Pompignan (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pompignan.
Pompignan
Vue générale
Vue générale
Blason de Pompignan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Saint-Hippolyte-du-Fort
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont cévenol
Maire
Mandat
Claude Reynard
2008-2014
Code postal 30170
Code commune 30200
Démographie
Population
municipale
859 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 42″ N 3° 51′ 24″ E / 43.895, 3.8567 ()43° 53′ 42″ Nord 3° 51′ 24″ Est / 43.895, 3.8567 ()  
Altitude Min. 153 m – Max. 522 m
Superficie 41,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Pompignan

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Pompignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pompignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pompignan

Pompignan est une commune française, située dans le département du Gard en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Limitrophe avec le département de l'Hérault, la commune de Pompignan est à l'interface entre le causse de l'Hortus (au sud) et les premiers reliefs cévenols de Saint-Hippolyte-du-Fort (au nord). La commune est encadrée par les massifs du Bois de Monnier (à l'ouest) et du Coutach (à l'est), reliefs qui soulignent la vaste dépression au sein de laquelle est implanté le village, à 170 mètres d'altitude.

Les principaux points hauts du secteur sont :

  • le Mont Haut (522 m), situé dans le Bois de Monnier avec son ermitage proche du sommet ;
  • le Puech Camp (471 m), sur le massif de Coutach ;
  • la Crête de Taillade (420 m), qui constitue le rebord septentrional du Causse de l'Hortus ;
  • la Montagne Saint-Jean (402 m), siège des ruines du château fort et d'une ancienne chapelle romane.

Pompignan est traversée par cinq ruisseaux principaux, tous à cours intermittent et qui se déversent dans le lac de barrage de Ceyrac :

  • le Rieumassel, principal cours d'eau ;
  • le ruisseau d'Artigues ;
  • le ruisseau du Lauzas ;
  • le ruisseau du Valadas ;
  • le ruisseau d'Enval.

On y trouve également plusieurs avens, dont les plus connus sont le Trou fumant et l'Aven de Monnier.

Environnement[modifier | modifier le code]

La plaine de Pompignan est un lieu d'observations pour les naturalistes, de par la présence de garrigues, de canyons marneux et de nombreuses lavognes. La garrigue de Pompignan, visible depuis la RD25 et la RD181 qui la traversent, ressemble à une savane africaine[réf. nécessaire], avec des arbres épineux isolés. Il s'agit de Poiriers à feuilles d'amandiers (Pyrus spinosa), de Paliures épine-du-Christ (Paliurus spina-christi) qui furent broutés pendant des siècles par les moutons, aujourd'hui disparus.

150 espèces d'oiseaux, 500 espèces de plantes et autant d'insectes sont présents[réf. nécessaire] dans cet ensemble de garrigue qui a été classé site natura 2000 en avril 2006, au sein d'une Zone de Protection Spéciale Gorges du Rieutord, Fage et Cagnasses de 13000 hectares[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Premiers peuplements[modifier | modifier le code]

Pompignan est un lieu de peuplement très ancien : plusieurs grottes étaient occupés par les hommes du néolithique. Plusieurs dolmens, nécropoles et même un cromlech (le plus grand de France paraît-il[réf. nécessaire]) sont à signaler.

Le prieuré[modifier | modifier le code]

En 1267, le 8 des Ides de mars, le pape Clément IV charge Bernard, abbé de Montmajour en Provence de mettre l'abbaye de Saint-Guilhem en possession du prieuré de Saint-Saturnin, situation qui perdurera jusqu'à la Révolution. En 1384, un dénombrement de la sénéchaussée cite le prieuré Sanctus Saturninus vallis Pompignanae, première mention connue de Pompignan[réf. nécessaire].

Château de Mirabel

Le château de Mirabel[modifier | modifier le code]

Situé sur le Mont Saint-Jean, il y a été construit en 1237[réf. nécessaire]. Long d'environ 80 mètres, il est aujourd'hui totalement en ruine (visite interdite car dangereuse, site privé). Ce château a appartenu à la famille Alleman de Mirabel.

Vue aérienne du château

Episode de la guerre des Camisards[modifier | modifier le code]

Alors que la plupart des villages des Cévennes, protestants, n'ont pas accepté la révocation de l'Édit de Nantes, Pompignan est resté fidèle à la foi catholique (Abraham Mazel dira à propos de ses habitants qu'ils sont "les plus scélérats papistes de l'univers")[réf. nécessaire]. Le 6 mars 1703, une troupe de camisards, dirigée par Pierre Laporte, dit Rolland et pourchassée par le maréchal de Montrevel, entre dans Pompignan. Le village est apparemment désert mais c'est un piège. Les camisards se retrouvent vite encerclés par les dragons de Montrevel. C'est le début de la bataille de Pompignan. Montrevel, récemment promu à la tête de l'armée et qui dispose de deux régiments, veut en finir avec Rolland qui commande environ 1200 hommes. Les "fanatiques" (un des noms donnés aux Camisards par l'autre camp), tentent de se rabattre vers les bois de Monnier, mais ils sont surpris par l'infanterie qui s'y était cachée. Rolland parvient néanmoins à se dégager mais il laisse 200 hommes sur le terrain[réf. nécessaire].

L'église paroissiale

L'actuelle église paroissiale[modifier | modifier le code]

Édifiée durant la seconde moitié du XIXe siècle, elle se signale surtout par sa grandeur, la longueur et la hauteur de sa nef sans oublier un clocher particulièrement élancé visible de fort loin.
Un fait notable concernant cette église est que sur son fronton est gravée dans la roche la devise républicaine :"Liberté, Égalité, Fraternité"

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1967 mars 1979 Marcel Valat    
mars 1979 1999 Damien Alary PS Député (1997-2004)
Conseiller général depuis 1985
Président du conseil général depuis 2001
Conseiller régional depuis 1986
Vice-président du conseil régional depuis 2004
Vice-président du conseil général de 1990 à 1997
mars 2001 2008 Claude Reynard PS  
mars 2008 2014 Claude Reynard PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 859 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 460 1 103 1 148 1 207 1 216 1 271 1 274 1 318 1 367
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 345 1 368 1 308 1 133 1 098 1 080 1 013 1 014 1 079
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 037 1 008 1 007 907 919 885 874 765 735
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
716 619 582 576 611 651 765 859 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Plaque de rue et blason de la ville

Anciennes industries[modifier | modifier le code]

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les verreries et les tanneries ont presque totalement déboisé la région, autrefois plantée de telle manière que l'on disait : « un singe peut aller de Pompignan à Montpellier sans toucher terre ».

On pratiquait également la sériciculture, à savoir l'élevage du ver à soie, dans les magnaneraies. De nombreux vieux mûriers encore visibles dans la commune témoignent de cette époque aujourd'hui révolue.

Industries encore en activité[modifier | modifier le code]

Les deux activités principales du village sont la viticulture et l'extraction de pierres.

  • Extraction de pierres

La pierre de Pompignan est de bonne qualité et, suivant son épaisseur, donne des dalles de sol ou bien de la pierre à bâtir. Les carrières sont exploitées depuis les Romains[réf. nécessaire]. Quelques pièces de monnaie relatives à cette époque ont été trouvées sur le site[réf. nécessaire]. Les moyens techniques de l'époque leur permettaient seulement d'extraire des blocs de surface et de fine épaisseur. À partir du Moyen Âge, la pierre de Pompignan est utilisée pour la construction des cuves à vin, des "pilles", des plafonds, des voûtes, des planchers sur bois, des contours de fenêtre, des marches d'escalier, des balcons et des cheminées. Figurant au répertoire des carrières de pierres de taille de 1889[réf. nécessaire], la pierre de Pompignan fut massivement exploitée jusqu'au début de la Première Guerre mondiale. Par la suite, la couleur grise a été délaissée au profit du béton, moins cher. Puis, dans le seconde moitié du XXe siècle, l'exploitation de la pierre de Pompignan a progressivement reprise. La pierre de Pompignan est en effet la pierre de construction traditionnelle des villages en pierres des environs, et elle peut également être polie à la manière des marbres. Trois entreprises continuent d'exploiter les carrières à ce jour.

La cave coopérative des Vignerons de Pompignan a obtenu la médaille de bronze en 2004 au concours agricole de Paris (catégorie Vin-de-pays-d'Oc Rosé)[réf. nécessaire].

Statue du colonel Bourras à Pompignan

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mathias Alphonse Bourras (Pompignan, 1836 - Montpellier, 1880) - Colonel, commandant du corps-franc des Vosges en 1870-1871, où il s'illustra, notamment lors de l'affrontement de Brouvelieures. Sa statue en bronze, œuvre du sculpteur Léopold Morice[3], fut inaugurée le 4 septembre 1892 sur la place principale du village ; il est représenté en uniforme, portant képi, sabre au côté, bras droit tendu, avec à ses pieds un mortier, un casque prussien et un rameau de chêne. Le socle est en pierre de Pompignan.
  • Damien Alary Président du Conseil général du Gard depuis 2001, Maire de Pompignan pendant 20 ans entre 1979 et 1999, Député de la 5e circonscription du Gard entre 1997 et 2004, vice-président du Conseil Régional de Languedoc-Roussillon depuis 2010 (délégué à l'Aménagement du territoire).

Vie locale[modifier | modifier le code]

  • Fête votive chaque année le week-end après le 15 août.
  • Chaque dimanche après-midi un match de foot a lieu entre amis et à la fin de celui-ci, les joueurs ce livrent à une compétition unique en son genre: La penalty cup. Les 3 premiers se voient décerner une coupe à la fin de la séance de tirs au but, un classement et établit tout au long de la saison, ainsi le meilleur tireur de pénalty est récompensé lors de la fête du village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

D'azur au pont de deux arches d'argent maçonné de sable.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, par A Dauzat et Ch. Rostaing (librairie Guénégaud, 1978)
  • La Guerre des Camisards, par André Ducasse (éditions Hachette, 1962)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :