Vebron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vebron
Vebron et son pont, depuis la rive du Tarnon
Vebron et son pont, depuis la rive du Tarnon
Blason de Vebron
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Lozère
Arrondissement Florac
Canton Florac
Intercommunalité Communauté de communes cévenoles Tarnon-Mimente
Maire
Mandat
Alain Argilier
2014-2020
Code postal 48400
Code commune 48193
Démographie
Gentilé Vebronnais[1]
Population
municipale
194 hab. (2011)
Densité 2,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 14′ 24″ N 3° 34′ 43″ E / 44.24, 3.5786144° 14′ 24″ Nord 3° 34′ 43″ Est / 44.24, 3.57861  
Altitude Min. 611 m – Max. 1 246 m
Superficie 69,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vebron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vebron
Liens
Site web www.vebron.fr

Vebron ou Vébron est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Vebronnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vebron est situé entre les gorges du Tarn et les gorges de la Jonte, entre le causse Méjean et les Cévennes, au pied du mont Aigoual. Entouré de schiste et de calcaire, le village s'étale aux abords du Tarnon qui se jette dans le Tarn à Florac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

« Vebron » veut dire « castor » en cévenol[2]. Cet animal a été réintroduit et on peut le surprendre tout près du village, le long du Tarnon. D'ailleurs Vebron organise chaque année une course pédestre appelée « La Ronde des castors » aux environs du 15 août.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Vebron

Le blasonnement de Vebron est : d'azur au château de trois tours d'argent maçonné de sable, à la champagne ondée aussi d'argent chargée d'un castor de gueules.

Ce blason créé par Jean-Claude Molinier a été adopté par la commune en août 2001[3]. Il reprend l'image du castor qui a donné son nom au village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Vebron
Période Identité Étiquette Qualité
1790  ? François Lozeran de Fressac    
         
1995   Alain Argilier PRG Conseiller général du canton de Florac depuis 2001

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 194 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 250 1 207 1 194 1 258 1 289 1 504 1 505 1 510 1 176
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 056 1 043 1 059 987 991 1 043 1 026 918 906
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
885 893 750 614 562 555 532 405 326
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
242 249 204 174 188 197 228 231 204
2011 - - - - - - - -
194 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Bâtiments et lieux publics remarquables[modifier | modifier le code]

  • Le château de Salgas, utilisé par la comtesse de Bernis.
  • Sous le hameau de l'Hospitalet (commune du Pompidou), se situe la grotte appelée « Baume dolente »[6]. Il s'agit d'un endroit difficile d'accès qui, lors des dragonnades et la période du Désert, permettait aux protestants de pratiquer leur culte, sans crainte de représailles.

Bâtiments religieux[modifier | modifier le code]

L'église de Vebron a été désacralisée par l'évêque de Mende. Le bâtiment appartient désormais à la mairie de Vebron. Une autre église est située sur la commune, au hameau de Cros-Garnon, sur le causse Méjean. Le mobilier de l'église de Vebron est venu alimenter celui de l'église de Cros-Garnon. Le temple protestant de Vebron, construit par les habitants en 1823, a été complètement rénové en 2000. Il sert toujours de lieu de culte pour l'Église réformée de France, et est aussi devenu un lieu culturel où festivals, concerts et conférences se déroulent tout au long de l'année.

Festival[modifier | modifier le code]

Depuis 1988, se tient chaque année à Vebron le Festival International du Film parrainé par la comédienne Bernadette Lafont. En 2014, la 27e édition du festival se déroule du 22 au 26 juillet.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Gagnière et C. Hugues, Le dolmen du Devois de Villeneuve (Vébron, Lozère), Bulletin de la Société d'Études des Sciences Naturelles de Vaucluse, no 3, 1937

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]