour aller délivrer le tombeau du Christ. Plus tard, ce fut le tragique épisode des guerres de religion. Ravanel, adjoint de Cavalier, avait tendu une embuscade aux hommes du capitaine Chênevert. Trente grenadiers avec leurs officiers furent tués par les Camisards. Les représailles furent terribles. Le maréchal de Montrevel fit incendier le château et raser le village qui comptait une centaine d'habitants, tous protestants. Les hommes furent envoyés aux galères et les femmes emprisonnées à la Tour de Constance. » Maruéjols-lès-Gardon fut donc un village martyr. D'ailleurs ce bourg à cent pour cent protestant, ou presque, possède un unique bâtiment cultuel. Colette Villaret ajoute «Le temple est l'ancienne église romane, reprise au XVIe siècle, détruite au XVIIe et brûlée au XVIIIe. » Voilà pour l'histoire particulièrement marquante et tragique de ce village de la Gardonnenque qui compte encore une petite épicerie-traiteur, dans la Rue-Haute. De nos jours, la route qui longe Maruéjols-lès-Gardon connaît une circulation intense. Provençaux et Nîmois l'empruntent pour aller en Cévennes, en fin de semaine. Mais la quiétude du village, un peu à l'écart, ne paraît nullement perturbée par le roulis. A Maruéjols-lès-Gardon, il fait toujours bon vivre.

In "le journal des villages cévenols" de Roger Roux

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Gérard Compan DVG  
mars 2008 avril 2011[1] Alain Gas DVG Cadre de l’éducation nationale
Vice-président de la Communauté de communes Autour de Lédignan
Président de l’Office de tourisme intercommunal de Vézénobres
Vice-président de la Fédération archéologie et histoire du Gard
2011 en cours Freddy Félix    
Les données manquantes sont à compléter.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Maruéjols-lès-Gardon Blason De tenné aux trois épis liés d'or, accostés des lettres M et G capitales de sable.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Nom de la commune[modifier | modifier le code]

La préposition "Lès" signifie "près de". Le village de Maruéjols-lès-Gardon étant tout simplement situé près du Gardon.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 251 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
153 142 145 144 160 160 148 166 156
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
175 171 161 159 150 116 148 119 145
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
168 165 154 177 151 150 141 159 172
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
168 152 143 149 161 144 154 152 233
2011 - - - - - - - -
251 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décès du maire Alain Gas
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :